© Kalpak Travel / Wikimédia
© Kalpak Travel / Wikimédia
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Considérée comme l’une des pires dictatures de la planète, le Turkménistan est aussi un pays où le groupe Bouygues est solidement implanté, puisqu’il y réalise la moitié de son chiffre d’affaires mondial. Bouygues a connu une idylle avec l’ancien président Saparmurat Niyazov, dit « Turkmenbachi », le Chef des Turkmènes (1991-2006), passé à la postérité pour sa mégalomanie. Les relations se sont poursuivies avec l’actuel président Berdymouhamedov, et se sont même intensifiées depuis quelques mois. Retour sur les rapports de Bouygues avec ce pays.


Le contexte du Turkménistan : une économie de rente

Le Turkménistan est un pays issu de l’URSS, devenu indépendant en 1991. Peuplé de 5 à 6 millions d’habitants, il est composé majoritairement d’une population turkmène. Celle-ci représente jusqu’à 85 % de la population en 2012, avec des minorités russes et ouzbèkes.

L’indépendance a permis au leader communiste de la république soviétique d’alors, Saparmurat Niyazov, de se maintenir au pouvoir contre une opposition en exil et de se proclamer Türkmenbachi, le Chef des Turkmènes. Il établit une dictature féroce au nom de l’ordre intérieur et d’une neutralité extérieure. Mort en décembre 2006, son dentiste et Premier Ministre Berdymouhamedov lui a succédé et règne depuis avec le même système dictatorial. Le classement mondial 2018 de la liberté de la presse place le Turkménistan 178e sur 180, ne devançant que l’Érythrée et la Corée du Nord. Les antennes paraboliques donnant accès à des chaînes étrangères sont arrachées au nom « de l’embellissement des villes ».

Un rapport d’Amnesty International datant de 2004 se montre sceptique quant à la possibilité d’une évolution positive de la situation des Droits de l’Homme. Le Turkménistan, note ce rapport, entretient de bonnes relations aussi bien avec les États-Unis qu’avec la Russie (ne convoitant pas les marchés des pays environnants), avec les investisseurs étrangers, qu’il accueille dans de bonnes conditions, tandis que la médiatisation du Turkménistan à l’étranger est quasiment nulle, un pays à la démographie aussi faible n’attirant pas l’attention des médias. Ces facteurs permettent au pouvoir turkmène de jouir d’une stabilité certaine. Quinze ans plus tard, ils n’ont pas fondamentalement changé.

Les ressources du Turkménistan consistent principalement dans ses hydrocarbures. En plus du pétrole abondant, on estime que les réserves de gaz du Turkménistan sont les quatrièmes au niveau mondial. L’économie du Turkménistan est une économie de rente qui permet de maintenir un PIB par habitant élevé (davantage que l’Iran, et cinq fois plus élevé que son voisin l’Ouzbékistan). Cette économie est structurellement dépendante du cours des matières premières. Jusqu’en novembre 2017, la population avait ainsi un accès gratuit à l’eau, au gaz et à l’électricité. Ce n’est plus le cas pour des raisons budgétaires, des coupes ayant été effectuées suite à la chute mondiale du cours du pétrole.

La transition : de l’URSS à l’indépendance

Parmi les républiques soviétiques d’Asie Centrale, le Turkménistan se distinguait par la persistance d’une logique tribaliste, certaines tribus continuant d’exercer une domination sur d’autres. Le drapeau turkmène, conçu lors de l’indépendance, fait figurer les motifs des cinq principales tribus : Teke, Yomut, Arsary, Yodur et Chomut. Teke est la plus prestigieuse de toutes, avec comme motif d’orgueil le cheval Akhal-Teke, particulièrement robuste et ayant frôlé la disparition au XXe siècle par les politiques soviétiques. Niyazov vient du sous-ensemble Akhal-Teke comme son successeur.

L’ère soviétique constitue une période de sédentarisation forcée, qui remet en cause le rôle des tribus dans leur capacité à forger les identités et impose de nouvelles élites soviétique. En 1991, quand l’URSS éclate, Niyazov est le chef du Parti communiste local depuis six ans. Hostile à la libéralisation politique promue par Gorbatchev, il conserve l’ensemble des pouvoirs, devient Président, puis chef du gouvernement et chef des Armées suite à l’éclatement de l’URSS.

Cette transition prend la forme d’un isolement économique et politique renforcé. Niyazov mise sur son maintien au pouvoir par une rhétorique nationaliste, glorifiant le passé turkmène et sa personne en marginalisant les minorités russes et ouzbèkes, les poussant à l’assimilation ou à l’exil. Il assure sa mainmise sur les infrastructures pétrolières et gazières, dont le pays tire une bonne partie de ses revenus, pour les vendre de temps à autres à la Chine, la Russie ou l’Iran.

Depuis, les structures autoritaires au fondement du pouvoir turkmène ont peu évolué. L’opposition est ou bien contrainte à l’exil, ou bien morcelé et impuissante. Les manifestations régulières (1995, 2002, 2006, 2008) sont violemment réprimées.

Le Turkménistan et son régime néopatrimonial

Pour comprendre la relation de Bouygues avec le pouvoir turkmène, il est nécessaire d’éclairer le fonctionnement du gouvernement turkmène. Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, professeur à l’ENS et à Sciences Po Paris, a détaillé ce fonctionnement dans Turkménistan, livre écrit après avoir été attaché à l’ambassade de France à Achgabat entre 2007 et 2008. Vilmer explique la manière dont le pouvoir de Niyazov émanait directement de sa parole pour être traduit en directives auprès de l’administration. L’administration avait tendance à anticiper les décisions du président, et à les déduire de ses paroles, parfois sibyllines. Ce fonctionnement a par exemple débouché, en 2003, sur l’obligation de porter des nattes pour les lycéennes après que Niyazov ait dit apprécier les jeunes filles ayant des nattes. Une phrase du Président devient ainsi une règle administrative qui s’applique à la population.

« La rente des hydrocarbures et ses pratiques clientélistes ont permis à Niyazov d’asseoir son pouvoir »

Ce fonctionnement rejoint une logique néo-patrimoniale. Le concept de « néo-patrimonialisme » a surtout été utilisé pour décrire le fonctionnement de pays africains fonctionnement avec une « politique du ventre ». En 2013, Marlène Laruelle, historienne spécialiste de la Russie et de l’Asie centrale, le mobilise pour décrire l’Asie centrale. Un régime néo-patrimonial est un régime clientéliste d’apparence bureaucratique, où le contrôle des ressources par le président permet de diriger l’État par une redistribution à ses soutiens, quitte à appauvrir le reste de la population. La corruption par des relations informelles est donc la clé de voûte du système, bien plus que les institutions formelles. La logique de la gratuité du gaz et de l’eau s’apparente ainsi davantage à des pratiques clientélistes qu’à celles d’un État-Providence, la stabilité et les avantages économiques justifiant le nouveau régime et sa forme autocratique.

Si Niyazov n’implique pas sa famille dans ce système, il arrose la majorité turkmène, et notamment les tribus les plus puissantes. C’est ainsi que la rente des hydrocarbures et ses pratiques clientélistes ont permis à Niyazov d’asseoir son pouvoir. Les chantiers constituent également un moyen d’enrichir le président et ses proches, car les investisseurs étrangers doivent payer un prix conséquent pour s’attirer les bonnes grâces du pouvoir. La construction est ainsi un secteur particulièrement fertile pour détourner les projets publics à des fins privées.

Achgabat : une capitale transformée par Bouygues

Achgabat, capitale du Turkménistan, intrigue par ses bâtiments en marbre blanc et ses immenses avenues au milieu du désert. Surnommée «  le Disneyland stalinien » pour son aspect ludique, sa transformation est l’œuvre de Niyazov. Niyazov voulait créer une vitrine monumentale glorifiant la nation turkmène et a fait appel à plusieurs entreprises étrangères, avec en tête les entreprises turques et françaises.

Bouygues a ainsi participé à la construction d’une ville aux bâtiments monumentaux, avec un style « persico-palladien ». Ce style mélange une architecture grecque classique ainsi que des coupoles et des décors colorés courants dans le monde persan. Il a donné à Achgabat une fonction de mirage au sein d’un pays enclavé et inégalitaire.

Le culte de la personnalité de Niyazov

Niyazov a mis en place un système fondé sur le culte de la personnalité. Président d’une population peu éduquée et mal vue sous l’URSS, il a réduit l’éducation en exaltant un culte de la nation turkmène et de sa personne. Ce culte s’est même étendu à sa famille décédée, allant jusqu’à changer le mot « pain » pour le remplacer par le nom de sa mère. Il renomma aussi le XXIe siècle en l’appelant « L’époque de Saparmurat Turkmenbachi le Grand ».

Ce culte de la personnalité et l’exaltation de la nationalité turkmène s’est doublé de mesures prises contre certaines minorités et la mixité des couples. Entre 2001 et 2005, une série de lois visent les minorités russes et ouzbèkes, comme une taxe de 50 000 dollars sur le mariage d’un Turkmène avec une étrangère, ou l’interdiction de la double citoyenneté. « Halk, Vatan, Turkmenbachi » est un slogan massivement utilisé signifiant « Le Peuple, la Patrie et Turkmenbachi ». Niyazov a ainsi également imposé le déplacement de membres de la minorité ouzbèke dans le désert, ou leur renvoi en Ouzbékistan.

« L’ambassade de France ne s’engage pas sur les questions de libertés religieuses ou de droits de l’homme, pour ne pas compromettre Bouygues »

Le président a été jusqu’à écrire et faire la promotion d’un livre nommé le Ruhnama (Le Livre de l’Âme). Annoncé comme l’équivalent du Coran ou de la Bible, ce livre a pour but d’endoctriner les Turkmènes sur leur histoire et d’asseoir son culte de la personnalité. L’apprentissage de certains passages du livre est par exemple devenu obligatoire pour travailler pour l’État ou avoir son permis de conduire. Il permet également de légitimer l’ordre social et politique du Turkménistan (on y trouve une série de phrases autour du thème : « La femme vit pour son mari, le mari pour son peuple. »).

Les liaisons de Bouygues-TF1 avec Niyazov

Bouygues s’implante au Turkménistan en 1994, lors de la visite de François Mitterrand à Achgabat. Illustrant les liens entre l’État Français et les grandes entreprises françaises, la France fut le premier pays européen à lier des relations diplomatiques avec le Turkménistan. Les relations entre Niyazov et Martin Bouygues devinrent rapidement très étroites. Niyazov recevait Bouygues avec un protocole digne d’un ambassadeur.

Cette collaboration de Bouygues allait au-delà de la simple construction de bâtiments publics. Le manque de compétences techniques a mené Bouygues à s’occuper de l’entretien direct des services de sécurité, de travaux supplémentaires, ainsi que de la formation des ingénieurs et du personnel turkmène. Ensuite, TF1, appartenant au groupe Bouygues, a participé à moderniser la télévision turkmène, outil essentiel de propagande.

On retrouve ainsi un accord signé en 1996 pour « moderniser et développer la télévision turkmène  ». TF1 réalise même une édition spéciale de 40 minutes avec le dictateur. Celle-ci, non diffusée, a rassemblé notamment Martin Bouygues, le dictateur et Patrick le Lay. L’auteur du « temps de cerveau disponible » s’en est justifié : « J’ai un client, je lui fais plaisir. » TF1 a conçu et équipé les plateaux, jusqu’à réaliser le logo d’un profil doré du dictateur qui apparaît sans discontinuer sur l’écran. Faire plaisir à Niyazov n’a pas de limites : Bouygues a fait traduire et éditer le Ruhnama en français.

