Les 1001 techniques de la Poste pour casser une grève

©Yves Souben
Devant le bureau de Poste Crimée, à Rennes, les postiers en grève contre la réorganisation de leur travail. © Yves Souben

Depuis le 9 janvier, les facteurs de Rennes sont en grève. Pour briser leur mouvement, la direction de la Poste multiplie les attaques, entre recours aux cadres pour distribuer le courrier, ouverture de centres de tris dissimulés, et attaques en justice.

Le silence se fait lorsque la direction de La Poste entre dans la salle d’audience. Dans leurs costumes, les cadres n’osent pas avancer davantage. Devant eux, la quasi-totalité des bancs est occupée par des facteurs en grève. Seules les places des premiers rangs sont libres. Les responsables de La Poste traversent finalement les travées pour s’y installer. Les bavardages entre grévistes, eux, reprennent, peut-être plus discrets qu’auparavant. Cela fait une heure qu’ils attendent le début de leur audience. Au total, 35 postiers sont convoqués par la justice ce mercredi 21 février. Leur principal tort : faire grève.

Ils ont arrêté le travail le 9 janvier dernier. Depuis, le mouvement n’a pas faibli. Les mains entre les jambes, en attendant l’arrivée du président de l’audience, un facteur explique : « on lutte contre un projet de réorganisation de La Poste, qui prévoit des suppressions d’emplois, des journées de travail allongées ». D’après un rapport commandé par le Comité

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter