Rassemblement de communauté d'Oruro devant l'église San Francisco © Baptiste Mongis pour LVSL
  • 336
  •  
  •  
  •  
  •  

Alors que les Boliviens se rendent aux urnes, la tension politique demeure à son comble. Le gouvernement actuel, issu du coup d’État contre Evo Morales, accepterait-il un retour au pouvoir du Mouvement vers le socialisme (MAS) si son candidat ressortait vainqueur du scrutin ? De nombreux signaux faibles incitent à la méfiance. Attaques de paramilitaires contre les partisans du MAS, supervision des élections dominée par des organisations américaines (USAID et NED en tête), déclarations ambigües des dirigeants boliviens : tout indique que la perspective d’un nouveau coup d’État n’est pas à écarter. Par Denis Rogatyuk, traduction Lou Plaza et Marie Miqueu-Barnèche.


La situation politique est sous haute tension lors du scrutin présidentiel, déjà repoussé à trois reprises par le gouvernement de Jeanine Añez. Même si sa décision de retirer sa candidature a renforcé la position du candidat Carlos Mesa, tous les sondages indiquent que Luis Arce Catacora, le candidat désigné comme successeur d’Evo Morales, arriverait en tête au premier tour :

  • La chaîne privée UNITEL a présenté le sondage réalisé par l’institut Ciesmori indiquant que le MAS obtiendrait 42,2 % au premier tour, suivi de Carlos Mesa avec 33,1 %. Le sondage montre également que le MAS obtiendrait une majorité dans 6 des 9 régions de Bolivie.
  • L’institut de sondage Tu Voto Cuenta a publié un résultat similaire, avec Luis Arce Catacora à 42,9 %, suivi de Carlos Mesa à 34,2 % et Camacho à 17,8 %, en excluant les votes blancs et les indécis.
  • Le groupe d’experts CELAG, spécialisé dans l’étude des enquêtes d’opinion et des cartes électorales en Amérique latine, donne Arce en tête à 44,4 % des intentions de vote et 34 % pour Mesa. Cet écart de plus de 10 % du suffrage exprimé serait déterminant en ce qu’il permettrait au candidat du MAS d’être élu dès le premier tour.

Il important de souligner que les entreprises de sondage ont traditionnellement ignoré le très fort soutien au MAS dans les régions rurales et les communautés boliviennes vivant à l’étranger, particulièrement en Argentine et au Brésil. Cela signifie que les opinions exprimées en faveur du MAS dans les sondages se situeraient dans une fourchette basse et qu’il est possible que ses soutiens soient en réalité plus élevés.

L’USAID, une agence financée par le gouvernement des États-Unis, a été invitée par le gouvernement d’Añez pour superviser les élections (…) À l’inverse, l’Internationale Progressiste a vu sa demande initiale refusée par le tribunal électoral

La position de force du MAS n’est pas surprenante si l’on considère l’impopularité générée par les mesures néolibérales mises en place par le gouvernement d’Añez et l’image positive de Luis Arce Catacora comme l’un des principaux artisans des 14 années de croissance économique sous le gouvernement d’Evo Morales.

[Lire sur LVSL notre entretien avec Luis Arce Catacora : « Nous devons garantir la souveraineté de la Bolivie sur le lithium »]

Cependant, l’actuel climat social et politique en Bolivie ne permet d’écarter aucun scénario à l’issue du scrutin du 18 octobre. L’éventualité du retour d’un gouvernement « socialiste » hante les dirigeants actuels et leurs alliés depuis la destitution d’Evo Morales le 10 novembre 2019. Pendant les 10 derniers mois, le gouvernement et l’opposition de droite ont ainsi mis en place une série de mesures afin de marginaliser le soutien électoral du MAS et d’entraver la participation de ses membres aux élections.

Le gouvernement actuel n’a aucunement cherché à rendre accessibles les inscriptions permettant de voter aux 51 255 Boliviens vivant à l’étranger, dont 25 000 résident actuellement en Argentine. Dans les conditions actuelles de la pandémie et de la quarantaine du COVID-19, le renouvellement et la demande d’inscriptions sur les listes électorales ont été rendus presque impossibles. Comme il a été indiqué plus haut, le vote des Boliviens de l’étranger, en particulier ceux vivant dans d’autres pays d’Amérique latine, a bénéficié traditionnellement au MAS. Cela s’explique par le fait que la majorité des communautés expatriées dans ces pays ont émigré pendant les crises politiques et économiques de la période néolibérale de la fin des années 1990 et des années 2000 ; ils sont donc particulièrement sensibles aux réussites de l’administration Morales.

Les régions rurales du pays constituent un autre secteur risquant de subir des tentatives d’exclusion du vote. La grande majorité des habitants ruraux, en particulier dans les provinces de l’altiplano de La Paz, Cochabamba, Oruro et Potosi, ont traditionnellement voté pour le MAS en raison de l’important changement de leurs conditions économiques durant la présidence d’Evo Morales. Dans les conditions actuelles, qui découlent de la mauvaise gestion de la pandémie de COVID19 et de la crise économique provoquée par l’application des mesures néolibérales du gouvernement d’Añez, l’organisation du scrutin s’est considérablement compliquée dans ces régions.

Le cas de la province tropicale de Chapare à Cochabamba, un bastion traditionnel du MAS, est assez révélateur des tensions actuelles au sein du pays. Au mois d’avril la région a subi un blocus économique de la part du gouvernement. L’envoi d’essence a été bloqué et d’autres mesures du même type ont été prises afin de « lutter contre le trafic de drogues », selon les dires du gouvernement. En parallèle, l’actuel ministre de l’intérieur Arturo Murillo a affirmé que le gouvernement de la région ne pourrait pas distribuer de bulletins de vote sauf s’il autorisait la police bolivienne à reprendre les patrouilles dans la zone. La police nationale avait été expulsée de la région suite à des cas de persécution de dirigeants syndicaux.

D’autre part, il sera difficile de s’assurer de la neutralité des organisations chargées d’observer le déroulement du scrutin et sa validité. L’USAID, une agence financée par le gouvernement des États-Unis et qui avait été interdite d’exercer en Bolivie sous le gouvernement de Morales, a été invitée par le gouvernement d’Añez pour superviser et surveiller les élections. L’USAID et la National Endowment for Democracy (NED) ont une longue histoire de soutien à des groupes pro-américains, qu’ils soient ouvertement politiques ou issus de la « société civile », au travers de financements directs. Ces organisations ont également participé à la validation de scrutins frauduleux, comme cela a été le cas lors des élections au Honduras en 2017. En outre, il s’est créé un groupe « d’Observateurs Citoyens », intégré par 14 groupes privés de la société civile avec le financement de l’USAID et de la NED, ayant pour but de superviser le processus électoral et de fournir des rapports d’information 48 heures après le scrutin.

Ce problème s’étend au Tribunal suprême électoral (TSE) bolivien lui-même, dont le président, Salvador Romero, est un proche ami du candidat et ex-président Carlos Mesa, qui l’avait nommé comme président du Conseil national électoral (CNE) en 2003. Il possède un long passif de coopération avec diverses agences financées par les États-Unis en Amérique latine, ainsi qu’avec l’Organisation des États américains (OEA). Romero était présent au Honduras entre 2011 et 2014 [les quelques années au cours desquelles le Honduras a connu un coup d’État et la mise en place d’un régime militaire ndlr] comme directeur de la National Institute of Democracy, une institution financée par la NED. Des câbles diplomatiques révélés par Wikileaks ont révélé que Romero avait fait office d’informateur pour l’ambassadeur américain en Bolivie, Philip Goldberg, entre 2006 et 2008.

Le TSE a par ailleurs remplacé le système de résultats provisoires utilisé pendant les élections d’octobre 2019, par un nouveau système autorisé par les Nations Unies – DIREPRE. Jake Johnson, chercheur associé du CEPR – qui faisait partie du groupe de chercheurs ayant démontré que la OEA avait falsifié ses déclarations sur la fraude des élections de l’année dernière – a signalé que le nouveau système serait moins transparent que le TREP, et rendrait impossible pour les observateurs une vérification rapide de la précision des résultats via une comparaison des comptes-rendus papiers et des images publiées en ligne.

Les leaders du MAS et ses militants ont également souffert de nombreuses attaques par divers groupes armés et par des membres de l’opposition d’extrême droite depuis le coup d’État.

En outre, le TSE s’est montré réticent à la participation d’organisations internationales en tant qu’observatrices officielles des élections. L’exemple le plus marquant est celui de l’Internationale Progressiste dont la demande initiale a été refusée par le tribunal électoral sans aucune explication concrète [l’internationale progressiste regroupe des personnalités issues des mouvements critiques du néolibéralisme du monde entier ndlr]. La demande a finalement été acceptée mais le retard de l’annonce de la décision a rendu les préparatifs de la mission d’observation beaucoup plus compliqués.

Enfin, l’opposition au gouvernement actuel a été mise en difficulté à de nombreuses reprises. La participation du MAS et de ses différents leaders aux élections a rencontré des obstacles. L’ancien président, Evo Morales, et l’ancien chancelier, Diego Pary, ont été déclarés inéligibles aux élections du Sénat dans les régions de Cochabamba et de Potosí, bien qu’ils aient déposé tous les documents légaux requis. Luis Arce Catacora a aussi été menacé d’inéligibilité à de nombreuses reprises avant et pendant la campagne électorale. En effet, sa candidature ainsi que la participation du MAS aux élections générales ont été mises en sursis à cause d’un « non-respect de la loi électorale » au mois de juillet.

[Lire sur LVSL notre entretien avec Evo Morales : « Notre crime est d’avoir bâti un modèle viable sans le FMI »]

Arce avait avancé que les enquêtes internes de son parti pointaient vers une victoire du MAS aux prochaines élections, acte que ses opposants politiques ont considéré illégal aux yeux de la loi électorale bolivienne. Néanmoins, le TSE s’est prononcé en faveur du MAS le 5 octobre. Ceci n’a cependant pas empêché que des manifestations violentes soient organisées dans la ville de Sucre contre le MAS et les autorités électorales.

D’autre part, depuis le début du coup d’État, les médias de communication critiques envers le gouvernement d’Añez ont été censurés. Les journalistes boliviens et étrangers ont été poursuivis. Telesur ainsi que RT ont perdu leur licence de diffusion pendant les semaines ayant suivi le coup d’État du 10 novembre, plus de 53 radios communautaires ont été fermées par le gouvernement d’Añez en janvier 2020, des journalistes argentins de la chaîne privée TN ont été harcelés par des manifestants en faveur du gouvernement actuel, tandis qu’un autre journaliste argentin, Sebastián Moro, a été assassiné pendant le coup d’État.

Les leaders du MAS et ses militants ont également souffert de nombreuses attaques par divers groupes armés et par des membres de l’opposition d’extrême droite depuis le coup d’État. L’Unión Juvenil de Santa Cruz (UJC), la Resistencia Juvenil de Cochabamba (RJC) et le Movimiento de Resistencia en La Paz ont attaqué le MAS et ses sympathisants plusieurs fois. Le Défenseur des droits (Defensoría Pública), ayant critiqué le gouvernement d’Añez pour ses abus contre les droits de l’homme, a aussi subi une attaque d’un groupe violent dénommé « Valkyria ».

Ainsi même si la plupart des sondages indiquent des résultats très favorables au MAS à l’issue du premier tour, l’atmosphère tendue dans le pays rend les résultats de ce scrutin très incertains. Il s’agira d’observer avec attention ce qui se déroulera dans les heures qui suivront la proclamation des résultats, et les prochaines semaines si un éventuel second tour a lieu.

AIDEZ-NOUS À GRANDIR

Le Vent Se Lève n'existe que grâce au soutien de sa communauté de lecteurs.
Si vous aimez notre travail, faites un don à l'association, votre soutien est précieux.

Faire un don

  • 336
  •  
  •  
  •  
  •