Une collaboration assumée

Dans ses mémoires, Aldo Carbonaro, représentant de Bouygues au Turkménistan, démontre les convergences de vues entre l’entreprise et le pouvoir turkmène. Comme anecdote, on trouve un appel soudain de Niyazov à Carbonaro : « Je veux que tu me construises un Parlement pour 120 députés derrière le Ministère de la Défense, car tous les médias étrangers disent que je gouverne tout seul et je veux leur démontrer que le Turkménistan est une démocratie. »

La réalité et la profondeur de cette collaboration n’a jamais été un secret en France. Le Monde rapporte ainsi un propos d’un diplomate français en avril 2006 : « Bouygues est une ambassade séparée ; d’un autre côté, l’ambassade de France ne s’engage pas sur les questions de libertés religieuses ou de droits de l’homme, pour ne pas compromettre Bouygues. » Cette question avait donné naissance au documentaire « Shadow of the Holy Book » par le finlandais Arto Halonen en 2007.

Berdymouhamedov : le maintien du statu quo

Aldo Carbonaro relate également la succession fin 2006. Bouygues reste un partenaire conséquent sur les chantiers de prestige, mais sans la même prééminence : « Les bâtiments de prestige sont pour les Français, les bâtiments tertiaires, les logements et l’industriel pour les Turcs, les équipements hospitaliers pour les Allemands et les centrales électriques pour les Américains. », a résumé alors le nouveau président.

Berdymouhamedov, en 12 ans, a maintenu la structure dictatoriale à travers un usage massif de la propagande. Il a mis en place une Constitution en 2008 qui renforce encore davantage les pouvoirs du Président. Le nouveau président a accepté le retour de l’opéra, débaptisé quelques monuments de l’époque Niyazov et rétabli le calendrier géorgien. Il a intégré sa famille dans le système néo-patrimonial et a su se maintenir aisément au pouvoir depuis. Âgé aujourd’hui de 62 ans, Berdymouhamedov prépare sa passation de pouvoir. Les cheveux grisonnants, il a promu son fils Serdar vice-gouverneur de la région d’Akhal, la région de l’ensemble Akhal-Teke.

Les dernières difficultés économiques du Turkménistan

En février 2018, de nouveaux chantiers importants étaient commandés à Bouygues avec un potentiel de plus d’un milliard de dollars. Entre autres : un centre des congrès, un hôtel de luxe géant, un terrain de parade et des immeubles. La remontée du prix du baril en fin 2017 a favorisé cette relance de la construction massive à Achgabat. Les aventures de Bouygues au Turkménistan semblent donc avoir encore de beaux jours devant elles.

Au même moment, l’eau, le gaz et l’électricité devenaient payants pour la population turkmène. C’est que la situation économique turkmène subit des complications. Non diversifiée et isolée, elle a peu de débouchés économiques, ce qui favorise un chômage de masse informel qui atteint près de 40 % de la population. L’enseignement ainsi que les services de santé ont été dégradés depuis l’éclatement de l’URSS. Cette crise sociale se double d’un désastre écologique qui prédomine depuis la période soviétique, avec des eaux salinisées et une Mer Caspienne polluée. La distribution de l’eau s’avère catastrophique, produisant près de 75 % de pertes, dans un pays désertique.

Berdymouhamedov a donc rogné en novembre 2017 sur les garanties données par Niyazov sur la gratuite de l’eau, du gaz et de l’électricité – qui relevaient davantage d’une politique clientéliste que des garanties offertes par un État-Providence. Leur suppression dévoile la structure prédatrice du pouvoir turkmène, dominé par une minorité qui contrôle l’ensemble des ressources du pays et emploie tous les moyens pour les conserver. La politique turkmène du ventre est désormais nue.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •