Victor Hugo : « Quatrevingt-treize »

En 1874, tandis que le traumatisme de la Commune résonne encore dans le peuple, Victor Hugo publie Quatrevingt-treize. Des discussions entre Robespierre, Danton et Marat, jusqu’à la guerre menée par les royalistes, de Paris aux forêts de Bretagne, le livre se déploie en une fresque immense de la tragique année 1793. Ses héros, Gauvain et Cimourdain, sont un élan et une conscience ; héroïque et terrible, ils incarnent les deux visages de la Révolution, sans qu’elle soit réductible à l’un ou à l’autre. Pour notre série « Les grands textes », il a fallu choisir des extraits et laisser de côté tout le reste, à travers le portrait de la Convention, le récit du Paris de l’époque et celui des grands bouleversements d’alors, nous vous présentons quelques-uns des plus beaux passages de l’œuvre d’Hugo.

 

Deuxième partie

À Paris

LIVRE PREMIER. CIMOURDAIN.

I. Les rues de Paris dans ce temps-là

 

(…) Plus tard, à la ville tragique succéda la ville cynique ; les rues de Paris ont eu deux aspects révolutionnaires très distincts, avant et après le 9 thermidor ; le Paris de Saint-Just fit place au Paris de Tallien ; et, ce sont là les continuelles

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter