L’inceste, ancien tabou, prochain #MeToo ?

https://pixabay.com/fr/photos/fille-triste-d%C3%A9sesp%C3%A9r%C3%A9e-solitaire-3422711/
© Pixabay

6,7 millions de Français sont victimes d’inceste, selon une enquête Ipsos datée de novembre 2020. Ce chiffre vertigineux prouve que l’inceste n’est pas un phénomène qui relève de l’anecdotique, du pathologique ou du fait divers. C’est au contraire une violence massive qui structure notre ordre social, dès son organisation la plus élémentaire, à savoir la cellule familiale. Néanmoins, le tabou de l’inceste commence à être levé, et ce qui constitue l’un des « noyaux du patriarcat » semble petit à petit se fissurer. Les récentes révélations de Camille Kouchner dans son ouvrage La Familia grande, dans lequel elle relate les agressions sexuelles perpétrées par son beau-père, le célèbre constitutionnaliste Olivier Duhamel, participent de cette sortie du silence. Ces prises de parole ont inauguré un nouveau mouvement, le #MeTooInceste, qui est déjà viral sur les réseaux sociaux. Même si les témoignages affluent, le chemin législatif, politique et culturel à parcourir pour briser ce tabou reste colossal.

Un tabou qui fait système 

L’inceste est l’un des plus vieux tabous régissant notre société. Il est un crime violent et douloureux, qui est encore largement commis, et pourtant, si peu puni. Mais surtout, comme tout tabou, il est tu. C’est un phénomène multidimensionnel, à la fois sociétal,

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter