© State Department photo by Michael Gross
  • 167
  •  
  •  
  •  
  •  

Largement en tête des sondages d’opinion avec entre 33 et 36 % des intentions de vote, Matteo Salvini a confirmé qu’il était bien le leader de l’opposition au gouvernement formé par le Parti Démocrate (PD) et le Mouvement 5 Étoiles (M5S). À l’origine du grand rassemblement « Orgoglio Italiano » (fierté italienne) rassemblant une grande partie de la droite italienne à Rome, en compagnie de Forza Italia (centre-droit) et Fratelli d’Italia (extrême droite) le samedi 19 octobre, le chef de la Ligue en a été le principal protagoniste, adoubé par une foule nombreuse – près de 200 000 personnes selon les organisateurs – et conquise.


On était restés sur l’image d’un Matteo Salvini déçu après la chute de la coalition gialloverde qu’il dirigeait en compagnie du Mouvement 5 Étoiles, mais l’ex-ministre de l’Intérieur semble s’être rapidement remis de ce revers. Ce samedi 19 octobre à Rome, le chef de la Ligue a réussi le pari qu’il s’était lancé : réunir la grande famille de la droite italienne pour un rassemblement contre le gouvernement dirigé par Giuseppe Conte. « Nous sommes venus jusqu’à Rome pour manifester contre un gouvernement antidémocratique, que l’on juge illégitime », déclare Andrea, jeune entrepreneur de 25 ans qui arbore fièrement le drapeau d’un mouvement favorable à l’autonomie de sa région, la Vénétie. Comme lui, de nombreux militants de province ont rallié la capitale pour l’occasion. Tous ne partagent pas les mêmes idées, loin s’en faut – en plus des trois partis précédemment cités, de nombreuses organisations régionalistes étaient présentes, ainsi que des groupuscules néo-fascistes comme CasaPound –, mais leurs avis concordent sur un point : le gouvernement en place n’est pas légitime.

Unis contre le gouvernement…

Le désamour de la droite pour la coalition PD-M5S a atteint un tel point de non-retour que, dès lors que les intervenants successifs ont évoqué certains de leurs représentants, une bronca s’est abattue, bien souvent mêlée à quelques noms d’oiseaux. Encore allié de la Ligue – ou du moins membre du même gouvernement – il y a moins de deux mois, le Mouvement 5 Étoiles est désormais considéré comme l’ennemi juré par l’ensemble de la droite italienne, accusé d’avoir retourné sa veste en formant une coalition avec la gauche afin de rester au pouvoir. « Les 5 Étoiles ont tout fait pour bloquer de nombreuses réformes de la Ligue, détaille Richard Heuzé, ex-correspondant du Figaro à Rome et auteur du livre Matteo Salvini, l’homme qui fait peur à l’Europe, paru en août 2019. Depuis le mois de mai 2019, il y a une forte rancœur qui est née au sein de la Ligue contre le Mouvement 5 Étoiles. Ils passent pour des traitres aux yeux des gens de la Ligue, et il n’est donc pas étonnant que ses membres soient conspués  ».

Ainsi, de nombreux slogans « Elezioni ! » réclamant la tenue prochaine d’un nouveau scrutin se sont fait entendre parmi l’assistance, mais également parmi les responsables politiques qui se sont succédé sur la scène. Cependant, un appel aux urnes dans un futur proche semble peu probable selon Vincenzo Emanuele, universitaire et membre de plusieurs instituts de recherche en science politique : « Le PD et le M5S ont tous deux intérêt à maintenir la coalition jusqu’à son terme ‘naturel’ en 2023, car ils encourent le risque d’une victoire probable de Salvini en cas d’élection ».

 

« Jamais avec le PD, jamais avec les 5 Étoiles » : le message est clair

 

Le professeur italien a également tenu à rappeler avant le rassemblement que le principal défi de Salvini consistait à « maintenir son contrôle sur le centre-droit, de façon à renforcer sa légitimité ». Ces prédictions semblent avoir été confirmées après le véritable coup de force réalisé par le chef de la Ligue ce samedi. En effet, en plus d’envoyer un signal fort au gouvernement, Matteo Salvini s’est imposé comme le chef de file de la droite italienne devant Forza Italia et Fratelli d’Italia. Une domination qui n’a au fond rien de surprenante si l’on se fie aux récents sondages, qui créditent chacune de ces formations à environ 8 % d’intentions de vote, mais qui s’est traduite de manière concrète par le déroulé des évènements. En véritable chef d’orchestre, Salvini a réussi à tourner une grande partie de l’évènement autour de sa propre personne, reléguant clairement au second plan les dirigeants des deux autres partis, Silvio Berlusconi et Giorgia Meloni. Le premier cité (83 ans) est apparu fatigué et a semblé donner l’impression d’être resté bloqué au siècle précédent, évoquant notamment à plusieurs reprises un curieux « danger communiste » qui rodait autour de l’Italie. À l’inverse, la présidente de Fratelli d’Italia a su convaincre le public en prononçant un discours musclé et très à droite. Racines chrétiennes de l’Italie, rhétorique anti-migrants et anti-taxes ou encore défense de la famille traditionnelle sont autant de thèmes développés durant sa déclaration, prononcée devant un écran affichant le slogan quelque peu troublant du parti : Dieu, Famille, Patrie.

… mais aussi pour Salvini

Pour autant, l’engouement autour de Giorgia Meloni a paru bien faible à côté de la popularité record de Matteo Salvini. T-shirts et banderoles à son effigie étaient légion, et les familles qui se photographiaient faisaient du nom « Salvini » leur « ouistiti ». Surtout, de nombreux drapeaux indiquant le slogan « Salvini Premier » – « car c’est le premier dans les sondages » selon un militant de la Ligue sous couvert d’anonymat, flottaient sur la grande place San Giovanni. Il Capitano a massivement joué de cette popularité, réclamant à plusieurs reprises les applaudissements d’un public conquis qui scandait son prénom en retour. Parallèlement, les personnes amenées à prendre la parole sur scène, qu’elles fussent politiciennes ou responsables de syndicats de police, n’ont pas hésité à remercier « Giorgia, Silvio mais surtout Matteo » pour l’invitation. De quoi oublier que l’évènement était conjointement organisé par les trois partis.

Salvini Premier

Croisée par hasard au milieu de la foule, la journaliste de la RAI Daniela Mecenate confirme l’engouement autour de la figure de Salvini : « En parlant avec les gens, je me suis rendu compte que la grande majorité d’entre eux sont venus pour Salvini, qui est devenu le nouveau leader grâce aux bons résultats électoraux de son parti. Alors qu’il n’était auparavant qu’une personnalité politique de second plan, le voici aujourd’hui capable de rassembler le populisme italien ». Alors que la journaliste de la RAI prononce ces mots, une militante de la Ligue l’arrête immédiatement : « Ce n’est pas du populisme, c’est du bon sens ! ». Pourtant, le discours de Matteo Salvini montre une réelle tentative de mobilisation du peuple à travers sa propre figure. Lui-même aime ainsi se considérer comme un populiste, comme il l’a déclaré dans un entretien donné au Point la semaine dernière (« Être populiste est un compliment. Cela signifie être proche des gens »).

Daniela Mecenate insiste de plus sur le rôle-clé du patron de la Ligue : « Lors des principales manifestations de centre-droit, Berlusconi et son parti Forza Italia étaient l’élément mobilisateur. Désormais, c’est la Ligue qui joue ce rôle ». Voir ces deux partis côte-à-côte malgré quelques divergences idéologiques est d’ailleurs quelque chose d’intriguant : en Italie, il n’existe pas de cordon sanitaire pour faire face à une extrême droite jugée fréquentable par beaucoup. Susana, militante de Forza Italia depuis sa création en 1994, avoue à demi-mot qu’un gouvernement formé avec la Ligue ne la dérangerait pas : « Je crois en un gouvernement de centre-droit uni ». Après tout, l’ex-Ligue du Nord n’a-t-elle pas participé à trois reprises aux gouvernements dirigés par Silvio Berlusconi (1994-1995 ; 2001-2005 et 2008-2011) ? Pour Richard Heuzé, ce positionnement peut également s’expliquer par la volonté d’exister politiquement pour un parti désormais en plein déclin : « Pour Forza Italia, c’est une question de survie. S’ils faisaient route à part, ils disparaitraient très rapidement : alors qu’ils ont récolté 14 % des suffrages exprimés en mars 2018, ils sont désormais à 7 % d’après les derniers sondages. Être avec Salvini est une garantie d’avoir une représentation »

Foule

Renzi, nouveau meilleur ennemi ?

Devant la foule conquise, le leader n’hésite pas à flatter ses fans, les qualifiant de « vraie Italie » (« Italia vera »). Des mots auxquels réagissent immédiatement de nombreux militants, criant « Italia vera, et pas Italia Viva », en référence au nom du nouveau mouvement lancé, hasard du calendrier, ce même jour par Matteo Renzi au cours d’une manifestation dans son fief de Florence. De l’avis de tous, l’ancien secrétaire du PD (2013-2018) représente un vrai danger pour la droite. Matteo Salvini n’a ainsi pas manqué de faire référence à plusieurs reprises à la Leopolda, nom du rassemblement pro-Renzi, déclenchant des huées à l’unisson. La confrontation Salvini-Renzi pourrait d’ailleurs rapidement s’implanter comme un nouveau vrai clivage dans le pays transalpin. À ce titre la RAI ne s’y est pas trompée, puisqu’elle a organisé ce mardi 15 octobre un débat retransmis en prime time opposant les deux hommes, visualisé par près de 4 millions d’Italiens.

« Je ne dirais pas qu’il s’agit d’un nouveau clivage, tempère l’universitaire Vincenzo Emanuele. Cependant, chacun des deux leaders reconnaît l’autre comme un vrai adversaire. Ce débat les a tous les deux favorisés, surtout Renzi qui n’est pour le moment crédité que de 4 ou 5 % d’intentions de vote. Lui offrir l’opportunité de débattre contre l’homme politique le plus puissant d’Italie est une formidable façon de le légitimer ». Dans sa critique émise envers l’homme politique florentin, Matteo Salvini voit plus loin et table sur la mise en place d’un affrontement entre un peuple qu’il prétend représenter, et une élite caractérisée par Renzi et ses alliés.

Cette démonstration que fait le dirigeant de la Ligue est quelque peu contradictoire, puisque lui-même mise sur un programme économique très libéral. On se souvient, notamment, de la volonté d’introduire une flat-tax dans son programme électoral en vue du scrutin de mars 2018. De plus, Matteo Salvini est largement soutenu par les élites du Nord de l’Italie et ne s’en cache pas, ce qui pourrait s’avérer contradictoire à l’heure de faire les yeux doux à l’électorat plus populaire qu’il vise. Ainsi, le discours économique de Fratelli d’Italia se veut davantage protectionniste, rappelant celui du Rassemblement National. Pendant son discours, la leader Giorgia Meloni a notamment fustigé l’Union européenne menée par la France et l’Allemagne, tandis que Matteo Salvini s’est bien gardé d’évoquer le sujet. Ces divergences entre les différents partis de centre-droit montrent ainsi que, s’ils se rejoignent assurément sur certains points (immigration), ils présentent des visions économiques diamétralement opposées.

En monopolisant l’attention des militants et des journalistes – qu’il ne s’est pourtant pas privé de critiquer -, Matteo Salvini a incontestablement confirmé qu’il était l’homme politique du moment en Italie. Celui qui a déclaré la semaine dernière dans les colonnes du Point qu’il était prêt à gouverner « demain matin, dans six mois ou dans un an » confirme sa soif de pouvoir et se sait soutenu par une part non négligeable de la population italienne. Cependant, rien ne garantit que sa popularité restera aussi haute dans les mois à venir, et le voir en haut de l’affiche en 2023 – si de nouvelles élections ne sont pas convoquées entre temps – est tout sauf certain. « Ces dernières années en Italie, le leadership politique s’effectue vraiment à court terme, conclut Vincenzo Emanuele. Si Salvini a acquis une grande légitimité ces derniers mois, il est impossible de savoir s’il restera populaire encore longtemps ». L’universitaire estime cependant que le discours sur l’immigration est le principal marqueur de popularité de Matteo Salvini : « Tant que l’immigration est perçue comme le problème le plus important, je pense qu’il restera le principal leader ». D’ici là, le natif de Milan aura l’occasion de tester ses résultats électoraux lors de différents scrutins locaux, à commencer par les élections prévues dans différentes régions cette année. Avec une large victoire en Ombrie – pourtant historiquement ancrée à gauche – le 27 octobre, on peut légitimement penser que la phase de conquête de Matteo Salvini est entamée.

AIDEZ-NOUS À GRANDIR

Le Vent Se Lève n'existe que grâce au soutien de sa communauté de lecteurs.
Si vous aimez notre travail, faites un don à l'association, votre soutien est précieux.

Faire un don

  • 167
  •  
  •  
  •  
  •