Pourquoi les Occidentaux ont du mal à comprendre les relations entre la Corée du Nord et la Corée du Sud

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/11/Kim_Jong-un_and_Vladimir_Putin_%282019-04-25%29_03.jpg/1280px-Kim_Jong-un_and_Vladimir_Putin_%282019-04-25%29_03.jpg
©The Presidential Press and Information Office

Kim Jong-un serrant la main de Donald Trump : en un instant on basculait, dans la grammaire trumpienne, du « Rocket Man » au « Brave Man ». L’idylle, on l’a vu, fut de courte durée, et la Corée du Nord n’a pas tardé à redevenir le régime honni qu’il était aux yeux des États-Unis. Dans les médias français, c’est une analyse manichéenne et monocausale qui domine : les échecs diplomatiques du régime nord-coréen seraient uniquement imputables à sa soif de pouvoir et à son irrationalité. Afin d’en saisir tous les enjeux, il importe de revenir sur la spécificité de la relation entre les deux Corées et sur leurs déterminants géopolitiques et historiques complexes. 

Comment expliquer cette difficulté à comprendre les relations entre la Corée du Nord et la Corée du Sud ? Le primat donné en Asie de l’Est à la Chine et au Japon peut constituer un élément d’explication – la péninsule coréenne étant peu ou prou considérée comme un hybride sino-japonais. La médiatisation des aspects les plus folkloriques de la dictature nord-coréenne, vendeuse auprès des opinions publiques, explique également pourquoi l’histoire des Corées est fréquemment caricaturée et simplifiée. Pour en comprendre la spécificité, il convient de remonter à la déchirure originelle entre les deux

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter