Benoît Hamon, l’utopie et le rapport de force – retour sur sa conférence à l’ENS

© Capture compte Facebook de Benoît Hamon / DR
© Capture compte Facebook de Benoît Hamon / DR

Ce 11 septembre 2018, Benoît Hamon a pu exposer sa vision du monde, son programme économique et ses projets politiques devant les étudiants de l’Ecole Normale Supérieure. Durant cette conférence organisée par l’association ConferENS, le président de Génération.s a été confronté à l’économiste orthodoxe Gilles Saint-Paul, puis aux questions des étudiants présents dans la salle, ce qui lui a permis de répondre à plusieurs objections qu’on lui adresse d’ordinaire. L’une d’entre elles revient avec régularité : l’accusation d’utopisme. Le programme de Génération.s serait inapplicable, surtout dans le contexte d’une mondialisation croissante des échanges et des économies, à l’heure des multinationales gargantuesques et des Etats lilliputiens, réduits par les marchés financiers à peau de chagrin. Benoît Hamon, doux rêveur incapable de comprendre qu’il n’est pas de “futur désirable” dans le monde du XXIème siècle ? La complexité des enjeux ne souffre pas que l’on pose la question en des termes aussi simplistes.

La file d’attente s’allonge devant les bâtiments de la rue d’Ulm. Normaliens et étudiants en Sorbonne sont venus assister au premier événement de l’association ConferENS, dont les membres fondateurs veulent faire un pôle de débats et d’échanges de points de vues divergents, en donnant la parole à

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter