« Pardon Youtube » démonte le lobbyisme à visage humain

Plus efficace qu’un numéro de Cash Investigation, le film « Pardon Youtube » dévoile les dessous d’une opération de communication soigneusement orchestrée et démonte habilement les mécanismes d’une censure à peine masquée.

En septembre 2016, la blogueuse Laetitia Nadji était contactée par Youtube pour interviewer le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, avec deux autres youtubeurs européens.  Peu après l’interview en question, Laetitia révélait avoir subi des pressions de la part de Youtube et de Google pour éviter de poser au cours de l’entretien certaines questions jugées sensibles. Des questions qu’elle s’est tout de même risquée à aborder  : Tafta, poids des lobbies, Luxleaks, tout y passe, la youtubeuse allant même jusqu’à comparer son interlocuteur à un « braqueur de banques ».

Les coulisses d’un plan de com’

Le film « Pardon Youtube », publié au beau milieu des vacances de Noël et sous-titré « comment on a hacké Google et la Commission européenne », révèle les coulisses de cette surprenante entreprise. On suit pendant une heure les aventures de Laetitia et de son complice Raj – aka “Autodisciple”, qui se mue en caméraman et en assistant pour l’occasion.

 La youtubeuse, qui anime la chaîne lifestyle « Le Corps La Maison

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter