Pharmacolonialisme et triage monétaire : comment le coronavirus révèle les fractures Nord-Sud

© WHO

La crise du Covid-19 révèle le gouffre technologique et logistique béant entre pays de l’hémisphère Nord et de l’hémisphère Sud, qui confère un monopole de fait aux premiers quant à la gestion sanitaire de la pandémie. Ces fractures sont aggravées par le triage monétaire instauré par les États-Unis, permettant à l’Union européenne, l’Angleterre, le Canada, la Suisse et le Japon d’avoir accès à des dollars en quantité illimitée, tandis que le reste de l’humanité est invité à emprunter au FMI et à la Banque mondiale – contre de nouveaux plans d’austérité, en pleine crise financière. Par Andrés Arauz, ancien Ministre de la Connaissance et directeur général de la Banque centrale d’Équateur, traduction de Baptiste Albertone.


Faisons une expérience de pensée consistant à nous projeter dans trois mois, lorsque certains médicaments ayant des propriétés curatives auront été homologués, ou même dans un an, lorsqu’un vaccin aura été approuvé.

Ces médicaments vont être développés par les scientifiques des pays riches, et approuvés par les agences pharmaceutiques européennes (EMA) ou étasuniennes (FDA). En effet, les scientifiques des pays du Nord disposent de budgets d’État et d’entreprises incomparables à ceux des pays pauvres du Sud.

Même si un médicament venait à faire l’objet d’une étude, à être testé et développé en Amérique latine, puis approuvé par l’agence sanitaire d’un pays de la région, il n’aurait aucune crédibilité tant qu’une agence européenne ou étasunienne ne l’aurait pas approuvé. Entre le moment de l’approbation et de la production, des semaines ou des mois peuvent s’écouler. Lorsque les médicaments commenceront enfin à être distribués, la question qui se posera sera la suivante : à qui seront livrés les premiers lots de médicaments, les premiers vaccins ? Aux malades du Panama, de Guayaquil et de Saint-Domingue ? À ceux de New York ? À ceux de Lombardie ou de Madrid ?

Une autre réalité concernera la propriété intellectuelle de ces médicaments. Sera-t-il interdit de produire des versions génériques ou bio-similaires ? Les pays du Sud seront-ils sanctionnés s’ils désirent et sont en mesure de les reproduire sans l’autorisation des titulaires du brevet ? Même si nous parvenons à reproduire ces médicaments par le biais de licences obligatoires – une exception autorisée dans le capitalisme cognitif dominant – l’humanité – et le marché – feront-ils confiance aux copies qui n’ont pas reçu l’approbation de la FDA ou de l’EMA, même si elles ont l’approbation du CDSCO en Inde ou de l’APMN en Chine ?

Aujourd’hui, nous vivons déjà une avant-première : une seule entreprise dans toute l’Amérique latine propose les machines et les réactifs pour effectuer les tests. Elle fait don des équipements et génère une dépendance technologique dans les logiciels de ses appareils et dans l’acquisition des réactifs. Nous ne pouvons acheter qu’auprès d’elle, bien que les universités disposent de capacités sous-utilisées d’autres marques. Ceci fait déjà un scandale au Pérou et en Colombie.

De plus, les machines, les réactifs, et les futurs médicaments et vaccins, seront importés des pays riches, tout comme une grande partie de l’équipement et des fournitures médicales. En d’autres termes, ils ne seront pas produits dans les pays pauvres du Sud, ils devront donc être payés dans des devises fortes : en dollar.

Les États-Unis sont le seul pays en capacité d’émettre autant de dollars que nécessaires pour sauver sa population. À ce titre, le gouvernement étasunien a annoncé un plan de relance de 6 000 milliards de dollars pour soutenir son économie nationale.

Ce privilège exorbitant a récemment été partagé de manière exclusive avec cinq autres banques centrales dans le monde : la Banque centrale européenne, la Banque d’Angleterre, la Banque du Canada, la Banque nationale suisse et la Banque du Japon. Les États-Unis ont signé des accords qui permettent à ces pays d’avoir accès à des dollars illimités et infinis. Ces pays ne représentent que 11,8 % de la population mondiale. Il est nécessaire de le rappeler, car en période de crise biologique, nous devons mesurer notre action en termes de vies – ou bien devrions nous continuer à la mesurer en dollars ?

Pour six autres pays, l’Australie, le Brésil, la Corée du Sud, le Mexique, Singapour et la Suède, le gouvernement étasunien a ouvert l’accès aux dollars, bien que de façon limitée. Pour chacun d’entre eux, un plafond de 60 milliards de dollars est prévu. Pour trois autres pays, le Danemark, la Norvège et la Nouvelle-Zélande, le montant est encore plus faible, 30 milliards de dollars.

Si l’on ajoute les États-Unis, les cinq privilégiés, et les neuf autres bénéficiaires nous obtenons un total de 33 pays (la zone euro étant composée de 19 pays), qui ne représentent que 17,7 % de la population mondiale : c’est ce que j’appelle un triage monétaire.

Et pour le reste ? Rien. Ou plutôt, pour le reste, les élites étasuniennes invitent à aller emprunter auprès du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale – mieux que rien. Peut-on imaginer des pays en pleine crise humanitaire appliquant des politiques d’ajustements structurels et d’austérité sur le secteur public afin de recevoir quelques dollars ? C’est ce que souhaite le directeur de la Banque mondiale et c’est ce que la directrice du FMI a promis pour l’Équateur.

L’humanité est-elle réellement prête à tolérer qu’au milieu de la maladie, de la mort, de l’urgence sanitaire, de la paralysie économique, de la crise alimentaire et de la catastrophe humanitaire, les hommes politiques s’engagent dans des négociations avec le FMI et la Banque mondiale pour éviter les crises bancaires ou l’effondrement de leur monnaie nationale ?

Heureusement, des alternatives sont envisageables. En plus du dollar, il existe une autre monnaie mondiale : le droit de tirage spécial (DTS). Il est émis par le FMI et peut être créé à partir de rien. Au milieu de la crise de 2008-2009, le FMI a déjà émis 183 milliards de DTS et a permis d’alléger la situation de nombreux pays pauvres. Elle n’a pas exigé de conditions, ni de réformes structurelles ; ce n’est pas non plus une dette remboursable. En raison de la répartition des pouvoirs au sein du FMI, environ 10 % des DTS ont atteint les pays les plus pauvres.

Aujourd’hui, le FMI est en capacité de répéter l’opération. De fait, la directrice du FMI, Kristalina Georgieva, a déclaré qu’à la demande des pays pauvres et à revenu intermédiaire, cette possibilité était actuellement étudiée de manière conjointe avec les « membres » (entendons, les États-Unis).

En 2009, la crise était financière et a frappé l’économie réelle des familles. Mais aujourd’hui, la crise est biologique et la dimension monétaire se doit d’être subordonnée à l’économie réelle – et à la santé – des familles. C’est pourquoi, cette fois, l’émission doit être beaucoup plus importante. Si les États-Unis ont offert « 6 000 milliards de dollars » pour leur économie, le FMI doit émettre « 3 000 milliards de SDR » pour le monde, ce qui signifierait près de 400 milliards de dollars pour les pays pauvres. Il est impensable que 17,7 % de la population mondiale dispose de dollars de façon illimitée, et qu’au même moment 6 337 millions de personnes soient confrontées, en plus de la crise sanitaire, à des crises économiques. L’absence de droits de tirage spéciaux pour les pays les plus pauvres du monde est l’équivalent, à l’échelle planétaire, d’un triage monétaire. Il est temps de faire passer la vie avant tout.

Réforme de la SNCF : quand “modernité” rime avec retour au siècle dernier

Creatives commons
Locomotive à vapeur

A l’hiver 1995, Alain Juppé et son gouvernement s’étaient heurtés, après avoir annoncé une réforme des régimes spéciaux de la SNCF, à une mobilisation d’une ampleur inédite depuis mai 68, rythmée par trois semaines de grève. Le Premier ministre avait ainsi été contraint de céder face à des grévistes largement soutenus dans l’opinion publique. Il est aujourd’hui intéressant de rappeler cet épisode, alors que le gouvernement actuel promet lui aussi une réforme de la SNCF, qui comprend notamment la remise en cause du statut des cheminots. « En 1995 nous avons fait sauter Juppé, en 2018 on fera sauter Philippe », a d’emblée averti la CGT-Cheminots, pointant du doigt un « passage en force » du gouvernement, après l’annonce par le Premier ministre Édouard Philippe d’un nouveau recours aux ordonnances. Si les syndicats tiennent à cette analogie, qu’en est-il vraiment ?

Le rapport Spinetta, un texte inquiétant

Le 15 février dernier, le Premier ministre Édouard Philippe a en effet rendu public le « rapport Spinetta », qui vise à préparer une « refonte du transport ferroviaire » en profondeur. Si le gouvernement s’est estimé satisfait de ce « diagnostic complet et lucide », pour les syndicats CGT-Cheminots et SUD-rail, il annonce tout simplement la fin du « système public ferroviaire ».

Parmi les 43 propositions avancées par l’ancien PDG d’Air-France, ce rapport préconisait notamment la fin du statut des cheminots, la transformation de la SNCF en société anonyme privatisable, l’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire et la fermeture de 9 000 km de lignes, jugées non-rentables.

La CGT-Cheminots a dénoncé d’emblée ces préconisations, qui « constituent une attaque inédite contre le transport ferré public et contre celles et ceux qui, au quotidien, font le choix du train, quelle que soit la région ou le territoire. », ajoutant que « le gouvernement s’apprête à confisquer à la nation son entreprise publique ferroviaire », avant d’appeler à la grève et à une journée de mobilisations le 22 mars.

Le gouvernement contraint à agir rapidement

Édouard Philippe a donc, une dizaine de jours seulement après la remise du rapport Spinetta, annoncé les principaux axes pour bâtir ce nouveau « pacte ferroviaire ». Celui-ci repose sur la fin du recrutement au statut de cheminot à la SNCF, le Premier ministre suivant ici à la lettre les recommandations du rapport. Pour boucler la réforme avant l’été, l’exécutif a lancé dans la foulée une concertation avec les syndicats, les élus locaux et les représentants d’usagers. Les discussions concernant l’ouverture à la concurrence pour les TGV et les TER ont déjà commencé. Puis, à partir de mi-mars, elles porteront sur l’organisation future de la SNCF, et enfin, à partir de début avril, sur l’avenir du statut des cheminots.

Comme cela avait déjà pu être le cas avec la réforme du Code du Travail, la présentation de ce rapport, délibérément offensif et extrême dans ses préconisations, permet au gouvernement de passer a posteriori pour modéré dans ses mesures. Édouard Philippe a insisté en ce sens sur sa décision de renoncer au projet de suppression des 9 000 km de lignes non-rentables, mesure la plus décriée avec 79% d’opinion négative selon le baromètre Odoxa de février, remettant en cause la mission d’intégration des territoires au cœur du service public ferroviaire. Une manière habile, il faut l’avouer, de désamorcer une contestation potentiellement mobilisatrice sur ce thème.

Le gouvernement n’a donc pas tardé à préparer ce plan de réforme de la SNCF, conscient que la mise en marche rapide de réformes permet à Emmanuel Macron d’asseoir son capital politique, tant auprès de ses électeurs que des sympathisants de droite. Cette posture de président mobilisé, en ordre de bataille, dégainant ordonnance sur ordonnance, renvoie certes à une forme assez classique de bonapartisme, mais peut aussi comporter en même temps (sic) une forte dimension populiste, en cela que le gouvernement, et ses relais médiatiques, stigmatisent une catégorie de la population – accusée d’être « privilégiée » – sous prétexte que ses acquis sociaux nuiraient au reste de la population du pays. La mise à l’écart des corps intermédiaires que sont les syndicats et la représentation nationale, à travers le recours annoncé aux ordonnances, fait donc partie intégrante de sa stratégie d’un pouvoir politique vertical et efficace, d’une forme de populisme néo-libéral, qui s’appuie ici sur la représentation stéréotypée de cheminots « privilégiés » et « tout le temps en grève », hélas très ancrée au sein de la population.

Le statut des cheminots, bouc-émissaire de la réforme ?

Concentrer la communication autour de la réforme de la SNCF sur cette suppression du statut des cheminots présente donc un avantage que l’exécutif espère décisif, à savoir isoler les cheminots dans la défense de leurs acquis  sectoriels, conservateurs et égoïstes.

Les cheminots auront sur ce point certainement plus de mal qu’en 1995 à rallier l’opinion publique à leur cause. Selon un autre sondage Odoxa publié le 1er mars, « les Français sont unanimement favorables à la suppression du statut de cheminot : cette décision est très largement approuvée (72%) et fait consensus au niveau sociologique et même politique. » Logiquement dès lors, « près de 6 Français sur 10 (58% contre 42%) estiment injustifiée la mobilisation envisagée par les syndicats pour s’opposer à la réforme de la SNCF ». Des chiffres qui peuvent rassurer Édouard Philippe, dont le mentor, Alain Juppé, avait justement trébuché sur ce même sujet il y a près d’un quart de siècle …

Il faut dire que la situation sociale a changé depuis cette période. La crise économique de 2008, avec la flambée du chômage et de la précarité, semble avoir joué un rôle indéniable dans cette désolidarisation de l’opinion publique, dans un contexte d’affaiblissement de la qualité des prestations de l’entreprise, entre retards et hausse des prix.  De quoi interroger les moyens de mobilisation auxquels pourront avoir recours les syndicats.

Avec Macron, retour en 1920

Pour saisir l’ampleur du recul historique que représente cette réforme, encore faut-il rappeler les conditions de la naissance de ce statut des cheminots. En effet, lorsque celui-ci est créé en 1920, le transport ferroviaire est un marché concurrentiel disputé par des compagnies privées. Le statut des cheminots apparaissait dès lors comme un moyen d’harmoniser les conditions de travail et de vie des travailleurs de ce secteur stratégique, exposés à une forte pénibilité. Or, le gouvernement annonce la mise en concurrence de la SNCF, en supprimant son monopole sur le transport ferroviaire, tout en supprimant dans la foulée ce statut historique.

Comme si Marthy MacRon prenait le train de Retour vers le futur, pour revenir à cette époque. C’est en effet un retour en arrière, antérieur à 1920, que prépare le gouvernement, qui compte faire d’une pierre deux coups : libéraliser le transport ferroviaire en l’ouvrant à la concurrence, et renier le statut des cheminots qui ne s’appliquerait plus qu’à la SNCF, en pointant du doigt un potentiel handicap pour l’entreprise, en situation de concurrence.

Creative commons
Un groupe de cheminots du PLM devant une locomotive Pacific, en 1912.

Certes, si l’on en croit Charles Consigny, on peut se dire qu’« à la SNCF ils vous disent que leur quotidien c’est Germinal alors qu’ils finissent à 17h ». Si l’on peut tout d’abord s’étonner de cette affirmation, puisqu’il peut arriver de voir passer parfois des trains après cinq de l’après-midi, on peut également se dire que c’est justement grâce à ces acquis, que le quotidien des cheminots n’est plus – tout-à-fait – celui des mineurs décrits par Zola. Peut-être que Charles Consigny aimerait en revenir à ce temps, remarque, cela n’est pas inenvisageable. Mais les prochaines semaines risquent d’avoir davantage un air de Bataille du rail …

Vers une société anonyme privatisable ?

Car les syndicats apparaissent en ordre de bataille, pour lutter contre une autre mesure prévue par cette réforme : la transformation de SNCF Mobilités, la branche de la SNCF gérant les trains, en société anonyme « à capitaux publics détenue en totalité par l’État », afin de satisfaire les exigences européennes. Un statut qui la rendrait tout simplement privatisable, si une nouvelle loi en décidait ainsi.

L’entretien du réseau et son développement, secteurs qui génèrent le plus de dépenses et le moins de bénéfices, resteraient bien sûr à la charge du contribuable. Dans le même temps, nul besoin de prévenir que l’introduction de compagnies privées pour concurrencer l’opérateur public réduira de façon dramatique les recettes générées par le trafic pour la compagnie jusqu’ici en situation de monopole. Un énième moyen de privatiser les profits et de socialiser les pertes.

De même, rappelons que c’est la construction des LGV qui a essentiellement contribué à augmenter la « dette » de la SNCF, tout en bénéficiant largement au privé, à travers des partenariats public-privé juteux pour les géants du secteur. Dans un article intitulé « LGV Tours-Bordeaux : Vinci nous roule à grande vitesse ! », ATTAC révélait les dessous de ce genre de partenariats : Lisea, une filiale de Vinci, qui devait intégralement financer la ligne, n’a finalement investi que 2,4 milliards d’euros sur les 7,6 de coût total. Pourtant, cette entreprise touche bel et bien l’intégralité des taxes de péages, à chaque fois qu’un TGV emprunte ces lignes.

Plus que le statut des cheminots, qui apparaît avant tout comme un acquis social historique défendu par des acteurs stratégiques du service public, ce sont donc ces partenariats public-privé, facilités par la politique du « tout-TGV », qui apparaissent comme la source principale de l’endettement de la SNCF. Autant dire qu’assainir les comptes de cette entreprise publique ne passera pas par une libéralisation du transport ferroviaire, qui privatiserait sensiblement les activités rentables, tout en faisant porter le poids des dépenses d’entretien et d’investissement dans de nouvelles infrastructures sur la collectivité. Une utopie libérale pourtant bientôt réalisée ? À quelques ordonnances près, manifestement.

 

 Crédits photo :

Un groupe de cheminots du PLM, 1912, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Cheminots_du_PLM.jpg

 

Et pourtant, c’est un beau métier, facteur…

©Yves Souben
Devant le bureau de Poste Crimée, à Rennes, les postiers en grève contre la réorganisation de leur travail. © Yves Souben

Des gestes répétitifs, des cadences imposées par des algorithmes, un métier vidé de son sens. En grève depuis le 9 janvier, les facteurs de toute l’Ille-et-Vilaine protestent contre une nouvelle réorganisation de leur travail. Et dénoncent une pénibilité ignorée par leur direction.

Il faut prendre son courrier. Sortir de la voiture. Le distribuer. Lettre par lettre. Boîte par boîte. Revenir dans sa voiture. Et, un peu plus loin, recommencer. Prendre le courrier, sortir, distribuer. Lettre par lettre, boîte par boîte. Toujours les mêmes gestes, répétés pendant des heures.

On pense facilement que les mouvements répétitifs et le travail à la chaîne appartiennent au passé, au XXe siècle. C’est faux. Publiée le 20 décembre 2017, une étude du ministère du travail souligne que 42,7% des salariés en France doivent répéter continuellement une même série de gestes ou d’opérations. En 2005, ils étaient 27%. Le travail à la chaîne existait dans l’industrie, il s’impose désormais dans le secteur des services. Figures emblématiques du service public, les facteurs en savent quelque chose. Prendre le courrier, sortir de la voiture, distribuer, rentrer, sortir, distribuer, rentrer…

« A un moment donné, tu auras un accident avec ces gestes répétitifs », proteste Philippe Charles, délégué syndical de la CGT FAPT d’Ille-et-Vilaine. Ce mardi 9 janvier, il est avec les autres, sur le piquet de grève du bureau de Poste Crimée, à Rennes. Depuis une semaine, une partie des facteurs du département a arrêté le travail, pour protester contre une nouvelle « réorg’ », imposée par la direction de La Poste.

Des corps marqués par les cadences de travail

Présents depuis sept heures du matin, les grévistes se réchauffent auprès des braséros improvisés dans des bidons métalliques. Un peu plus loin, la sono crachotte du France Gall. « Résiste », encourage-t-elle les salariés. « Prouve que tu existes ! » Auprès des palettes qui se consument en flammes vives, ceux-ci énumèrent les derniers accidents, les souffrances du travail. Il y a les chutes des vélos, plus nombreuses depuis que La Poste est passée aux vélos électriques. On va plus vite avec moins d’effort, mais les accidents n’en sont que plus violents. Une cheville, un genou cassé.

Et puis surtout, il y a « les TMS », expliquent les délégués syndicaux. Avant de préciser : les troubles musculosquelettiques. Toutes ces maladies qui touchent les tissus mous : muscles, tendons, nerfs ; de loin les maladies professionnelles les plus courantes. « J’ai une militante de 45 ans qui est factrice », témoigne Yann Brault, secrétaire-adjoint de SUD PTT sur le département. « Elle a une capsulite, elle s’est décrochée l’épaule en distribuant le courrier. »

Il y a Nounours, aussi, qui se tient à côté du feu. Inutile de chercher pourquoi il veut se donner ce surnom, son imposante stature engoncée dans son blouson de cuir l’explique à elle seule. « Il a mal au dos, toute l’année », explique une de ses collègues factrices. « Depuis qu’on a les nouvelles positions de travail soi-disant ergonomiques, les cadences se sont accélérées », se plaint-il. A la lueur des flammes, il imite ses gestes de travail, pour trier son courrier avant de faire sa tournée. Aux mouvements amples du tri au jet se sont substitués les petits gestes du tri par casier, numéro d’habitation par numéro d’habitation.

Dans d’autres centres, la rationalisation du travail rend celui-ci plus pénible encore, à travers l’imposition des « tournées sacoches ». Le facteur n’a plus la possibilité de trier lui-même son courrier et de s’organiser en fonction de son terrain, il récupère sa sacoche déjà apprêtée et se contente de distribuer ses plis.

Les algorithmes, les pires contremaîtres qui soient

« L’accroissement des contraintes de productivité, l’intensification du travail dans un contexte de vieillissement de la population active expliquent au moins en partie l’augmentation des TMS », résume sobrement l’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) sur son site. Les facteurs en savent quelque chose. L’âge moyen des salariés du groupe La Poste est de 47,2 ans. Mais surtout, ils sont confrontés à une intensification sans cesse de leurs tâches exigées.

« On a des tournées surchargées, démesurées, et donc des heures supplémentaires qui ne sont pas payées », dénonce Philippe Charles. Mandatées par le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), des études indépendantes ont conclu que la charge de travail des salariés était sous évaluée, avec de nombreux dépassements des horaires officiels. Alors les facteurs s’adaptent. « Les collègues arrivent 30 minutes avant l’heure, détaille Christelle, ils ne prennent pas leur pause de 20 minutes pour finir à temps. »

« La charge de travail n’est plus calculée sur le terrain maintenant », déplore Philippe Charles. Les facteurs sont désormais livrés à des algorithmes, qui définissent le temps de travail nécessaire par tournée. Gare à ceux qui dépassent les horaires ainsi calculés. Le cégétiste témoigne : « on a des jeunes qui viennent nous dire qu’on les a engueulé, on leur dit qu’ils ne vont pas assez vite, qu’ils ne savent pas travailler ».

La direction de La Poste, de son côté, se base sur la baisse du courrier pour réorganiser le travail. « Le centre de Rennes Crimée a distribué 25 000 plis en moyenne chaque jour en 2017 », explique dans Ouest France le directeur de l’établissement, Stéphane Lavrilloux. Et de préciser : « c’est deux fois moins qu’il y a deux ans ».

Alors le groupe réduit ses effectifs, drastiquement. En 18 ans, 78 000 emplois de postiers ont été détruits au niveau national. Des tournées de distribution sont elles aussi supprimées. « En 1995, on avait 43 tournées » sur le centre postal de Rennes Crimée, se souvient Nounours. Il n’en reste que 22 aujourd’hui.

Perte de sens, perte de moral

Secrétaire adjoint du syndicat SUD PTT d’Ille et Vilaine, Yann Brault énumère les prochaines suppressions de tournées. « Il y en aura six au bureau Crimée, à partir du 23 janvier. Au bureau Colombier, une douzaine, au moins, dans trois mois. Et au mois de septembre, 3 ou 4 tournées seront supprimées, une douzaine au moins au bureau de Maurepas. »

Plus qu’accompagner la baisse du courrier, ces évolutions accentuent la charge de travail des facteurs. Le CHSCT a demandé une expertise indépendante pour motiver la nécessité de supprimer ces tournées sur les centres rennais. « La direction a refusé de transmettre les logiciels de calcul et les documents », indique Yann Brault. L’affaire a été portée devant la justice. A Grenoble, une réorganisation similaire a été suspendue pour les mêmes raisons.

Quant aux facteurs, ils doivent déjà se plier à la transformation du groupe en prestataire de services. Vérification de chauffe-eaux, tâches demandées par les copropriétés, visites aux personnes âgées… « J’ai dû faire des remises commentées de catalogues », décrit Christelle. « Il faut les remettre en mains propres, en faisant des commentaires. Les gens, ça les emmerde, mais on utilise quand même notre image pour vendre ces produits. » Surtout auprès des personnes âgées, qui ne sont pas touchées par les publicités en ligne.

« On perd le sens de notre métier », constate Philippe Charles. Auprès du feu, dans son blouson de cuir, Nounours confirme les propos du cégétiste. Plus que la douleur physique, c’est le moral des facteurs qui est touché par les réorganisations imposées. « Avant on avait la conscience professionnelle, mais ça s’épuise, on n’est plus motivés. » A ses côtés, Christelle tire le même constat. Avant de soupirer : « et pourtant, c’est un beau métier, facteur… »

Et qu’en pense la direction de La Poste ?

“Vous allez voir, si vous posez des questions sur la surcharge de travail des facteurs, la direction ne vous parlera que de baisse du courrier”, soupiraient les délégués syndicaux sur le piquet de grève. Contacté, l’attache de presse du groupe la poste pour la Bretagne propose immédiatement de venir à la conférence de presse du lendemain. Soit.

Les bureaux administratifs de la poste en Bretagne se trouvent dans l’ancien palais des commerces de Rennes, bâtiment emblématique dont les arcades longent la place de la République, en plein centre-ville. Accompagné par une vigile, on peut rejoindre les étages qui surplombent la poste centrale, inaccessibles habituellement au public. Lorsque vient le moment d’entrer dans la salle de la conférence de presse, une responsable tique.

“Je n’ai pas été prévenue de votre présence.” Ce n’est pas faute, pourtant, d’avoir répondu à l’invitation envoyée. Alors que le journaliste de Ouest France entre sans encombre, l’interrogatoire commence. “Est-ce que vous êtes un média local ? Est-ce que vous êtes politisés ? Est-ce que vous allez prendre en compte notre point de vue ?” On aurait bien aimé transmettre plus précisément les réponses du groupe La Poste aux divers témoignages recueillis. Seulement, un coup de fil au national de la poste plus tard, on se retrouve mis à la rue.  “On vous rappelle dans l’après midi pour que vous puissiez nous poser vos questions.” On attend toujours.

 

Crédits :

© Yves Souben