Home Monde Que retenir de Vistalegre II, le congrès de Podemos ?
3

Que retenir de Vistalegre II, le congrès de Podemos ?

Que retenir de Vistalegre II, le congrès de Podemos ?
3

Ce week-end avait lieu à Madrid le très attendu Vistalegre II, le deuxième congrès de Podemos. Les résultats du vote des inscrits ont renforcé le leadership de Pablo Iglesias sur l’organisation, au détriment de son numéro 2 Iñigo Errejón. Cet article revient sur cet événement fondamental dans l’histoire du jeune parti, le contexte dans lequel il s’est tenu et les enjeux qu’il dessine pour les années à venir. 

En octobre 2014, Podemos tenait son premier Congrès à Madrid, dans le Palacio Vistalegre. Après une percée inattendue lors des élections européennes du mois de mai, cette « assemblée citoyenne » avait pour but de fixer les contours de l’organisation, jusqu’alors présentée comme une plateforme citoyenne. Au terme de Vistalegre I, Podemos adoptait des structures caractéristiques d’un parti politique, afin de donner corps à une « machine de guerre électorale » destinée à remporter le scrutin décisif du 20 décembre 2015. C’est la liste de Pablo Iglesias, Claro que Podemos, qui s’était alors largement imposée face au secteur anticapitaliste. Le projet Claro que Podemos était incarné par 5 figures aujourd’hui considérées comme le « groupe promoteur » du parti : Pablo Iglesias, Juan Carlos Monedero, Luis Alegre, Carolina Bescansa… et Iñigo Errejón.

C’est dans un contexte bien différent que s’est déroulée la seconde assemblée citoyenne du parti, Vistalegre II, le week-end du 11 et 12 février 2017. Deux ans se sont écoulés depuis son premier congrès, et Podemos est désormais solidement installé dans le paysage politique espagnol. Face à un PSOE affaibli par son soutien indirect à l’investiture de Mariano Rajoy et par ses profondes contradictions internes, la formation dirigée par Pablo Iglesias tente d’apparaître comme la principale force d’opposition au Parti populaire au pouvoir. Les élections générales du 26 juin 2016 sont venues clôturer une séquence d’intense mobilisation électorale et ouvrir un nouveau cycle politique pour l’Espagne. Vistalegre II avait donc pour objet de repenser l’organisation et la stratégie de Podemos pour les années à venir.

Pablo Iglesias et Iñigo Errejón, deux projets distincts

Cette seconde assemblée citoyenne de Podemos a vu se confronter deux principaux projets, adossés à deux personnalités : Pablo Iglesias, secrétaire général, et Iñigo Errejón, secrétaire politique et n°2 du parti.

Dans un précédent article, nous revenions sur les deux orientations stratégiques qui s’esquissaient depuis l’automne au sein de Podemos. Ces différentes options se sont depuis nettement affirmées au point de voir naître deux propositions et deux candidatures distinctes pour le renouvellement du conseil citoyen : Podemos para todas  pour Pablo Iglesias, Podemos recuperar la ilusión pour Iñigo Errejón.

A l’origine du désaccord entre Pablo Iglesias et Iñigo Errejón se trouve une divergence dans l’interprétation de la situation politique actuelle, perceptible à la lecture des documents proposés par les deux candidatures. Si les deux professeurs de sciences politiques ont été les architectes du diagnostic qui a présidé à la création de Podemos, à savoir la crise organique du régime de 1978 et l’ouverture d’une formidable fenêtre d’opportunité pour une alternative politique, leur appréciation de l’état présent du champ politique espagnol n’est pas la même.

Tension
Iñigo Errejón et Pablo Iglesias au Congrès des députés

Pour Pablo Iglesias, le gouvernement du Parti populaire, bien qu’il ne repose pas sur une majorité parlementaire, est en position de force. Il dispose d’amples prérogatives qui lui permettent d’ignorer le Parlement, et bénéficie de la duplicité du PSOE qui avalise la plupart de ses décisions. Le document politique du projet d’Iglesias décrit ainsi un « bloc de la restauration » composé du PP, du PSOE, et de Ciudadanos, prêt à tout pour verrouiller les mécanismes de la vieille politique et s’opposer à toute mesure progressiste. Selon Iñigo Errejón, le gouvernement espagnol est au contraire en situation de faiblesse, et le soutien indirect du PSOE à Mariano Rajoy révèle une extrême fragilisation du régime, favorable à Podemos.

Il découle logiquement de ces divergences d’appréciation deux stratégies distinctes pour aborder le nouveau cycle politique, « l’entre-temps » (« mientras tanto ») cher au philosophe marxiste Manuel Sacristán. Les pablistes défendent un Podemos résolument engagé dans les luttes sociales, capable de renforcer sa connexion avec la société civile pour ne pas s’accommoder des couloirs feutrés du Parlement, où les marges de manœuvre sont étroites. Le parti doit dès lors s’insérer dans un bloc historique – avec Izquierda Unida et les mouvements sociaux – à même de mener l’opposition politique et sociale à la « triple alliance » PP-PSOE-C’s. Les errejonistes, de leur côté, estiment que l’heure n’est plus à la résistance. Il ne s’agit pas de « creuser des tranchées » et d’adopter une posture exclusivement contestataire, mais bien de transformer l’essai : Podemos doit s’élargir en cherchant à séduire « ceux qui manquent », et notamment les électeurs déçus du PSOE. Pour cela, le parti doit générer de la confiance et se montrer crédible, « être utile aujourd’hui pour gouverner demain », comme le suggère le document politique présenté par Iñigo Errejón.

La formulation de ces deux orientations s’accompagne de critiques réciproques. Les partisans de Pablo Iglesias accusent Iñigo Errejón de « normaliser » Podemos, de vouloir en faire un parti comme les autres sous prétexte de récupérer les voix socialistes. Les errejonistes s’inquiètent quant à eux de voir Pablo Iglesias flirter dangereusement avec les réflexes identitaires de la gauche radicale traditionnelle.

Podemos en proie à de vives tensions

A ces désaccords stratégiques viennent s’ajouter des tensions internes qui n’ont cessé de croître à l’approche du congrès. Si l’entente entre Iglesias et Errejón a longtemps été au cœur du dispositif politique de Podemos, leurs relations semblent s’être progressivement dégradées. Une crise interne à Podemos Madrid en mars 2016, qui a débouché sur la destitution du secrétaire à l’organisation Sergio Pascual, proche d’Iñigo Errejón, avait déjà semé la discorde au sein de la direction du parti. Des divergences sont ensuite apparues à l’été 2016, autour de l’alliance avec Izquierda Unida, qui suscite certaines réticences chez les errejonistes. La campagne lancée par ces derniers sur les réseaux sociaux quelques jours avant Vistalegre II, intitulée « Ni PSOE, ni IU, reprenons le violet », a d’ailleurs été interprétée comme un manque de respect par les dirigeants d’Izquierda Unida.

Les médias espagnols ont grandement contribué à la polarisation des débats et à leur personnalisation, en mettant en scène un duel fratricide entre le radical Iglesias et le modéré Errejón, entre le Podemos de la rue et le Podemos des institutions. Mais ces tensions ont été régulièrement alimentées par chacun des deux secteurs par des déclarations ou des accusations sur les réseaux sociaux, souvent au grand désarroi des sympathisants. A tel point que Pablo Iglesias, pendant les fêtes de fin d’année, s’est fendu d’un mot d’excuse à travers une vidéo adressée aux inscrits : « Pardonnez-moi, je sais que nous sommes en train de vous faire honte ».

L’opposition entre les errejonistes et les pablistes s’est matérialisée dans un premier temps lors du vote pour le choix des règles de Vistalegre II, au mois de décembre. La proposition de Pablo Iglesias l’avait alors emportée d’une très courte tête sur celle d’Iñigo Errejón – 41,6% des voix contre 39,1% -, le projet présenté par le secteur anticapitaliste arrivant en troisième position. Pablo Iglesias a perçu ce coude à coude comme un avertissement et n’a pas hésité par la suite à mettre son propre avenir dans la balance : si son projet n’obtenait pas la majorité au congrès, il démissionnerait de son poste de secrétaire général. Une manière de faire pression sur le camp errejoniste, qui souhaitait que l’orientation stratégique de Podemos soit modifiée tout en conservant Pablo Iglesias à sa tête. Quelques jours avant Vistalegre II, Iglesias laissait même planer le doute quant à son éventuelle démission de son poste de député. Une démarche plébiscitaire vivement critiquée par les partisans d’Iñigo Errejón.

Iglesias-Carolina-Bescansa-Asamblea-Vistalegre_EDIIMA20141023_0716_34
Le « groupe promoteur » au premier congrès de Podemos. De gauche à droite : Juan Carlos Monedero, Pablo Iglesias, Luis Alegre, Iñigo Errejón et Carolina Bescansa.

Le point culminant de ces dissensions internes est intervenu dans les dix jours précédant le congrès. Dans une tribune publiée par le journal El diario, Luis Alegre, l’un des co-fondateurs de Podemos désormais en retrait, s’inquiétait des intentions de l’équipe de Pablo Iglesias: « je ne voulais pas me reprocher d’être resté muet alors que je voyais comment un groupe de conspirateurs était sur le point de prendre le contrôle de Podemos ». Dans sa ligne de mire, la nouvelle garde rapprochée du secrétaire général – Rafael Mayoral, Irene Montero et Juanma del Olmo – qu’il accuse de vouloir en finir avec les errejonistes par une « logique de persécution de l’ennemi interne qui rappelle les pires traditions de la gauche ».

Luis Alegre n’est pas le seul parmi les fondateurs de Podemos à être monté au créneau pour alerter des dangers de la division. C’est aussi le cas de Carolina Bescansa. Après que les trois courants en lice pour Vistalegre II ont échoué à trouver un accord pour présenter un projet commun, la secrétaire à l’analyse politique a annoncé qu’elle renonçait à présenter de nouveau sa candidature au conseil citoyen, tout comme le secrétaire à l’économie Nacho Alvarez. Une manière pour Carolina Bescansa de rejeter l’extrême polarisation des débats entre pablistes et errejonistes.

L’unité, un mot d’ordre omniprésent

C’est donc dans un contexte de tensions et d’incertitudes que Podemos s’est dirigé vers le deuxième congrès de son histoire. Du 4 au 11 février, les 456 000 inscrits étaient invités à voter en ligne pour plusieurs documents – politique, organisation, éthique et égalité – ainsi que pour le renouvellement du conseil citoyen et du secrétariat général.

Le week-end du 11 et 12 février, ce sont près de 9 000 personnes qui ont assisté à l’assemblée citoyenne dans le Palacio Vistalegre, au sud de Madrid. La journée du samedi était consacrée à la présentation des différents documents par chacune des équipes en lice – les pablistes, les errejonistes, les  anticapitalistes, et la candidature marginale de Podemos en equipo. Les orateurs se sont succédés à la tribune tandis que le public scandait d’intarissables « Unité ! Unité ! Unité ! ». C’est la présentation des documents politiques qui a retenu l’attention, du fait des interventions de Pablo Iglesias, d’Iñigo Errejón, puis de Miguel Urbán et Teresa Rodríguez pour les anticapitalistes.

Miguel-Urban-Teresa-Rodriguez-Vistalegre_EDIIMA20170211_0360_5
Teresa Rodríguez et Miguel Urbán, chefs de file du courant anticapitaliste.

Dans son allocution, Pablo Iglesias a détaillé l’analyse politique déterminant la stratégie qu’il appelle de ses vœux. A travers un discours habituel sur la « nouvelle Transition » en cours, Iglesias a affirmé « ne pas se reconnaître dans la géographie politique du Parlement » et en a profité pour glisser une critique aux errejonistes : « la transversalité n’a rien à voir avec ressembler à Ciudadanos ou au PSOE ».

 

Iñigo Errejón, plus prudent, s’est surtout employé à critiquer les adversaires politiques de Podemos en précisant « il n’est pas vrai qu’ils sont plus forts que jamais ». « A l’offensive de ceux d’en haut, on n’oppose pas l’unité des étiquettes, on oppose l’unité populaire », a-t-il expliqué.

Le discours le plus remarqué a été celui de Miguel Urbán, pour la candidature anticapitaliste. Son plaidoyer tonitruant en faveur de l’unité a soulevé le public de Vistalegre : « Ici il n’y a pas d’ennemis intérieurs, nous sommes des camarades, nous ennemis sont dehors, et ils sont puissants ! »

A la fermeture du vote en ligne, 155 275 inscrits avaient pris part à la consultation. Un record de participation pour une consultation interne à un parti politique en Espagne. Le dimanche matin, les résultats ont été annoncés par la presse, avant d’être présentés officiellement dans l’enceinte de Vistalegre aux alentours de 12h.

La candidature Podemos para todas portée par Pablo Iglesias a remporté plus de 50% des voix pour l’ensemble des documents soumis à la votation. Recuperar la ilusión, celle d’Iñigo Errejón,  a obtenu entre 33 et 35% des suffrages, tandis que le projet anticapitaliste en a recueilli environ 10%.

Avec 37 sièges sur les 62 à pourvoir, les membres de l’équipe de Pablo Iglesias occupent 60% du nouveau conseil citoyen. Les 23 élus de l’équipe d’Iñigo Errejón représentent 37% de celui-ci, les anticapitalistes 3% avec seulement 2 sièges.

Pablo Iglesias et Iñigo Errejón à Vistalegre II.

La victoire de Pablo Iglesias est donc nette et plus marquée que ce qu’attendait la plupart des observateurs. Elle est confortée par sa réélection au poste de secrétaire général avec 89% des voix, face à son seul concurrent, Juan Moreno Yagüe, député au Parlement d’Andalousie et peu connu du grand public.

Sur la scène investie par les membres du nouveau conseil citoyen, Pablo Iglesias en a appelé à « l’unité et à l’humilité » pour « construire la justice sociale », « pour que les peuples de notre patrie récupèrent la souveraineté », ou encore pour « défendre les droits de l’homme face au fascisme qui arrive en Europe ». Son étreinte avec Iñigo Errejón au moment de monter sur scène a suscité une salve d’applaudissements, mais n’a pas dissipé les doutes quant au futur des errejonistes, dont les visages trahissaient une certaine tension lors de la proclamation des résultats.

Vistalegre II… Et après ?

Le document sur l’organisation du parti proposé par Pablo Iglesias, approuvé par une majorité d’inscrits, ne prévoyait pas de modifications substantielles en la matière. Alors que les deux candidatures minoritaires défendaient la nécessité d’accorder plus de pouvoir aux cercles, le projet d’Iglesias tend à reconduire la structure verticale adoptée à Vistalegre I. A tel point que certains observateurs s’inquiètent déjà de voir les promesses d’horizontalité renvoyées aux calendes grecques. « Les principales tendances voulaient plus de décentralisation, plus de pouvoir par le bas, plus de systèmes proportionnels, mais les bases ont voté plus de Pablo », écrit la journaliste Nuria Alabao dans la revue CTXT.

L’organigramme de Podemos devrait évoluer dans les prochains jours. Pablo Iglesias pourra s’appuyer sur la légitimité tirée de la consultation pour renforcer son contrôle sur la direction du parti, qui devrait être remodelée. Parmi les 10 membres du conseil citoyen ayant obtenu le plus de voix, 8 sont des proches d’Iglesias, seulement deux – dont Iñigo Errejón lui-même – appartiennent au courant errejoniste.

Errejon portavoz
Iñigo Errejón était jusqu’ici porte-parole de Podemos au Congrès des députés.

Le principal point d’interrogation au lendemain du congrès concerne l’avenir politique d’Iñigo Errejón. L’actuel numéro 2 du parti devrait vraisemblablement se voir retirer le poste de secrétaire politique. C’est d’ailleurs ce que sous-entendait Juan Carlos Monedero quelques heures après l’annonce des résultats : « Je l’ai toujours dit, il ne peut y avoir un secrétaire général et un secrétaire politique, parce que c’est la même chose ». Néanmoins, la plupart des cadres pablistes ont tenu à rassurer quant à la place de celui qui a été jusqu’ici l’architecte des campagnes électorales de Podemos. Pour Irene Montero, directrice de cabinet de Pablo Iglesias, Iñigo Errejón doit « continuer à jouer un rôle fondamental ». Manolo Monereo, nouvel entrant dans le conseil citoyen et figure intellectuelle de la gauche communiste, de même que le syndicaliste agricole et député Diego Cañamero, souhaiteraient le voir conserver son rôle de porte-parole au Congrès des députés. Pablo Iglesias avait quant à lui déjà donné son avis quelques jours auparavant, envisageant le moyen terme : selon lui, la personnalité et les talents d’Iñigo Errejón en feraient un candidat idéal pour succéder à Manuela Carmena à la mairie de Madrid…

Peut-on parler à propos de ces divisions d’une « crise de croissance », comme le suggère Carolina Bescansa ? Sans doute. La mobilisation électorale et l’horizon d’une victoire possible ont longtemps agi comme un ciment qui a fait tenir ensemble les différentes parties d’un ensemble hétérogène. Compte tenu du changement de cycle politique et du nouveau statut de Podemos, désormais présent dans les institutions à tous les niveaux, certaines clarifications semblaient inévitables. A Vistalegre II, c’est aussi un débat sur l’identité de Podemos qui s’est joué. Une identité forgée dans la tension constitutive entre le mouvement social et la représentation politique.

La nette victoire du projet de Pablo Iglesias semble indiquer la volonté d’une majorité d’inscrits d’arrimer Podemos à l’espace des mouvements sociaux et de maintenir une ligne sans concession à l’égard des deux partis de la « caste ». Le poids du leadership ne doit pas non plus être négligé, l’attachement à la figure de Pablo Iglesias et à ce qu’il représente dans la courte histoire du parti a sans aucun doute pesé sérieusement sur le résultat du scrutin.

Iglesias telefonica
Pablo Iglesias aux côtés des salariés de Telefónica, le 1er mai 2015.

Si les résultats d’Iñigo Errejón ne lui ont pas permis de disputer le contrôle du parti, son projet n’est pas marginal, il a été soutenu par plus d’un tiers des votants. La nouvelle direction devra composer avec la diversité des courants qui se sont clairement dessinés à Vistalegre. Reste à savoir si les injonctions à l’unité martelées tout au long du congrès par l’ensemble de ses protagonistes trouveront une traduction dans les actes. C’est là le premier défi qui attend Pablo Iglesias : dans un parti qui est parvenu à agglomérer en son sein des militants et des sympathisants de cultures politiques diverses, l’unité ne peut se faire dans l’uniformisation, elle doit passer par la reconnaissance de la pluralité, comme l’ont justement souligné Miguel Urbán et Iñigo Errejón.

Le second défi consistera à surmonter cet épisode d’exacerbation des tensions pour se recentrer sur l’essentiel. En affichant à l’excès ses dissensions internes, parfois même aux dépends du débat d’idées, Podemos s’est exposé aux attaques de ses adversaires, qui ont saisi l’occasion au vol pour dépeindre le parti comme une organisation nombriliste, détournée des préoccupations réelles des citoyens et finalement peu différente des formations politiques traditionnelles. Pour balayer ces critiques, Podemos devra démontrer de nouveau sa capacité à marquer le tempo de la vie politique espagnole, à imposer ses thèmes à l’agenda, à relayer les aspirations des victimes de la crise et à gagner en crédibilité par la politique municipale dans les « mairies du changement ».

Vistalegre II s’inscrit dans le premier acte de la guerre de positions engagée suite à la victoire de la droite conservatrice l’été dernier. Ce même week-end, le Parti populaire a réélu à sa tête Mariano Rajoy avec 95% des voix, au cours d’un congrès entaché de soupçons de fraude (business as usual). Le mois dernier, c’est Albert Rivera qui était reconduit à la présidence de Ciudadanos, qui en a profité pour assumer son orientation idéologique de centre-droit. Les statuts du parti faisaient jusqu’alors mention d’une identification à la social-démocratie, qui a maintenant disparu au profit d’une ligne « libérale-progressiste ».

Le socialiste Pedro Sánchez a démarré une opération de reconquête de la base du PSOE
Le socialiste Pedro Sánchez a démarré une opération de reconquête de la base du PSOE

Le panorama politique espagnol sera complété en juin prochain, avec les primaires du PSOE qui s’annoncent pour le moins intenses. Susana Díaz, qui gouverne l’Andalousie avec l’appui de Ciudadanos, incarnera l’aile droite du parti face à l’ancien dirigeant du Pays Basque Patxi López et au candidat malheureux des dernières élections Pedro Sánchez. Pedro Sánchez qui joue aujourd’hui la carte de la base militante, à laquelle il promet de « récupérer » le parti contre ceux qui ont livré sur un plateau le gouvernement au Parti populaire. Son objectif est tout indiqué : conserver ou recouvrer une part de l’électorat socialiste désabusée et tentée aujourd’hui de se tourner vers Podemos. Ces électeurs, ceux qui manquent à Podemos, et ceux que la stratégie d’Iñigo Errejón visait précisément à convaincre en priorité.

Crédit photos :

http://www.elconfidencial.com/espana/2017-02-12/asamblea-podemos-vistalegre-secretario-general-podemos-iglesias-unidad-humildad_1330268/

http://www.elespanol.com/espana/politica/20170131/190231649_0.html

http://www.eldiario.es/politica/Luis-Alegre-Pablo-Iglesias-Podemos_0_609289168.html

http://www.eldiario.es/politica/Miguel-Urban-fundador-Podemos-direccion_0_611739176.html

http://www.publico.es/politica/directo-asamblea-vistalegre-ii.html

http://www.ara.cat/es/Como-Errejon-inelegible-Fernandez-Diaz_0_1688831312.html

http://www.elconfidencial.com/multimedia/album/espana/2015-05-01/de-pablo-iglesias-a-la-manifestacion-de-los-sindicatos-asi-viven-las-fuerzas-politicas-el-1-de-mayo_786387#0

http://politica.elpais.com/politica/2017/01/28/actualidad/1485608197_357129.html

Your SEO optimized title