« Le Parlement est à la botte de Macron qui va mettre en place la purge sociale exigée par l’UE » – Entretien avec Frédéric Farah

Crédits photos : capture d’écran Youtube

On l’aura compris : députés et sénateurs sont acquis à la politique que souhaite mener Emmanuel Macron. Pendant cinq ans, Macron aura les mains libres pour “réformer” l’économie française, “libérer les énergies” et “mettre fin aux entraves” qui bloquent la société. Derrière cette novlangue technocratique fourre-tout, on trouve un projet néolibéral cohérent, mûrement pensé et réfléchi. Il s’agit pour Emmanuel Macron d’appliquer en France les réformes que l’Union Européenne et les grandes puissances économiques réclament depuis des années, et que les gouvernements successifs ont eu du mal à mettre en oeuvre du fait de la forte mobilisation du peuple français. C’est l’analyse que propose Frédéric Farah, économiste, auteur d’Europe, la grande liquidation démocratique, paru en février 2017.

Le Parlement est à la botte. Macron possède tous les pouvoirs. Il va mettre en place les réformes structurelles attendues par le semestre européen”

LVSL – Avec l’UE, nous assistons à l’émergence de gouvernements dits “techniques” ou “des experts”. Ces gouvernements se caractérisent par un dépassement du clivage droite-gauche au nom de trois impératifs supérieurs: l’attachement indéfectible à l’Union Européenne, au marché comme principe régulateur de la société et l’abandon de la culture du conflit en politique pour poser les questions en termes purement techniques. Dans

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter