Home Politique Le populisme démocratique à l’épreuve de l’immigration
0

Le populisme démocratique à l’épreuve de l’immigration

Le populisme démocratique à l’épreuve de l’immigration
0

Ecrit par Raffaele Bazurli et paru initialement le 23 juin 2017 dans la revue italienne Senso Comune. Nous avons décidé de reproduire cet article afin d’offrir à nos lecteurs un point de vue étranger, qui peut être raffraichissant, sur une question qui fait débat. La traduction a été réalisée par Astrée Questiaux.

À l’occasion des dernières élections présidentielles françaises, le mouvement « La France Insoumise » dirigé par Jean-Luc Mélenchon a fait grand bruit, pour avoir brisé, l’un après l’autre, de nombreux tabous de la gauche traditionnelle. L’immigration n’a pas fait exception. Mélenchon a sans cesse affirmé vouloir intervenir sur les causes des phénomènes migratoires : guerres, famines, changements climatiques. Mais ce n’est pas tout : il a également franchi le Rubicon au sujet des frontières. Bien que rappelant le devoir de solidarité à l’égard des demandeurs d’asile, il a toutefois soutenu l’idée que la France ne peut plus se permettre d’accueillir ceux qui arrivent à la recherche d’un travail, qu’on appelle les « migrants économiques ». Cela marque un changement radical, non seulement par rapport au reste de la sphère progressiste – qui en effet n’a pas lésiné sur les attaques à son encontre – mais aussi par rapport à la position de Mélenchon lui-même, il y a cinq ans, lorsqu’il était candidat à la présidentielle pour le « Front de Gauche ».

Chiffres en mains, ce choix parait hautement symbolique : en France, en 2016, les permis de séjour accordés pour des raisons économiques ont représenté moins d’un dixième du total des permis de séjour délivrés. Ce simple constat concernant les affaires de nos voisins transalpins offre l’occasion d’une réflexion plus large sur la position que peut prendre un populisme démocratique vis-à-vis de l’immigration.

La distinction entre un populisme réactionnaire et un populisme progressiste passe véritablement par là. Certains politologues ont justement élaboré les concepts de populisme exclusif et inclusif pour souligner la souplesse du « peuple », comme signifiant vide. Dans le premier cas, on aura recours au chauvinisme dans le souci de présenter l’étranger comme une menace contre la souveraineté. En revanche, un peuple construit de façon inclusive tournera son regard vers le haut pour identifier son ennemi : les élites et leur cupidité. L’immigration, dans ce second cas, est diluée dans une solution discursive plus large, qui en empêche la politisation.

De nombreux mouvements populistes ont fait leur beurre sur l’attaque contre les étrangers et la peur de la diversité. En Italie comme ailleurs, une partie importante des classes populaires affiche son soutien à des politiques qui font de la fermeture des frontières leur cheval de bataille. Les forces de la réaction mettent ainsi la gauche traditionnelle dos au mur. Ils parviennent à remporter leurs batailles rhétoriques en dépeignant leurs adversaires comme des élites centrées sur leur propre bien-être, des « bobos moralisateurs », qui restent sourds aux cris de mécontentement qui surgissent du plus profond de la société. De son côté, la gauche se limite souvent à encaisser, ou à suivre la droite sur son terrain de jeu. Comment sortir de cette impasse ? Comment répondre de nouveau au besoin de protection sans céder aux discours d’exclusion ? Il est nécessaire de regarder le problème en face, au lieu de l’ignorer. Cela implique le fait de ne pas faire l’impasse sur une confrontation honnête, peut-être dérangeante, avec les questions les plus complexes liées aux flux migratoires. Je proposerai ici une très brève analyse de deux aspects décisifs, parmi tant d’autres.

Un premier thème est celui du travail. Pour revenir au cas français, le Front National obtient de très bons scores même dans les endroits où il est difficile de croiser un étranger – ce qui prouve à quel point les discours politiques exercent un fort pouvoir. Ces mêmes endroits ont d’autre part souvent fait l’expérience d’un délitement du tissu industriel, et par conséquent du tissu social. Si je pense à l’Italie, qui est elle aussi constellée de zones similaires, il convient d’inverser la base de ce discours, en donnant un visage aux véritables responsables des processus de désindustrialisation : les hommes politiques qui ont opté pour des politiques industrielles allant à l’encontre de l’intérêt national, à l’instar des grandes multinationales qui s’enrichissent sans réellement payer d’impôts.

Deuxièmement, la référence abusive à la dégradation des périphéries urbaines porte en elle une véritable urgence. La mondialisation, paradoxalement, a des conséquences plus destructrices dans des zones bien délimitées. Les personnes ont petit à petit abandonné les centres-villes ou les campagnes, pour s’en aller peupler des lieux devenus bien souvent inhospitaliers. C’est là que peut surgir plus facilement un combat matériel chez les citoyens ordinaires : pour la maison, l’école, les hôpitaux. En un mot, pour la protection sociale. Les derniers arrivants, dans de tels contextes, sont parfois perçus comme des bénéficiaires illégitimes du système . Ici aussi, il est fondamental de rebattre les cartes de manière radicale : l’explosion des inégalités est le fruit de choix politiques qui visent à drainer les richesses vers le haut. Il est nécessaire d’agir à contre-courant, en rendant les systèmes locaux de protection sociale plus altruïstes, équitables et ouverts. La lutte contre les inégalités, ainsi que contre le racisme, passe également par là.

Notre boussole est celle de la solidarité et de l’internationalisme. Bien que l’histoire de l’émancipation du peuple ait parfois choisi la fermeture au détriment de l’accueil, c’est à la logique inclusive que nous devons faire appel pour articuler notre identité. Les décès quotidiens en Méditerranée remettent en question notre sens même d’humanité, et nous ne pouvons pas céder d’un pouce sur cela. Bien que l’hostilité et le scepticisme soient palpables chez de nombreuses personnes, la fraternité entre les peuples s’appuie sur certains éléments du sens commun à caractère transversal présents dans la culture italienne, dans ses composantes tant laïques que religieuses. C’est de cela qu’il faut partir.

Crédit Photo : http://www.senso-comune.it/raffaele-bazurli/populismo-democratico-alla-prova-dellimmigrazione/

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Your SEO optimized title