Tribune : Réponse d’une europragmatique à un eurobéat – par Sophie Rauszer

Sophie RAUSZER (LFI), ancienne candidate de la circonscription du Bénélux. ©Stéphane Burlot

Le député de la circonscription du Benelux, Pieyre-Alexandre ANGLADE (LREM), affirmait récemment « Entre postures souverainistes et discours pro-européen, il n’existe pas de juste milieu ». Sophie RAUSZER (LFI), ancienne candidate au second tour face à lui, lui répond.

*****

« Entre postures souverainistes et discours pro-européen, il n’existe pas de juste milieu ». Je vous accorde largement ce point.  La question européenne dépasse le clivage droite/gauche mais recouvre bien davantage la tension entre peuple d’un côté – dont on a ignoré le coup de semonce en 2005- et oligarchie de l’autre, avec des représentants qui se complaisent dans un Européisme béat refusant d’établir tout rapport de force. La seule solution européenne, c’est le respect des souverainetés populaires. Cela suppose d’arrêter de se cacher derrière une illusoire souveraineté européenne pour mieux faire passer en force des décisions contraires aux intérêts des peuples européens. Plutôt que d’attendre la constitution d’un mirifique peuple européen, construisons des solidarités de fait.

Vous prolongez le cauchemar européen. L’Europe de votre majorité, c’est la continuation de l’Europe du pire : renoncement sur les perturbateurs endocriniens, supercherie sur les travailleurs détachés, bâillon du peuple français sur le CETA… Les réformes du marché

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter