FC Nantes : vers la fin de l’actionnariat ?

Lien de la photo
©Manuel

La fin du match Nantes-Toulouse du 5 novembre dernier a été animée. Alors que les locaux égalisaient, une bande de spectateurs partis d’une tribune populaire tentaient d’envahir les loges pour s’en prendre au président et propriétaire du club Waldemar Kita. Derrière cet accès de violence se cache l’exaspération de plus en plus prononcée d’une large partie du public nantais face à la crise que traverse leur club. Mais l’ennemi est-il Kita ou le modèle actionnarial selon lequel fonctionne le foot moderne ?

« Kita casse-toi ! » Le slogan est simple, court, accrocheur. Depuis plusieurs années il s’est installé dans la tribune Loire, le kop du stade de la Beaujoire où se regroupent les plus fervents des supporters nantais. Les invectives envers l’homme d’affaires franco-polonais sont devenues tellement courantes qu’elles semblent être aussi importantes pour le public que les matchs en eux-mêmes. Il faut dire que cette saison le FC Nantes, historique du championnat de France, ne brille une fois de plus pas par ses exploits sportifs. Englués dans le ventre mou, les canaris ne semblent pas en mesure d’égaler leurs aînés, octuples champions de France. Alors pour le peuple, le coupable est tout trouvé : Waldemar Kita, responsable aux yeux des supporters

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter