José Mujica : un ex-guérillero au pouvoir en Uruguay

https://www.flickr.com/photos/57813072@N05/5468662934/in/photostream/
Uruguay’s president-elect Jose Mujica celebrates winning the presidential run-off election in Montevideo November 29, 2009. Mujica, a former guerrilla fighter who has pledged to take a moderate path won Uruguay’s presidential run-off election on Sunday and his rightist opponent conceded. REUTERS/Andres Stapff (URUGUAY POLITICS ELECTIONS IMAGES OF THE DAY)

L’Amérique latine en question – Au fil du mois de mars et du mois d’avril, LVSL met à l’honneur l’Amérique latine à travers une série d’articles et d’entretiens. Pour mieux saisir l’ampleur des bouleversements politiques et sociaux qui agitent les pays latinoaméricains, et afin de poser un regard nuancé sur les expériences progressistes aujourd’hui remises en cause de part et d’autre du continent, nous avons souhaité croiser les points de vue de rédacteurs, de chercheurs et d’acteurs politiques.

En 2005, le Frente Amplio, coalition de gauche, est arrivé au pouvoir. Tabaré Vázquez devient président succédant à Jorge Battle Ibañez. Ce dernier appartient au Parti Colorado, l’un des deux partis traditionnels uruguayens : l’autre étant le Partido Blanco ou Partido Nacional. Élu le 31 octobre 2004 et investi de ses fonctions le 1er mars 2005, Tabaré Vázquez devient le premier président de gauche et met fin au bipartisme en place en Uruguay depuis plus de 150 ans. Depuis sa victoire, le Frente Amplio n’a plus quitté le pouvoir. Tabaré Vázquez a même été réélu en octobre 2014 pour un deuxième quinquennat (2015-2020). Entre temps, l’Uruguay a changé de président. En octobre 2009, c’est l’ex-Tupamaro José Mujica qui est choisi pour

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter