Vers un FMI altermondialiste ?

En juillet 2014, les BRICS, principalement impulsés par la Chine qui représente 64% du PIB et plus de la moitié de la population, ont créé la Nouvelle banque de développement (NBD). Son ambition : être le contre-modèle des institutions financières internationales actuelles (IFI : Banque mondiale, Fonds monétaire international), et qui sait, les remplacer dans un avenir proche…

La crise démocratique de la Banque mondiale et du FMI

Alliés, les BRICS sont déjà la première puissance économique mondiale avec 21 000 Mds de $ de PIB, dépassant largement les États-Unis et l’Union européenne (respectivement 15 300 et 15 000 Mds de $). Ils sont incontournables : 43% de la population mondiale, 21% de son PIB, 18 % des investissements directs étrangers (IDE).

Or, malgré ce poids, les BRICS restaient sous-représenté en termes de droit de vote dans les institutions internationales. Exemple : au FMI, la Chine avait en 2014 autant de droits de vote que l’Italie (3.81% contre 3.16%), et les BRICS ensemble représentaient 11% des droits de vote (contre 17.7% pour les Etats-Unis). Même déni de démocratie à la Banque mondiale : 13% des droits de vote (15.9% pour les Etats-Unis).

Impossible pour ces 5 grands pays de

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter