Congrès péruvien © Arthur Oberlin pour Le Vent Se Lève
  • 76
  •  
  •  
  •  
  •  

Le résultat de l’élection législative extraordinaire qui a eu lieu au Pérou le 26 janvier 2020 vient confirmer la défaite cinglante des partis qui ont, depuis la chute de Alberto Fujimori au début des années 2000, été au premier plan de la vie politique nationale. Les chiffres sont marquants. Le parti Fuerza Popular, qui disposait d’une majorité absolue (73 sièges sur 130) au Congrès entre 2016 et 2019 n’en compterait, d’après les premières estimations1, plus que 12 (son score passant de 36.34 % en 2016 à 7 %). L’organisation politique Contigo, qui remplace Peruanos por el Kambio, le parti qui avait accompagné Pedro Pablo Kuczynski au pouvoir en 2016, disparaît quant à lui du parlement. Par Arthur Oberlin.


En 2016, la victoire du parti de droite libérale Peruanos por el Kambio à la présidence de la République s’était jouée à un fil et fut accompagnée d’une victoire sans appel de Fuerza Popular au parlement. Le second tour, qui voyait s’affronter deux nuances du libéralisme péruvien, technocrate d’un côté et populaire d’un autre marquait par ailleurs la désillusion de nombreux électeurs péruviens suite au mandat de Ollanta Humala. Élu en 2011 sur la proposition d’une Grande Transformation, la présidence Humala a finalement été marquée par la poursuite des politiques libérales en place depuis les années 90. Le rejet du fujimorisme, aux portes du pouvoir pour la première fois depuis la chute de Alberto Fujimori, emprisonné pour corruption et violation des droits de l’Homme, avait finalement entrainé la défaite au second tour de Keiko Fujimori, leader de Fuerza Popular et fille de Alberto, sans pour autant signifier une adhésion particulière pour Pedro Pablo Kuczynski. La montée en puissance tout au long de la campagne de la figure de Veronika Mendoza, candidate pour l’organisation Frente Amplio, ainsi que le résultat inespéré de Gregorio Santos, qui purgeait alors une peine de prison préventive, avait tout de même rappelé le poids encore important du discours de gauche, particulièrement dans les régions andines et au sein des communautés paysannes affectées par des projets miniers.

Les élections de dimanche témoignent par ailleurs de la disparition au parlement du Parti apriste péruvien, l’un des plus anciens partis politiques péruviens, qui avait obtenu en 2016 cinq sièges dans le cadre d’une alliance avec le Parti populaire chrétien (PPC). Plus aucun président sortant depuis la transition politique du début des années 2000 n’a de représentation parlementaire, puisque Perú Posible, parti de Alejandro Toledo (2001-2006) a perdu en 2016 son inscription électorale, et que le Parti nationaliste de Ollanta Humala (2011-2016) ne s’est pas présenté à l’élection.

Vote antisystème et crise politique : deux clefs du résultat de dimanche

De tels résultats ne sont pas surprenants. La dynamique antisystème du vote au Pérou est une constante de ces dernières décennies2. Elle a très largement été amplifiée par l’actualité récente du pays. Les révélations de financements illégaux de campagnes électorales ainsi que de pots de vins versés à des politiques en responsabilité par l’entreprise de construction Odebrecht a considérablement jeté le discrédit sur un grand nombre de figures politiques, en responsabilité ou dans l’opposition, et a poussé Pedro Pablo Kuczynski à la démission le 21 mars 2018. Son remplaçant, Martin Vizcarra, premier vice-président, s’est rapidement émancipé du parti Peruanos por el Kambio, duquel il avait été une personnalité invitée, et s’est érigé en figure de la lutte contre la corruption et la réforme politique. Les révélations de l’affaire Lava Jato ont été accentuées par le scandale des « cols blancs du Callao » qui a mis à jour un vaste réseau de corruption qui implique des criminels, des autorités du système judiciaire ainsi que des chefs d’entreprises et personnalités politiques. Outre Kuczynski, les figures politiques qui ont le plus souffert de ces scandales sont Keiko Fujimori, leader du parti Fuerza Popular qui a passé plusieurs mois en prison préventive, et Alan Garcia, leader de l’APRA. Ce dernier s’est suicidé en 2019 alors que la police se trouvait aux portes de son domicile3. La dissolution du Congrès avait été prononcée par Martin Vizcarra, le 30 septembre 2019, face à plusieurs tentatives de blocages, de la part de la majorité fujimoriste et de ses alliés du parti apriste, de la réforme politique et notamment d’une proposition d’avancer les élections générales, présidentielles et législatives, d’un an en 2020 au lieu de 2021.

Le nouveau parlement qui sera installé dans les jours à venir sera donc marqué par un fort renouvellement. Ce renouvellement n’est pas une donnée nouvelle du parlementarisme péruvien, et plus que les rapports de force internes qui devraient – a priori – être plutôt favorables à la réforme politique engagée par Vizcarra, le regard doit être porté sur la recomposition politique en cours dans le pays. De fait, le parlement qui vient d’être élu siègera pour une durée d’une année, et il est peu probable que d’importantes réformes soient mises en œuvre sur une si courte durée, en prenant en compte les strictes règles budgétaires qui imposent une série de restrictions en période électorale, les délais nécessaires à la mise en place de réformes et le poids toujours significatif du ministère de l’Économie dans la fabrique des normes.

Les perdants de la restructuration du jeu politique

Aucun parti ne peut être considéré véritablement comme gagnant d’un scrutin marqué par une forte dispersion des votes. Cependant plusieurs ont émergé, ou réémergé, et seront des protagonistes d’un champ politique en recomposition dans la perspective de l’élection générale de 2021. Le parti Acción Popular devrait, avec 10 % des votes valides exprimés, être la principale force dans le nouveau parlement avec 24 sièges. Parti de centre-droit, fondé dans les années 50, il profite des bons résultats obtenus lors de l’élection municipale de 2018, qui lui a notamment permis de diriger Lima, la capitale du pays, ainsi que de l’effritement de Contigo-Peruanos por el Kambio qui avait attiré en 2016 les votes urbains des classes moyennes et supérieures. Il profite aussi des mésaventures du Partido Morado, fondé en 2016 afin de renouveler le discours libéral et dépasser les partis politiques traditionnels de centre droit, qui a souffert de nombreuses attaques et révélations lors des dernières semaines de campagne4.

Du côté de la droite populaire, la forte chute du parti fujimoriste, ainsi que de Solidaridad Nacional, qui avait accueilli sur ses listes plusieurs anciens députés de Fuerza Popular, profite à Alianza para el Progreso ainsi et Podemos Perú, deux partis fondés par des entrepreneurs d’origine populaire ayant fait fortune dans l’éducation privée. Richard Acuña, fondateur de Alianza para el progreso, est propriétaire de l’une des principales universités privées du Pérou dont la structure est très largement utilisée par le parti afin d’organiser les campagnes et mobiliser les secteurs populaires urbains5. Née au début des années 2000, Alianza para el Progreso est l’un des partis émergents les plus réguliers des dernières années dans le pays, au travers notamment d’un ancrage en province ainsi que dans les quartiers populaires de Lima. En 2016, l’alliance avait vu la candidature de Acuña à la présidentielle annulée pour non-respect de la loi électorale qui interdit l’usage du don, en argent ou en nature, comme outil de campagne. Plus récent, Podemos Perú est dirigé par le fondateur José Luna, propriétaire de l’université Telesup. Luna fut plusieurs fois député de Solidaridad Nacional. Créé en 2017, la montée en puissance de Podemos Perú tient beaucoup à la personnalité de Daniel Urresti, qui fut tête de liste à Lima6. Ancien militaire et ministre de l’Intérieur, Urresti est une personnalité clivante qui capitalise sur une image de policier à la « main ferme » et incorruptible7. Il fut longtemps handicapé par des accusations d’assassinat ciblé d’un journaliste en 1988 alors qu’il dirigeait l’une des sections du renseignement de l’armée péruvienne dans la région de Ayacucho, particulièrement touchée par les actes terroristes du mouvement Sentier lumineux. Son acquittement en 2018 lui a ouvert de nouveaux horizons politiques.

Le FREPAP et Unión por el Perú : les deux surprises du scrutin

La surprise de l’élection fut probablement l’arrivée en force au congrès du FREPAP, Front populaire agricole du Pérou, né sur les cendres de l’Association évangélique de la mission israélite du nouveau pacte universel, absent du Congrès depuis le début des années 2000. Si le FREPAP a probablement bénéficié du vote dégagiste en raison de son extériorité totale du jeu politique péruvien, les déterminants d’un tel résultat sont aussi à trouver dans l’existence de bases militantes dans plusieurs quartiers populaires et régions du pays ainsi qu’un discours fondé sur le renouvellement politique et des propositions particulièrement progressistes dans le domaine économique, comme la réduction du temps de travail hebdomadaire de 48 à 44 heures ou encore une proposition de loi pour favoriser l’accès au crédit bon marché aux petites et micro entreprises. La chute du fujimorisme, qui captait assez largement l’électorat évangéliste et avait une forte présence dans les quartiers populaires ainsi que chez les petits entrepreneurs a donc probablement beaucoup à voir avec ce surprenant résultat (8.9 % qui devraient permettre au parti d’obtenir 16 sièges au Congrès).

La seconde surprise de l’élection de dimanche fut probablement le retour en force de Unión por el Perú, qui devrait obtenir 17 sièges avec 6,9 % des suffrages et dont l’identité politique n’a plus rien à voir avec celle de ses origines. Fondé en 1994 par Javier Pérez de Cuéllar, ancien secrétaire général de l’ONU, le parti est, par son positionnement dans le champ politique de l’époque, un parti de centre-gauche opposé au fujimorisme et fortement ancré dans la défense des droits de l’Homme ainsi qu’au libéralisme économique8. Avec la transition politique des années 2000, l’alliance anti fujimoriste qui avait marqué la gauche péruvienne se distend très largement, et le parti est repris par José Vega, ancien délégué de la Confédération générale des travailleurs Péruviens, qui a fait alliance avec le leader de la gauche nationaliste Ollanta Humala pour l’élection présidentielle de 2006. Distancié du nationalisme en 2011 et 2016, Unión por el Perú revient aujourd’hui en force sur la base d’une alliance passée avec Autauro Humala, le frère de Ollanta Humala, condamné en 2009 à une peine de 19 ans de prison pour avoir dirigé une tentative de soulèvement militaire en 2005, alors qu’il était officiel de l’armée péruvienne. Outre un discours particulièrement radical, à l’image de sa proposition de rétablissement de la peine de mort pour les inculpés de corruption, Unión por el Perú a obtenu des résultats importants dans les régions andines du sud du pays, bastions historiques de la gauche péruvienne et du parti nationaliste en 2006 et 2011. Antauro est aujourd’hui la figure du mouvement ethnocacérisme, fondé par son père Isaac Humala, qui allie défense de l’identité indigène et militarisme nationaliste9.

Quant aux deux partis de gauche du Congrès dissout en 2019, ils devraient maintenir leur représentation parlementaire, en dépit de leur division. En 2016, la candidature de Veronika Mendoza sous les couleurs du Frente Amplio avait permis à cette force politique d’être la seconde du Congrès, avec 20 sièges et un résultat de 13.94 %. Divisés en deux forces politiques depuis 2017, le Frente Amplio et l’alliance électorale Juntos Por el Perú (au sein duquel est engagé Nuevo Perú de Veronika Mendoza) devraient obtenir respectivement 12 et 5 sièges. Si le Frente Amplio semble avoir une longueur d’avance, c’est en grande partie parce qu’il dispose de bases militantes plus importantes, notamment dans des régions de province. Son leader, Marco Arana, ancien curé exclu de l’église catholique pour son soutien au droit à l’avortement, travaille depuis de longues années à l’unification des mouvements anti-miniers. Juntos por el Perú est en revanche une alliance de partis de gauche davantage hétérogène, dont la principale figure est Veronika Mendoza. Nuevo Perú, le parti de Veronika Mendoza, a été fondé récemment et ne dispose donc pas encore d’inscription électorale10. Malgré la popularité plutôt importante de Mendoza, l’absence d’inscription électorale lui fait perdre une certaine liberté de mouvement, en l’obligeant notamment à s’associer avec des organisations politiques moins identifiables comme Juntos por el Perú.

En définitive, si les perdants du scrutin de dimanche sont facilement identifiables, les véritables gagnants restent encore à définir. Les enjeux politiques de court terme étant relativement restreint, tous les regards se portent maintenant sur la manière dont ces diverses forces politiques vont se projeter dans la perspective de l’élection présidentielle et législative de 2021. Si les lignes partisanes ont fortement bougé, un certain nombre de grandes dynamiques continuent à animer la vie politique péruvienne : l’importance du vote de gauche dans les régions sud andines du pays, la division de la capitale Lima (et de certaines villes de province) entre modernisme libéral et une droite populaire au discours antisystème mais surtout l’adhésion relativement faible des électeurs péruviens aux étiquettes partisanes. Reste à savoir quel sera le rôle de Martin Vizcarra dans cette reconfiguration politique, lui qui est aujourd’hui sans parti politique mais qui bénéficie d’importants élans de sympathie, au regard de son actif et habile protagonisme politique de ces derniers mois.

1 Le décompte complet des bulletins étant encore en cours, les résultats présentés ici se basent sur le premier « contage rapide » effectué par Ipsos Pérou : https://gestion.pe/peru/politica/resultados-ipsos-conteo-rapido-al-100-congreso-por-regiones-elecciones-2020-nndc-noticia/

2 Carlos Meléndez GuerreroEl mal menor : vínculos políticos en el Péru posterior al colapso del sistema de partidos, Lima, IEP, Instituto de Estudios Peruanos, 2019.

3 Ollanta Humala (2011-2016) et Alejandro Toledo (2001-2006) sont aussi sous le coup d’enquêtes : Humala a passé 9 mois en prison préventive et Alejandro Toledo, actuellement aux Etats-Unis, fait l’objet d’une demande d’extradition.

4 Accusations de violences familiales à l’encontre de l’une de ses figures, Daniel Mora ; filtration de vidéos de Guzman, fondateur du parti, fuyant un incendie dans un appartement, y laissant seule une responsable de son parti avec qui il aurait eu un rendez-vous romantique

5 Rodrigo Barrenechea CarpioBecas, bases y votos : Alianza para el Progreso y la política subnacional en el Perú, Lima, IEP Instituto de Estudios Peruanos,  Serie Colección Mínima, n˚ 69, 2014.

6 En 2018 il fut candidat à Lima dans le cadre de l’élection municipale, arrivant deuxième avec 19.6 % des votes valides

7 Comme ministre de l’intérieur, sous la présidence Humala, il fut l’un des ministres les plus populaires et s’illustra notamment par le remplacement de responsables de la police compromis avec des organisations criminelles

8 Pérez de Cuéllar, lorsqu’il était secrétaire général de l’ONU, a eu un rôle particulièrement actif afin de convaincre Alberto Fujimori, élu en 1990, d’abandonner son programme économique hétérodoxe et d’opter pour un plan d’ajustement sous l’égide du Fonds Monétaire International

9 Pour un retour sur l’ethnocacérisme et le parti nationaliste péruvien : Carmen Rosa Balbi Scarneo, « Le phénomène Humala », in Olivier Dabène (dir.), Amérique latine, les élections contre la démocratie ?, Presses de Sciences Po.

10 Pour obtenir l’inscription électorale, et pouvoir participer aux élections, les partis politiques doivent réunir un nombre e signatures d’au moins 4 % du nombre de personnes ayant voté à la dernière élection. En 2019, il fallait donc réunir un peu plus de 700000 signatures. A partir de 2020, la loi électorale ayant évolué, les partis sollicitant leur adhésion devront avoir un n ombre d’adhérent équivalent à au moins 0.1 % du corp électoral, soit environ 24000 personnes.

AIDEZ-NOUS À GRANDIR

Le Vent Se Lève n'existe que grâce au soutien de sa communauté de lecteurs.
Si vous aimez notre travail, faites un don à l'association, votre soutien est précieux.

Faire un don

  • 76
  •  
  •  
  •  
  •