Chantal Mouffe : pourquoi la gauche populiste devrait se rallier autour d’une transformation démocratique écologique

Buenos Aires, 6 de octubre de 2015 – Se realizó en el Centro Cultural Kirchner, la apertura del encuentro titulado “El pueblo y la política”, un homenaje a Ernesto Laclau, organizado por el Ministerio de Cultura de la Nación, por medio de la Secretaría de Coordinación Estratégica para el Pensamiento Nacional…Fotos: Mauro Rico/ Ministerio de Cultura de la Nación.

La fin du populisme de gauche a récemment été annoncée par plusieurs de ses critiques qui affirment que, puisque les partis populistes de gauche n’ont pas été capables d’atteindre leurs objectifs, il est désormais temps de revenir à une conception traditionnelle de la politique envisagée à travers le prisme des classes sociales. Je veux défier cette vision en affirmant qu’une stratégie populiste de gauche est aujourd’hui plus pertinente que jamais. Le Covid-19 a creusé les inégalités déjà existantes, et a accentué la crise organique du néolibéralisme. Il n’y aura pas de retour au business as usual après la pandémie. Traduction réalisée par Laura Chazel et Nikola Delphino. Publication originale sur le site OpenDemocracy.

C’est pourtant ce qui était arrivé après la crise économique de 2008. Mais pendant ces années-là, l’hégémonie du néolibéralisme n’a été que très peu contestée, alors qu’aujourd’hui le contexte politique est différent. La crise de 2008 a mis en avant les limites du capitalisme financier, et la globalisation néolibérale a cessé d’être considérée comme notre destin. Après des années de « post-politique », durant lesquelles il n’y a pas eu de réelle différence entre ce que proposaient la gauche et la droite, nous assistons aujourd’hui à un « retour

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter