https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/24/Angela_Merkel%2C_Thomas_Strobl_-_2017248174640_2017-09-05_CDU_Wahlkampf_Heidelberg_-_Sven_-_1D_X_MK_II_-_277_-_AK8I4530.jpg
Les élections en Thuringe ont sonné un lourd revers pour l'hégémonie de la CDU d'Angela Merkel et le consensus allemand© Sven Mandel
  • 160
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 27 octobre 2019 se sont tenues les élections législatives du Land de Thuringe. Ces élections dans l’un des Land les moins peuplés d’Allemagne (2,1 millions d’habitants, à peine 2,5 % de la population allemande) auraient pu passer inaperçues. Pourtant elles pourraient aussi bien être annonciatrices d’un bouleversement de la scène politique allemande et de la fin de l’hégémonie de la CDU d’Angela Merkel.


Patience et persévérance de Die Linke

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Bundesarchiv_B_145_Bild-F077600-0003,_Bernhard_Vogel_cropped.jpg
Bernhard Vogel, premier ministre-président de la Thuringe et figure mythique de la CDU © Bundesarchiv

En 2014, les élections en Thuringe marquaient un tournant dans la politique allemande. Depuis 1990, ce Land était en effet dirigé par la CDU, l’Union Chrétienne-Démocrate de la chancelière Angela Merkel, et était vu comme l’un de ses bastions. Pourtant en 2009 la CDU a perdu la majorité absolue mais les sociaux-démocrates du SPD (Sozialdemokratische Partei Deutschlands) avaient néanmoins préféré former une alliance avec les chrétiens démocrates plutôt qu’avec la gauche radicale de Die Linke. Retournement de situation en 2014 : le SPD atteint un score historiquement bas avec 12,4 % des voix et s’allie avec Die Linke et les Verts pour créer une coalition dite Rot-Rot-Grün (rouge-rouge-verte, en référence aux couleurs des partis qui les composent).

Politiquement, ce retournement marque une rupture dans l’histoire de l’Allemagne réunifiée. Alors que des coalitions Rot-Rot-Grün auraient été envisageables dès 2009, le SPD avait préféré être le partenaire minoritaire de la CDU. En effet, même si le SPD dirigeait déjà plusieurs Länder de l’ex Allemagne de l’Est avec Die Linke comme partenaire minoritaire, la situation en Thuringe se posait différemment : en 2009 die Linke était arrivée en 2ème position et le SPD en 3ème position. Former une coalition aurait donc signifié laisser à die Linke la direction du gouvernement régional. Or ce parti est alors encore largement considéré comme un paria en raison de ses liens à l’Est avec le SED (Parti Socialiste Unifié d’Allemagne), l’ancien parti dirigeant de RDA, et en raison également de la présence d’anciens membres de la Stasi au sein du parti, notamment quatre de ses cadres en Thuringe, selon le quotidien Bild.1

[Die Linke] est alors largement considéré comme un paria en raison de ses liens à l’Est avec […] l’ancien parti dirigeant de RDA et de la présence d’anciens membres de la Stasi au sein du parti

Le 19 novembre 2014, à l’occasion de la signature du contrat de coalition Rot-Rot-Grün entre Die Linke, die Grüne, le SPD et dirigée par Die Linke, le président de la République allemande de l’époque Joachim Gauck, pasteur en Allemagne de l’Est du temps de la RDA, était d’ailleurs sorti de sa réserve politique pour s’émouvoir du fait que « pour les gens qui ont vécu en Allemagne de l’Est et qui ont mon âge, c’est difficile à accepter »2. Sous la pression du SPD et des Verts, le préambule de l’accord de coalition incluait de ce fait la phrase suivante : « Parce qu’à travers des élections non libres, la légitimation démocratique faisait structurellement défaut à l’action publique, parce que chaque droit et chaque mesure équitable pouvaient prendre fin si un petit ou un grand détenteur de pouvoir le décidait, parce que le droit et la justice n’avaient pas cours pour ceux dont le comportement n’était pas conforme au système, la RDA était en conséquence un Etat de non-droit »3. Une phrase qui avait provoqué une polémique au sein de Die Linke, notamment avec les membres issus du SED4.

Une coalition sociale-démocrate modérée

Concernant le programme politique, l’accord de coalition signé en 2014 ne prévoyait pas de grands bouleversements. Il intégrait le respect de l’équilibre budgétaire inscrit dans la constitution, l’absence de nouvelles dettes et reconnaissait la bonne gestion de l’économie par la CDU. La coalition se déclarait même favorable au TAFTA, le traité de libre-échange entre l’UE et les États-Unis (sous réserve qu’il n’attaque ni l’environnement ni les droits des travailleurs) !

Malgré tout, cet accord a donné lieu à la création de centaines de postes d’enseignants et de policiers, au remplacement d’une prime à l’éducation par la gratuité des deux premières années de crèche, au développement de l’accès à internet et à une baisse des tarifs des transports en commun pour les étudiants. L’antenne régionale de l’Office Fédéral de Protection de la Constitution, qui est le service de renseignement intérieur allemand, a aussi été fermée en raison de ses liens avec des groupes terroristes d’extrême-droite, notamment néo-nazis5, même si le gouvernement fédéral pouvait continuer à autoriser son utilisation dans des cas particuliers.

A l’heure du bilan, ce sont les éloges qui sont de mise : Le Monde juge que le gouvernement de Thuringe « cultive une image rassurante de gestionnaire pragmatique »6, la revue socialiste américaine Jacobin estime que « la coalition de Bodo a été une administration social-démocrate modérée dans le meilleur sens du terme »7 et selon TAZ, le principal quotidien de gauche allemand, le parti Die Linke en Thuringe « n’est rien d’autre qu’un parti social-démocrate, central et mainstream, tel qu’il existait autrefois dans le meilleur sens du terme dans l’ancienne République fédérale d’Allemagne – au sein du SPD. »8.

« la coalition de Bodo a été une administration social-démocrate modérée dans le meilleur sens du terme »

Le bilan de cette coalition social-démocrate modérée est aussi salué par les habitants de Thuringe. Selon un sondage effectué le jour du vote9, 70 % des sondés considèrent que Bodo Ramelow a été un bon ministre-président (dont 60 % des sympathisants de la CDU et même 26 % de ceux de l’AfD), ce qui le place presque à égalité avec le mythique Bernhard Vogel (CDU). 68 % des sondés sont aussi satisfaits du travail qu’il a effectué contre 38 % en faveur de son opposant de la CDU et 14 % pour celui de l’AfD. Enfin, 58 % des sondés sont satisfaits du gouvernement régional, soit le taux le plus élevé observé depuis le premier sondage en 1999.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/ff/2019-10-27_Wahlabend_Th%C3%BCringen_by_Sandro_Halank%E2%80%9357.jpg
Bodo Ramelow, ministre-président de Thuringe et tête de liste de Die Linke © Sandro Halank

La modération de ce premier gouvernement régional dirigé par Die Linke peut s’expliquer par une raison simple : la Thuringe n’en était pas le principal enjeu mais cette coalition inédite devait bien plutôt avoir un rôle exemplaire pour le reste de l’Allemagne fédérale. En effet en 2013, lors des élections fédérales allemandes, une coalition entre le SPD, les Verts et Die Linke aurait disposé de 320 sièges sur les 631 du Bundestag. Pourtant le SPD avait préféré former un gouvernement avec la CDU et justifiait notamment cette décision en invoquant le manque de culture de gouvernement du parti Die Linke et son rapport ambigu à la RDA. Un gouvernement modéré et populaire en Thuringe devait donc permettre d’envisager la formation d’une coalition Rot-Rot-Grün à l’échelle fédérale après les élections de 2017, ce que les résultats ne permettront finalement pas (34 % pour la CDU et 24 % pour le SPD, die Linke et die Grüne réunis).

L’AfD en seconde position, le choc

Le 27 octobre 2019 lorsque les résultats de l’élection régionale en Thuringe apparaissent, les derniers espoirs de la coalition Rot-Rot-Grün s’effondrent face à la marée bleue de l’AfD. Même si Die Linke progresse de trois points et atteint son plus haut niveau historique avec 31 % des voix, ce n’est pas ce qui va faire le plus de bruit : lorsque l’AfD parvient à la 2e place en doublant son score de 2014 avec 23,4 % des voix et relègue la CDU en 3e position avec 21,7 % contre 33,5 % en 2014, c’est l’équivalent d’un tremblement de terre qui se produit.

https://de.wikipedia.org/wiki/Bj%C3%B6rn_H%C3%B6cke#/media/Datei:2019-10-27_Wahlabend_Th%C3%BCringen_by_Sandro_Halank%E2%80%9378.jpg
Björn Höcke, tête de liste de l’AfD, incarne l’aile la plus extrémiste du parti© Sandro Halank

Un résultat d’autant plus déroutant que la tête de liste de l’AfD en Thuringe, Björn Höcke, est surveillé par l’Office Fédéral de Protection de la Constitution pour « avoir relativisé le national-socialisme dans sa dimension historique »10 et avait échappé de peu à une exclusion du parti en 2017 après avoir déclaré que « le mémorial de Berlin aux victimes de la Shoah était « un monument de la honte » et réclamé « un virage à 180 degrés de la politique mémorielle de l’Allemagne », considérant comme « un grand problème » que Hitler soit dépeint comme « l’incarnation du mal absolu ». »11. Après les scores retentissants de l’AfD en Saxe et au Brandebourg, où les listes étaient menées respectivement par un membre de Pegida (mouvement anti-musulmans) et un néonazi, il est devenu évident que les figures extrémistes n’affaiblissent pas le vote pour l’AfD.

la tête de liste de l’AfD, Björn Höcke, est surveillé par l’Office Fédéral de Protection de la Constitution pour « avoir relativisé le national-socialisme dans sa dimension historique »

En dehors de la poussée de l’extrême-droite, la coalition Rot-Rot-Grün est également plombée par le recul du SPD qui avec seulement 8,2 % des voix perd 4,2 points par rapport à 2014 et celui des Verts qui perdent 0,5 points et n’obtiennent que 5,2 % des voix malgré leur dynamique nationale. De plus, les libéraux du FDP parviennent à rassembler 5 % des suffrages et se trouvent de cinq voix au dessus du seuil électoral, ce qui leur ouvre les portes d’une représentation au parlement régional. Il aura fallu attendre les résultats définitifs le 7 novembre, soit plus de dix jours après le scrutin pour être sûr de leur qualification !

Un paysage politique dispersé, à la manière d’un puzzle

https://de.wikipedia.org/wiki/Landtagswahl_in_Th%C3%BCringen_2019#/media/Datei:Th%C3%BCringen_Landtagswahlkarte_2019.svg
Résultat des élections en Thuringe par circonscription © Furfur

L’élection régionale de 2019 en Thuringe marque une nouvelle rupture politique historique en Allemagne. Pour la première fois, aucun des partis de l’ancienne République Fédérale Allemande (CDU, SPD, FDP et Verts) n’occupe la première place dans une élection régionale, ni même la deuxième ! Encore plus phénoménal, ces 4 partis sont minoritaires avec à peine 40,1 % des voix. Le constat est tout aussi cruel pour la Grande Coalition (SPD-CDU) qui dirige l’Allemagne mais ne rassemble lors de cette élection plus que 29,9 % des voix.

Pour la première fois, aucun des partis de l’ancienne République Fédérale Allemande (CDU, SPD, FDP et Verts) n’occupe la première place dans une élection régionale, ni même la deuxième !

L’avenir du gouvernement de Thuringe est donc bien incertain. Ni la coalition Rot-Rot-Grün ni une alliance des forces politiques de l’Ouest ne dispose d’une majorité.  La doctrine fédérale du FDP (parti libéral), « pas de gouvernement plutôt qu’un mauvais gouvernement »,  rend impossible tout accord avec la Rot-Rot-Grün tandis que le cordon sanitaire mis en place autour de l’AfD empêche toute coalition de cette dernière avec le FDP et la CDU. Il reste donc deux solutions : une Grande Coalition « de l’Est » avec Die Linke et la CDU, qu’ont appelée de leurs vœux plusieurs responsables de Die Linke, ou un gouvernement minoritaire de Die Linke.

Cette dernière hypothèse d’un gouvernement minoritaire dirigée par die Linke divise au sein de la presse allemande de gauche. D’un côté cela éviterait de voir la CDU diriger des administrations et entraînerait une re-politisation des débats en renforçant le rôle du parlement12. Mais de l’autre cette option contribuerait aussi mécaniquement à donner plus de place à l’AfD et pourrait conduire à l’adoption de lois attaquant les droits des migrants ou la protection sociale, en raison de la majorité dont disposeraient la CDU, le FDP et l’AfD13. Enfin l’importance de la stabilité politique dans la culture politique allemande ne plaide pas, elle non plus, en faveur de cette option, avec à peine dix gouvernements régionaux minoritaires en 65 ans dont un seul ayant duré plus d’un mandat. C’est donc entre les mains de la CDU que réside l’avenir du gouvernement de Thuringe.

La CDU dans la tempête

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:2019-10-27_Wahlabend_Th%C3%BCringen_by_Sandro_Halank%E2%80%9393.jpg
Mike Mohring, tête de liste de la CDU en Thuringe© Sandro Halank

Or dire que celle-ci est divisée relève de l’euphémisme. En Thuringe, le secrétaire général de la CDU continue à tenir la ligne officielle de refus d’alliance avec Die Linke comme avec l’AfD. Mais dans le même temps Mike Mohring, la tête de liste aux élections, demande l’autorisation à la CDU fédérale de mener localement des négociations avec Die Linke alors que Michael Heym, vice-président du groupe de la CDU au parlement de Thuringe, appuyé par 17 élus de la CDU de Thuringe, a suggéré qu’un gouvernement minoritaire de la CDU avec le soutien extérieur de l’AfD se mette en place.

Selon le journal Der Freitag, Mike Mohring pourrait cependant chercher à jouer un jeu dangereux14. Lors de l’élection au parlement du ministre-président il pourrait récupérer les voix de l’AfD soucieuse d’éviter la réélection de Bodo Ramelow. Grâce au vote à bulletin secret, il pourrait cependant prétendre à un soutien des Verts et du SPD et obliger les autres partis à le soutenir en menaçant de devoir s’appuyer sur l’AfD.

Cette manœuvre digne des meilleurs épisodes de House of Cards est cependant peu à même de se produire. D’abord parce qu’elle supposerait qu’aucune défection n’ait lieu dans les rangs de la CDU et du FDP alors que l’AfD est un parti constitué de néonazis et autres personnalités appartenant à des courants ultra-radicaux flirtant ouvertement avec le racisme et l’antisémitisme. Ensuite parce que cette option est hautement impopulaire : 65 % des Thuringiens (et 81 % des adhérents à la CDU) souhaitent que la CDU continue à exclure l’idée d’un gouvernement avec l’AfD 15. Enfin, un ministre-président de la CDU élu avec les voix de l’AfD provoquerait une onde de choc dans tout le pays alors même que la CDU est déjà fragilisée au niveau national, en plus d’être divisée sur la ligne à tenir pour retrouver un nouveau dynamisme. 

65 % des Thuringiens souhaitent que la CDU continue à exclure un gouvernement avec l’AfD dont 81 % des adhérents de la CDU

https://fr.wikipedia.org/wiki/Friedrich_Merz#/media/Fichier:2019-11-22_Friedrich_Merz_CDU_Parteitag_by_OlafKosinsky_MG_5695.jpg
Friedrich Merz, vieux rival d’Angela Merkel au sein de la CDU © Olaf Kosinsky

Effondrement des deux partis de gouvernement traditionnels et montée d’une AfD sans complexe qui bénéficie du renouvellement des générations : la saison des congrès qui va s’ouvrir sera particulièrement tendue. En ce qui concerne la CDU, le réveil des ambitions face à une direction fragilisée, la rivalité entre Friedrich Merz et Angela Merkel, et la question explosive de potentielles alliances avec die Linke vont agiter ce 32ème Congrès du parti. « Der Flügel » le courant radical dirigé par Björn Höcke, la tête de liste de l’AfD en Thuringe, va profiter de sa victoire pour renforcer ses positions au sein de l’AfD. Quant au SPD, ses membres ont choisi le 30 novembre dernier d’élire à sa tête des dirigeants peu favorables à la poursuite d’une Grande Coalition déjà bien fragile à mi-mandat16. Les élections régionales en Thuringe pourraient n’être qu’un épiphénomène dans un système politique stable malgré les turbulences mais elles pourraient aussi amorcer le bouleversement du système politique allemand et annoncer la fin d’une si longue stabilité.


1 Cité dans Jeunes et fiers de l’Est, Le Monde, 4 novembre 2014

2 Cité par Le Monde dans Le Baron rouge de Thuringe, le 3 décembre 2014

3 Cité par Le Monde dans L’ex-RDA, un État de non-droit ?, le 9 octobre 2014

4 idem

5 Pour avoir une idée de l’ampleur de l’impunité de la criminalité d’extrême-droite en Allemagne, voir Massimo Perinelli et Christopher Pollmann, Le non-procès de la violence néonazie, Le Monde diplomatique, juillet 2019

6 Allemagne : l’AfD en embuscade en Thuringe, le 26 octobre 2019

7 Dans Die Linke has won a battle. The far right is winning the war, Loren Balhorn, le 30 octobre 2019

8 Dans Sozis, vereint euch wieder !, Jan Feddersen, le 30 octobre 2019

10 Dans En Allemagne, nouvelle poussée de l’extrême-droite lors d’un scrutin régional, Le Monde, le 27 octobre 2019

11 idem

12 Voir notamment Ein Ort neuer Möglichkeiten, der Freitag, 27 octobre 2019

13 Für Experimente ist es zu ernst, TAZ, 30 octobre 2019

14 Glaubwürdigkeit statt taktischer Spiel, der Freitag, 1e novembre 2019

16 https://www.mediapart.fr/journal/international/011219/apres-le-vote-du-spd-lavenir-du-gouvernement-allemand-est-en-question

AIDEZ-NOUS À GRANDIR

Le Vent Se Lève n'existe que grâce au soutien de sa communauté de lecteurs.
Si vous aimez notre travail, faites un don à l'association, votre soutien est précieux.

Faire un don

  • 160
  •  
  •  
  •  
  •