https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/81/Emmanuel_Macron_%2812%29.JPG/1280px-Emmanuel_Macron_%2812%29.JPG
Le président de la République française, Emmanuel Macron © Rémi Jouan, Wikimedia Commons
  • 14.1K
  •  
  •  
  •  
  •  

Depuis trois mois déjà, l’épidémie de coronavirus sévit en France. Pourtant, les mesures qui s’imposaient, comme le contrôle aux frontières, le confinement et la mise en suspens de la vie économique, sont arrivées beaucoup trop tard ou n’ont même jamais vu le jour. Pourquoi un tel aveuglement ? La réponse se trouve certainement dans le paradigme idéologique observé par les dirigeants français et européens : le néolibéralisme a nourri cette élite réfractaire à coups de mesures d’austérité et appauvri le reste de la population. Elle en paie aujourd’hui le prix. Le temps nous a échappé et les décisions tardives n’arrêtent que difficilement l’hémorragie. Une situation si catastrophique que notre Président se voit obligé de faire appel à un lexique disproportionné pour assurer un minimum de cohésion dans une société qu’il fait péricliter : « Nous sommes en guerre ». Alors, nos gouvernants ont agi comme des dirigeants militaires désastreux.


Le résultat d’un attentisme menant l’action de l’État à n’être que réaction

Alors qu’il avait été de bon ton de critiquer la Chine pour sa communication autour de l’épidémie (aujourd’hui devenue pandémie), mais aussi pour ses méthodes jugées « autoritaires », celle-ci a pourtant été félicitée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour sa gestion de la crise. Elle voit même aujourd’hui ses méthodes d’action copiées à l’étranger. Car si la lutte contre le virus se traduit par des affiches dans les aéroports, alors il n’est pas étonnant de voir une telle propagation en France, et au passage le discrédit de son modèle. Pourtant, il aurait été nécessaire de prendre au sérieux la Chine, comme l’a fait la Corée de Sud, et de profiter de ce temps pour agir plutôt que de réagir. Chaque journée comptait, et pourtant, les pouvoirs publics sont restés aveugles trop longtemps.

À la recherche des mesures préventives

La prudence aurait dû être de mise pour une raison toute simple : le coronavirus était et reste toujours un inconnu. Cette variable, aussi incertaine qu’inquiétante, aurait dû empêcher l’inaction et le confort de la routine. D’autant plus que l’état d’urgence sanitaire avait été déclaré par l’OMS dès le 30 janvier, et que l’organisation avait appelé dès la mi-janvier les pays à prendre d’ores et déjà des mesures pour endiguer l’épidémie naissante. Sa nouveauté aurait dû mener à la méfiance et les caractéristiques du virus, connues progressivement, auraient dû alerter. En effet, celui-ci constitue une menace mondiale : sa durée d’incubation d’environ une semaine est spectaculaire, sa létalité est loin d’être négligeable et avoisine les 3,4 % (à ne pas confondre avec la létalité de l’infection impossible à connaître), et sa capacité de mutation paraît probable (mutation qui semble d’ailleurs déjà avoir eu lieu en Iran). Finalement, sa grande période d’incubation couplée à de nombreux cas asymptomatiques permet à la maladie de se jouer des individus et de se répandre à une allure aussi imprévisible qu’inquiétante. Avec l’apparition d’un tel risque, chaque jour est compté, et si la science peut tenter de trouver des solutions, cette dernière a besoin de temps. Or, il est clair que les pays européens n’ont rien fait pour lui en accorder.

« La santé a été délaissée au profit de la préservation de l’intégration à la mondialisation libérale. »

La santé a été délaissée au profit de la préservation de l’intégration à la mondialisation libérale. Le libre-échange et les mesures d’austérité, en tête de proue, ont fragilisé les chances de résistance au virus.

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-comment-est-calcule-le-taux-de-letalite_3863003.html
© Capture d’écran : France TV Info

La France, cliente idéale du virus

L’impréparation française est injustifiable, car la France ne pouvait être épargnée par la l’épidémie, devenue bientôt pandémie.

©https://www.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6
© Center for Systems Science and Engineering

Cette carte recense les foyers actifs de la propagation du virus. Les pays majoritairement touchés par ce dernier recoupent les zones de la Triade, à savoir les grands pôles de la mondialisation libérale dans lesquels les mouvements de capitaux et d’humains s’entrecroisent. Que ce soit du fait du tourisme ou de l’interconnexion et de l’interdépendance des économies, ces régions concentrent les flux économiques et les mobilités. Une maladie aussi contagieuse que celle-ci n’avait alors plus qu’à attendre le bon chaland prêt à être rapatrié ou le ressortissant inconscient, et le tour était joué. D’autant plus que l’idée de contrôler les frontières n’a été discuté que très tardivement en Europe.

L’autre trait commun à la France, et à l’Europe, qui aurait dû nécessiter une prudence accrue est la forte proportion de personnes âgées. En effet, le taux de mortalité du virus évolue beaucoup en fonction de l’âge. Ainsi, les individus infectés de plus de 80 ans ont 14,8 % de risques de décéder, soit quatre fois plus que le taux mentionné ci-dessus. Or, s’il y a bien un bastion de vieillesse dans le monde, c’est l’Europe : l’âge médian y est de 42,2 ans en 2017, pour 30,4 ans dans le reste du monde. Cette population à risque est surreprésentée sur le territoire français, et pourtant, rien n’a été fait pour la protéger.

« La faible capacité d’accueil des hôpitaux est un facteur aggravant, qui aurait du nécessiter immédiatement des mesures drastiques pour endiguer l’épidémie. »

Enfin, la faible capacité d’accueil des hôpitaux est un facteur aggravant, qui aurait dû nécessiter immédiatement des mesures drastiques pour endiguer l’épidémie. Les pays européens, et la France en particulier, sont soumis à l’austérité budgétaire édictée par les critères de Maastricht, selon lesquels, par exemple, les institutions ne peuvent excéder 3 % de déficit. Les États se plient à ces exigences, qui mettent les services publics sous pression, jusqu’à les rendre totalement exsangues. Si la région de Wuhan a un taux de létalité particulièrement élevé, c’est notamment parce que les hôpitaux ont vite été surchargés. Ce qui apparaît en France n’est donc pas réjouissant : le Grand Est arrive déjà à saturation alors que la maladie est loin d’avoir atteint son pic. Le plus affligeant, c’est que cette situation avait été précédée par les revendications réitérées et désespérées d’un personnel hospitalier qui a multiplié les manifestations pour réclamer plus de matériel, plus de personnel, sans obtenir de réponses convaincantes ni même être entendu. L’OMS a récemment confirmé la sensibilité de l’Europe au virus en déclarant le continent nouvel « épicentre  » de celui-ci. Pourtant, malgré cette menace pesant sur la France, les alertes de l’ancienne Ministre de la Santé Agnès Buzyn à l’exécutif mi-janvier, annonçant un « tsunami (…) devant nous », n’ont suscité aucune réaction. Celle-ci se désiste alors de son poste pour s’affairer à la campagne des municipales. La fuite en avant semble s’esquisser, dans un contexte qui rappelle quelque peu la démission de Nicolas Hulot suite à l’inaction criante du gouvernement sur la question environnementale.

Lorsque le néolibéralisme prend le pas sur la santé

Les hôpitaux ont donc été abandonnés, et ce alors que l’épidémie devenait pandémie. Cette désertion des pouvoirs publics se traduit par cette phrase prononcée par un neurologue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à l’occasion d’une visite du Président de la République : « Vous pouvez compter sur nous, mais l’inverse reste à prouver ». En effet, s’en remettre à Emmanuel Macron conduit à une véritable impasse, car le gouvernement français dépend des directives de Bruxelles. Ainsi, le 12 mars dernier, Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a donné l’autorisation de faire fi des règles budgétaires : elle a annoncé une « flexibilité maximale » vis-à-vis des traités européens, sans pour autant annoncer la suspension de ceux-ci. Cette déclaration a été officialisée alors que le virus était déjà bien implanté en Europe. Les pays se sont retrouvés dans l’impossibilité d’agir, d’être proactifs, car les mesures d’austérité empêchent tout investissement public et force un immobilisme mettant en péril la santé publique. Ainsi, l’action de von der Leyen apparaît d’autant plus tardive et décevante si l’on se réfère aux recommandations de l’OMS conseillant de « préparer les hôpitaux et les dispensaires à faire face à l’augmentation brutale du nombre de patients, et former les agents de santé ». Dans sa grande mansuétude, la Commission européenne a débloqué 120 milliards d’euros pour venir en aide aux banques frappées par ce climat économique moribond. Et 37 milliards d’euros seront alloués pour aider en priorité les entreprises des pays membres. Le message est encore très flou, et la proportion d’argent allouée aux acteurs privés face aux États en proie à cette crise est révélatrice d’un biais dangereux. En parallèle de ces aides au privé, l’Italie réclame à corps et à cri du matériel sanitaire pour sauver ses hôpitaux, et celui-ci est livré par la Chine, après le refus de la France et de l’Allemagne.

Les Français sont-ils égoïstes ? Démunis semble plus pertinent, comme le montre le million de masques envoyé par la Chine à la France. « Nous saurons nous souvenir des pays qui nous ont été proches » a déclaré Luigi Di Maio pour remercier Pékin. Finalement, la solidarité européenne ne trouve sa place que dans les discours et les déclarations d’intentions, sans trouver à se concrétiser dans les actes. Mais qu’importe, persévérons dans cette union de l’attentisme et des tensions.

« La solidarité européenne ne trouve sa place que dans les discours et les déclarations d’intentions, sans trouver à se concrétiser dans les actes. »

L’autre objet d’entêtement de ces idéologues européens et français est l’épineuse question des frontières. Comme expliqué plus haut, le débat autour des frontières commence à peine à faire son chemin là où de nombreux pays ont déjà laissé place aux actes. Les pays qui se sont montrés proactifs et qui n’ont pas attendu pour mettre en place des contrôles ou interdictions aux frontières sont aujourd’hui dans une situation qui leur permet de contrôler les flux d’individus, et donc de malades. C’est le cas de la Russie, de l’Inde, du Pakistan, d’Israël, du Danemark, de la Pologne et de nombreux pays africains. Ces restrictions vont des contrôles sanitaires obligatoires à l’interdiction d’entrée sur le territoire aux ressortissants d’un État. Malgré sa pertinence, le 12 mars, Macron plaide contre le rétablissement des frontières internes à Schengen pour « éviter le repli nationaliste ». Celui-ci est aujourd’hui évité, au prix de la santé des Français. Le comble de l’incohérence a été atteint lorsqu’il a appelé à un renforcement des contrôles aux frontières de Schengen, comme si un repli européiste serait plus sain qu’un repli nationaliste, comme si ces idées primaient sur les vies. Emmanuel Macron veut « éviter des mesures non coordonnées » à l’échelle européenne, qui vont à l’encontre des traités européens : le principe de libre circulation nécessite l’envoi d’une missive à la Commission pour justifier la fermeture des frontières. Le Président attend ainsi le feu vert d’Ursula von der Leyen qui désapprouve ces contrôles aux frontières déclenchés unilatéralement. La France n’est plus souveraine, et elle en paie le prix. Évidemment, la fermeture perd en pertinence avec l’augmentation du nombre de cas internes au pays, sans être pour autant obsolète, comme le montre l’Allemagne qui tend à se barricader alors qu’elle est elle-même un foyer du virus. Le contrôle des mouvements humains est désormais essentiel dans ce contexte de crise sanitaire.

La gestion du coronavirus est l’histoire du triomphe du dogmatisme sur la raison. C’est en tout cas ce qui est constatable en France. Finalement, plus de temps aura été consacré à attendre une cohésion européenne et le relâchement des traités, qu’à la préparation face à l’impatient virus. Aujourd’hui, les mesures s’enchaînent, elles sont proportionnelles au danger. Ce qui est regrettable est que le gouvernement ait laissé ce même danger s’installer. Alors que qu’il aurait pu choisir l’action, la réaction est désormais tout ce qu’il lui reste. Mais cette pandémie est révélatrice d’une chose essentielle : nos préjugés, nos fondements, sont ébranlés. Notre interdépendance nous affaiblit. Les frontières ne sont pas amenées à disparaître. Le libéralisme économique tend à rencontrer ses limites, la croissance aussi. Espérons que cette élite politique considérera ce bouleversement à sa juste valeur.

AIDEZ-NOUS À GRANDIR

Le Vent Se Lève n'existe que grâce au soutien de sa communauté de lecteurs.
Si vous aimez notre travail, faites un don à l'association, votre soutien est précieux.

Faire un don

  • 14.1K
  •  
  •  
  •  
  •