Liz Truss : le retour de la « dame de fer » à la tête du Royaume-Uni ?

© floellaumbagabe

« Un traître et une idiote » : c’est ainsi qu’un député conservateur britannique – souhaitant garder l’anonymat – avait qualifié Rishi Sunak et Liz Truss, en compétition pour prendre la tête du Parti conservateur. C’est la seconde qui l’a emporté. La victoire de Liz Truss pourrait avoir des implications macro-économique majeures pour la Grande-Bretagne, tant elle a promis de briser le statu quo en matière fiscale. Davantage que dans les pas de Boris Johnson, Liz Truss semble s’inscrire dans le sillage de Margaret Thatcher… Article d’Oliver Eagleton traduit par Alexandra Knez.

Sunak et Truss s’étaient tous deux posés comme l’héritier légitime de Johnson et Thather, mais en adoptant des perspectives nettement différentes à leur égard. L’ancien ministre des finances Rishi Sunak s’était dépeint comme un “thatchériste de bon sens”, qui privilégie la lutte contre l’inflation plutôt que la réduction des impôts. Sa doctrine était basée sur la responsabilité fiscale et la réticence à accroître la dette publique. Les mesures coûteuses qu’il avait mises en œuvre pendant la pandémie – telles que le financement du chômage partiel obligatoire et la hausse des subventions de l’Universal Credit1 – étaient, selon lui, nécessaires pour stimuler la demande et éviter l’effondrement économique : des ajustements pragmatiques pour sauver le modèle néolibéral. Comme l’écrit Sean O’Grady du journal The Independent, « Thatcher était une politicienne de droite qui aimait les budgets équilibrés et une gestion de l’argent judicieuse, tout comme Rishi Sunak aujourd’hui ».

Un programme thatchérien traditionnel pourrait paraître en contradiction avec les tendances populistes-interventionnistes du gouvernement Johnson. Mais, de fait, les budgets équilibrés de Sunak impliquent le maintien des réformes phares des trois dernières années : l’augmentation des cotisations de la sécurité sociale, l’augmentation de l’impôt sur les sociétés et le maintien des dépenses des services publics sur leur trajectoire ascendante (sans toutefois rétablir le budget d’aucun service à son niveau d’avant 2010). Sunak s’est même prétendu très favorable au projet de « nivellement par le haut » pour une meilleure redistribution régionale dans le pays, se profilant comme le sauveur des métropoles du nord de l’Angleterre à travers le projet Northern Powerhouse2. Il affirme qu’en ces temps agités, le thatchérisme de bon sens est synonyme d’une pérennité de l’héritage de Johnson. Une gestion économique raisonnable – du type de celle qui est censée être nécessaire pour faire face à la crise du coût de la vie – repose sur une expansion tactique de l’État.

Pour Liz Truss cependant, le thatchérisme signifie quelque chose de plus fondamental : un credo libertarien radical prêt à s’écarter radicalement de l’orthodoxie économique. Elle prévoit des réductions d’impôts annuelles de plus de 30 milliards de livres, afin de « remettre de l’argent dans les poches des citoyens » plutôt que de gonfler les caisses de l’État. Elle avait annoncé que sous son administration, les écotaxes allaient être supprimées… tandis que les dépenses en matière de de défense allaient exploser. Celles-ci allaient être financées par une augmentation des emprunts. Bien qu’elle ait officiellement rejeté le retour à l’austérité, elle a néanmoins promis une série de « réformes du service public », et un rapport officiel général sur les dépenses, qui entraîneront probablement des réductions. Quant aux réglementations diverses en vigueur, elles seront, promettait-elle, abrogées dans le cadre d’un « feu de joie de la paperasse ».

Truss justifie ces politiques potentiellement inflationnistes en faisant référence à l’essence du thatcherisme – considéré comme une philosophie individualiste plutôt qu’une approche conservatrice de la gestion budgétaire. Alors que Sunak état considéré comme un « petit comptable » sans joie, Truss se présentait comme une « nouvelle Dame de fer » capable de redonner vie au parti et de conjurer sa chute dans les sondages.

Pourtant, loin de marquer une rupture avec Johnson, elle s’est affirmée plus royaliste que le roi en la matière. De tous les candidats conservateurs, Truss a été la moins disposée à critiquer le Premier ministre, déclarant qu’il aurait dû rester en poste et refusant de remettre en question son intégrité personnelle. Les fidèles de Johnson se sont rangés derrière elle pour la soutenir, et les dernières remarques de celui-ci à la Chambre des communes – « réduire les impôts et dérèglementer partout où c’est possible » – semblent correspondre au programme de Truss. Ainsi, l’aile du Parti conservateur menée par Truss présente les politiques publiques interventionnistes de l’ère Johnson comme des exigences imposées par le ministre des Finances Rishi Sunak, que le Premier ministre aurait acceptées à contrecœur pour atténuer les effets de la crise du Covid… Les partisans de Truss estiment que leur nouvelle Première ministre mettra en œuvre les réformes de l’économie de marché que Johnson a toujours souhaitées sans avoir les coudées franches pour le faire. En renouant avec un thatchérisme authentique, elle délivrera l’esprit rebelle de Boris Johnson de la geôle du ministère des Finances…

Ainsi, il s’agit de deux tentatives concurrentes de définir – et de réconcilier – les héritages de deux des leaders majeurs du Parti conservateur. La campagne a été marquée par des attaques verbales violentes, chaque camp renvoyant à l’autre l’épithète infamante de socialiste. Signe des temps : face à la montée en flèche des coûts de la pandémie, à la crise de santé publique et aux répercussions du conflit ukrainien, une approche budgétaire responsable nécessite une intervention étatique constante, tandis que passer d’un État-providence à un État amoindri implique d’accumuler des dettes et de faire abstraction des restrictions de dépenses… Dans le contexte post-Covid, ces deux caractéristiques de l’idéologie conservatrice – discipline fiscale et laissez-faire – ne peuvent plus être conciliées. Les différentes factions du parti doivent décider laquelle est la plus importante et dénoncer l’autre comme une dérive socialiste

S’il y a bien une leçon à tirer des tumultes de l’histoire britannique récente – le Brexit, l’évincement de Corbyn, l’ère Johnson – c’est que le pragmatisme a perdu son emprise sur l’imaginaire populaire. Dans chaque situation, une force optimiste est parvenue au pouvoir en dénonçant le « gouvernement par la peur » souhaité par son adversaire et a réussi à élargir la sphère des possibilités politiques… C’est ainsi que l’on peut comprendre le peu de succès de la stratégie de Rishi Sunak, qui tentait de dépeindre les Trussonomics (les propositions économiques exubérantes de sa rivale Liz Truss) comme une illusion trop exaltante pour être concrétisée – renforçant ainsi leur attrait. Avec la victoire de Truss, ce climat d’anti-pragmatisme se trouve renforcé. Tout indique qu’elle préfigure une ère d’austérité excessive, justifiée par une rhétorique populiste de droite sur fond de guerres culturelles et d’une répression sociale accrue. Si elle décide de financer ses politiques en rognant sur les dépenses, la Grande-Bretagne pourrait bientôt régresser vers son passé récent – et se diriger vers des lendemains sans avenir…

Notes :

1 Le Universal Credit est une prestation de sécurité sociale du Royaume-Uni. Il est soumis à des conditions de ressources et remplace et fusionne six prestations destinées aux ménages en âge de travailler et disposant de faibles revenus.

2 La Northern Powerhouse est une proposition visant à stimuler la croissance économique dans le nord de l’Angleterre (surtout les grands centres urbains) faite par le gouvernement de coalition 2010-15 et le gouvernement conservateur 2015-2016 au Royaume-Uni.