Élections en Bolivie : l’épée de Damoclès d’un nouveau coup d’État

Rassemblement de communauté d’Oruro devant l’église San Francisco © Baptiste Mongis pour LVSL

Alors que les Boliviens se rendent aux urnes, la tension politique demeure à son comble. Le gouvernement actuel, issu du coup d’État contre Evo Morales, accepterait-il un retour au pouvoir du Mouvement vers le socialisme (MAS) si son candidat ressortait vainqueur du scrutin ? De nombreux signaux faibles incitent à la méfiance. Attaques de paramilitaires contre les partisans du MAS, supervision des élections dominée par des organisations américaines (USAID et NED en tête), déclarations ambigües des dirigeants boliviens : tout indique que la perspective d’un nouveau coup d’État n’est pas à écarter. Par Denis Rogatyuk, traduction Lou Plaza et Marie Miqueu-Barnèche.


La situation politique est sous haute tension lors du scrutin présidentiel, déjà repoussé à trois reprises par le gouvernement de Jeanine Añez. Même si sa décision de retirer sa candidature a renforcé la position du candidat Carlos Mesa, tous les sondages indiquent que Luis Arce Catacora, le candidat désigné comme successeur d’Evo Morales, arriverait en tête au premier tour :

  • La chaîne privée UNITEL a présenté le sondage réalisé par l’institut Ciesmori indiquant que le MAS obtiendrait 42,2 % au premier tour, suivi de Carlos Mesa avec 33,1 %. Le sondage montre également que le MAS obtiendrait une majorité dans 6 des 9 régions de Bolivie.
  • L’institut de sondage Tu Voto Cuenta a publié un résultat similaire, avec Luis Arce Catacora à 42,9 %, suivi de Carlos Mesa à 34,2 % et Camacho à 17,8 %, en excluant les votes blancs et les indécis.
  • Le groupe d’experts CELAG, spécialisé dans l’étude des enquêtes d’opinion et des cartes électorales en Amérique latine, donne Arce en tête à 44,4 % des intentions de vote et 34 % pour Mesa. Cet écart de plus de 10% du suffrage exprimé serait déterminant en ce qu’il permettrait au candidat du MAS d’être élu dès le premier tour.

Il important de souligner que les entreprises de sondage ont traditionnellement ignoré le très fort soutien au MAS dans les régions rurales et les communautés boliviennes vivant à l’étranger, particulièrement en Argentine et au Brésil. Cela signifie que les opinions exprimées en faveur du MAS dans les sondages se situeraient dans une fourchette basse et qu’il est possible que ses soutiens soient en réalité plus élevés.

L’USAID, une agence financée par le gouvernement des États-Unis, a été invitée par le gouvernement d’Añez pour superviser les élections (…) À l’inverse, l’Internationale Progressiste a vu sa demande initiale refusée par le tribunal électoral

La position de force du MAS n’est pas surprenante si l’on considère l’impopularité générée par les mesures néolibérales mises en place par le gouvernement d’Añez et l’image positive de Luis Arce Catacora comme l’un des principaux artisans des 14 années de croissance économique sous le gouvernement d’Evo Morales.

[Lire sur LVSL notre entretien avec Luis Arce Catacora : « Nous devons garantir la souveraineté de la Bolivie sur le lithium »]

Cependant, l’actuel climat social et politique en Bolivie ne permet d’écarter aucun scénario à l’issue du scrutin du 18 octobre. L’éventualité du retour d’un gouvernement « socialiste » hante les dirigeants actuels et leurs alliés depuis la destitution d’Evo Morales le 10 novembre 2019. Pendant les 10 derniers mois, le gouvernement et l’opposition de droite ont ainsi mis en place une série de mesures afin de marginaliser le soutien électoral du MAS et d’entraver la participation de ses membres aux élections.

Le gouvernement actuel n’a aucunement cherché à rendre accessibles les inscriptions permettant de voter aux 51 255 Boliviens vivant à l’étranger, dont 25 000 résident actuellement en Argentine. Dans les conditions actuelles de la pandémie et de la quarantaine du COVID-19, le renouvellement et la demande d’inscriptions sur les listes électorales ont été rendus presque impossibles. Comme il a été indiqué plus haut, le vote des Boliviens de l’étranger, en particulier ceux vivant dans d’autres pays d’Amérique latine, a bénéficié traditionnellement au MAS. Cela s’explique par le fait que la majorité des communautés expatriées dans ces pays ont émigré pendant les crises politiques et économiques de la période néolibérale de la fin des années 1990 et des années 2000 ; ils sont donc particulièrement sensibles aux réussites de l’administration Morales.

Les régions rurales du pays constituent un autre secteur risquant de subir des tentatives d’exclusion du vote. La grande majorité des habitants ruraux, en particulier dans les provinces de l’altiplano de La Paz, Cochabamba, Oruro et Potosi, ont traditionnellement voté pour le MAS en raison de l’important changement de leurs conditions économiques durant la présidence d’Evo Morales. Dans les conditions actuelles, qui découlent de la mauvaise gestion de la pandémie de COVID19 et de la crise économique provoquée par l’application des mesures néolibérales du gouvernement d’Añez, l’organisation du scrutin s’est considérablement compliquée dans ces régions.

Le cas de la province tropicale de Chapare à Cochabamba, un bastion traditionnel du MAS, est assez révélateur des tensions actuelles au sein du pays. Au mois d’avril la région a subi un blocus économique de la part du gouvernement. L’envoi d’essence a été bloqué et d’autres mesures du même type ont été prises afin de « lutter contre le trafic de drogues », selon les dires du gouvernement. En parallèle, l’actuel ministre de l’intérieur Arturo Murillo a affirmé que le gouvernement de la région ne pourrait pas distribuer de bulletins de vote sauf s’il autorisait la police bolivienne à reprendre les patrouilles dans la zone. La police nationale avait été expulsée de la région suite à des cas de persécution de dirigeants syndicaux.

D’autre part, il sera difficile de s’assurer de la neutralité des organisations chargées d’observer le déroulement du scrutin et sa validité. L’USAID, une agence financée par le gouvernement des États-Unis et qui avait été interdite d’exercer en Bolivie sous le gouvernement de Morales, a été invitée par le gouvernement d’Añez pour superviser et surveiller les élections. L’USAID et la National Endowment for Democracy (NED) ont une longue histoire de soutien à des groupes pro-américains, qu’ils soient ouvertement politiques ou issus de la « société civile », au travers de financements directs. Ces organisations ont également participé à la validation de scrutins frauduleux, comme cela a été le cas lors des élections au Honduras en 2017. En outre, il s’est créé un groupe « d’Observateurs Citoyens », intégré par 14 groupes privés de la société civile avec le financement de l’USAID et de la NED, ayant pour but de superviser le processus électoral et de fournir des rapports d’information 48 heures après le scrutin.

Ce problème s’étend au Tribunal suprême électoral (TSE) bolivien lui-même, dont le président, Salvador Romero, est un proche ami du candidat et ex-président Carlos Mesa, qui l’avait nommé comme président du Conseil national électoral (CNE) en 2003. Il possède un long passif de coopération avec diverses agences financées par les États-Unis en Amérique latine, ainsi qu’avec l’Organisation des États américains (OEA). Romero était présent au Honduras entre 2011 et 2014 [les quelques années au cours desquelles le Honduras a connu un coup d’État et la mise en place d’un régime militaire ndlr] comme directeur de la National Institute of Democracy, une institution financée par la NED. Des câbles diplomatiques révélés par Wikileaks ont révélé que Romero avait fait office d’informateur pour l’ambassadeur américain en Bolivie, Philip Goldberg, entre 2006 et 2008.

Le TSE a par ailleurs remplacé le système de résultats provisoires utilisé pendant les élections d’octobre 2019, par un nouveau système autorisé par les Nations Unies – DIREPRE. Jake Johnson, chercheur associé du CEPR – qui faisait partie du groupe de chercheurs ayant démontré que la OEA avait falsifié ses déclarations sur la fraude des élections de l’année dernière – a signalé que le nouveau système serait moins transparent que le TREP, et rendrait impossible pour les observateurs une vérification rapide de la précision des résultats via une comparaison des comptes-rendus papiers et des images publiées en ligne.

Les leaders du MAS et ses militants ont également souffert de nombreuses attaques par divers groupes armés et par des membres de l’opposition d’extrême droite depuis le coup d’État.

En outre, le TSE s’est montré réticent à la participation d’organisations internationales en tant qu’observatrices officielles des élections. L’exemple le plus marquant est celui de l’Internationale Progressiste dont la demande initiale a été refusée par le tribunal électoral sans aucune explication concrète [l’internationale progressiste regroupe des personnalités issues des mouvements critiques du néolibéralisme du monde entier ndlr]. La demande a finalement été acceptée mais le retard de l’annonce de la décision a rendu les préparatifs de la mission d’observation beaucoup plus compliqués.

Enfin, l’opposition au gouvernement actuel a été mise en difficulté à de nombreuses reprises. La participation du MAS et de ses différents leaders aux élections a rencontré des obstacles. L’ancien président, Evo Morales, et l’ancien chancelier, Diego Pary, ont été déclarés inéligibles aux élections du Sénat dans les régions de Cochabamba et de Potosí, bien qu’ils aient déposé tous les documents légaux requis. Luis Arce Catacora a aussi été menacé d’inéligibilité à de nombreuses reprises avant et pendant la campagne électorale. En effet, sa candidature ainsi que la participation du MAS aux élections générales ont été mises en sursis à cause d’un « non-respect de la loi électorale » au mois de juillet.

[Lire sur LVSL notre entretien avec Evo Morales : « Notre crime est d’avoir bâti un modèle viable sans le FMI »]

Arce avait avancé que les enquêtes internes de son parti pointaient vers une victoire du MAS aux prochaines élections, acte que ses opposants politiques ont considéré illégal aux yeux de la loi électorale bolivienne. Néanmoins, le TSE s’est prononcé en faveur du MAS le 5 octobre. Ceci n’a cependant pas empêché que des manifestations violentes soient organisées dans la ville de Sucre contre le MAS et les autorités électorales.

D’autre part, depuis le début du coup d’État, les médias de communication critiques envers le gouvernement d’Añez ont été censurés. Les journalistes boliviens et étrangers ont été poursuivis. Telesur ainsi que RT ont perdu leur licence de diffusion pendant les semaines ayant suivi le coup d’État du 10 novembre, plus de 53 radios communautaires ont été fermées par le gouvernement d’Añez en janvier 2020, des journalistes argentins de la chaîne privée TN ont été harcelés par des manifestants en faveur du gouvernement actuel, tandis qu’un autre journaliste argentin, Sebastián Moro, a été assassiné pendant le coup d’État.

Les leaders du MAS et ses militants ont également souffert de nombreuses attaques par divers groupes armés et par des membres de l’opposition d’extrême droite depuis le coup d’État. L’Unión Juvenil de Santa Cruz (UJC), la Resistencia Juvenil de Cochabamba (RJC) et le Movimiento de Resistencia en La Paz ont attaqué le MAS et ses sympathisants plusieurs fois. Le Défenseur des droits (Defensoría Pública), ayant critiqué le gouvernement d’Añez pour ses abus contre les droits de l’homme, a aussi subi une attaque d’un groupe violent dénommé « Valkyria ».

Ainsi même si la plupart des sondages indiquent des résultats très favorables au MAS à l’issue du premier tour, l’atmosphère tendue dans le pays rend les résultats de ce scrutin très incertains. Il s’agira d’observer avec attention ce qui se déroulera dans les heures qui suivront la proclamation des résultats, et les prochaines semaines si un éventuel second tour a lieu.

Aux origines du coup d’État en Bolivie

blank
Evo Morales Ayma, ©bluewin.ch

Depuis le 10 novembre, la situation politique en Bolivie s’envenime de jour en jour : on compte déjà une trentaine de morts à la suite d’affrontements entre les partisans du président en exil Evo Morales et les forces de police acquises au nouveau gouvernement de transition. Présentée comme un coup de tonnerre dans un pays qui semblait relativement stable depuis une décennie, la démission forcée d’Evo Morales apparaît comme le point d’aboutissement de conflits politiques et sociaux d’une grande violence qui agitent la Bolivie depuis l’élection du président déchu en 2005.


Une révolution politique et culturelle qui n’est jamais passée

Les secousses politiques qui agitent la Bolivie depuis maintenant un mois ne relèvent pas d’une simple crise conjoncturelle et révèlent une conflictualité politique jusque-là invisibilisée par le fonctionnement qui semblait habituel des institutions boliviennes. Il faut ainsi articuler le temps présent de l’événement au temps long de l’histoire de la Bolivie et de ses institutions depuis les années 2000 pour comprendre la crise que traverse le pays. Le temps présent, ce sont les événements du 20 octobre et des jours qui s’ensuivent, qui alimentent la presse écrite internationale. Le soir du 20 octobre, Morales remporte un score suffisant pour être réélu dès le premier tour des élections générales. Un soupçon de fraude électorale suite à l’arrêt durant quelques heures du décompte des voix effectué par le tribunal électoral de Bolivie jette pourtant le doute sur la légalité de cette victoire. Le lendemain des élections, l’opposant de droite Carlos Mesa conteste les résultats et défend l’idée d’un second tour. Alors que les partisans et les opposants d’Evo Morales commencent à battre le pavé, c’est l’intervention d’un organe censé être soumis à la plus stricte neutralité, l’OEA (Organisation des États Américains) qui met définitivement le feu aux poudres. Le président de la délégation de l’OEA pour la Bolivie en appelle à un second tour dans les plus brefs délais. Cette déclaration est rapidement vue comme une légitimation de l’opposition de droite et de ses actions d’intimidation et de déstabilisation à l’égard du camp massiste (du MAS, Movimiento al socialismo, le parti d’Evo Morales) et des institutions. À Sucre, le 22 octobre, une poignée d’opposants de droite met le feu au tribunal électoral. À Vinto, petite ville située au centre de la Bolivie, Patricia Arce, maire massiste de Vinto, est intégralement repeinte en rouge et traînée dans la rue par des opposants déchaînés.

blank
La maire MASiste de Pinto Patricia Arce maltraitée par des opposants de Morales © CTV news

Le 10 novembre, c’est finalement les forces armées de Bolivie, dirigées par le commandant Kaliman qui sonnent le glas de la 4ème mandature de Morales. Dans un communiqué, elles lui intiment de partir. Morales se réfugie immédiatement dans le Chaparé, avant de partir en exil pour le Mexique. Les États-Unis ne sont pas étrangers à cette forte instabilité que connaît la Bolivie depuis bientôt un mois. Mais ce temps présent de l’événement se comprend plus aisément si l’on considère les débuts de la présidence Morales, les fractures indélébiles de la société bolivienne, ainsi que le contexte géopolitique Latino-Américain dans son ensemble.

Les deux grandes promesses portées par Evo Morales au cours de ses premiers mandats n’ont jamais été complètement acceptées par les classes dominantes boliviennes. Le programme de renationalisation des ressources naturelles et l’inclusion des populations indigènes au sein du champ politico-culturel, à travers le projet de constitution pluri-nationale (qui reconnaît encore davantage les autonomies indigènes) ont rapidement attisé la rancoeur des élites de l’Est du pays défaites en 2005. En 2008, alors que Morales convoque une assemblée constituante devant aboutir à cette nouvelle constitution, les régions riches de l’Ouest du pays en profitent pour exprimer des velléités séparatistes. Elles réclament une autonomie politique et culturelle encore plus forte que ce qui est prévue par le projet de nouvelle constitution, afin de faire face à l’irruption programmée d’Indiens longtemps considérés comme des subalternes. Les migrations d’indiens en provenance des Andes dans leurs régions sont aussi mis en cause.

L’exemple le plus emblématique de cette tentative de sécession est l’action du Comité Santa Cruz, aujourd’hui dirigé par l’opposant le plus violent au camp massiste, Fernando Camacho, et qui dispose d’une influence territoriale considérable sur toute la région de Santa Cruz. En 2008, cette région prend le parti du jusqu’auboutisme en organisant un référendum portant sur l’autonomie régionale, première voie en vue d’une indépendance totale. Morales en appelle à ses soutiens pour « briser les tentatives des oligarchies de l’Est ». Pendant un mois, de violents affrontements ont lieu entre paysans indigènes pro Morales et élites urbaines, aboutissant à des dizaines de morts. Les manifestants anti-Morales de l’époque dénoncent déjà la « dictature de Morales », celui-ci usant de son pouvoir institutionnel pour enrayer la dynamique sécessionniste de Santa Cruz. Ces tensions politiques révèlent les fractures territoriales et économiques entre des « Andes indigenas » bastion de Morales et un « Oriente » administré par des oligarchies agricoles et financières. À cela s’ajoute le racisme des élites de Santa Cruz qui voient l’arrivée de migrants indigènes depuis les Andes comme un danger immédiat pour la conservation d’un entre-soi ethnique et qui n’acceptent pas la valorisation culturelle et politique des indigènes initiée par le projet de constitution pluri-nationale – finalement voté en 2009.

Le gouvernement de Morales sort très marqué de ce conflit dans lequel il voit la main des États Unis. Les liens économiques entre l’ « Oriente » bolivien et l’Oncle Sam sont en effet toujours prégnants dans une région qui a tout fait pour limiter la réforme agraire et la redistribution des parcelles agricoles voulues par Morales à l’échelle nationale. Certains leaders du comité civique Pro Santa Cruz qui revendiquent une autonomie régionale en 2008 sont directement appuyés par l’ambassadeur Américain de l’époque qui sera d’ailleurs expulsé à l’issue du conflit pour son supposé soutien aux opposants de droite. Washington entretient en effet une profonde méfiance à l’égard de ce « syndicaliste cocalera ». À travers la DEA (Drug Enforcement Agency), les États-Unis tentent de freiner l’exploitation de cette feuille des montagnes andines directement utilisée par les narcotrafics pour produire la cocaïne et pour l’exporter en grande quantité jusqu’aux États-Unis. Le conflit entre la DEA et les paysans indigènes se termine à la suite de l’expulsion de l’agence, décision prise par Morales en 2008. La cause de cette profonde méfiance à l’égard de Morales vient aussi du rapprochement diplomatique puis économique de la Bolivie avec le Venezuela de Chavez ainsi qu’avec Cuba. Ce rapprochement est concrétisé par l’entrée de la Bolivie au sein de l’Alliance Bolivarienne en 2006, alliance qui rassemble des nations voulant bâtir une alternative anti-impérialiste en Amérique du Sud.

L’influence des États-Unis au sein de l’Organisation des États américains, qui joue un rôle déterminant dans le conflit actuel, n’est plus à démontrer. Le siège de cette organisation chargée d’observer les processus électoraux sur le continent américain possède son siège à Washington et certaines de ses commissions, telle que la commission interaméricaine des droits de l’homme, contiennent un fort contingent de diplomates et d’experts américains acquis au secrétaire d’État américain et à sa politique sud-américaine. Au cours de la crise récente, certains financements ont pu être versés aux formations de droite anti-Morales. L’USAID (agence des Étas-Unis pour le développement international), qui a été expulsé par Morales en 2013, a très vraisemblablement financé les comités civiques anti-Morales de l’Ouest bolivien depuis au moins plusieurs mois. La situation politique actuelle de la Bolivie ne peut se comprendre que par le biais de ce détour historique : les anti-Morales qui constituent l’opposition la plus violente depuis ces derniers mois et qui forment actuellement le gouvernement de transition dirigée par l’ex vice présidente du sénat Jeanine Anez n’ont jamais accepté l’élection de Morales en 2005 et son projet de refondation économique, politique et culturelle. Les États-Unis, dont les positions en Bolivie ont été parfois été violemment remises en cause, sont ainsi toujours apparus comme un allié naturel de cette droite bolivienne avide de revanche depuis la fin des années 2000.

Evo Morales, un caudillo sur la voie de l’hyper-présidentialisation ?

Le 18 décembre 2005, Evo Morales accède au pouvoir. Candidat indigène du MAS (Movimiento al socialismo, un mouvement qui allie mouvements indianistes, syndicalisme paysan et quelques éléments de rhétorique marxiste), il est le premier président indigène de l’histoire de la Bolivie, un pays où 66 % de la population se reconnaît pourtant comme tel. Élu grâce à une convergence de luttes sociales portant sur la redistribution des ressources nationales et sur une reconnaissance du rôle politique des syndicats indigènes, Morales met en place quasi immédiatement un programme de nationalisation de grandes entreprises privées qui détenaient jusque-là un oligopole sur les ressources nationales. En janvier 2006, la gestion de l’eau dans la proche banlieue de La Paz, administrée jusque-là par l’entreprise de gestion des eaux Suez-Lyonnaise est privatisée. Quant aux hydrocarbures, la nationalisation est partielle mais un chiffre symbolique retient l’attention des multinationales du secteur : 82 % des bénéfices sur les champs pétroliers seront reversés à l’État dès le début de l’année 2006. Un certain nombre d’entreprises étrangères notamment Américaines sont ainsi remerciées. Le deuxième axe du programme de Morales consiste à faire de l’Indien acteur central  du champ politico-institutionnel. Ce projet de refondation sociale et culturelle du pays prend forme avec l’assemblée constituante inaugurée le 6 août 2007 à Sucre devant aboutir à l’adoption d’une constitution pluri-nationale permettant aux régions indigènes de bénéficier d’une reconnaissance culturelle et d’une autonomie politique et économique. Accordant enfin aux paysans et aux populations « originaires » (indigènes) la place qui leur avait toujours été refusée au sein de la société bolivienne, elle allait générer un nouveau « pacte social ». Morales réussit de plus au cours de ses différents mandats à conserver une majorité politique et sociale importante, en atteste sa réélection dès le premier tour des élections générales en 2009 et 2014.

blank
Sacs de feuilles de coca devant un portrait présidentiel de Morales. La feuille de coca est un symbole de l’indianité en Bolivie. ©Du monde dans l’objectif

Cependant, un certain nombre d’erreurs politiques prises au cours de son dernier mandat (2014-2019) vont fragiliser la position hégémonique de Morales au sein du champ politico-institutionnel bolivien. En 2016, le président bolivien décide de convoquer un référendum constitutionnel visant à modifier la constitution. En cause, une disposition instaurée par la constitution de 2009 qui limite à deux le nombre de candidatures à la présidence autorisé. Cette décision qui divise au sein de la base militante d’Evo Morales est largement soutenu par l’ensemble des parlementaires et des ministres massistes (de Movimiento al socialismo, parti gouvernemental). Le référendum est pensé comme le moyen d’une transformation sur le long terme de l’État bolivien, dont la restructuration a été entamée de manière parfois autoritaire depuis la première mandature de Morales (2005-2009). Les premiers résultats du référendum apparaissent pourtant comme un cinglant désaveu : la proposition est rejetée par 51,5 % des voix, ce qui signifie qu’une partie des électeurs de Morales fait partie du camp du « non ». Morales décide alors de rechercher des solutions légales permettant de contourner ce refus. En novembre 2017, il demande l’avis du tribunal constitutionnel bolivien qui estime que le droit à briguer librement une fonction, droit inscrit dans la constitution bolivienne, est supérieur aux limites qu’elle pourrait imposer par ailleurs. Le tribunal fait jouer l’antériorité de la disposition qui autorise chaque candidat à se présenter librement par rapport à celle qui limite le nombre de candidatures. En établissant ainsi une hiérarchie entre deux règles constitutionnelles de manière quelque peu arbitraire, le tribunal constitutionnel valide la participation de Morales aux prochaines élections générales d’octobre 2019. De 2017 jusqu’aux élections générales de 2019, cette décision attise la colère de nombre de sympathisants du MAS (ce qui explique l’érosion du vote Morales au premier tour des élections générales d’octobre 2019 par rapport aux précédentes) et conforte un bloc anti-Morales de droite qui sera prêt à tout pour l’emporter aux élections générales à venir.

Quel devenir pour une Bolivie fracturée de toutes parts ?

Au lendemain de la démission de Morales le 10 novembre et de son exil vers le Mexique, et face au vide institutionnel ainsi crée, l’ex vice-présidente du sénat Jeanine Anez s’autoproclame présidente d’un gouvernement de transition chargé d’organiser des élections pour janvier 2020. Aussitôt reconnue par l’Union Européenne, les États-Unis ou encore le Brésil, elle nomme rapidement un gouvernement très ancré à droite où seuls deux ministres sont d’origine indigène. Les partisans de Morales, encouragés par les tweets rageurs de leur « frère président » décident rapidement de s’engager dans la voie de l’insurrection. Les régions à forte majorité indigène du pays, telle que la région de Cochabamba, dans le nord-est du pays, engagent un blocage des axes routiers menant à La Paz, la capitale. Dans certaines villes du pays comme à El Alto, une commune mitoyenne de La Paz qui fait figure de bastion massiste, les manifestants en viennent aux mains avec la police ce qui donne parfois lieu à des scènes de guérilla urbaines inédites depuis la vague de contestation anti-néolibérale de la fin des années 1990. Alors que les partisans d’un retour de Morales radicalisent leurs positions (démission du gouvernement de transition, retour de Morales), le gouvernement décide de jouer la carte de la répression et du pourrissement. Le décret signé le 15 novembre par la présidente intérimaire Jeanine Anez qui exempte de toutes poursuites pénales les éventuels débordements des unités armées chargées du maintien de l’ordre ne peut aller que dans ce sens.

Dans les mois qui suivent, deux options s’offriront peu à peu à la majorité politique et sociale massiste toujours acquise à la cause de Morales : l’insurrection face au pouvoir en place afin de le contraindre à autoriser le retour de Morales du Mexique ou la participation aux processus électoraux à venir en janvier 2020 qui doivent décider du gouvernement amené à diriger le pays pendant 5 ans. Dans le cas où ces deux options n’aboutiraient à rien, certains, comme les Boliviens d’origine indigène, pourraient faire le choix d’un retour programmé vers les régions ou vers les municipios (communes) auxquels Morales a octroyé de nouveaux droits politiques au cours de son mandat. Reste à savoir si ceux-ci subsisteraient en l’état après la victoire possible de l’une des droites les plus conservatrices d’Amérique Latine en janvier.

 

(1)DO ALTO Stefanoni, Nous serons des millions : Evo Morales et la gauche au pouvoir en Bolivie, Raisons d’agir, 2008.

(2)LEMOINE Maurice, Stratégie du chaos en Bolivie, Le Monde Diplomatique,2008

(3)STEFANONI, Bolivie, Comment Evo est tombé, Le blog de Pablo Stefanoni, Mediapart, 2019

 

Álvaro García Linera : « Les processus historiques se manifestent par vagues »

https://www.flickr.com/photos/imatty35/8997228204
©Matthew Straubmuller

Álvaro García Linera est l’actuel vice-président de Bolivie. Homme clé d’Evo Morales et architecte de la stratégie socialiste du gouvernement, nous avons souhaité l’interroger à la veille d’élections générales qui ont lieu après 13 ans au pouvoir. Réalisé par Iago Moreno et Denis Rogatyuk, traduit par Marie Miqueu, Lou Plaza et Rachel Rudloff.


LVSL – Nous souhaiterions débuter cet entretien avec une analyse du panorama politique actuel en Bolivie. Quel est le bilan du gouvernement par rapport aux promesses électorales des élections présidentielles de 2014 [triomphalement remportées par l’actuel président Evo Morales et son vice-président Álvaro García Linera ndlr] ? Pensez-vous que le terrain politique du MAS [Movimiento al socialismo, le parti au pouvoir depuis 2006] s’est réduit du fait de la progression de figures d’opposition comme Carlos Mesa ou Oscar Ortiz ?

Álvaro García Linera – Chaque élection a ses particularités et il n’est pas possible que les mêmes scénarios se répètent. Aujourd’hui, les opposants ont des visages différents de ceux d’il y a 5 ans ou 10 ans. Cependant, le point commun entre ces forces d’opposition reste l’absence d’un projet étatique, économique et social alternatif ; c’est là où réside leur principale faiblesse. Au-delà de la nouveauté ou de l’ancienneté des visages, des sigles et de la rhétorique, la grande limite des forces conservatrices réside dans le fait qu’elles n’ont pu dépasser l’horizon qui prévaut aujourd’hui : celui de l’État plurinational [depuis la réforme constitutionnelle de 2009 menée par le MAS, la Bolivie est un État plurinational ndlr]. Elles n’ont pas de projet alternatif à celui d’un État qui articule classes populaires et classes dirigeantes. Elles n’ont pas de projet alternatif sur le plan de l’économie, qui permettrait le dépassement de l’État comme acteur clef de l’économie et de la redistribution des richesses. Elles n’ont pas non plus de propositions alternatives, à l’émancipation et à la responsabilisation des peuples indigènes dans la construction de l’État.

La politique et l’économie de cette dernière décennie reposent sur ces trois piliers ; ils n’ont pas de contrepartie aujourd’hui, et il n’existe pas de projet alternatif. En ce sens, nous sommes plus ou moins dans la même situation qu’il y a cinq ans. Il reste à voir comment s’exprime le soutien populaire en termes électoraux, mais nous avons confiance dans le fait que les bases fondamentales du projet et de la structure hégémonique de la plurinationalité vont se maintenir.

LVSL – Pendant des années, une offensive idéologique et médiatique a été menée, ayant pour finalité le retour de l’Amérique latine dans la « longue nuit néolibérale » de laquelle elle était progressivement sortie dans les années 2000. Cependant, la victoire sans précédent d’Andrés Manuel López Obrador au Mexique, et le surprenant avantage obtenu par le Frente de Todos [le mouvement mené par Alberto Fernandez et Cristina Kirchner contre le président Mauricio Macri], à l’issue des primaires en Argentine, ont l’air de démontrer que cet inévitable retour au passé n’était rien de plus qu’une chimère. Comment voyez-vous le rôle de la Bolivie dans les nouvelles alliances régionales et la possibilité de reconstruire un nouveau bloc de pouvoir continental alternatif au néolibéralisme ?  

AGL – On assiste curieusement à une sorte de coïncidence philosophique entre le discours de la fin de l’histoire, mis en avant par les courants libéraux des années 1980, et certains courants progressistes, qui évoquent la fin d’un « cycle » progressiste. Je parle de coïncidence car ces deux courants portent un regard téléologique sur l’histoire, comme si elle était fondée sur des lois qui se situent au-delà de l’action humaine. Les discours néolibéraux et ceux qui évoquent la « fin d’un cycle » ont malheureusement coïncidé ; mais l’histoire a montré qu’elle n’évolue pas en fonction de lois, qu’il n’est aucune téléologie à l’œuvre. En réalité, c’est dans l’histoire même que réside la contingence, le renouveau, l’imprévisible et les probabilités.

Ainsi, au moment même où certains criaient à la fin du cycle des gauches et annonçaient une nouvelle ère conservatrice, on assistait aux victoires électorales du Mexique. Ceux-là ont alors répondu qu’il s’agissait d’un dernier sursaut avant la fin du cycle des gauches. Puis s’est produit la victoire des progressistes lors des primaires en Argentine. Nous souhaitons que cela se passe aussi en Bolivie et en Uruguay.

Ce que ces approches fantaisistes de la réalité ne prennent pas en compte, c’est que les processus historiques ne suivent pas des cycles ni des « lois » indépendantes de l’action humaine. Les processus historiques se manifestent par vagues. Face au concept de « fin de cycle », je propose celui de « vagues ». Les actions collectives et les luttes sociales se manifestent sous la forme de vague. Elles se mettent en marche, avancent, triomphent, arrivent au sommet, puis s’arrêtent, reculent, mais elles peuvent ensuite se remettre en marche avec une autre vague, et encore une troisième vague, etc.

Je pense donc que nous sommes en train d’assister – nous allons pouvoir le vérifier à la fin de ce mois d’octobre – à une nouvelle vague de processus progressistes dans un monde et une Amérique latine à la recherche de solutions, d’alternatives à l’inégalité, à la misère et à l’exploitation. C’est la raison pour laquelle je propose cette logique de « vagues », où le moteur de l’action se situe chez les personnes, et non dans des processus basés sur des « lois » que personne ne comprend.

Le deuxième problème de cette lecture en termes de « fin de cycle » est qu’elle conçoit les victoires conservatrices et le retour du néolibéralisme comme le début d’un long cycle qui pourrait durer une ou deux décennies. Les choses ne sont pas ainsi. Le grand problème de ce néolibéralisme 2.0, c’est qu’il n’accouche d’aucun projet de société. Il consiste avant tout en une action de vengeance, une manifestation de dégoût [à l’égard des processus progressistes] et une volonté de règlement de comptes. Ce n’est pas un projet qui provoque de l’enthousiasme : il interpelle seulement des émotions négatives dans le but de trouver des coupables aux problèmes et de les régler par des réponses démagogiques. Cela ne peut fonctionner qu’à court terme. On ne peut pas construire une hégémonie de longue durée, une acceptation morale des gouvernés par les gouvernants, avec pour seules bases la haine et la rancune. C’est pour cette raison que ce néolibéralisme 2.0 n’a pas d’avenir sur le long terme. Ses possibilités sont très limitées parce qu’il n’a pas réussi à créer une nouvelle proposition alternative de mode de vie et de société.

Il a été capable de le faire dans les années 1980, ce fut là sa force. Tandis que leurs adversaires cherchaient à conserver ce qui existait, les néolibéraux ont dit : « nous allons changer le monde de cette façon : libres entreprises, globalisation et économie de libre-échange ». C’était une proposition de mode de vie et de société qui a su provoquer l’enthousiasme, l’adhésion, et le consensus actif des secteurs subalternes des classes populaires. Mais aujourd’hui ce n’est plus le cas.

De plus, ce néolibéralisme 2.0 survient à un moment où le monde entier constate l’effondrement de la croyance en la fin de l’histoire basée sur des préceptes néolibéraux. L’Angleterre et les États-Unis, porte-drapeaux du libre-marché il y a trente ans, sont aujourd’hui devenus protectionnistes. L’économie planifiée de la Chine, avec un parti unique, est aujourd’hui le porte-drapeau du libre-échange. Les communistes sont devenus les libre-échangistes, et les partisans du libre-échange et de la démocratie libérale sont en train de devenir protectionnistes : c’est le monde à l’envers.

Ainsi, la proposition néolibérale n’est plus attractive, et ses modèles ne sont plus idéaux : l’Angleterre et les États-Unis, qui étaient vus comme un horizon à conquérir, se situent aujourd’hui à contre-courant. Dans ce scénario de chaos généralisé, d’effondrement du récit globalisateur néolibéral, les projets libéraux mis en place dans quelques pays ne possèdent plus l’éclat, la force, la conviction et l’intégrité d’antan. Ils n’arrivent plus à capter l’enthousiasme des gens.

Les classes aisées peuvent mettre des années à se venger des classes moyennes et populaires et à régler leurs comptes, mais elles ne pourront jamais emporter l’esprit collectif de la société sur le long terme. C’est pour cette raison que ce sont des projets de court terme, et qu’ils finissent par être confrontés à de nouvelles vagues de mal-être populaire, car ces projets génèrent une pauvreté généralisée.

LVSL – Le projet du MAS a combiné plusieurs dimensions de la politique révolutionnaire : la gestion de l’État, la lutte politique contre l’opposition, la prise en compte et la réponse aux demandes des mouvements sociaux. D’après vous, quels sont les principaux centres de gravité du pouvoir politique au sein du MAS, et quels sont les enjeux clefs qui se présentent au gouvernement d’Evo Morales ?

AGL – Un des divers enseignements que l’on peut tirer de l’expérience bolivienne repose sur le fait qu’on ne construit pas un gouvernement ni une stabilité sociale et politique en se fondant uniquement sur la force parlementaire. Le gouvernement et la stabilité sociale et politique se construisent par l’action collective, la présence dans la rue. Il s’agit d’un point décisif.

Les deux piliers de la forme de gouvernement que nous avons construite sont les suivants : une majorité parlementaire doublée d’une majorité sociale dans la rue. L’action collective dans la rue est un élément clef pour comprendre les nouvelles formes de démocratisation. Le second pilier consiste dans l’articulation complexe et flexible des organisations sociales au sein des structures de pouvoir et de décision. Les syndicats, corporations, confédérations, mouvements paysans, indigènes, juntes d’action communale, forment une structure de pouvoir dans l’État.

Cette articulation est flexible : parfois ces organisations se retirent, puis décident de se réincorporer au sein de l’État. La structure du gouvernement bolivien consiste dans une confédération flexible d’organisations sociales. Le MAS n’est pas vraiment un parti, mais plutôt une organisation fluide et souple, fruit de la négociation entre organisations sociales. C’est aussi quelque chose de nouveau dans les formes d’organisations collectives : les organisations sociales se font État, se font gouvernement, et donnent une autre dynamique au processus politique bolivien.

Quant aux défis, il y en a plusieurs. Le fait que le monde plébéien ait maintenant accès aux postes de pouvoir et de décision dans les parlements, les ministères, les mairies et les collectivités territoriales desquels il était en permanence exclu a créé un appétit pour la participation politique et la volonté de réaliser une forme de carrière : « je suis dirigeant ouvrier, et la prochaine étape est de devenir conseiller municipal, député, vice-ministre, ou ministre ». Je ne critique pas cette attitude, après 500 ans de marginalisation et de gestion publique aux mains d’une oligarchie d’à peine quelques familles, il s’agit d’un élargissement du droit d’être reconnu et de prendre des décisions.

Mais cela provoque un problème dans l’organisation sociale, car ce sont des militants, syndicalistes, paysans, ouvriers, indigènes, qui passent subitement d’une carrière syndicale ou sociale à la gestion de la politique étatique, délaissant ainsi leur domaine antérieur sans cadre politique. Cela se traduit par une dépolitisation lente et graduelle des structures sociales du pays. À moyen terme, ceci peut devenir compliqué.

Nous avons besoin d’une repolitisation permanente des secteurs sociaux. En Bolivie, tous les cinq ans, les députés, sénateurs, maires, conseillers municipaux et élus départementaux changent à 98%. Autrement dit, tous les cinq ans il y a un renouvellement de 98% des cadres politiques en moyenne. Cela se produit très rapidement, et l’on voit arriver de nouveaux visages au niveau des directions intermédiaires, encore et encore : cela produit des dirigeants avec moins de formation et moins d’expérience, une trajectoire moins importante, ce qui, avec le temps, pourrait fragiliser la structure organisationnelle des syndicats.

C’est pour moi l’un des risques qui nous impose, dans les cinq prochaines années, de soutenir les processus de repolitisation de la vie syndicale, de qualification des cadres dirigeants des syndicats, corporations et des communautés paysannes et indigènes. Ce serait un premier défi à relever.

LVSL – Vous avez confessé en 2017 l’envie de pouvoir libérer plus de temps pour vous dédier à « l’objectif de former de nouveaux cadres socialistes ». Entre-temps, les circonstances ont exigé un nouveau mandat de votre part en tant que vice-président. On sait que cela reste néanmoins une des grandes orientations que vous avez en tête, et par la même occasion l’un des défis fondamentaux pour la survie à long terme du processus de changement. Quels seraient, d’après vous, les limites de cette tâche, et quel rôle peuvent tenir les organisations de jeunesse autour du Movimiento del Socialismo (comme La Resistencia, Generación Evo, Siglo XXI ou Columna Sur) dans ce processus et leurs branches internationales, leurs initiatives de jeunesse à l’échelle mondiale ? 

Alvaro García Linera – Ces organisations de jeunesse sont une de nos grandes réussites. Elles sont une force vitale qui enrichit et renouvelle sans cesse les idées et les leaders, il faut les encourager. Cependant, il est aussi nécessaire de renforcer la formation politique, idéologique et collective dans les constructions de direction, de formations d’opinions dans les syndicats ouvriers, dans les communautés rurales, dans le leadership de quartiers.

Comme le MÁS est fondamentalement une structure prolétarienne où ceux qui prennent les décisions appartiennent à ces secteurs sociaux, c’est principalement là qu’il manque une organisation de formation de cadres. J’ai l’intention de créer une grande école de formation au cours des cinq prochaines années, avec autant de jeunes de ces différents secteurs, mais aussi des syndicalistes, des voisins, des travailleurs manuels et intellectuels. Ils recevront des cours intensifs et durables.

Il ne faut pas oublier que la première génération qui est entrée dans la structure de gouvernement du MÁS venait de deux versants. D’une part, de la vieille école de la gauche : ceux qui ont fondé les partis socialiste, communiste et la gauche partisane. D’autre part, de l’ancienne formation de cadres de la lutte syndicale : des manifestations, des blocages, des arrestations et des détentions du monde syndical. Ces deux versants ont été la pépinière qui a alimenté la première génération du gouvernement du MÁS.

Mais ce n’est plus le cas. Il n’y a plus de grandes manifestations et de blocages, et plus d’école pour former les cadres. La formation que donnait la gauche à ses cadres politiques au fil des décennies s’est aussi beaucoup affaiblie, c’est comme si le MÁS les avait absorbés, et ce militantisme, petit mais solide, n’a pas duré. Aujourd’hui, ce sont d’autres circonstances qui obligent à travailler sur ces deux aspects. D’abord avec la jeunesse, mais aussi avec les organisations sociales, dans une perspective de construction de nouveaux leaderships, idéologiquement réformés et politiquement bien préparés à la nouvelle bataille qui approche.

LVSL Aujourd’hui en Bolivie, après des années d’intrusion nord-américaine dans le processus de changement, les nouveaux « plans Condor » paraissent indiquer l’orchestration d’une sorte de « révolutions de couleur » financée et encouragée depuis l’extérieur. La privatisation de certaines universités par l’opposition, les campagnes de désinformation autour de la Chiquitania, le retour de la violence adverse et les grèves ont mis en évidence cette tendance. Quels sont les mécanismes d’autodéfense démocratique dont peut se servir le peuple face à ce type de harcèlement idéologique et culturel ?

Alvaro García Linera – En politique, les adversaires font tout leur possible pour nous affaiblir, sinon ils ne seraient pas des adversaires. Même si on ne les voit pas, ils le font.

De plus, je suis d’avis que quand quelqu’un lance un objet dur et solide sur un vase de verre, celui qui casse le vase de verre ne le fait pas grâce à la solidité de l’objet, mais grâce à la faiblesse du vase. Il faut construire un vase qui est durable, et qui résiste quand on lance un objet solide. C’est ainsi que j’imagine les processus révolutionnaires : il y aura toujours des attaques de part et d’autre. Des pays étrangers, des logiques impérialistes, il y en aura toujours. Je serais naïf si je n’anticipais pas toutes ces actions. Ainsi, il faut construire quelque chose qui sera en mesure de résister.

C’est ce que l’on a essayé de faire ces 13 dernières années, se débrouiller pour que le vase ne se casse pas, construire un vase qui n’est pas fragile face aux coups qu’il reçoit de l’extérieur. Il est évident que ces derniers temps, les forces conservatrices et l’intelligentsia planétaire – conservatrice elle aussi -, ont peaufiné leur stratégie. Ils utilisent aussi la culture et le sens commun pour construire un appui et une adhésion durables. C’est ce que faisait aussi la gauche qui tout au long de sa vie a été marginale, mais qui s’est employée à construire des idées-forces pour convertir les petites idées en horizons qui capturent des parties de l’imaginaire collectif. Dîtes-moi quelle influence vous avez sur le sens commun, et je vous dirai de quelle force politique vous disposez. La gauche s’est éloignée de ce travail. Nos débats théoriques, nos cours de formation, notre capacité à analyser la situation concrète visaient à figer les idées-forces qui peuvent irradier et capturer l’imaginaire des gens, l’ordre moral et la logique du monde. La droite le sait aussi, et c’est ce qu’elle essaie de faire, c’est pourquoi elle a changé. À la place des coups d’états, des dictatures, elle a compris que la bataille politique est une bataille pour des idées-forces, à travers le sens commun, pour l’ordre logique, moral, procédural et instrumental de la vie quotidienne des gens.

Ainsi, ils sont aujourd’hui plus sophistiqués, ce qui rend la bataille de la gauche d’autant plus compliquée, mais peu importe. Si je n’avais pas un adversaire intelligent en face, je deviendrais quelqu’un avec des limites évidentes. Ce sont les points forts de ton adversaire, ses stratégies, qui t’obligent à avoir des capacités pour pouvoir l’affronter et le vaincre.

Ces nouvelles tactiques de l’opposition ne me surprennent pas, on les attendait, elles étaient prévisibles, mais on doit les affronter avec de nouvelles stratégies et de nouvelles tactiques nous aussi, capables de de contrecarrer l’assaut, et ramener du côté progressiste le regard général sur le monde et sur le futur. Ce que nous sommes en train de vivre est nouveau, mais ce n’est pas surprenant, cela fait partie du monde infini mais limité des possibilités qui peuvent arriver dans la lutte politique.

LVSLEn parlant précisément des stratégies futures et de comment répondre aux nouvelles manœuvres de l’adversaire, nous voulions vous poser une question en lien avec les nouveaux défis liés aux réseaux sociaux et à l’émergence du cyberespace et de la domination d’internet. Les dernières élections brésiliennes ont démontré le tournant dangereux qui se joue dans cette nouvelle configuration. Après des années d’utopies optimistes, cet espace, que beaucoup décrivent comme paré d’une aura démocratique, s’est avéré être un terrain placé sous le contrôle d’une minorité d’entreprises multinationales et de pouvoirs globaux. Concrètement, aujourd’hui, ce sont les réseaux comme Facebook et Whatsapp qui utilisent massivement les bots, les appels téléphoniques, et qui sont le point de départ des campagnes d’intoxication massive de la sphère publique. Pour beaucoup de critiques, le manque de protection sur les réseaux de Bolivie s’est d’abord reflété dans la défaite du 21 février, puis dans la facilité avec laquelle les adversaires de l’Estado Plurinacional de Bolivia ont réussi à engager sur les réseaux sociaux une campagne de désinformation sur la Chiquitania. Est-ce que la période 2020-2025 sera aussi une période de domination des réseaux sociaux ? Le processus peut-il aussi rassembler des millions de personnes grâce aux réseaux sociaux ?

AGL – Il est certain que les réseaux sociaux ont introduit une nouvelle plateforme dans l’espace politique, un nouveau support technique de construction de l’opinion publique. En matière de construction de l’opinion publique, il y a d’abord eu le face à face et les joutes oratoires qui remontent à des milliers d’années, puis est apparue l’imprimerie, jusqu’aux journaux, ensuite la radio, puis la télévision et enfin les réseaux sociaux.

Il y a donc cinq supports technologiques fondamentaux de communication et chacun possède sa complexité, ses caractéristiques, ses vertus, ses limites et ses formes de manipulation. C’est un élément nouveau qu’il est important de comprendre. Je ne fais pas partie de ceux qui croient que les réseaux sociaux peuvent réinventer le monde, ce n’est pas vrai. Évidemment, ils peuvent créer des imaginaires, comme le faisait la radio à son époque ou la télévision. Ils peuvent déformer la réalité comme le faisaient les journaux, la radio et la télévision. Ils peuvent renforcer certains préjugés sociaux comme l’ont fait les autres plateformes et supports technologiques. De même que pour tous ces médias, qui a le plus d’argent a le plus de pouvoir.

Ceux qui peuvent contrôler l’intelligence artificielle pour repérer vos couleurs préférées, votre film préféré et vous envoyer des messages avec vos couleurs préférées à l’heure à laquelle vous êtes disponible et vous passez le plus de temps sur le portable pour regarder vos messages, aura le plus de marges de manœuvre. Le cas de l’entreprise Cambridge Analytica a démontré qu’il est facile de manipuler les réseaux avec un peu d’argent et un peu d’intelligence artificielle aux mains d’un certain nombre de personnes intelligentes qui savent construire ces mécanismes d’orientation de l’information.

Cependant, les réseaux ont besoin de s’appuyer un minimum sur la réalité pour rendre les choses crédibles, vraisemblable, ou au moins pour qu’elles génèrent des doutes. Elles ne peuvent pas inventer des choses extraordinaires, et l’intelligence artificielle ne peut pas manipuler les cerveaux de telle sorte qu’elle ferait changer d’avis radicalement quelqu’un d’un instant à l’autre. Ce n’est pas vrai. On disait la même chose de la télévision, « la boîte idiote ». Les gens ne sont pas stupides, nous ne sommes pas non plus des éponges sur lesquelles n’importe qui pourrait venir et laisser la marque qu’il veut. Les êtres humains ont toujours été des êtres de croyances, donc bien évidemment les réseaux sociaux sont un espace fantastique pour manipuler et réorienter ces dernières, mais elles doivent se fonder un minimum sur le terrain et sur la réalité pour être efficace. Elles nécessitent un encadrement matériel fondé sur la réalité qui permet que la manipulation et l’information soient efficaces.

Les réseaux sociaux jouent un rôle d’informateurs, et surtout un grand rôle de désinformateurs. Mais ils ne peuvent pas non plus créer un monde complètement manipulable et différent de celui que le citoyen vit tous les jours. Car ce dernier compare l’information qu’il vient de voir sur les réseaux sociaux avec ce qu’il vit quand il va acheter du pain, quand il monte dans le bus, quand il parle avec ses collègues de travail. En définitive, il ne retient que l’essentiel et ce qui correspond le plus à sa propre expérience.

Combien de personnes utilisent les réseaux sociaux ? 90% des gens. Quels sont les médias crédibles ? La Télévision, la radio et les journaux. Les réseaux sociaux apparaissent en dernier. Donc, ne cédons pas à l’image d’êtres humains uniquement constitués d’os et de muscles, avec une tête creuse remplie par les réseaux sociaux. Ce n’est pas le cas, les êtres humains n’ont jamais été et ne seront jamais des êtres sans capacités de discernement ou d’esprit critique. Bien sûr que les réseaux aident et peuvent approfondir à diffuser un mensonge. Ils peuvent déformer les choses mais ils ne sont pas tout puissants : ils ne peuvent pas créer un monde virtuel éloigné du monde réel. Sont-ils efficaces ? Oui, en partie car ils sont liés à la réalité des gens, mais s’ils s’en éloignent ils ne servent à rien.

C’est ce que nous avons appris. Pour nous, c’est un média technologique comme a pu l’être l’imprimerie, la télévision ou la radio. Désormais, nous disposons d’un nouveau média avec de nouvelles règles et technologies, de nouvelles formes de construction de la volonté collective et de l’information, plus sophistiquées, plus compliquées, plus difficiles, mais cela fait partie du système que l’humanité a créé petit à petit depuis cinq mille ans.  Ils jouent un rôle important, nous en sommes conscients et nous essayons d’y apparaître de plus en plus.

En ce qui concerne les manipulations de l’intelligence artificielle réalisées par certains gouvernements étrangers, entreprises ou partis ayant trop d’argent, il faut les contrecarrer avec l’utilisation de cette même intelligence artificielle pour y opposer une information plus véridique et vérifiable. Il faut lutter, car un nouveau monde s’est ouvert avec les réseaux sociaux, mais c’est un monde dont les règles du jeu et les tactiques d’occupation et d’affrontement ne sont pas si différentes de celles auxquelles Sun Tzu a fait face il y a 3 500 ans.

 

LVSL – Nous aimerions vous poser une question plus personnelle. Qui est Álvaro García Linera ? Vous avez été syndicaliste, soldat dans l’armée Túpac Katari, professeur et vice-président. Comment a évolué votre trajectoire politique ? Quelles références intellectuelles d’Europe et d’Amérique Latine se cachent derrière Álvaro García Linera ?

AGL – Depuis l’adolescence je suis socialiste et communiste. Je suis un homme qui sait qu’il vaut la peine de vivre en essayant de transformer les conditions de vie des personnes en vue d’améliorer l’égalité, la justice et la liberté. Tout le reste n’est qu’éléments, outils temporaires et contingents servant ces objectifs qui définissent le communisme et le socialisme.

De mon point de vue, le socialisme et le communisme n’impliquent pas de militer pour un parti mais de militer pour la société. Dans le cas bolivien, on ne peut pas être socialiste, on ne peut pas être communiste si on ne comprend pas la réalité, la justice, les rapports, les luttes, le mouvement ouvrier, le mouvement indigène et l’indianisme. En d’autres termes, on ne peut pas être communiste en Bolivie sans être en même temps indianiste.

Je suis quelqu’un qui essaie de constamment mélanger le débat contemporain, les luttes idéologiques et les avancées en sciences sociales. J’aime m’imprégner de savoir, mais il est clair qu’en même temps je ne peux pas comprendre, je ne peux pas rendre utile ce savoir comme dans un simple exercice de réflexion logique, de mots et d’idées. Cet exercice me semble trop simple. Je peux comprendre cet exercice d’idées, de concepts, d’auteurs afin d’enrichir ma compréhension de ce qui se passe en Bolivie, sur le continent, dans le monde, et ce qui se passe dans la Bolivie indigène, non indigène, ouvrière, pauvre, des élites, des interventions, du colonialisme…

J’ai donc toujours été quelqu’un qui a mêlé ces idées et cherché à les articuler avec d’autres expériences du monde. Je crois que cette articulation idéologique et spirituelle prend son origine dans mon militantisme au collège. Je n’ai pas changé depuis. À certains moments il y a des auteurs qui m’ont davantage influencé, certaines actions politiques me semblant plus marquantes. Puis le temps passe et d’autres auteurs m’ont davantage attiré : leurs politiques me surprennent et m’enthousiasment. Cependant, il y a un fil conducteur qui est celui du militantisme socialiste, communiste et indianiste. Je crois qu’à ce niveau-là je n’ai pas changé et je ne changerai pas. Mais nous verrons bien ce que nous réserve le futur.

Adriana Salvatierra : « Evo Morales est synonyme d’un avenir sûr »

blank
Adriana Salvatierra, présidente du Sénat bolivien. ©MAS-IPSP

Adriana Salvatierra est la plus jeune présidente du Sénat de l’histoire de la Bolivie. Figure émergente, elle fait partie de cette génération de militants qui ont éclos dans le sillage d’Evo Morales et du processus de transformation radicale de la Bolivie par le MAS (movimento al socialismo). Le 20 octobre auront lieu des élections générales importantes pour la pérennité du pouvoir, nous avons voulu l’interroger sur les défis de la Bolivie contemporaine après 13 années de présidence d’Evo Morales. Réalisé par Denis Rogatyuk, traduit par Alexandra Pichard.


LVSL – De toute la période contemporaine, cette élection sera celle qui comptera la plus forte participation de millenials (moins de trente ans) et de centenaires. On voit apparaître une nouvelle génération d’électeurs : ceux qui sont nés après 2000 et qui n’ont quasiment connu que la Bolivie d’Evo Morales, sans avoir expérimenté la précédente période néolibérale. De quelle manière le MAS (Mouvement vers le socialisme) cherche à convaincre ces jeunes électeurs de voter pour Evo Morales plutôt que pour l’opposition dans un acte de rébellion contre l’État ou le statu quo ? 

Adriana Salvatierra – Cet électorat nous informe tout d’abord d’un phénomène démographique : une grande partie de la population est jeune, 43% des électeurs ont entre 18 et 34 ans. Cela signifie que beaucoup d’entre eux sont primo-votants, qu’il s’agit de leur première élection, ou de leur deuxième tout au plus. Cela représente évidemment un défi important, notre agenda doit pouvoir mettre en valeur les réussites de ces treize années de présidence d’Evo Morales. Mais c’est aussi un défi du point de vue des nouvelles formes d’organisation de la société : les « millenials » n’ont pas de dette envers le passé, ils sont moins attachés aux grandes revendications et ne conçoivent pas de la même manière l’organisation sociale, syndicale et corporative. Avec le président Evo Morales et le projet politique qu’il porte, nous sommes arrivés au gouvernement en 2006, quand 60% de la population bolivienne était encore en situation de pauvreté, et que 38% était extrêmement pauvre et vivait avec moins d’un dollar par jour. Nous avons réussi à réduire ces chiffres de moitié et plus encore. Le taux de pauvreté modérée a baissé de 60% à 33%, la pauvreté extrême de 38% à 15%. Le PIB a quadruplé et dépassera les 40 milliards en 2019. Nous avons engagé une transition vers un modèle d’économie complètement différent, qui met l’accent sur la souveraineté, et aussi sur le renforcement de l’industrialisation de notre appareil productif. Mais un processus important de redistribution de la richesse a également été enclenché, ce qui reflète notre vision de la démocratie.

Nous devons par ailleurs faire face à un autre immense défi : sous l’effet des nouvelles technologies notamment, les processus de mobilité vers les zones urbaines ou de concentration de la population urbaine brisent les liens associatifs qui existaient dans les communautés. Mais nous avons la ferme conviction que ces jeunes qui ont connu une Bolivie dans laquelle de nombreuses familles devaient choisir quel enfant allait faire des études, dans laquelle 36% des enfants souffraient de malnutrition chronique, chiffre que nous avons réussi à réduire de moitié, ces jeunes-là sont également conscients qu’ils vivent dans une nouvelle Bolivie et savent que le processus de stabilité économique leur a donné l’opportunité de faire des études. Aujourd’hui, il y a dans le pays des milliers de bacheliers qui sont les premiers diplômés de leur famille, des milliers de jeunes professionnels qui viennent de familles paysannes et qui sont la fierté familiale parce qu’ils sont les premiers à avoir eu accès à l’enseignement universitaire. Il y a aussi des jeunes qui, par exemple, souscrivent à un crédit à la production pour réunir un capital de départ en vue d’ouvrir un petit commerce ou une petite entreprise. Ils savent qu’Evo Morales représente la certitude d’un futur économique stable, mais aussi soucieux de l’augmentation des droits de chacun, dans le cadre de la démocratisation de la richesse, d’un pari sur un appareil productif solide qui garantisse des conditions d’emploi dignes.

LVSL – Vous avez récemment ouvert la marche « Hagamos un pacto » (Faisons un pacte), en Bolivie, contre les féminicides, et en vue d’éradiquer les violences faites aux femmes. Que prévoit le gouvernement bolivien pour résoudre ce problème endémique que d’autres pays aux gouvernements néolibéraux comme le Brésil, le Chili ou – du moins pour l’instant – l’Argentine n’arrivent pas à surmonter ?

AS – Précisons tout d’abord que la violence n’est pas seulement physique. La violence était économique quand les femmes ne pouvaient pas accéder à la propriété de la terre. Quand on est arrivés à la tête du gouvernement, seulement 15% des titres exécutoires agraires étaient au nom d’une femme, et aujourd’hui, nous avons stabilisé ce chiffre à 46,5%. Nous pensons également que la violence a une autre dimension : la limitation de la participation des femmes dans les syndicats, les comités de voisinage et plus généralement la participation politique dans les espaces de représentation. C’est pour cela que lors de l’Assemblée constituante nous parlions d’égalité, de la possibilité pour les femmes d’être effectivement représentées à égalité avec les hommes, alors que la construction, la conquête et la production du pouvoir sont traversées par des logiques masculine.

La construction du patriarcat, en tant que système qui reproduit des privilèges en fonction du genre, a organisé une société où l’exercice de la violence n’est pas seulement physique, mais aussi économique, politique, symbolique et communicationnel. Et je crois que comprendre l’exercice de la violence dans toutes ses dimensions permet de mener une lutte efficace contre cette violence. Nous sommes devenus le deuxième ou le troisième pays comptant la plus grande représentation féminine au sein de l’assemblée législative. En effet, 51% de nos parlementaires sont des femmes, des femmes paysannes, indigènes, travailleuses, des maires de villages, des jeunes, des expertes, qui représentent le tissu social du pays. Et nous sommes vraiment fiers de ces transformations structurelles que nous avons menées à bien.

Mais nous savons aussi que ce sont, évidemment, des droits conquis qui ne sont pas irréversibles, lorsque l’on regarde ce qui peut se passer dans le reste de la région. Ce sont des droits pour lesquels nous ne devons pas cesser de lutter. Les niveaux de féminicides et de violences faites aux femmes sont préoccupants et pour y faire face, nous avons proposé la loi intégrale contre la violence faite aux femmes, la hausse du budget destiné à la sécurité urbaine, au renforcement des services d’aide juridique, à l’augmentation des places en maisons d’accueil pour les femmes victimes de violence. Nous souhaitons aussi garantir des mécanismes institutionnels pour que ces cas soient visibles aux yeux de la justice, qu’il existe une protection efficace des victimes et que ces situations ne puissent pas se reproduire.

 

LVSL – La Bolivie est devenue un moteur de la croissance économique d’Amérique du Sud et un des pays les plus stables du continent politiquement. Comment concevez-vous le futur rôle de la Bolivie sur la scène internationale, notamment au niveau de l’intégration latino-américaine ?

 

AS – Pendant 6 ans, nous avons été le pays d’Amérique latine qui a connu la plus forte croissance, dont 5 ans consécutifs, les cinq dernières années justement. Tout cela à une époque où les prix des matières premières brutes telles que les minéraux ou les hydrocarbures sont en baisse. La Bolivie a continué de rythmer la croissance sud-américaine, et cela s’est fait en grande partie grâce à une politique souveraine quant à l’exploitation et l’industrialisation de nos ressources naturelles. La croissance a aussi été accentuée par le renforcement du marché interne, principal moteur de la dynamisation de l’économie. L’industrialisation a vocation à favoriser la substitution des importations, notamment pour des produits en lien direct avec notre propre industrie.

C’est ce modèle économique, social, communautaire et productif, qui nous a permis de façonner avec succès la forte présence et la participation de l’État dans l’économie, mais aussi de mener à bien un processus de démocratisation de la richesse qui a contribué à élever trois millions de boliviens au-dessus du seuil de pauvreté. La démocratie ne se limite pas à voter tous les cinq ans, elle passe aussi par une santé gratuite, l’accès aux services de base, à un logement digne, une éducation de qualité, et c’est cela qui doit régir les politiques publiques, en mettant l’être humain au centre du programme.

LVSL – Ces dernières années, on a vu émerger de nouveaux leaderships féminins à la tête de mouvements, de partis et de gouvernements de gauche dans le monde entier. Aux États-Unis par exemple, avec des femmes de premier plan telles qu’Alexandra Ocasio Cortez, Illhan Omar ou Tulsi Gabbard. Avez-vous des relations avec ces jeunes progressistes ou suivez-vous de près leurs différentes carrières politiques ?

AS – Dans le cas d’Alexandra Ocasio Cortez, oui. On ne peut qu’être touchée par des parcours comme le sien, comme celui de Camila Vallejo (députée Chilienne), de Gabriela Rivadeneira (politique équatorienne), ou bien de Manuela D’Ávila, candidate à la vice-présidence du Brésil, mais aussi des parlementaires qui exercent le pouvoir en Argentine, en Uruguay… bien sûr que toutes représentent un immense espoir. Cela démontre par ailleurs que la gauche continue de disputer le contrôle du pouvoir d’État, afin de garantir de meilleures conditions de vies pour les citoyens.

Quand on parle de politique, on ne parle pas seulement de lutte et du contrôle du pouvoir, on parle fondamentalement de la contribution ou non à une vie digne pour l’être humain. Nous l’avons bien remarqué quand, durant la première année du gouvernement Michel Temer, après le Coup d’État contre Dilma Rousseff, plus de 5 ou 6 millions de Brésiliens sont repassés sous le seuil de pauvreté. Et cela se passe ainsi à chaque fois que l’on gèle les budgets et que l’on considère l’éducation et la santé comme des services payants accessibles seulement à ceux qui ont les moyens de payer.

De même, quand on réduit la participation de l’État dans la définition des politiques publiques, on réduit le contrôle de l’État sur les bénéfices, les droits et les conquêtes des travailleurs. C’est devant ce panorama qu’émerge une nouvelle génération de jeunes leaders. Bien sûr, c’est assez motivant et cela met en évidence le fait qu’en Amérique latine les projets de gauche autour de la souveraineté, de la dignité, de la redistribution de la richesse, de la croissance économique, qui pensent l’État comme le centre des politiques économiques, sont toujours d’actualité. Beaucoup disaient que nous étions entrés dans une fin de cycle, produit des déroutes électorales des dernières années. En réalité, l’Amérique latine est entrée dans un scénario de lutte régionale avec des projets politiques qui disparaissent et renaissent sans cesse. On espère que dans la décennie qui vient, nos projets se consolideront.

LVSL – Le 17 juillet dernier, vous êtes entrée dans l’histoire en devenant Présidente en charge (par intérim), lorsque le président Morales et le vice-président Álvaro García Linera ont voyagé à l’étranger. Qu’avez-vous ressenti en devenant la plus jeune présidente de l’histoire du pays ?

AS – J’ai ressenti une grande responsabilité et, bien sûr, un peu d’appréhension. Je n’ai pas perçu cette mission à des fins personnelles. Davantage que le prestige, il s’agit pour moi d’assumer cet exercice en tant que femme jeune et militante, et c’est un immense défi dans le sens où cela peut ouvrir ou fermer des portes aux générations futures. Je veux qu’à la fin de mon mandat à la chambre des sénateurs, on retienne que les jeunes ont la capacité absolue d’assumer des responsabilités, la formation nécessaire et suffisante pour être aux commandes du service public. Je veux ouvrir les portes aux plus jeunes, qu’ils soient mieux formés que nous le sommes, qu’ils aient une meilleure capacité d’articulation, une meilleure capacité de représentation. Je veux qu’ils soient de meilleures personnes, de meilleurs professionnels, de meilleurs êtres humains et de meilleurs militants pour la chose publique.

LVSL – Avez-vous songé à occuper ce poste de présidente à nouveau, en vous présentant aux prochaines élections présidentielles ?

AS – Non, pas pour le moment. En réalité, il est difficile de penser à ce poste et à tout ce qui en découle. Evo Morales est en réunion tous les jours dès 5h du matin, il termine sa journée à minuit, il travaille dans toutes les régions du pays. C’est très difficile de suivre ce rythme que nous avons tenu pendant les treize années de gouvernement, la barre est plutôt haute.

LVSL – Pour les élections générales à venir, vous serez candidate au Congrès plurinational pour votre région natale, Santa Cruz. Ces dernières années, Santa Cruz est devenue une des bases les plus importantes de l’opposition au gouvernement Morales. La région connait une tradition de groupes violents sécessionnistes et d’ultra-droite. Selon vous, quelle est la meilleure stratégie pour neutraliser les forces de droites, extrémistes et néolibérales et leurs discours racistes, sexistes, homophobes et anti-travailleurs ?

AS – Évidemment, le sens commun des habitants de la région est parfois conservateur, mais quand on va dans les provinces, les quartiers populaires, quand on rencontre les militants des collectifs LGBT, des jeunes, des collectifs de femmes féministes, on s’aperçoit qu’une société plus inclusive est en germe et qu’elle différente de ce qu’on a connu il y a treize ans.

Je crois que Santa Cruz, à l’image de la Bolivie, n’est plus la même en 2019 qu’en 2005. La croissance économique et la gestion d’Evo Morales se sont accompagnées d’opportunités de travail, de projets stratégiques tels que l’aéroport Viru Viru, le pôle de développement qui amènera à la construction du site sidérurgique du Mutun, la construction du terminal de bus qui assurera une nouvelle route pour les exportations. Pour nous évidemment, Santa Cruz est un enjeu central, et un esprit nouveau y est en gestation. Je le vois en discutant avec mes camarades qui proviennent de différents espaces culturels : des artistes, des jeunes, des femmes, des paysans, des indigènes, etc.

La société est traversée par des logiques qui peuvent à un moment donné amener une appréciation différente de la situation. Je crois que le temps des affrontements de 2006 à 2008 est derrière nous, ce moment où les projets politiques opposaient la région à l’État, les autonomies à l’État plurinational. L’État plurinational comprend aujourd’hui les autonomies et les autonomies font partie de l’État plurinational. De même, l’agenda de l’État plurinational a universalisé les possibilités d’inclusion et d’exercice des droits, et cela est aussi vrai à Santa Cruz.

LVSL – À l’occasion de ces élections, Evo Morales doit faire face à une longue liste d’adversaires : Carlos Mesa, le mouvement 21F, les menaces de l’administration Trump, ou encore les forces politiques de droite au Brésil et au Chili, sans oublier la tension et la fatigue engendrées par treize années de gouvernement du pays. Quelles raisons vous portent à croire qu’il l’emportera à nouveau ?

AS – Evo Morales est synonyme d’un avenir sûr. Il n’y a pas besoin de revenir vingt ans en arrière : quand je suis sortie du lycée – et je suis encore jeune aujourd’hui – les gisements pétrolifères fiscaux boliviens n’étaient pas des entreprises d’État. Ceux qui étudiaient les hydrocarbures et les processus industriels n’avaient pas la certitude de trouver un emploi, car nous ne disposions pas d’un État solide à même de garantir à travers les entreprises publiques une sûreté de l’emploi pour les jeunes.

Il y a 13 ans, être une femme et faire de la politique était un chemin sinueux. Nous évoluons aujourd’hui dans de meilleures conditions. Il y a 13 ans, il était impensable qu’une femme de trente ans puisse être présidente du Sénat. Auparavant, selon la Constitution précédente, il fallait avoir trente ou trente-cinq ans pour être sénatrice. Désormais, de nouvelles opportunités se sont ouvertes pour les jeunes générations. Nous continuerons dans cette voie.

Nous avons nationalisé les hydrocarbures dans l’exercice de notre souveraineté, mais nous avons aussi initié l’ère de l’industrialisation, pour la production de fertilisants comme le chlorure de potassium par exemple. Nous avons des réserves de lithium à Potosi, d’urée et d’ammoniac à Cochabamba, nous sommes en train d’industrialiser le fer avec le domaine sidérurgique du Mutun, etc. Nous ouvrons la voie à la poursuite de la croissance économique de notre pays, pour offrir des opportunités de travail aux plus jeunes, à qui nous garantissons également une éducation de qualité. La Bolivie ne sera pas la même avant et après Evo Morales. Nous allons continuer le processus de transformation pour que l’extrême pauvreté demeure sous les 5% et nous entendons assurer des services élémentaires pour tous : le logement, l’éducation, la santé, qui sont des droits fondamentaux et constituent nos principaux apports au service des générations futures.