Evo Morales et Luis Arce Catacora © Marielisa Vargas
  • 340
  •  
  •  
  •  
  •  

Luis Arce Catacora a occupé la fonction de ministre des finances du gouvernement d’Evo Morales, de 2006 à 2019. Il a supervisé les programmes de nationalisation des industries d’hydrocarbure, la mise en place d’un certain nombre de programmes sociaux et les débuts du programme d’industrialisation. Il est surnommé le « père du miracle économique bolivien » par les partisans de l’ex-président Evo Morales. Suite au coup d’État qui a renversé son gouvernement, il a été désigné par son parti (le MAS, « Mouvement vers le socialisme ») comme candidat aux élections présidentielles. Olivier Vargas l’a rencontré à Cochabamba. Entretien effectué par Olivier Vargas et traduit par Romain Lacroze.


LVSL – Vous avez été désigné candidat du MAS dans des circonstances particulières. Dans quelles conditions s’effectue la campagne présidentielle ?

Luis Arce Catacora – Tout d’abord, je dois dire que cette campagne est complètement différente des autres. Nous n’avons qu’un gouvernement de facto [issu du coup d’État et dirigé par Jeanine Áñez, ndlr] et nous devons affronter aussi bien les médias que des autorités judiciaires comme la Cour suprême électorale. Nous faisons donc face à une situation très difficile. Pourtant, dans les sondages, on nous donne gagnants au premier tour avec une avance de plus de 15 %. On avait dit que le MAS était mort l’an dernier, qu’il ne se relèverait jamais. Mais en moins de quatre mois, il est passé gagnant dans les sondages et nous sommes sûrs de gagner ces élections le 3 mai.

[Lire ici l’article de Baptiste Albertone sur LVSL : « Des coups d’État à l’ère de la post-vérité »]

LVSL – Pouvez-vous faire campagne librement et publiquement ?

C’est bien sûr plus difficile pour nous, sous ce gouvernement. Il cherche à arrêter toutes les personnes issues du MAS, des mouvements sociaux ou de l’ancien gouvernement du président Evo Morales. Elles sont régulièrement convoquées devant la justice sous des prétextes divers. Il est donc très difficile pour nous de mener campagne librement. Nous faisons face à la persécution, la surveillance, à des personnes qui nous recherchent – pas seulement nous, mais aussi notre famille. C’est une situation très difficile pour nous, mais nous y faisons face du mieux que nous pouvons.

LVSL – Des rumeurs avancent que les élections pourraient être suspendues, et que le gouvernement pourrait vouloir utiliser la crise du coronavirus pour annuler les élections ou les suspendre, maintenant que le MAS est en tête dans les sondages.

Le virus et tous les problèmes de santé qui y sont liés, c’est une chose. Mais il y a une autre chose qui me préoccupe beaucoup : l’économie. Chaque jour, l’économie sombre davantage. Il n’y pas d’emploi, pas de revenu, aucune activité économique. Ce n’est pas seulement à cause du virus, c’est aussi dû au fait que les dirigeants ont commencé à remplacer notre système par le modèle néolibéral. Le gouvernement utilise le virus comme un prétexte pour justifier ses échecs des derniers mois, donc il est très important de séparer ces deux réalités. Les problèmes économiques qui ont commencé l’an dernier [après le coup d’État, ndlr] se ressentent maintenant, mais le virus est utilisé comme une excuse pour éviter le débat sur ce sujet. D’une certaine façon, c’est une excuse bien trouvée, parce que tout le monde est inquiet de ce virus.

LVSL – Qu’en est-il de l’impact économique du virus ? Est-ce que le modèle économique actuel est prêt à absorber la crise économique due au coronavirus ?

Ce modèle néolibéral est incapable d’entretenir le lien social et une politique sociale. Ils [les membres du gouvernement issu du coup d’État, ndlr] prennent seulement des mesures favorables au milieu des affaires. D’autre part, ce virus est utilisé comme une excuse en Amérique latine, et en Bolivie en particulier, pour cacher les problèmes économiques et sociaux qui ont émergé depuis novembre de l’an dernier. Les mesures générales qu’ils ont prises ne sont bonnes ni pour l’économie ni pour la santé. Ils ont permis au virus d’entrer dans le pays et n’ont rien fait contre cela. Maintenant qu’il est entré, ils lancent des opérations qui n’aident pas, et les gens y sont désormais exposés.

Les élections du 3 mai vont sans doute avoir lieu. Je ne pense pas que ce soit une bonne idée. C’est un gros problème qu’un gouvernement démocratique devrait prendre en compte.

LVSL – La présidente Áñez est candidate aux côtés de Samuel Doria Medina, ex-ministre de gouvernements néolibéraux dans le passé. Áñez a dit que ce serait lui qui s’occuperait de la stratégie économique dans le prochain gouvernement. Quel est son modèle économique ?

C’est du pur néolibéralisme, il n’a fait que cela, il ne conçoit pas d’autre modèle. S’il est élu, il n’y aura que des mesures néolibérales en faveur du libre marché.

Ils vont certainement recommencer avec les privatisations, se tourner encore vers les grandes entreprises qui gagnent beaucoup d’argent et laisser un nombre important de gens dans la pauvreté. C’est ce qui est arrivé dans les années 1980 et 1990 pendant l’ère néolibérale, je ne pense pas qu’ils aient changé d’avis depuis.

LVSL – Est-ce que la Bolivie aura des ressources fiscales suffisantes pour continuer à financer les programmes sociaux et ses infrastructures si les entreprises publiques rentables sont privatisées ? Où est-ce que la Bolivie va prendre l’argent ?

S’ils privatisent ce mois-ci, nous devrons renationaliser, bien sûr. S’il n’y a pas de privatisation, nous pouvons garantir l’argent pour nos programmes sociaux, parce que les programmes sociaux ne dépendent pas seulement des impôts, mais aussi des recettes tirées des entreprises publiques que nous avons depuis 2006. Nous avons besoin d’entreprises publiques, par conséquent, mais aussi de recettes fiscales stables pour garantir tous nos programmes sociaux.

LVSL- Qu’en est-il du lithium ? Est-ce que la privatisation des réserves de lithium de Bolivie est à l’ordre du jour ? Si ces ressources sont privatisées, il sera extrêmement coûteux de les renationaliser…

Nous ne savons pas ce qu’ils veulent faire avec le lithium, mais il est clair qu’ils sont en train de le négocier avec des entreprises américaines. Quoi qu’il en soit, nous devons garantir que le lithium sera bel et bien exploité par notre entreprise publique en Bolivie, ce qui créera de l’emploi et nous apportera des recettes issues de la valeur ajoutée – au lieu de seulement exporter le lithium comme une matière première. Nous continuerons donc notre politique d’industrialisation de toutes les ressources naturelles dont nous disposons.

LVSL – La Bolivie semble avoir fait des progrès dans le secteur du gaz naturel, en termes d’industrialisation. La Bolivie était un importateur net de gaz raffiné avant l’élection d’Evo Morales. Quelle est actuellement la situation ?

Aujourd’hui nous disposons d’une usine d’urée et d’ammoniaque que nous avons ouverte il y a quatre ans, et qui fonctionne. Nous devons améliorer le processus et exporter davantage d’urée, qui est un produit à valeur ajoutée. Nous avons à l’esprit de nombreux projets pour industrialiser toutes les ressources naturelles dont nous disposons.

Nous continuerons à appliquer la même politique qu’auparavant. Elle est fondée sur quatre piliers : nationaliser les ressources naturelles, en tirer des recettes et les redistribuer à la population. Notre modèle repose donc sur la nationalisation des ressources naturelles, mais pas seulement sur leur nationalisation : nous devons également les industrialiser afin d’en tirer davantage de recettes pour pouvoir poursuivre le processus de redistribution en Bolivie.

LVSL – Quand vous étiez ministre des finances, vous avez diversifié vos partenaires commerciaux. Pourquoi vous êtes-vous tournés vers la Chine et la Russie ?

Nous ne croyons pas aux marchés libres, et encore moins aux marchés libres à l’échelle internationale. Nous croyons aux accords commerciaux qui bénéficient aux populations, davantage qu’à ceux qui reposent seulement sur les marchés libres, dans lesquels le cours détermine tout. Les États-Unis ne plaidaient qu’en faveur d’accords de libre-échange basés sur le libre marché. À l’inverse, la Chine, la Russie, et d’autres pays, mettent l’accent sur l’investissement ou le tourisme en même temps que sur le commerce. Par conséquent, il est plus opportun pour l’économie bolivienne de passer des accords avec ce genre de gouvernements, qui proposent des accords plus adaptés à nos conditions que ceux qui sont régis par le libre-échange.

Nous assistons actuellement à une tentative du gouvernement visant à rejeter les accords impliquant des investissements russes et chinois ; nous avons vu, par exemple, que la centrale nucléaire d’El Alto a été laissée à l’abandon…

[Lire ici l’article de Guillaume Long sur LVSL : « Le tournant à 180 degrés de la politique étrangère bolivienne depuis le coup d’État »]

LVSL – En parlant de politique étrangère, on observe un changement de paradigme opéré par le gouvernement bolivien depuis le coup d’État : il s’est éloignée de divers alliés traditionnels de la Bolivie, comme Cuba ou le Venezuela, pour se rapprocher des États-Unis et d’Israël. Mettrez-vous fin à ce tournant ?

Bien sûr : nous allons mettre fin à l’orientation en politique étrangère qui a cours et revenir à la nôtre, qui était utile à la Bolivie. Nous reviendrons à tous les traités et accords qui étaient en vigueur auparavant. Nous avons besoin de relations avec Cuba et la Chine. Observez ce qu’ils sont en train de faire dans le domaine médical, en pleine crise du coronavirus [Jeanine Añez a ordonné le départ des médecins cubains qui travaillaient en Bolivie, ndlr]. Les Cubains ont effectué des recherches, possèdent des vaccins : nous sommes plus qu’heureux de travailler avec eux, ainsi qu’avec la Chine. Ce gouvernement ne peut pas le faire, puisqu’il a mis fin à ces relations.

LVSL – Pour terminer : rétrospectivement, concernant les quatorze années de pouvoir du MAS, des choses auraient-elles pu être améliorées ? 

C’est une question très compliquée. Il y a bien des choses que nous aurions pu faire pour éviter ce coup d’État. Par exemple, il est clair que les progrès économiques à eux seuls ne suffisaient pas ; nous avons besoin d’une éducation politique étendue à tous. À l’évidence, nous n’avons pas fait un travail suffisant. Nous avons travaillé seulement sur l’économie, mais il est clair que l’économie et la pensée politique doivent aller de pair.

AIDEZ-NOUS À GRANDIR

Le Vent Se Lève n'existe que grâce au soutien de sa communauté de lecteurs.
Si vous aimez notre travail, faites un don à l'association, votre soutien est précieux.

Faire un don

  • 340
  •  
  •  
  •  
  •