Système médiatique et lutte des classes

Un mouvement agite de nombreux milieux militants, souvent très à gauche ou très à droite, qui vise à s’emparer de divers canaux de diffusion – au milieu desquels trônent les réseaux sociaux – et créer des médias autonomes pour contrecarrer une information dominante perçue comme trompeuse, voire manipulatrice.

A droite, on appelle ça volontiers de la « réinformation ». Sans être dupe quant à la haine historique d’une certaine droite et de l’extrême-droite vis-à-vis de la pluralité de la presse, il convient de s’interroger sur les causes profondes de ce malaise qui traverse toutes les couches d’une société de plus en plus polarisée. Les sondages divers le montrent bien : la confiance en la parole officielle s’érode, l’indépendance des médias est a priori remise en cause par des gens de bonne foi, qui se demandent avec impuissance : à qui accorder sa confiance ?

Le règne de l’extrême-centre

Il est devenu banal de renvoyer les divers mouvements de contestation dos à dos sur le mode d’une prétendue « union des extrêmes ». Extrême-droite et extrême-gauche (souvent mal définie, au demeurant) sont les lieux communs d’un discours dominant bienséant, bien-pensant même, puisque fixant lui-même les limites de ce qui

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter