« We, The Revolution » : l’histoire française est-elle passée à la guillotine ?

blank
La justice décapitée par les factions révolutionnaires ©Capture d’écran : We, The Revolution, Polyslash

En France, on la retrouve partout sur les frontons, dans les discours, les livres d’histoire : mythe fondateur de la République, la Révolution est indéniablement le monument de tous les monuments. Mais est-ce un édifice inébranlable ? C’est tout l’enjeu du fascinant We, The Revolution, jeu vidéo développé par un studio polonais, sorti le 21 mars, et d’ores-et-déjà annoncé comme un succès du jeu indépendant. À travers Alexis Fidèle, juge du tribunal révolutionnaire, le joueur parcourt cette époque fondatrice, de la chute de la monarchie aux temps qui suivent le renversement de Robespierre. Dans une atmosphère dépeinte comme sombre et vénéneuse, on utilise la guillotine comme arme politique pour se hisser parmi les grands : bien plus que les idéaux, ce sont les violences et contradictions qui sont au cœur de ce palpitant récit. Mais à la fin, ne serait-ce pas la Révolution qui se fait guillotiner ?

Et si au moment de commencer votre weekend, vous entendiez une petite voix vous proposer de remplacer vos plans par un voyage dans le temps ? Résisteriez-vous bien plus longtemps s’il s’agissait plus précisément de partir en immersion au cœur de la Révolution française ? Cette promesse tentatrice est celle du jeu vidéo polonais We, The Revolution.

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter