Julian Assange © Telesur
  • 996
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 11 avril 2019, Julian Assange, fondateur de Wikileaks, était arrêté à l’intérieur de l’ambassade d’Équateur à Londres, dans laquelle il avait trouvé l’asile politique depuis 2012. Lenín Moreno, l’actuel président équatorien depuis mai 2017, a lui-même « invité » la police londonienne à entrer dans son ambassade, cédant aux pressions des États-Unis. Cet épisode fait suite à une évolution des rapports de pouvoir survenus au sein de l’État équatorien et américain ; il découle des nouvelles orientation géopolitiques prises par la Maison Blanche depuis l’élection de Donald Trump. 


Si Lenín Moreno affirme que l’arrestation de Julian Assange est motivée par la violation des conditions de sa liberté conditionnelle, Jen Robinson, avocate de Julian Assange, y voit la réponse à une demande d’extradition de la part des États-Unis. Le chef d’accusation présumé consiste dans la divulgation des dossiers de guerre classifiés en 2010 obtenus grâce à l’ancienne soldate Chelsea Manning – elle-même de nouveau en prison depuis le 9 mars dernier pour avoir refusé de témoigner contre Wikileaks. Assange, quant à lui, pourrait être condamné à cinq ans de prison d’après le département de la justice des États-Unis.

Ces informations publiées en 2010 dévoilaient l’ampleur des crimes de guerre perpétrés par l’armée états-unienne en Irak et en Afghanistan ; éléments déclencheurs de « l’affaire Assange », ils ont permis d’établir à quel point ces huit années de guerre se sont déroulées en violation avec le droit international. La vidéo « collateral murder », diffusée le 5 avril 2010, prouvait que l’armée états-unienne commanditait des assassinats ciblés, alors couverts comme étant des « dommages collatéraux » et des « bavures » et a fait le tour du monde. Si l’administration Obama a par la suite reproché à Assange d’avoir mis en danger la « sécurité nationale » des États-Unis, une analyse du département de la Défense datant de 2017 établit que ces « leaks » n’ont eu aucun impact ni sur la stratégie militaire états-unienne, ni sur son succès en Irak et en Afghanistan.

Assange et les jeux de pouvoir au sein de l’État américain

Mis en cause par la justice suédoise pour une accusation de viol – classée sans suite -, craignant une extradition vers les États-Unis alors qu’il se trouvait à Londres, Julian Assange s’est réfugié dans l’ambassade d’Équateur en 2012. Ce choix n’avait rien de fortuit : le gouvernement équatorien, alors dirigé par le président Rafael Correa (2007-2017), critiquait ouvertement la géopolitique états-unienne et affichait une volonté de s’affranchir du modèle économique promu par Washington. Julian Assange pariait sur un petit État latino-américain, peuplé d’à peine quinze millions d’habitants, historiquement soumis à l’hégémonie des États-Unis. Cet asile lui a permis de continuer à publier des informations secrètes pendant plusieurs années, demeurant le centre de l’attention mondiale dans les quelques dizaines de mètres carrés de son ambassade, et l’icône des mouvements critiques de la super-puissance américaine.

Rencontre (virtuelle) entre Rafael Correa et Julian Assange, à quelques mois de sa réclusion à l’ambassade d’Équateur.

La présidence de Rafael Correa coïncidait, chronologiquement, avec celle de Barack Obama. Celui-ci critiquait depuis de nombreuses années les erreurs grossières commises par George W. Bush, dont la « grande stratégie néo-impériale » – pour reprendre le concept développé dans un article de l’éminente revue Foreign Affairs – menaçait la stabilité de l’hégémonie américaine sur le long terme. Lorsque Barack Obama arrive au pouvoir en 2009, une partie importante des élites économiques, financières et militaires est acquise à l’idée que la violation ouverte du droit international promue par les néoconservateurs, qui a caractérisé les présidences de George W. Bush, ne peut qu’être défavorable aux intérêts des États-Unis. Les deux mandats de Barack Obama signent ainsi le déclin du courant néoconservateur au sein de l’État américain.

Cette volonté de se départir de l’image « d’État voyou » léguée par son prédécesseur a poussé Barack Obama à adopter une attitude relativement conciliante à l’égard de Wikileaks. Si l’administration Obama n’a jamais renoncé à extrader Julian Assange aux États-Unis, elle n’en a pas fait l’une de ses priorités. Plus sensibles aux revendications de la Chambre de commerce des États-Unis que des néoconservateurs, les diplomates nommés par Obama ont davantage pressuré l’Équateur pour défendre les grandes entreprises américaines (dont la fameuse multinationale Chevron) que sur l’asile accordé à Assange.

L’élection de Donald Trump marque un tournant significatif. Les déclarations laudatives du candidat Trump à l’égard de Wikileaks lors de la campagne présidentielle, ainsi que sa critique erratique des guerres interventionnistes menées par les États-Unis, ont poussé une partie importante des médias à émettre l’hypothèse d’une complicité naissante entre l’outsider milliardaire et l’organisation dissidente. Une fois élu, Donald Trump a rapidement dissipé toute ambiguïté en s’entourant de figures néoconservatrices de l’ère Bush, hostiles à Julian Assange. La fraction néoconservatrice de l’État américain ayant repris le dessus, la sécurité de l’empire devait primer toute autre considération ; l’arrestation d’Assange, symbole vivant de la défiance à l’égard de la super-puissance américaine, devenait une priorité – au même titre que la chute du gouvernement chaviste au Venezuela et du régime des mollahs en Iran.

Ce durcissement de la politique étrangère états-unienne survient alors qu’un changement de pouvoir décisif a lieu en Équateur.

Lenín Moreno, le FMI et les scandales de corruption

En avril 2017, Lenín Moreno, ex-premier ministre de Rafael Correa, remporte les élections présidentielles équatoriennes face au banquier libéral Guillermo Lasso. En apparence, c’est un triomphe pour les « corréistes » ; en réalité, les proches de Rafael Correa savent que Lenín Moreno ne va pas tarder à adopter des orientations politiques bien plus libérales et pro-américaines que son prédécesseur. Peu de temps plus tard, réformes néolibérales et rapprochements diplomatiques avec les États-Unis se succèdent. Celui qui, au sein du gouvernement de Rafael Correa, avait toujours été hostile à Julian Assange, ne tarde pas à montrer qu’il est prêt à faire des concessions sur ce dossier.

Moreno décide progressivement de durcir les conditions « d’hébergement » d’Assange en réduisant son temps de visite et ses communications avec ses proches et avocats. Le paroxysme est atteint le 28 mars 2018, lorsque sa connexion internet lui a été coupée, lui enlevant ainsi tout contact avec le monde extérieur. Le 19 octobre de la même année, son avocat Baltasar Garzon annonce qu’une procédure est en cours pour porter plainte contre l’Équateur pour violation des droits fondamentaux d’Assange.

Cette évolution fait suite à des pressions émanant du département d’État américain, mais répondent peut-être également à des enjeux de politique interne. Depuis plusieurs semaines, en effet, Moreno est embourbé dans de multiples scandales de corruption. Le procureur général de l’Équateur a publié une déclaration le 19 mars dernier, indiquant qu’une enquête avait été ouverte sur le scandale des « documents INA » (acronyme des prénoms des trois filles de Moreno : Irina, Karina et Cristina) impliquant le président Lenín Moreno et sa famille. L’un des proches de Moreno, Xavier Macias, aurait exercé des pressions au sujet du contrat de la centrale hydroélectrique Coca Codo Sinclair (contrat d’un montant de 2,8 milliards de dollars) ainsi que de l’usine Zamora 300MW, afin que ces contrats soient obtenus par Sinohydro, une compagnie de construction détenue par l’État chinois. Les montages financiers de cette entreprise chinoise passent par plusieurs comptes appartenant à la compagnie d’investissements INA, une entreprise fantôme fondée à Belize, paradis fiscal notable, par Edwin Moreno Garcés, le frère même du Président. Les éléments les plus accablants semblent indiquer que les fonds furent utilisés pour l’achat d’un appartement de 140 m² dans la ville d’Alicante en Espagne, et de plusieurs articles de luxe pour le président Moreno et sa famille à Genève en Suisse, durant sa mission d’Envoyé Spécial pour les Droits des Handicapés auprès des Nations Unies. En réaction, le gouvernement équatorien a dénoncé une conspiration visant à le renverser, qui serait orchestrée par Wikileak et l’ex-président Rafael Correa – sans que le moindre élément permette d’établir la responsabilité de Wikileaks quant à la fuite de ces documents.

Le pouvoir de Lenín Moreno voit son impopularité s’accroître de jour en jour. Les élections locales et régionales du 24 mars dernier ont soulevé des controverses quant à leur régularité ; elles ont été accompagnées d’allégations de fraude quant au décompte des voix, notamment des tentatives de validation de votes nuls et de disqualification des candidats de l’ancien président Rafael Correa. Ainsi, les observateurs de l’Organisation des États Américains ont pu relever un manque de transparence et de légitimité dans ce processus électoral. On peut donc interpréter la décision prise par Moreno d’expulser Julian Assange comme une tentative de diversion par rapport aux critiques qui pèsent sur lui.

D’aucuns, du côté des corrésites, estiment que l’éviction de Julian Assange est liée à un autre événement récemment survenu : un prêt de 4,2 milliards de dollars émanant du Fonds Monétaire International (FMI) au gouvernement Moreno. Cet accord coïncide avec le licenciement de plus de 10 000 fonctionnaires et la mise en place d’une politique de réduction du secteur public et des dépenses sociales, symptômes du tournant néolibéral du gouvernement Moreno. A-t-il également été conditionné à l’éviction de Julian Assange ? C’est ce qu’affirment certains critiques de Lenín Moreno, arguant du poids considérable des États-Unis auprès de l’institution financière internationale.

La presse traditionnelle, Wikileaks et la question du journalisme

Dans le bras de fer entre Wikileaks et le gouvernement états-unien, il faut mentionner un acteur essentiel : le système médiatique. La couverture médiatique de Julian Assange, globalement défavorable, s’est refusée à lui reconnaître le statut de « journaliste », le présentant comme un « activiste » – voire un « hacker ». Julian Assange revendique pourtant le statut de journaliste indépendant, dont le travail ne serait pas de s’immiscer dans des conflits d’intérêts inter et intra-étatiques, mais de permettre aux citoyens de savoir ce que font leurs gouvernements en leurs noms. En se positionnant comme un contre-pouvoir, il a logiquement été présenté comme l’ennemi de la sécurité des États – mais aussi, rapidement des journalistes et de la presse traditionnelle. Il est pourtant permis de se demander en quoi le travail effectué par Wikileaks depuis sa création, à savoir la diffusion d’informations secrètes auprès du public, se différencie fondamentalement du journalisme traditionnel – si ce n’est l’ampleur des révélations et la volonté d’indépendance absolue de Wikileaks à l’égard des gouvernements et des organisations privées.

Glenn Greenwald, journaliste du Guardian contacté par Edward Snowden pour révéler en 2013 l’interception illégale et la surveillance de masse perpétrées par la NSA, a subi, dans une moindre mesure, un traitement médiatique similaire. Dans son livre No Place to Hide, il dénonce le dévoiement du « quatrième pouvoir » par les liens interstitiels entre ceux qui gouvernent et ceux qui transmettent des informations. En outre, il pointe du doigt la concentration accrue des richesses qui permet aux sociétés les plus fortunées d’acheter de l’influence dans les journaux, les chaînes de télévision, le secteur cinématographique, les réseaux sociaux, etc. Raison pour laquelle il en arrive à la conclusion qu’il est crucial de conserver des journalistes indépendants et de véritables contre-pouvoirs, à l’instar de Julian Assange.

Qu’espérer de la justice anglaise ou américaine, qui ne reconnaît pas l’activité de Julian Assange comme un travail journalistique, et à cet égard ne le protège pas comme journaliste ? Comme le suggère Juan Branco, avocat français de Julian Assange, la seule réponse est aujourd’hui politique – celle qui émane de la société civile globale.

Par Taysir Mathlouthi, Denis Rogatyuk et Vincent Ortiz. Traduction réalisée par Patricia-Ann Boissonnet et Loïc Dufaud-Berchon.


  • 996
  •  
  •  
  •  
  •