Grégory Doucet : « Je suis d’abord l’incarnation d’une aspiration à plus d’écologie »

Grégory Doucet, © Killian Martinetti pour LVSL

Inconnu en politique avant les élections municipales, Grégory Doucet est élu maire de Lyon en juillet 2020 mettant fin à près de vingt ans de règne de Gérard Collomb sur la ville. Loin des nombreuses polémiques dont il est régulièrement la cible, nous avons voulu rencontrer ce nouvel élu pour en savoir plus sur sa vision du pouvoir, de la métropolisation, de la décentralisation et des élections présidentielles.  Un entretien réalisé le 16 février 2021 par Blandine Lavignon et Clément Coulet. Photos de Killian Martinetti.

LVSL – Il s’agit de votre tout premier mandat politique. Piétonisation, fonds de soutien à la culture, baisse de vos indemnités d’élus… Vous avez pris plusieurs mesures dans un contexte de crise sanitaire. Quel regard portez-vous sur vos huit premiers mois de mandat ?

Grégory Doucet  Tout d’abord, je suis très content. Ça peut paraître étonnant de commencer ainsi, mais je suis très content d’avoir été élu et d’exercer la fonction. C’est une fonction dans laquelle je me sens heureux. C’est mon premier mandat, mais c’est aussi le premier mandat pour l’essentiel de mon exécutif, à deux exceptions près ; Sandrine Runel aux solidarités et Nathalie Perrin-Gilbert qui est à la culture, qui, elles, sont expérimentées et connaissaient la machine.

Nous avons été élus en période de crise sanitaire et on s’est tout de suite mis au travail sur le sujet. La première semaine, alors période un peu plus calme de la crise sanitaire, je confiais à mon adjointe à la santé et la prévention la responsabilité de mettre en place une cellule de veille pour voir comment l’épidémie se propageait. À la mi-août, aux premiers signaux de reprise de la pandémie, nous avons transformé cette cellule de veille en cellule de gestion de crise. Tout cela a été fait très rapidement. Je trouve que Lyon fait partie des villes en France qui a su le mieux s’armer, s’organiser pour répondre aux enjeux de la crise sanitaire. Il se trouve que je viens du monde de l’humanitaire. J’ai donc aussi fait appel à des réflexes, des habitudes de travail que j’avais antérieurement. 

Nous avons déployé tout de suite notre programme ! Le Fonds d’urgence pour la culture faisait partie des engagements que nous avions pris pendant la campagne, et c’était en même temps une réponse à la crise sanitaire. Nous avons décidé fin juillet, que nous consacrerions 4 millions d’euros. Le secteur culturel nous en est, je pense, largement reconnaissant. Un certain nombre de structures ont ainsi pu être sauvées. Le dernier point pour moi qui est aussi particulièrement remarquable est lié au travail de la première adjointe notamment. Nous avons pu, en six mois, élaborer ce qu’on appelle une Planification pluriannuelle des investissements (PPI). Nous savons aujourd’hui quels vont être nos investissements sur la mandature. Lors de la précédente mandature, il avait fallu 18 mois pour sortir la PPI. Nous jeunes élus, en période de crise sanitaire, en six mois, c’est bouclé. 

Quand j’investis dans le service public, j’investis dans le patrimoine de ceux qui n’en n’ont pas.

LVSL – Concernant cette PPI, vous avez fait le choix de l’endettement à 63%, ce qui a fait pas mal débat. Est-ce que l’endettement était le seul moyen de financer ces projets d’infrastructures dans le contexte actuel ? 

G. D. – Nous investissons, c’est d’abord ça le vrai sujet. Nous investissons pour répondre à deux grands enjeux. Le premier est que l’on hérite d’une dette patrimoniale dans cette ville. Il y a eu un déficit d’investissement dans l’entretien d’un nombre très significatif de bâtiments publics. De ce fait, il nous faut remettre ces bâtiments en état. À cette dette patrimoniale, s’ajoute le fait que la ville n’a pas investi en prévision du dérèglement climatique. Nous devons réaliser un investissement gigantesque. Et très clairement, nous ne pourrons pas réussir à tout faire sur cette mandature ! Nous allons investir massivement en priorité sur les écoles et les équipements pour la petite enfance. Sur une PPI de 1,2 milliards d’euros, il y a plus de 300 millions qui vont être dédiés à l’éducation. Cet endettement, c’est d’abord comme un investissement. 

Comment fait-on pour financer des investissements ? La ville a des finances globalement saines, c’est-à-dire qu’il n’y a pas d’emprunts toxiques. La ville génère légèrement plus de revenus que ce qu’elle dépense, ce qui permet une capacité d’investissements et c’est important. Bien évidemment cette capacité d’investissement n’est pas suffisante pour répondre à tous les enjeux mentionnés plus tôt. Et, il se trouve que les taux d’intérêts sont en ce moment extrêmement bas donc on va emprunter avec un taux très faible. C’est bien pour cette raison que nous sommes élus, la ville n’est pas une entreprise privée qui va reverser des dividendes. Notre rôle c’est de rendre du service public. Quand j’investis dans le service public, j’investis dans le patrimoine de ceux qui n’en n’ont pas. En plus, dans ce contexte d’urgence climatique, nous avons cette obligation d’investir, nous n’avons pas le choix. Ça n’a pas été fait précédemment à des niveaux suffisants. Cet endettement, je le vois d’abord comme un investissement. Aujourd’hui, augmenter la durée d’endettement, ne conduit pas du tout – à l’inverse de ce que certain ont pu prétendre- la ville à la faillite ou à la mise sous tutelle de la préfecture. Dans la réalité, heureusement qu’on investit, j’ai presque envie de dire, qu’on « gère en bon chef de famille » même si cette expression est patriarcale.

blank
Grégory Doucet, © Killian Martinetti pour LVSL

« Je ne vais pas faire une métropole ou une ville de l’hyper-compétition, ce qui m’importe c’est de faire une ville de l’hyper-coopération »

LVSL – Le modèle métropolitain est parfois considéré comme étant l’incarnation territoriale du néolibéralisme. Il renforce l’attractivité, la compétitivité territoriale afin d’attirer certaines classes créatives, les capitaux … Est-ce que vous souhaitez poursuivre ce modèle de métropolisation ? Est-ce qu’un modèle de métropolisation écologiste est possible ? 

G. D.  Est-ce qu’on veut faire une métropole écologiste ? La réponse est oui ! Je ne vais pas faire une métropole ou une ville de l’hyper-compétition, ce qui m’importe c’est de faire une ville de l’hyper-coopération, je crois beaucoup plus à ça. J’y crois à la fois de manière empirique parce qu’il se trouve que par mon activité professionnelle, c’est ce que j’ai pu davantage pratiquer, mais au-delà de ça, on a une conception de notre économie, de nos sociétés qui est fondée sur le soi-disant intérêt qu’aurait la compétition. On fait souvent référence à la famille qui serait l’ordre naturel des choses et on doit, nous, construire finalement des sociétés sur ces modèles. Que l’on soit une société où il y a un peu d’émulation (je préfère ce terme à compétition), pourquoi pas ? Mais en faire le moteur de nos sociétés, moi je dis non ! Ce n’est pas comme ça qu’on doit se construire. Et je pense que c’est pour cela qu’on a des sociétés aujourd’hui, et j’implique la construction économique, qui sont si malades, d’abord d’être en train de détruire cette planète, et même malades en elles-mêmes. Depuis que je suis adolescent, je n’entends parler que de crise. On passe d’une crise à l’autre comme si on était dans un monde perpétuellement en crise, comme si notre monde allait mal et que c’était un état de fait. On n’a pas su créer des sociétés qui mettaient en avant le bien-être, qui se donnait comme objectif de créer du bien-être, et moi c’est à cela que j’aspire. C’est cela que je veux offrir aux Lyonnaises et aux Lyonnais : construire une ville du bien-être.

« L’écologie politique porte en elle les questions sociales »

LVSL – Par quelles mesures cela passe concrètement ? 

G. D. – Derrière le mot métropolisation, il y a beaucoup de choses, beaucoup de concepts. Il y a une démarche à laquelle je n’adhère pas, mais pour le coup, créer une ville du bien-être, oui, c’est ça le projet. Et une ville du bien-être, cela veut dire que c’est déjà une ville où on privilégie ce qui relève du public, du commun. Le commun, c’est d’abord un espace public qui est prioritairement dédié aux piétons parce que tout le monde ici peut être piéton. 

Une ville du bien-être c’est aussi une ville où en tant qu’individu, je sens que j’ai ma place. Avoir sa place, cela peut vouloir dire beaucoup de choses. Cela peut vouloir dire avoir une activité professionnelle, un travail, mais c’est aussi une ville où ma voix compte, où je peux la porter. C’est une ville de la démocratie locale et vivace, où j’ai l’occasion d’exprimer mon point de vue. Alors, évidemment, il y a les élections ça, ça existe déjà, mais c’est aussi d’exprimer mon point de vue sur la manière dont mon quartier, ma rue, mon arrondissement, s’organisent, s’animent, vivent. La transition écologique ne peut se faire qu’à la condition qu’on ait une démocratie locale impliquante et vivace. Et bien évidemment, elle ne peut se faire qu’au prix de la lutte pour la disparition des inégalités sociales aussi, mais pour moi cela en fait partie. L’écologie politique porte en elle les questions sociales. 

blank
Grégory Doucet @Killian Martinetti pour LVSL

LVSL – En parlant de redonner du pouvoir aux territoires, le projet de loi 4D devrait être présenté en Conseil des ministres au printemps prochain. Votre camp politique affirme vouloir « redonner le pouvoir aux territoires » en plaidant pour accroître la décentralisation au risque de rompre avec les principes d’égalité et d’indivisibilité. La décentralisation peut accroître la concurrence entre les territoires et sert de justification à un retrait d’un État déjà affaibli. Souhaitez-vous approfondir la décentralisation ?

G. D. – C’est une question d’une très grande complexité parce qu’en fonction de la manière dont la loi où la décentralisation se fait, cela change tout. Je vais partir de l’exemple de la crise sanitaire. La crise sanitaire a donné à voir le rôle très important des villes dans la gestion quotidienne de la crise. C’est bien la ville de Lyon qui a mis en place ce grand centre de dépistage à Gerland, c’est bien la ville qui a pris l’initiative de le transformer en centre de vaccination. On voit bien que les villes ont un rôle clef à jouer parce que l’aboutissement de la politique sanitaire, qui est pourtant une politique nationale, à un moment elle vient à la rencontre de la proximité de la vraie vie des gens. Cela nous a conduit à nous interroger sur la façon dont les réponses à la crise sanitaire s’articulent, sur ce que doit être la place de la ville dans la politique de santé publique. Je suis persuadé aujourd’hui que les communes doivent avoir un plus grand rôle dans les politiques de santé publique. Cela veut-il dire pour autant que je veux devenir un petit ministre de la Santé ? Surtout pas, parce qu’il y a des politiques de santé qui se décident par souci d’équité au niveau national et c’est bien. Mais il y a sur certains sujets des déclinaisons locales, et donc cela a à voir avec la décentralisation, il y a des déclinaisons qui doivent se faire en tenant compte de ce que les communes peuvent faire, je dirai même plus, doivent assurer. 

Mon rôle, c’est de considérer la question de la santé environnementale. Les politiques de prévention au niveau national peuvent avoir un impact, mais c’est souvent un peu limité. Quand elles sont incarnées localement, elles peuvent avoir un poids plus important. J’insiste sur la question de la prévention car c’est l’une des priorités que nous nous sommes donné avec Céline De Laurens, mon adjointe à la santé et à la prévention.

blank
Grégory Doucet, © Killian Martinetti pour LVSL

LVSL – Les élections présidentielles approchent. Dans votre camp, entre un Eric Piolle et un Yannick Jadot, les stratégies et lignes politiques diffèrent. Existe-il une ligne Doucet ? 

Grégory Doucet – Et Sandrine Rousseau ! Je ne serai pas candidat aux élections présidentielles, donc il n’y aura pas de ligne Doucet. Il n’y a pas de ligne Doucet. Je défends l’idée que l’on a d’abord besoin de constituer une équipe qui travaille sur un programme et c’est ça qui est le plus important. Je ne suis pas pro-Jadot, pro-Piolle ou pro-Rousseau, ce n’est pas le sujet. Le sujet c’est, pour le faire de manière caricaturale, qu’il faut d’abord construire l’équipe de France de l’écologie et aujourd’hui, ça ne se voit pas assez encore. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas du travail qui est fait, bien évidemment du travail a été engagé pour la construction d’un programme et c’est déjà une première étape. Mais moi, je souhaite avant tout qu’on construise cette équipe, et là, à ce stade, elle doit être ouverte, on doit pouvoir donner la possibilité à d’autres à venir jouer avec nous, pour rester dans la métaphore de l’équipe ! 

« Je n’ai pas la prétention d’être le génie qui sauvera Lyon »

LVSL – Que pensez-vous de l’hypothèse d’une candidature Hidalgo ? Est-elle une maire écologiste ?

Grégory Doucet – En étant cohérent avec ce que je viens de vous dire, il n’y a pas d’hypothèse Hidalgo. Pour que cela devienne un sujet, il faudrait d’abord que le travail en amont soit fait. Aujourd’hui en France, on est tellement obnubilé par cette image, cette figure du président qui nous sauverait tous… Macron ne nous a pas plus sauvé que les autres… Pour la parenthèse, Jacques Chirac déclarait en 2002 « la maison brûle et on regarde ailleurs », et qu’est-ce qu’on a fait depuis 2002 ? On a continué de regarder ailleurs, donc est-ce que le président c’est celui qui va nous sauver ? Non ! C’est en constituant une équipe que l’on va réussir à s’en sortir. Vous savez, je n’ai pas la prétention d’être le génie qui sauvera Lyon. Je suis d’abord l’incarnation d’une aspiration à plus d’écologie, et ce n’est que parce que j’ai une formidable équipe. D’abord mon exécutif et puis il y a aussi, il faut le dire, une très bonne administration à Lyon. Nous disposons d’agents qui sont extrêmement engagés et qui sont extrêmement compétents, et ça, c’est une chance. 

LVSL – Dernièrement, deux laboratoires d’idées, l’Institut Rousseau et Hémisphère gauche ont lancé une campagne visant la création d’un million d’emplois dans les secteurs de la reconstruction écologique et du lien social à destination des chômeurs de longue durée. Inspiré notamment par le dispositif Territoires Zéro Chômeurs de Longue Durée, il s’agit de mettre en place une garantie à l’emploi vert. Que pensez-vous de cette proposition ? La soutenez-vous ?

G. D. – Je ne l’ai pas étudié en détails, mais sur le principe oui bien sûr ! D’ailleurs, avec la métropole, nous avons travaillé sur le développement d’une expérimentation « territoire zéro chômeurs » aussi. Selon loi, nous devons créer ou permettre le développement d’activités économiques qui génèrent la création d’emplois, en sortant de cet espèce de dogme que l’on pourrait dire libéral, où il faudrait que chacun soit le plus productif possible. Dans certaines opérations humanitaires, pour aider au relèvement de certains territoires affectés par une épidémie, une guerre, on va mettre en place des activités que l’on appelle à « haute intensité de main d’œuvre » parce que le plus important c’est que les gens retrouvent une activité, un emploi, même si c’est saisonnier. C’est comme cela que l’on recrée du lien social, un dynamisme économique. Je ne dis pas que c’est ce que nous allons faire à Lyon demain, mais je pense que, oui, toutes ces initiatives qui visent à créer de l’activité économique pour tout le monde vont dans le bon sens. Ce qui m’importe ce n’est pas d’enrichir des actionnaires qui iraient placer leurs argents sur les îles Caïman, mais que l’activité économique serve aux territoires.

« Notre société revendique l’égalité contre le néo-darwinisme de Macron » – Entretien avec Éric Piolle

blank
Eric Piolle, séminaire “Construire une écologie populaire” organisé par Le Vent se Lève, Sorbonne, Paris. Photo © Clément Tissot

Éric Piolle est maire écologiste de Grenoble depuis 2014 et candidat à sa réélection. Largement en tête des sondages, son bilan a été salué par de nombreux observateurs comme un modèle pour les grandes villes en transition. Il raconte cette expérience originale dans son livre Grandir ensemble, les villes réveillent l’espoir (éd. Broché), où il développe également un horizon ambitieux pour les métropoles, dans un contexte d’urgence climatique et de perte du lien social. Dans ce riche entretien, nous revenons particulièrement sur les conclusions politiques qu’il en tire, à quelques semaines des municipales, mais surtout à deux ans des présidentielles. Éric Piolle occupe en effet une place singulière dans le paysage politique : étiqueté EELV, il conserve une indépendance par rapport à l’appareil et a su entraîner l’ensemble des composantes de la gauche sociale et écologiste derrière lui. Retranscrit par Dominique Girod, réalisé par Pierre Gilbert.


 

LVSL – Au début de votre livre, vous dites que nous sommes une majorité culturelle et prédominante. Qui désignez-vous par ce « nous » et comment est-ce que cette majorité culturelle évolue ?  

Éric Piolle – Le « nous », ce sont des gens qui étaient déjà ancrés dans une structure écologiste, ou dans un prisme social très fort et qui évoluent face au constat qu’ils font sur la capacité du modèle ultralibéral à produire des inégalités sociales, l’épuisement des ressources, la pollution, le dérèglement climatique. Ils basculent, même si ce n’est pas leur culture d’origine, vers une perception qui est soit très explicite, soit juste un ressenti. Ils ne peuvent plus rester là, comme une espèce d’objet de la société de surconsommation qu’on ballotte, qu’on va stimuler et chez qui on va essayer de déclencher de la consommation compulsive. Il y a une sorte d’aspiration intérieure qui monte : une vie d’homme n’est pas celle d’un homo œconomicus sur lequel on va mettre plein de capteurs pour essayer de piloter ses réactions. C’est un « nous » large, indéfini. Il concerne les gens qui ont déjà réalisé cela et qui le vivent plus ou moins mal, qui sont dans l’action ou dans l’angoisse. Ce sont des personnes qui le sentent, mais qui sont encore en lien avec le système, qui ont un pied dedans, un pied dehors.

Une partie des classes moyennes et moyennes supérieures ne peut plus être conservatrice parce qu’elle ne peut plus assurer notamment à ses enfants la sécurité dont elle bénéficie. Il y a plusieurs vecteurs de bascule : d’une part, quelque chose qui interpelle parce que le monde est violent (les migrants, les guerres, les crises climatiques dans le monde, une crise sociale à proximité) et d’autre part, cette idée que tout est vain dans la réussite d’un individu de la classe moyenne supérieure, et que rien ne garantit que ses enfants feront partie des heureux élus.

LVSL – Vous avez évoqué le conservatisme. Quand on veut préserver la biosphère, on est conservateur. Est-ce que le clivage conservateur/progressiste vous parle ?

E.P. – Non, parce que parmi mes valeurs fondamentales, on trouve la joie, le partage, l’harmonie avec mes congénères ainsi que d’autres espèces, la nature, l’effort de libération sur soi-même, l’engagement et la transmission. On s’inscrit dans une histoire qu’on doit transmettre, qu’on travaille et qu’on cultive par une libération permanente pour que cela ne soit pas de la tradition conservatrice. Ce mythe de conservateur/progressiste me paraît d’autant moins pertinent que ce sont deux termes qui ont été accolés à un monde du bipartisme et il ne peut plus assumer ces fonctions-là. La gauche soi-disant progressiste, sociale-démocrate a abandonné cette transformation de cœur du modèle. Elle ne fait que gérer les externalités périphériques. Dans la droite historiquement conservatrice, l’idéologie méritocratique qui veut que la chance ne soit pas qu’une question de naissance a été balayée avec la mondialisation, l’accélération de l’évolution culturelle, le numérique et la connexion. Ce prisme me semble peu structurant.

LVSL – Vous dites vers la fin de votre livre que vous vous sentez Français et citoyen européen et non nationaliste-souverainiste. Nationaliste et souverainiste, est-ce la même chose pour vous ?

E.P. – Non. Pour moi l’arc humaniste se développe autour de six axes : gauche-droite, les rapports de domination et cette volonté de corriger les conditions initiales ; le féminisme ; le regard sur la diversité humaine ; le productivisme ; le rapport au monde ; la multi-appartenance (qui est un rapport à la frontière).

Chez les nationalistes-souverainistes, il y a un double rapport à la frontière qui est fermée, défensive. Ce n’est pas un rapport qui est élastique, on a toujours envie de déplacer une frontière. Il y a une sorte de viscosité : il faudrait que ce soit plus facile d’aller chercher des tomates à dix kilomètres plutôt qu’à 10000km tout en gardant la possibilité d’aller chercher un produit qui fait défaut à 10000km, moins souvent du fait de la complexité. Un individu appartient tout le temps à une communauté locale et à une communauté trans-spatiale, qui est ailleurs. Le souverainisme est une sorte de communautarisme à l’échelle d’une nation comme si l’appartenance à un collectif venait définir un individu entièrement. Pour moi, la subsidiarité est une question centrale.

LVSL – On dit souvent que l’échelle de l’État est un impensé pour EELV dans le sens où ils représentent traditionnellement le diptyque global/local. Pourtant, en France, on a quand même un attachement des classes populaires vis-à-vis de l’État, car celui-ci est protecteur à travers les services publics, les prestations sociales et la planification économique, par exemple, lors des Trente Glorieuses qui ont permis le plein emploi. De ce fait, les classes populaires sont très mobilisées pendant les élections présidentielles, mais moins pendant les autres. En ne considérant pas cette échelle, comment est-ce qu’on peut parler à d’autres gens qu’aux gagnants de la mondialisation ?

E.P. – Je pense qu’il faut considérer cette échelle, elle produit du cadre. Il y a deux échelles qui produisent du cadre : l’échelle européenne et l’échelle de l’État. On ne peut donc pas ne pas penser à l’échelle de l’État. Quand j’écris que les villes révèlent l’espoir, c’est parce que dans le processus de réappropriation de nos conditions de vie, de gain en confiance par l’entraînement à l’action, l’espoir part du local parce que, là, on va toucher à notre vie quotidienne : la mobilité, l’alimentation, le logement, la gestion des déchets, etc. On peut donc se réapproprier cela. C’est cette réappropriation qui permet de reconstruire un discours sur le fait qu’il faut aussi que l’État donne le cadre et les règles qui permettent de redéfinir un nouveau modèle de fonctionnement.

L’approche qui consiste à dire que la seule solution est d’arriver au sommet de l’État est un aveu d’impuissance comme il pouvait y avoir il y a dix ans ce discours d’impuissance de dire que les problèmes se régleront à l’échelle mondiale ou ne se régleront pas. Cela ne marche pas comme ça : c’est dans l’autre sens que l’on arrive à redéfinir nos conditions d’existence. On est obligé de penser à l’échelle de l’État. Je parlais tout à l’heure de viscosité, même si on a toujours envie de déplacer les frontières, il y a quand même des périmètres d’impact et l’État est un périmètre d’impact qui est intéressant aujourd’hui. On a une communauté de vie dans laquelle il y a une transmission de l’histoire. La France est donc une communauté de vie dans laquelle il y a une transmission de l’histoire qui fait qu’on a tous un attachement, quand bien même on appartient à plein de communautés différentes, on est alors multi-appartenants, nous avons en plus tous un lien singulier avec la France, un lien direct qui ne passe pas par des communautés.

blank
Eric Piolle, séminaire « Construire une écologie populaire » organisé par Le Vent se Lève, Sorbonne, Paris. Photo © Guillaume Caignaert

LVSL – Vous dites dans votre livre que réussir la transition écologique est le point de jonction entre l’ensemble des appareils de l’arc humaniste qui sont en concurrence électorale. Pensez-vous que 2022 soit l’ultime chance pour le climat, dans le sens ou si le bloc libéral macroniste ou si le bloc réactionnaire d’extrême droite gagne, nous n’aurons aucune possibilité de réduire par deux nos émissions en 2030 et de flécher nos efforts diplomatiques et commerciaux vers la transition mondiale ? Si oui, quelles conséquences politiques en tirez-vous ?

E.P. – Je ne crois pas que ce soit l’ultime chance. C’est une mécanique inversée qui me fait refuser cela. Je suis convaincu qu’un des vecteurs aujourd’hui de la peur, des angoisses de la société, qui, du coup, se retrouve en situation de burnout, c’est le fait que la crise environnementale vient tout d’un coup mettre un mur derrière la fenêtre de l’horizon. Cela est extrêmement violent pour le cerveau humain parce que sa métaphysique est faite de deux impensés : il n’arrive pas à appréhender l’infini du temps et l’infini de l’espace. Si on se vit avec cet infini bouché, on se vit dans une urgence, car il faut bien réfléchir aux solutions pour bouger et qu’en pratique l’urgence est une réponse à un danger, le danger suscite la peur qui n’est pas un vecteur de transformation. La peur vient de notre cerveau reptilien et provoque la paralysie, la soumission, la fuite en avant ou alors du combat quand l’animal est à la taille et là, ce n’est pas le cas.

La peur n’est pas un moteur d’action. Ce qui est un moteur d’action, c’est l’inspiration, la métaphysique, la spiritualité, la culture, l’art. C’est une nouvelle mythologie. Partant de cela, il n’y a jamais de point de non-retour. Le point de non-retour, on le constatera a posteriori si l’humanité disparaît ou que l’on passe de 7 milliards à 1 milliard. Avant, il n’y avait pas de trajectoire. Notre histoire humaine n’est pas faite de prolongation de courbes scientifiques, quand bien même elles seraient ultra alarmistes comme aujourd’hui. Notre histoire est faite d’événements improbables, notre avenir est fait de grains de sable qui grippent les engrenages. On ne peut pas développer une stratégie gagnante en présence d’une butée, car elle ne sera alors pas développée sur l’inspiration, mais sur la peur et le danger, et sera donc vouée à l’échec.

LVSL – Sans parler de dernière chance alors, si ce n’est pas le bloc écolo-humaniste qui gagne en 2022, pourra-t-on réduire nos émissions par deux en 10 ans comme le préconise le GIEC ? 

E.P. – Peut-être de façon ultra-radicale. C’est l’inspiration et l’entraînement à l’action qui font qu’on est débordés par nos actions et qu’on gagne en confiance. Cela fait vingt ans que je me dispute avec mon ami Pierre Larrouturou sur cette notion d’urgence parce qu’il dit toujours qu’on a une fenêtre de trois mois et que si on la rate, les choses seront plus difficiles encore. Notre désaccord vient du fait que je considère que cela ne génère pas une énergie d’action suffisante. Cela ne nous empêche pas de travailler pour que 2022 ne se passe pas comme 2017. En 2020, s’il n’y a pas une marée de villes qui enclenchent une transition écologique majeure, on pourrait craindre un échec parce que les prochaines élections seront en 2026 et qu’on ratera le coche pour 2030. On pourrait se dire que l’on a trois mois devant nous pour réussir, parce que ce n’est pas l’État qui fait les projets, il ne fait que poser un cadre.

LVSL – Tirant les leçons de l’expérience de 2017, selon vous, quel serait le scénario idéal pour 2022 ?

E.P. – On arrive à cristalliser un espace politique qui est l’espace idéologique et culturel, c’est-à-dire, un mouvement de repli sur soi, de droite et d’extrême droite, un mouvement ultralibéral sécuritaire qui s’assume pour la protection des vainqueurs du système. Pour moi, c’est ce qui est advenu avec l’effondrement du bipartisme. Le macronisme, c’est de l’entrepreneuriat politique. Avant, on avait des gouvernements de droite qui ne faisaient pas de la politique de droite et des gouvernements de gauche qui ne faisaient pas de la politique de gauche. Maintenant, on a un gouvernement ultralibéral qui fait une politique ultralibérale sécuritaire comme annoncé. Le troisième espace, c’est cet arc humaniste qui n’arrive pas à se cristalliser d’un point de vue politique alors qu’il est là d’un point de vue culturel. Dans ma lecture de 2017, si les trois candidats s’étaient retirés en disant à Nicolas Hulot qu’il serait le président d’une VIe République d’un nouveau genre, on aurait remporté les élections. Si aux Européennes on avait réussi à cristalliser cet arc humaniste, on n’aurait pas été à 10 points du duel Macron-Le Pen, mais en tête des élections. C’est ce qu’on avait vu à notre échelle à Grenoble en 2014 avec un sursaut de participation de 6 points au second tour.

LVSL – La participation à l’homogénéisation de ce troisième espace n’est-elle pas en contradiction avec un discours communaliste ? On parle de déterminer un projet national qui puisse cristalliser ce qui est déjà un acquis culturel autour d’un mouvement rassembleur.

E.P. – Je ne crois pas que ce soit autour d’un mouvement. Notre organisation sociale revendique l’égalité. Le néo-darwinisme de Macron lorsqu’il évoque les « premiers de cordée » et « ceux qui ne sont rien » brise cette égalité de fait, beaucoup plus revendiquée que par le passé. On retrouve ces nouvelles façons de faire société dans le monde de l’action de la société civile, au fonctionnement collectif, sans structure, sur un projet donné, par exemple dans le monde de l’énergie où on retrouve beaucoup de producteurs-consommateurs qui s’associent pour une mise en commun. On retrouve cette organisation dans le monde de la politique où les individus conservent leur identité, mais se retrouvent sur des projets communs à l’échelle municipale, européenne, pour la France, pour les régionales. Ces projets s’appuient sur la diversité, il ne s’agit pas d’une fusion des cultures.

blank
Eric Piolle, séminaire « Construire une écologie populaire » organisé par Le Vent se Lève, Sorbonne, Paris. Photo © Guillaume Caignaert

LVSL – Dans la dernière partie de votre livre vous évoquez la Commune de Paris. Vous assimilez Thiers au jacobinisme et sa répression à la peur de la liberté des Communards, « raison pour laquelle l’État central, le Paris capitale de la France a fait le choix de passer les Communards au fil de la baïonnette ». Est-ce que, pour vous, l’échelle de la gestion se confond avec une politique réactionnaire antirévolutionnaire ? Est-ce que l’État central est forcément quelque chose de réactionnaire et antirévolutionnaire par essence ?

E.P. – Cela dépend aux mains de qui il est. C’est un État qui est le plus souvent au service des puissants, quand il n’est pas dirigé par les puissants eux-mêmes. C’est la nouveauté du système Macron : maintenant on a Danone, Areva et consorts qui sont directement au pouvoir. Ce ne sont plus des visiteurs du soir et dans ces cas, il est là pour écraser ceux qui veulent reprendre en main leurs conditions de vie.

Là, on broie les aspirations profondes de gens qui souhaitent définir leurs conditions de vie parce que c’est un gouvernement réactionnaire et aussi un gouvernement qui dit que la structure et l’organisation prévalent sur la subsidiarité et la liberté de communautés auto-organisées, l’autogestion étant une menace pour le système.

LVSL – Justement, au sujet de la subsidiarité, ne serait-il pas temps d’arrêter d’opposer jacobinisme et girondisme ou décentralisation face à l’urgence climatique ? Ne pourrions-nous pas nous accorder sur un principe de subsidiarité écologique ? On ferait automatiquement ce que norme l’échelle la plus ambitieuse en termes d’écologie, que ce soit la région, la commune, l’État ou l’Europe.

E.P. – Il faut garder en tête que dans cette subsidiarité l’action déborde son cadre idéologique et appartient à plusieurs imaginaires, c’est donc quelque chose qui est fondamental pour moi. C’est-à-dire que je reconnais que dans cette diversité humaine, les imaginaires peuvent s’accorder sur une mythologie commune et que finalement, une action a le mérite de faire exploser un cadre idéologique et philosophique. On est entraîné par l’action dans laquelle on met de côté son histoire pour faire avec. Il y a donc là une production humaine qui crée du commun et qui est pour moi extrêmement riche. Autant, quand la loi est la norme, je pousse pour cette subsidiarité ; autant dans les moyens de l’action et de la transformation, le projet est beaucoup plus puissant quand il est municipaliste que quand il s’agit d’un grand plan d’État. Ce dernier fonctionne pour un rattrapage, mais peut également basculer dans le totalitarisme. Ce qui va nous faire avancer, c’est la liberté et la chance.

LVSL – Quelle est pour vous la différence entre la planification écologique et le Green New Deal dont vous parlez dans votre livre ?

E.P. – Je ne tiens pas à insister sur la différence, car je suis plutôt dans la recherche de la convergence des concepts aujourd’hui. Pour prendre l’exemple de la Smart City bourrée de capteurs et de pilotage, la cité n’est pas regardée comme un foyer humain, mais comme une sorte d’usine dont il faut optimiser les déplacements et la production de déchets des pions humains. Les humains sont considérés comme des pions dont il faudrait optimiser les actions. La Smart City, avec son pilotage total, est déshumanisée. Elle est construite sur une mythologie techno-scientiste dans laquelle on n’a pas besoin de questionner à nouveau notre humanité et nos façons de vivre. On a juste besoin de se laisser piloter par le monde techno-scientiste. À l’inverse, je crois que la ville est un foyer humain qui concentre des solidarités, de la production de connaissances, de culture, d’échanges, que c’est profondément humain et que nous regardons la Smart City à rebours de ce qui est communément admis dans la littérature techno-scientiste. Nous ne sommes pas technophobe par principe, mais ça ne peut s’impliquer que dans une conversion humaine et l’exercice de la liberté humaine. Je n’ai pas envie de vivre avec une multitude de capteurs et suivant les préceptes de gens qui me pousseraient à avoir des comportements écologiques comme ils ont essayé de me pousser à consommer de façon compulsive. C’est une atteinte à mon humanité.

LVSL – Comment liez-vous « Liberté, égalité, fraternité » avec votre devise « Garantir, chérir et nourrir » ?

E.P. – Je n’ai pas encore réfléchi à cette question, qui est intelligente. J’aime bien les triptyques, cela me parle. Si je faisais un pendant, ce que j’ai cherché à faire c’est dire qu’on va se décaler du développement durable pour aller vers ce triptyque pour mener des actions qui garantissent des sécurités, chérissent les biens communs, nourrissent de sens et qui atteindront les trois échelles : l’individu dans sa solitude, le collectif (l’individu organisé) et l’institution (l’individu organisé en société). Comme dans le triptyque « Garantir, chérir et nourrir », la devise « Liberté, égalité, fraternité » parle à la fois à l’individu, au collectif et à l’individu organisé en société. C’est là que je situe le parallèle.

« Nous avons développé une économie différente qui crée un lien social extraordinaire » entretien avec Damien Carême

blank
Damien Carême, séminaire “Construire une écologie populaire” organisé par Le Vent se Lève, Sorbonne, Paris. Photo © Killian Martinetti

Damien Carême, depuis peu eurodéputé Europe Écologie Les Verts, s’est fait connaître en tant que maire de Grande-Synthe, une banlieue de Dunkerque de plus de 23 000 habitants ayant grandement souffert de la désindustrialisation. Ce qu’il y a initié, en matière de transition sociale et environnementale, depuis son premier mandat en 2001, inspire beaucoup, a fortiori à la veille des municipales. Nous revenons avec lui sur cette expérience riche d’enseignements, et sur le prolongement qu’il en donne depuis le Parlement européen. Entretien réalisé par Manon Milcent et Pierre Gilbert.


LVSL – Vous avez été maire de Grande-Synthe de 2001 à 2019. Comment un écolo a-t-il réussi à gagner dans une ancienne ville industrielle du Nord ?

Damien Carême : En 2001, il fallait arriver au pouvoir. C’était une ville stigmatisée, une ville de banlieue où il y avait une délinquance importante, un sentiment de malaise, des difficultés sociales présentes depuis un certain nombre d’années et pas de solutions concrètes. Nous n’étions pas d’accord avec les politiques locales donc nous avons fait une contre-proposition en présentant une liste aux élections municipales de 2001. Le slogan était « Autrement la ville, autrement la vie ». Sans proposer quelque chose de révolutionnaire, nous exposions notre vision de la société sur le plan culturel, social, de l’aménagement urbain, de la circulation automobile. Et nous avons gagné, même si ce n’était que de 114 voix sur 14 000 électeurs.

Une fois que nous sommes arrivés au pouvoir, nous sommes allés plus loin dans nos préconisations. Nous avons eu l’opportunité de réaliser de gros programmes de renouvellement urbain en 2004. C’est à ce moment-là que nous avons lancé les débats sur le monde dans lequel nous vivions, mais aussi que nous avons proposé d’apporter des réponses aux problématiques sociales, notamment grâce à des financements pour des logements sociaux de qualité. Nous avons exigé la construction de logements au minimum de basse consommation, voire passifs. Pour certains, cela a engendré une baisse du prix de leur facture énergétique par 8 ! Nous avons aussi créé une université populaire, où il y avait des conférences sur la possibilité de la mise en place d’une autre société, sur le plan des retraites, de l’énergie, du lien social, sur le fonctionnement de la société, de l’écologie ou des ressources. Nous avons notamment reçu des gens comme Philippe Bihouix, qui était venu nous faire une conférence sur son livre l’Âge des low-tech. En fait, nous avons fait venir des gens que l’on voit peu dans le système médiatique parce qu’ils sont légèrement en opposition avec le modèle de développement que nous avons mis en avant pour montrer aux gens qu’un autre monde est possible. Nous les avons accompagnés, notamment avec des jardins partagés en bas des immeubles. Un peu plus tard, nous avons réfléchi à comment mettre en place la cantine bio. C’est comme ça que l’on a déroulé, jusqu’au dernier programme de 2014, pour ma deuxième réélection où nous sommes allés vraiment beaucoup plus loin en termes d’écologie, du développement de l’économie de la fonctionnalité, l’économie du partage, la récupération de la chaleur d’Arcelor, la diminution des émissions de CO2 des industriels…

Dans le programme nous parlons rarement de développement durable, de transition écologique, etc. parce que cela ne veut rien dire dans ces classes populaires, ce ne sont que des concepts flous. En revanche, à chaque fois que nous faisons quelque chose nous expliquons ce qu’est la transition. Il faut expliquer aux gens qu’un jour, nous atteindrons les limites de notre système de production, avec un pic pétrolier. Il faut que cela permette de réfléchir à comment vivre sans pétrole par exemple.

Nous avons vraiment montré l’exemple en allant vers les gens, par exemple par une fabrique de l’autonomie, en apprenant à fabriquer des produits ménagers, des cosmétiques à base de produits naturels. C’est bénéfique pour le corps, puisqu’il n’y a pas  de perturbateurs endocriniens ni de dérivés pétroliers. C’est également bon pour l’environnement, puisqu’on ne met rien dans le réseau d’eau, et les gens adhèrent à ces projets. En plus, cela allège les factures, un litre de lessive revient à 40 centimes. Et à chaque fois, nous poussons plus loin dans leur champ du quotidien, et du coup, ils deviennent demandeurs, ils prennent eux-mêmes des initiatives. Ce qui a fait la spécificité de la ville en 2015, c’est que l’on a eu 2500 Syriens qui sont arrivés. Nous avons créé un camp de réfugiés qui était le premier et le seul en France et je n’ai du faire face à aucune opposition, aucune manifestation, pas un seul mouvement s’opposant à leur arrivée ou à l’argent dépensé, puisque les habitants connaissaient bien ma transparence. Cela fait aussi partie de la société que nous leur narrons lorsque nous parlons de transition, de notre modèle de développement, de la solidarité, de la géopolitique. Quand nous parlons d’une nouvelle société, il faut que tout aille dans ce sens.

LVSL – Pendant votre mandat, vous avez mis en place de nombreuses initiatives en faveur de la préservation de l’environnement et dont un « revenu de transition écologique ». Qu’est-ce donc ?

D.C. – C’est un concept qui a été développé par Sophie Swaton, économiste à l’Université de Lausanne, qui n’est pas en accord avec l’idée d’un revenu de base, sans être dans l’opposition totale. Selon elle, il convient de mettre en place des mécanismes pour assurer un revenu aux gens qui s’orientent vers des activités avec un impact environnemental bas, comme pourrait le faire un agriculteur passant d’une activité conventionnelle à une exploitation bio. Il convient alors d’anticiper sa perte de revenu, en lui apportant une aide. On peut également prendre l’exemple d’un salarié travaillant dans un secteur polluant comme le pétrole qui souhaite se convertir dans la menuiserie. La question est de savoir comment le soutenir afin qu’il puisse payer sa formation. C’est un accompagnement financier, que cela soit sous forme de salaire, soit le paiement de la formation, pour que les personnes puissent se reconvertir dans des métiers à faible impact environnemental. À Grande-Synthe, six personnes bénéficient de ce genre d’aides, dont trois maraîchers bios que l’on a implanté sur des terres, au sein d’une coopérative. Après, chacun des membres qui arrivera à gagner sa vie grâce à son activité reversera un pourcentage pour auto-alimenter cette coopérative pour que cela aille à d’autres. C’est une forme de revenu que nous assurons, mais sur une transition économique et professionnelle. C’est une forme de caisse d’allocation.

blank
Damien Carême, séminaire « Construire une écologie populaire » organisé par Le Vent se Lève, Sorbonne, Paris. Photo © Ulysse Guttmann-Faure

LVSL – Mais à l’heure où les dotations de l’État en faveur des mairies diminuent d’année en année, comment arriviez-vous à mettre en place et financer ces initiatives ?

D.C. – Parce que cela ne coûte pas tant d’argent. Nous avons revu tout le plan d’éclairage public, cela a été un investissement, nous avons fait des emprunts sur vingt ans, mais cela ne coûte pas cher. Cela nous a même fait économiser 500 000 euros. Quant au réseau de chaleur, grâce à des logements de basse consommation, nous avons pu économiser 250 000 euros de chauffage des bâtiments et cela évite l’émission de 6 500 tonnes de carbone dans l’atmosphère. Planter des arbres fruitiers en ville, ça ne coûte pas d’argent, faire des jardins partagés en bas des immeubles, faire la fabrique de l’autonomie, non plus. Développer l’économie du partage ou de la fonctionnalité, comme on peut le faire en se disant que l’on n’a pas tous besoin d’avoir une perceuse (sachant que les gens s’en servent en moyenne entre six et treize minutes avant d’en changer). C’est la société de consommation dans laquelle on est. C’est de l’usage dont on a besoin, pas de la possession. C’est tout le mécanisme qu’il faut démonter dans l’inconscient de tout le monde, parce que l’on nous a tellement mis dans un conditionnement que l’on a du mal à s’en sortir. En réponse, nous avons fait une grainothèque, une outil-thèque, qui s’est développée au-delà de simples outils, avec la mise à disposition de sièges autos dont les parents ne se servaient plus par exemple. Nous avons développé une économie différente, ce qui ne coûte pas d’argent en réalité. C’est simplement de la rencontre entre les gens, ce qui crée un lien social extraordinaire. Finalement, l’écologie n’est pas chère, elle peut même être rentable financièrement. Par exemple, tous les bâtiments de la ville sont maintenant nettoyés avec des produits que l’on fait nous-mêmes, et cela nous a fait économiser de l’argent. Le personnel avait moins d’allergie aux produits d’entretien, et la qualité de l’air dans les écoles s’est considérablement améliorée puisqu’il y a moins de solvants. C’est donc vertueux sur toute la chaîne, même financière. Effectivement l’État ne nous donne plus autant d’argent depuis dix ans, nos recettes stagnent, mais il faut trouver des marges de manœuvre, et on peut même mettre de nouveaux régimes sociaux, en les finançant avec des économies d’énergie. Nous déployons l’argent que l’on a économisé ailleurs.

LVSL – Vous avez récemment quitté votre poste de maire pour devenir parlementaire européen. Est-ce que, pour vous, cela signifie que la préservation de l’environnement passera forcément par l’échelle européenne plutôt que du local ?

D.C – Non. C’était mon troisième mandat en tant que maire et je suis pour le non-cumul dans le temps et dans le nombre, donc j’avais annoncé que cela serait le dernier. Je pense qu’au bout d’un certain temps, il faut passer la main, même si j’adore ce que je fais et que je pense que les gens étaient attachés à mon rôle puisque j’ai été élu au premier tour la dernière fois. J’avais encore beaucoup d’idées pour aller plus loin, mais il faut changer. J’étais donc prêt à ne pas me représenter en mars 2020 et Yannick Jadot est venu me voir pour me proposer d’être sur sa liste, c’était l’opportunité de poursuivre les combats que je menais au niveau local et ramener mon expérience au niveau européen. Cela a raccourci mon mandat de quelques mois. Si les élections européennes avaient eu lieu deux ou trois ans avant, je n’aurais peut-être pas accepté, afin de finir mon mandat de maire, car il y avait encore beaucoup de choses en cours. En revanche, je pense que c’est important que des maires poursuivent ce combat, parce que l’expérience du terrain est extrêmement importante. Par exemple, dans les domaines sur lesquels je travaille au Parlement européen, comme les migrations, ce que j’ai vécu au niveau de Grande-Synthe et du coup au niveau national me sert dans les argumentaires politiques pour défendre un peu les politiques européennes. Dans la commission innovation, technologie et recherche, mon expérience dans un territoire industriel devant opérer sa mutation écologique et environnementale, est extrêmement importante pour défendre des orientations sur l’énergie, sur des politiques d’énergie, ou sur les politiques non-carbones. Enfin, dans la commission économie et finance, il me paraît important de défendre un modèle de protection de notre industrie qui doit être vertueuse dès l’entrée sur le territoire européen de produits qui ne sont pas fabriqués de la même manière sur le plan environnemental, comme les aciers turcs, chinois ou russes, qui émettent 2,2 tonnes alors que nous on émet 1,5 tonne pour les produire. Il faut que l’on protège notre industrie, mais aussi notre environnement, notre climat, en mettant des conditions de normes environnementales à l’importation. Ce sont des mécanismes que l’on peut mettre en place à l’Europe et je m’appuie sur mon expérience de terrain avec des industriels locaux qui me sollicitent pour cela, qui m’expliquent qu’ils voudraient changer leur manière de fabriquer, mais que cela engendre des coûts de production supplémentaires, qui engendrent une concurrence déloyale avec d’autres pays.

LVSL – Est-ce que vous vous sentez plus utile à Bruxelles qu’à Grande-Synthe ?

D.C – La grosse différence c’est qu’un maire peut tout faire. C’est vrai qu’il peut avoir une idée le matin et le faire l’après-midi, alors qu’au niveau européen, ça pourra peut-être voir le jour dans 15 ans, parce que la procédure est longue. Maintenant, les députés européens sont là pour faire des lois, des textes législatifs, pas de la mise en place concrète. Mais, l’expérience de terrain permet d’anticiper des conséquences que les technocrates ne peuvent pas voir. Ce qui est également important, c’est que l’on fasse exploser la bulle de Bruxelles telle qu’elle existe. Les fonctionnaires européens sont dans leurs bureaux, alors que moi, je me déplace en France deux jours par semaine pour me confronter à la réalité du terrain, rencontrer des personnes et créer le lien entre l’Europe et les citoyens.

LVSL – Récemment, dans un article du Monde, puis dans des propos réitérés sur LVSL, François Ruffin a appelé à une alliance rouge-verte, sous la forme d’un « front populaire écologique », projet soutenu par des personnalités comme le maire de Grenoble Éric Piolle. Pensez-vous que la victoire de la gauche, mais surtout la défaite du parti gouvernemental, aux prochaines municipales, passera obligatoirement par une union de la gauche ?

D.C. – François est venu aux universités d’été des Verts, fin août à Toulouse, suite à mon invitation pour débattre sur ce sujet. Nous sommes d’accord sur le fond. Pour moi, la gauche et la droite, ce n’est pas que cela ne représente plus rien, notamment sur le plan social, démocratique, mais sur le plan environnemental, aujourd’hui, cela ne veut plus rien dire. Quand on a une gauche pro-nucléaire, pour continuer le mode de développement, qui soutient l’industrie pétrolière, je considère que cela ne peut plus fonctionner. Cette gauche-là, ce n’est plus possible. Elle est là la grosse différence, même si on est peut-être autant attaché à la question sociale. Mais je considère que le modèle social que l’on a aujourd’hui, ne pourra plus être défendu demain, puisque l’on n’aura plus de vie sur Terre. Donc l’urgence est de trouver un accord sur un projet de société écologique qui remet à plat le modèle de développement, et arrêter la mainmise de l’économie sur le politique. C’est là où il faut que l’on reprenne le pouvoir. Le problème c’est qu’en politique, un et un ne font pas deux. Par exemple, Éric Piolle disait que Marine Le Pen et le Rassemblement National sont arrivés en tête aux Européennes parce que l’on n’a pas fait d’alliance. Je ne suis pas sûr que si l’on s’était allié avec la France Insoumise, on aurait fait un 19%. Ce n’est pas comme cela que ça fonctionne. Il faut que l’on travaille tous, à notre niveau, pour un même objectif, et à un moment, nous nous retrouverons sur le chemin. Il faut une société plus sobre, ce qui permettra de ne plus avoir ces écarts de richesse. La richesse qui sera créée devra obligatoirement être limitée pour être redistribuée, avec des mécanismes de redistribution pour avoir une société plus égalitaire, avec moins de concurrence entre les individus. C’est vers ce mode de développement qu’il faut tendre, et non plus répondre à une idéologie de gauche ou de droite.

blank
Damien Carême, séminaire « Construire une écologie populaire » organisé par Le Vent se Lève, Sorbonne, Paris. Photo © Clément Tissot

LVSL – Est-ce que 2022 est la dernière chance pour le climat ? Si les libéraux ou l’extrême droite arrivent au pouvoir, est-ce que ce n’est pas définitivement faire une croix sur toute possibilité de sortie de crise ?

D.C. – Je ne fais pas partie des collapsologues, mais il y a un réel danger. C’est simple, nous avons cinq ans. En 2022, il ne restera plus que 3 ans. Il y a des décisions qui doivent être prises dès aujourd’hui, à tous les niveaux; européen, national et même international. 2022 est effectivement la dernière chance. D’ailleurs, certains disent que 2020 est le dernier mandat pour entamer cette transition. Nous n’avons plus le temps pour penser la transition, il faut agir. Quand on regarde le gouvernement français actuel, il n’est pas du tout sur la bonne voie. J’ai d’ailleurs déposé une plainte contre lui pour son inaction en matière de changement climatique. Le dernier rapport du GIEC, sorti en septembre, me donne raison puisqu’il dit que Grande-Synthe sera sous l’eau en 2100, ce qui confirme encore plus mes inquiétudes. Au niveau européen, nous avons déposé avec Karima Delli, un projet de résolution pour instaurer l’état d’urgence climatique. S’il passe, cela voudra dire que toutes les décisions qui sont prises par le Parlement européen devront être regardées, analysées à l’aune de l’Accord de Paris. Les élus issus de la majorité française ne veulent pas signer ce texte, parce que trop engageant. Il faudrait arrêter de critiquer Trump qui s’est retiré de l’accord de Paris, et appliquer ce que l’on a signé à soi-même. Il faut arrêter avec la communication politique et passer aux actes avec un texte contraignant. (Ndlr : Le vote a eu lieu jeudi matin et a été accepté par les députés européens)

LVSL – Vous êtes fortement mobilisé sur la question des migrants, notamment au parlement européen. Vous vous êtes d’ailleurs récemment rendu sur l’île de Samos, en Grèce. Dans une vidéo Twitter, vous vous êtes exprimé en faveur d’une nouvelle stratégie en matière d’accueil et prise en charge des migrants. Quelle est-elle ?

D.C. – Déjà, c’est que l’on arrête d’employer la rhétorique de l’extrême droite. Il faut arrêter de parler de « raz de marée migratoire », de « tsunami », de « problème migratoire ». Je suis d’ailleurs très en colère contre le gouvernement et Macron, qui relancent un débat sur l’immigration alors que dans le Grand Débat qu’il y a eu sur les Gilets Jaunes, la migration n’apparaissait pas. C’est une utilisation politique d’une thématique qui n’est pas dans le viseur des Français. Certes la France est le premier pays en termes de demandes d’asile, mais rapporté au nombre d’habitants, c’est le 8e pays européen. Il faut parler et débattre de migration, mais en parlant réellement de ce qu’il se passe. Il y a quelques millions de personnes qui sont arrivées en Europe. Nous sommes 500 millions. N’est-on pas capable d’accueillir ces gens qui fuient la guerre, le terrorisme, la misère sur notre continent européen, première puissance économique du monde ? En France, entre 2009 et 2018,  nous avons donné l’asile à l’équivalent de 0,025% de la population. On parle toujours de la migration économique, mais elle ne constitue que 12%. Il faut remettre tout ça en perspective et se dire que ce n’est pas un problème de migration, mais d’accueil. Nous ne sommes pas à la hauteur, en France comme en Europe, en ce qui concerne l’accueil de ces personnes dans de bonnes conditions. Sur l’île de Samos, en Grèce, il y a 6 100 personnes dans un camp qui était prévu pour  647 personnes. Il y a donc 5 500 personnes qui vivent dans des conditions déplorables, sans accès à des douches, aux toilettes, à l’alimentation. C’est le cas sur cinq îles, ce qui fait qu’il y a 35 000 personnes qui vivent là, dont 5 000 mineurs isolés. Ce n’est rien à l’échelle européenne ! Le ministre grec a d’ailleurs envoyé un courrier aux ministres européens pour les prévenir de la catastrophe des enfants et leur demander de l’aide, il n’a reçu qu’une seule réponse. La réalité de la migration, ce sont des États qui se recroquevillent, avec des gouvernements comme celui de Macron qui visent toujours un duel entre les libéraux et l’extrême droite. Plusieurs études ont d’ailleurs montré que le coût de la non-gestion de cette migration est plus élevé que si l’on mettait l’argent dans un accueil correct, la formation, l’éducation et l’intégration sociale et professionnelle de ces personnes. Très concrètement, c’est Frontex, qui coûte 10 milliards d’euros, des opérations policières qui ont des conséquences budgétaires, mais aussi économiques, sur le tourisme comme à Samos.

“La population est en avance sur les politiques” – Entretien avec Esther Benbassa

blank
credits : Jean-Christophe Attias

Esther Benbassa est sénatrice de Paris et membre d’Europe Écologie Les Verts. Sa personnalité détonne dans le paysage politique français : première titulaire femme et laïque de la chaire d’histoire du judaïsme moderne à l’École pratique des hautes études, Esther Benbassa est aussi tri-nationale franco-turco-israélienne. Elle s’est fait remarquer en se plaçant en première ligne sur de nombreux sujets “sociétaux” comme la PMA ou la légalisation du cannabis, le droit de vote des étrangers, le délit de solidarité, les réfugiés climatiques mais aussi par son implication lors du mouvement des Gilets jaunes. Alors que EELV vient de réaliser de bons résultats aux élections européennes (13,5%), la question de l’évolution de son positionnement idéologique et de sa stratégie est en débat. Entretien réalisé par Maximilien Dardel, retranscription Loïc Renaudier.


 

LVSL – Parmi vos faits politiques notables, vous avez été la première à déposer une proposition de loi pour la légalisation d’un usage contrôlé du cannabis, alors même qu’il y a un énorme tabou politique en France sur ce sujet. On a l’impression que dans la société, cette idée gagne beaucoup de terrain et est même aujourd’hui majoritaire. Comment s’explique ce paradoxe ? 

Esther Benbassa – Je pense que la population est en avance sur les politiques. Nous avions d’ailleurs organisé un colloque après le dépôt de la proposition de loi. Dans un sondage IPSOS fait pour ce colloque en octobre 2016, nous avons constaté que 84% des Français trouvaient que la législation en vigueur en la matière n’était pas efficace, que la répression actuelle ne permettait pas d’endiguer l’augmentation du nombre de consommateurs de cannabis, et donc qu’il fallait changer la loi. 52% des Françaises et Français jugeaient que la vente du cannabis sous le contrôle de l’État serait efficace.

Les politiques sont toujours en retard, ils pensent que bousculer le statu quo leur ferait perdre des voix. C’est un véritable problème à droite et à gauche, même si la droite est beaucoup plus conservatrice. Je l’ai constaté lorsque j’ai suscité un débat sur le cannabis thérapeutique au Sénat, en mai dernier.

J’ai entendu des collègues de droite dire : « Oui, mais les médecins vont prescrire le cannabis aux consommateurs récréatifs… » Je ne connais pas un médecin qui ferait une prescription à quelqu’un qui n’en aurait pas besoin pour des raisons médicales. Nous sommes en retard, car nous sommes frileux, et en même temps le coût de la répression des consommateurs de cannabis est faramineux, et malgré cela le nombre de consommateurs, lui, ne fait qu’augmenter. C’est bien la preuve que la répression n’est pas efficace. La consommation de cannabis est quasiment admise dans la société, ce n’est plus une question de délinquance. Mais les politiciens restent bloqués sur leurs préjugés.

LVSL – Pensez-vous que même une nouvelle formation politique comme En Marche restera aussi frileuse sur ces questions ? 

EB – Oui, je le crains. Quand on regarde par exemple les États-Unis, qui sont à certains égards très conservateurs, on trouve de nombreux États ayant adopté le cannabis thérapeutique, et qui, par la suite, se sont rapidement convertis au cannabis récréatif. Ils avaient l’expérience de la culture, de la diffusion, de la vente de ce produit. Et cela n’a pas posé de problème.

Au début, il y a eu une augmentation du nombre de consommateurs, car tout le monde voulait savoir de quoi il s’agissait. Mais aujourd’hui le niveau de consommation est revenu à la normale. Et pendant ce temps, on a pu combattre l’économie parallèle, faire un véritable travail de prévention et un vrai travail d’accompagnement et créer des emplois. Les taxes dans certains États ayant légalisé le cannabis permettent la restauration d’écoles et tout un tas d’autres engagements en matière de prévention et d’accompagnement. Or chez nous, il n’y a pas de prévention parce que c’est tabou, et pas de véritable accompagnement, parce qu’on n’a pas d’argent. On est toujours dans une sorte de zone grise.

LVSL – Vous avez aussi déposé le premier projet de loi concernant la PMA. Nous voudrions interroger avec vous la dichotomie entre les questions sociétales et les questions sociales. Y-a-t-il une différence entre ces questions ? Est-ce qu’elles s’alimentent ou, au contraire, sont-elles en conflit ? 

EB – D’un point de vue sémantique, il n’y a pas de différence fondamentale. Société, sociétal, social… Je ne fais pas la distinction. Mais en France, on utilise « sociétal » pour certaines questions actuelles, alors que le « social », c’est la redistribution des richesses, l’égalité, le combat contre la pauvreté et l’exclusion… Je ne vois pas la ligne de démarcation. Sociétal, d’un point de vue rhétorique, c’est plus noble. Lorsqu’on agit sur le terrain et au Parlement, on ne fait pas de distinction.

LVSL – Pensez-vous que séparer les deux soit un écueil ?

EB – Sans doute. C’est une sorte de séparation entre sujets nobles et d’autres moins nobles. C’est une manière d’occulter certaines réalités. Et c’est pour remplir une sorte de vide idéologique, une mode actuelle.

Je suis pour une écologie populaire, mais là aussi, ceux qui font de l’écologie sociale disent qu’ils font de l’écologie populaire. Je pense que l’écologie sociale, c’est ce que fait EELV, par exemple. Normalement, on ne devrait pas faire de distinction entre la justice sociale et l’environnement, la biodiversité, la lutte contre le réchauffement climatique… Mais quand on parle de justice sociale, il faut faire plus d’écologie populaire. Par exemple, il faut aider l’agriculture à produire du bio moins cher pour que les cantines collectives en servent. Il faut faire en sorte que les couches précaires puissent aussi en acheter et ne pas laisser le bio qu’aux classes moyennes et supérieures, qui sont davantage dans une démarche de bien-être personnel. Il faut dépasser les frontières du public naturel, plutôt bobo. Combien de personnes, en pourcentage, consomment du bio ?

Aujourd’hui, tout est verdi en politique mais les personnes précaires n’ont pas accès aux valeurs nutritives du bio. C’est la même chose pour la pédagogie écologique. Il faudrait créer des maisons de l’écologie ; introduire à l’école, et pas seulement à l’université, un enseignement prenant également en compte l’écologie ; élire par exemple des référents écolos dans chaque établissement scolaire pour assurer la transmission ; assurer la circulation des fondamentaux écologiques au sein des groupes sociaux qui n’y ont pas spontanément accès. Les moyens pour y arriver sont là, il ne serait pas non plus inutile de changer de vocabulaire pour rendre l’écologie accessible à tous. Il reste encore beaucoup à faire, la tâche est immense.

J’ai suivi les Gilets jaunes pendant 38 semaines. J’ai organisé un débat aux journées d’été d’EELV intitulé « Gilets jaunes, gilets verts : même combat ». Les Gilets jaunes que j’ai pu rencontrer ne parlent pas comme les écologistes, pas avec les mêmes mots, ils n’en parlent pas moins du réchauffement climatique, des passoires thermiques, de l’asthme de leurs enfants, de la malbouffe. Ils décrivent des situations, sans utiliser le vocabulaire consacré. Les Gilets jaunes rejoignent les marches pour le climat, mais peu de marcheurs pour le climat rejoignent les Gilets jaunes. C’est là que le bât blesse. Il y a une perméabilité à l’écologie chez les Gilets jaunes, car ils ne sont pas seulement pauvres, ils souffrent directement de ce système. Ils achètent du low-cost, leurs légumes et fruits sont bourrés de pesticides, ils sont les premières victimes de la pollution, ne serait-ce que par l’utilisation de voitures diesel. Mais j’ai l’impression qu’on ne s’adresse pas à ces personnes-là, car on imagine qu’elles ne seront jamais sensibles à ces thèmes. On les considère en dehors de notre vision écologique immédiate.

LVSL – Comment avez-vous perçu l’attitude des partis politiques vis-à-vis du mouvement des Gilets jaunes ? Notamment EELV. 

blank
Credits : Benjamin Boccas

EB – 11% des sympathisants des Gilets jaunes ont voté pour la liste conduite par Yannick Jadot aux élections européennes. Ce qui n’est pas mal !

J’ai souvent entendu de la part des partis dits de gauche : « Écoutez, on ne va pas les instrumentaliser. » « Descendre dans la rue avec eux, ce serait problématique ». Certains ont craint que le mouvement des Gilets jaunes soit d’extrême droite. D’autres ont estimé qu’il s’agissait d’individus violents, en rupture avec le pacifisme prôné par l’écologie. Et ainsi de suite. Tout le monde a eu peur des Gilets jaunes, en réalité, pas uniquement le gouvernement. C’est un phénomène qu’ils ne comprenaient pas, qu’ils ne maîtrisaient pas, et qui ne ressemblait à aucun autre mouvement social ou au fonctionnement des syndicats. C’était tout à fait nouveau.

D’autant qu’on est face à un mouvement hétérogène, à l’inverse d’un mouvement syndical. Les Gilets jaunes représentent un spectre très large de la société française : l’extrême droite, des gens de gauche, des gens sensibles à l’écologie (d’ailleurs certains groupements de Gilets jaunes se sont donnés le nom de « Gilets verts »), des gens sans appartenance politique. C’était l’essence du mouvement que de ne pas faire la distinction entre droite et gauche. C’est ainsi que l’extrême droite a tenté de le récupérer, pendant que sa propre réserve a signé une relative défaite pour la gauche.

Quand j’étais avec les Gilets jaunes, je ne voulais pas manifester avec mon écharpe d’élue, pour ne pas être accusée de récupération politique. Ils m’ont répondu qu’à l’inverse, je les représentais et que ma place était chez eux avec mon écharpe.

Cette coupure est quand même problématique, car elle éloigne encore plus de la gauche, qui aurait dû très vite créer des ponts avec ce mouvement social.

LVSL – Vous avez participé, sans signer, à l’appel lancé par Clémentine Autain « Pour un big bang de la gauche ». EELV semble pourtant prendre de la distance avec le référentiel de gauche, du moins Yannick Jadot. Souhaitez-vous que EELV se réinscrive symboliquement dans le camp de la gauche ? 

EB – La gauche, ça ne veut plus rien dire aujourd’hui. Il y a des valeurs de gauche, auxquelles j’adhère personnellement. Justice sociale, égalité, lutte pour l’émancipation des femmes, soutien aux migrants, aide aux précaires, combat contre la pauvreté, soutien des LGBTQI+, lutte contre les féminicides… Nous avons des projets économiques aussi qui ne vont pas dans le sens du néolibéralisme. À EELV par exemple, nous sommes non productivistes, nous luttons pour une société non consumériste. Nous sommes pétris de principes de gauche. Aujourd’hui, les rejeter, ce serait de la légèreté. Mais de là à se dire simplement de gauche… Ce ne sont pas les mots qui comptent, ce sont les actes et les engagements. Alors essayons de dire que nous avons une maison commune. Mais aujourd’hui la gauche n’a pas le même profil que la gauche du passé ou que la social-démocratie d’il y a quelques années.

LVSL – La question politique sous-jacente, c’est de savoir si EELV vise un électorat transpartisan ou vise à hégémoniser ce qui reste de l’électorat de gauche ? 

EB – Avec 13,5% aux élections européennes, on peut difficilement nourrir des visées hégémoniques. Nous sommes la troisième force politique, ce qui est très bien. Nous pourrons devenir la seconde, ou la première, si autour de projets écologiques et d’écologie sociale et populaire, nous réussissons à rassembler des membres d’autres partis, ONG, associations, société civile, etc. L’important, c’est de créer une convergence autour du projet écologique et de justice sociale que nous portons.

Aux prochaines élections, on va peut-être gagner quelques villes, mais on ne les gagnera pas seuls. On les gagnera avec d’autres, toujours autour d’un projet. Ainsi, je n’appelle pas à un rassemblement de type « tambouille politique », où on fait des compromis de circonstances. La jeunesse d’aujourd’hui va au-delà de cela. C’est une jeunesse qui n’a pas eu d’engagement idéologique et qui voit dans l’écologie un espace libre pour évoluer, apprendre et faire de la politique, défendre la planète et défendre son bien-vivre. On est dans une nouvelle étape, et si nous ne nous y engageons pas, nous risquons tous de sortir perdants.

LVSL – Vous êtes une des voix qui portent la question du “vivre ensemble”. Je voudrais interroger le rapport d’EELV et de l’écologie politique à la question de l’universalisme républicain. Vous considérez-vous comme une républicaine ? Le vivre ensemble se construit-il plutôt par un dialogue intercommunautaire ? 

EB – J’avais fondé une structure associative, « Le Pari(s) du vivre-ensemble » avec l’universitaire et écrivain Jean-Christophe Attias, il y a bien longtemps. Je ne sais pas ce qu’est vraiment le « communautarisme ». Si on écoute les théoriciens politiques anglo-saxons, le regroupement communautaire n’est pas négatif. Ce qui se ressemble s’assemble. En pleine période de mondialisation, de précarisation et de blocage de l’ascenseur social, il convient de trouver les bonnes solutions. Comme les États peinent à le faire, on assiste à un repli communautaire. D’ailleurs, ce repli face à la mondialisation se retrouve aussi dans le groupe majoritaire. Regardez le succès du RN et des discours identitaires. Pour une ancienne puissance impériale et coloniale comme la France, ce repli est surprenant sans l’être vraiment lorsqu’on se penche sur ses raisons historiques.

Les replis identitaires en France occasionnent, c’est notre spécificité, des polémiques sur le « communautarisme » sous son aspect le plus négatif. Le système de regroupement communautaire a eu du bon et du mauvais aux États-Unis. En France, l’universalisme mérite débat parce qu’il est essentiellement blanc, catholique, et masculin. En fait l’universalisme est une belle formule qui a permis de trouver un modèle intéressant et contrastant avec le nationalisme. Mais aujourd’hui il est en panne, parce qu’il ne permet pas, à ceux qui sont exclus de cette conception universaliste, d’aller de l’avant, dont bien sûr les minorités dites issues de l’immigration.

La France aime le terme de « méritocratie ». Mais celle-ci n’aide que ceux qui ont déjà le background pour être méritant… Ceux qui ne l’ont pas éprouvent des difficultés pour avancer. Je crois même qu’on est en deçà de ce qui s’est passé au début du XXe siècle, où il y a eu une intégration assez importante en France. Certes, c’était une époque de migrations catholiques (italiens, polonais, portugais, espagnols…), donc un problème différent de celui d’aujourd’hui. Il y a eu aussi des mouvements migratoires juifs, qui ont payé pour nombre d’entre eux de leur vie, avec les déportations, une forme de rejet radical de l’Autre. L’immigration, depuis les années 1970, est plus diversifiée, venant notamment d’Afrique du Nord, d’Afrique subsaharienne, de Syrie, etc. On a cristallisé le débat autour de ces migrants qui soi-disant ne se seraient pas intégrés, voire même ne seraient pas intégrables, principalement à cause de leur religion.

Aux XIXe et XXe siècles, les juifs ont contribué à l’avancement de la nation, en occupant par exemple des positions importantes dans l’appareil d’État. C’étaient des “fous de la République”, des fonctionnaires, des politiciens, qui ne juraient que par la France, qui les avait émancipés à la fin du XVIIIe siècle. Sans compter les grands artistes de l’École de Paris, des écrivains, etc. Avec la résurgence de l’antisémitisme actuel, les juifs ont commencé eux aussi, à l’inverse, à se replier sur leur communauté.

On observe ce même repli chez les arabo-musulmans. On ne parle que des banlieues, de la violence, de la pauvreté des arabo-musulmans. Alors qu’il y a une classe moyenne musulmane dont on ne parle quasiment jamais. Tout cela semble si biaisé…

Ces replis, à l’ère de la mondialisation, ne sont pas un mystère, ni une surprise. Nous ne sommes pas encore un pays qui fonctionne à l’anglo-saxonne par regroupements communautaires. Or les communautés peuvent fonctionner comme des sas, et précisément aider à l’intégration de leurs membres, spécialement dans des périodes où cette intégration est difficile. Ces replis ne soustraient pas les intéressés à la société dans laquelle ils évoluent. L’erreur est de le penser.

LVSL – Préconisez-vous une réinvention de l’universalisme ? Ou bien faudrait-il évoluer vers un modèle anglo-saxon communautaire, avec un respect mutuel entre les communautés ? 

EB – Je suis une cosmopolite, j’ai changé trois fois de pays, je parle six langues. Pour moi, le repli est une notion étrangère. Je regarde le monde ou la France ou les êtres humains avec mon bagage, un bagage qui peut être trompeur.

Néanmoins, je pense qu’il convient de réinventer un modèle d’universalisme : l’élargir, l’étoffer de nouveau avec ce qui est bon dans l’auto-organisation communautaire, et en même temps le mettre en état de fonctionner vraiment (authentique liberté du culte, aide à l’intégration, aide à l’ascension sociale, égalité de traitement, etc.).

Avec les catastrophes écologiques actuelles et à venir, nous devrons hélas faire face au déplacement de plus de 143 millions de réfugiés climatiques dans le monde. Avec les crises politiques et leurs répercussions, doublées d’un capitalisme sauvage dans les pays africains, nous aurons de même énormément de migrants fuyant la guerre et la pauvreté.

Notre gouvernement pro-mondialisation ne veut prendre que ce qui est « bon ». La mondialisation est un paquet, avec le bon et le « mauvais ». Elle ne s’arrête pas à la circulation des biens mais inclut celle des êtres humains.

LVSL – En 2016, vous avez signé une lettre polémique dans Libération, intitulée « Le voile n’est pas plus aliénant que la mini-jupe ». Considérez-vous que dans l’islam – ou toute religion – se trouve une forme de projet politique, et donc que le voile pourrait recouper une fonction prosélyte ? 

EB – Qu’il y ait du prosélytisme au sein du groupe musulman en France, ce n’est un mystère pour personne. Il est issu principalement de ses segments salafistes par exemple. La politisation de l’islam n’est pas nouvelle non plus. Dans le catholicisme, la politisation de la religion existe également, on l’a vu avec le mariage pour tous. Dans les religions minoritaires, son fonctionnement se traduit quelque peu différemment. Il y a un retour au religieux qui fait partie de ce repli dont je vous ai parlé, face à l’hostilité réelle ou supposée de la société globale. Il n’est pas utile de donner des arguments aux prosélytes radicaux en poursuivant vainement la jeune fille qui porte un voile léger assorti à la couleur de sa robe ou à son jean skinny.

Les filles des femmes qui ont jeté leur voile en venant en France, portent pour certaines le voile aujourd’hui. Est-ce que le voile n’est pas d’abord, ici, un élément identitaire ? À faire l’amalgame, on ne fait que renforcer le repli. Ces personnes voilées par choix ne sont pas moins intégrées que les autres. Il y a aussi, incontestablement, un phénomène de mode.

Dans les facultés de médecine, on voit des étudiantes voilées, signe de leur émancipation et de leur intégration. Le voile intégral, c’est sans doute différent, car l’espace public doit bien sûr rester fluide et cette fluidité ne doit pas être compromise. Mais va-t-on s’en prendre aussi aux orthodoxes juifs portant un costume conforme à leur appartenance ou aux porteurs de kippa ? Vous remarquerez qu’on ne s’attaque pas aux femmes juives qui achètent chez H&M ou ailleurs les mêmes vêtements « pudiques » que les femmes pieuses musulmanes.

Qu’on fasse une loi contre le port du voile à l’école, je peux éventuellement le comprendre. On aurait pu s’en passer, mais, bon, d’accord… Quand j’étais jeune professeure de collège, les jeunes filles portaient des jeans avec string apparent, et c’était tout aussi gênant, certes pour d’autres raisons…

Nous avons un problème avec l’islam, c’est un abcès de la décolonisation qui n’a jamais été crevé. Nous avons la vision d’un islam envahisseur, parce que nous avons inconsciemment du mal à digérer le fait que nous ne soyons plus colonisateurs et que ces personnes, dont les aïeux étaient colonisés, soient des Françaises et des Français comme les autres.

Récemment, lorsqu’un migrant afghan a tué une personne et en a blessé plusieurs autres à Villeurbanne, à la télévision, l’extrême droite a directement parlé de rétablir les frontières et posé la question migratoire comme source des violences sur le territoire. Or tout cela reposait sur du sable. Cet individu avait été régularisé comme demandeur d’asile et n’avait rien à voir avec tout ceci. Il avait juste des problèmes psychiatriques, et son acte n’avait rien d’une attaque terroriste. Tant que l’abcès perdurera, la société continuera d’être fracturée.

LVSL – Comment jugez-vous la récente séquence politique et le débat autour de l’islamophobie ?

EB – Je suis historienne : je pars du terme « judéophobie ». Ce terme a été utilisé en 1882 par Léon Pinsker, intellectuel et médecin juif russe et est devenu synonyme d’« antisémitisme ». Quand on parlait de la religion juive, on utilisait « antijudaïsme ». Une forme d’hostilité au judaïsme qui remonte aux sociétés païennes, et qui s’est développée au Moyen Âge et dans la France d’Ancien Régime. Cet antijudaïsme avait pour premier fondement l’accusation portée contre les juifs d’avoir tué Jésus et de n’avoir reconnu ni sa messianité, ni sa divinité. Ainsi étaient-ils considérés comme inférieurs. La détérioration de leur situation concrète en découlait mécaniquement : ségrégation, persécutions, etc.

Pour désigner la critique ou le rejet de l’islam comme religion, il semble qu’on n’ait pas d’autre mot qu’islamophobie. Je suis pour la critique des religions. La religion est pour moi un objet d’étude et pas de foi. Mais en France, le terme « islamophobie » n’est utilisé que dans une perspective de rejet des musulmans.

Ceux qui souhaitent dépasser les principes de la laïcité telle que prévue dans la loi de 1905 se drapent parfois dans une nouvelle religion qu’on pourrait qualifier de « laïcisme ». La laïcité servant de paravent. Certains insoumis sont tombés apparemment dans le piège, en considérant que l’islamophobie était la critique de l’islam et pas du racisme anti-arabo-musulman. Les mots ont pourtant un sens et il est préférable d’éviter d’entretenir les confusions.

Concernant la tribune polémique « Le voile n’est pas plus aliénant que la mini-jupe », je rappelle que son titre n’est pas de moi… La mini-jupe était considérée à ses débuts comme impudique, comme inappropriée pour une jeune femme. C’est la même chose aujourd’hui avec le voile qu’on considère comme allant à l’encontre de la laïcité. Si certains veulent porter des vêtements pudiques, c’est leur droit. Allez à Londres, en arrivant à l’aéroport, à la sécurité, vous verrez des femmes couvertes. Au Parlement américain, la députée Ilhan Omar se couvre les cheveux. En France, une élue porterait un voile à l’Assemblée ou au Sénat, ce serait catastrophique, pas seulement polémique. On ferait vite fait une loi pour l’interdire…

Nous avons ces sensibilités qui paraissent comme des coquetteries déplacées à nos voisins qui construisent d’autres relations avec les religions, malgré la séparation entre l’Église et l’État. Nous avons notre propre histoire et notre culture sur cette question. La question musulmane revient inlassablement, sous une forme polémique, comme un serpent de mer dans le débat politique. L’État français n’est pas raciste, mais c’est bien un racisme systémique qui touche ses institutions à différents niveaux.

“Il n’y a pas de compromis possibles avec le capitalisme” – Entretien avec David Cormand

blank
©Léo Prévitali

David Cormand est secrétaire national d’Europe Écologie les Verts. Il est l’un des nouveaux députés européens du parti qui a créé la surprise le 26 mai dernier. Alors que l’écologie s’installe durablement dans l’agenda politique et médiatique, EELV s’impose comme une force importante Elle revient en force après la débandade de 2017 et le ralliement malheureux à Benoit Hamon. Cette percée est-elle durable ? La formation peut-elle pousser au-delà de sa base sociologique actuelle ? Entretien l’un des hommes clefs de l’écologie politique en France.


LVSL – EELV a rencontré un succès électoral lors des dernières européennes avec plus de 13% des voix. Ce n’est pas la première fois que les écologistes réalisent un bon score à cette élection qui vous est structurellement favorable. Comment comptez-vous faire pour porter un message qui puisse être entendu dans d’autres échéances électorales ?

David Cormand – C’est la première fois que les Verts, toutes élections confondues, réalisent plus de trois millions de voix en France. En pourcentage, ça fait moins qu’en 2009, mais en valeur absolue c’est beaucoup. Aux élections européennes, généralement, on fait en moyenne 8-9%. Il y avait une exception basse en 1994 où on a fait moins de 3% et une exception haute en juin 2009 où on avait fait 16%. On est plus à l’aise avec ces élections, mais ce n’est pas très courant que l’on fasse plus de 12, 13 ou 15%.

Il est vrai que les Verts ont du mal à apparaître comme des candidatures solides pour les élections nationales. En revanche, pour les élections municipales, les scores sont comparables à ceux des européennes, tout comme les départementales et les régionales. D’ailleurs, on pourrait s’interroger sur le fait que ça n’a pas augmenté au cours des décennies, mais ça, c’est un autre débat.

Traditionnellement, les Verts n’étaient pas perçus comme étant une force politique en capacité de gouverner le pays. Je pense qu’en revanche, les gens sont plutôt contents d’avoir des députés européens Verts parce qu’ils ont identifié qu’on s’y intéresse vraiment et qu’on arrivait à gagner des combats. Ils semblent également avoir davantage confiance en nous dans les élections locales. Peut être parce qu’ils se disent qu’avoir des élus écologistes pour s’occuper de la vie du quotidien, c’est un bon investissement électoral. 

La nouveauté de ces élections européennes, c’est que EELV est arrivé devant les forces de gauche traditionnelles, que ce soient PS, FI, etc., mais aussi devant le principal parti de droite de gouvernement jusqu’à maintenant, les Républicains. Cela nous donne une responsabilité supplémentaire, celle de tenter de structurer autour de l’écologie politique – je n’ai pas dit autour de EELV – une offre politique nouvelle qui puisse se poser comme une alternance au pouvoir actuel de Macron et évidemment une alternative à l’extrême droite.

LVSL – Comment construire cette alternance autour de l’écologie politique ?

D.C – D’abord en comprenant ce qui se passe. Nous sommes à un point de bascule historique. Je pense que les matrices idéologiques auxquelles nous étions habitués en Europe depuis plusieurs décennies, pour faire simple, la gauche productiviste dans toutes ses variantes (du trotskisme à la sociale démocratie en passant par le PC) et la droite libérale, sont obsolètes. Qu’on me comprenne bien. Je ne dis pas qu’elles ont perdu toute puissance ou capacité de séduction. Elles sont solidement ancrées dans les imaginaires et conservent selon les pays des potentiels électoraux variables. Mais, au fond, la période me semble marquée par l’épuisement programmé des projets politiques qui étaient construits sur l’hypothèse extractiviste, à savoir sur l’idée que les énergies fossiles permettaient une croissance illimitée. De fait, cette promesse n’est pas tenable : une croissance infinie dans un monde fini est une impasse géophysique avant d’être un impossible politique.

Pour la droite comme la gauche ancienne, l’économie domine tout et le couple croissance/ productivisme est indépassable. Elles sont donc percutées de plein fouet par l’impensé écologique. Le monde dans lequel nous devons agir est désormais celui du retour de la question de la nature. Une série de questions philosophiques, morales et politiques en découlent. Les écologistes sont les mieux armés pour y répondre. 

LVSL – Être une alternative crédible implique quand même d’universaliser votre discours, d’être identifiable sur d’autres questions que l’écologie. Allez-vous faire un travail d’élaboration d’une doctrine sur la République, par exemple ? 

D.C – Ce travail est en cours depuis longtemps. On oublie par exemple qu’il y avait un socialisme pré-marxiste, qui a été qualifié de socialisme utopique ou de socialisme romantique par les marxistes. Ce courant était plus proche qu’on ne le pense de ce que nous nommons aujourd’hui écologie. Il combinait une critique de la révolution industrielle dans ses aspects sociaux, dans ses aspects d’inégalité notamment femmes-hommes et une critique environnementale. Certains avaient très tôt identifié que l’une des conséquences de la révolution industrielle était une prédation intense sur la nature.

Quand Marx arrive, il oppose à ce socialisme – qu’il qualifie donc de romantique ou d’utopique – le socialisme scientifique qui accepte la révolution industrielle. De mon point de vue c’est une concession décisive au capitalisme car il accepte le productivisme et la croissance. Et un siècle et demi après, mon sentiment c’est qu’en ayant fait cette concession, la pensée marxiste a été inopérante pour pouvoir battre le capitalisme.

Par ailleurs, je pense que l’écologie politique est une pensée globale. Elle n’a pas besoin de mettre genou à terre pour pouvoir répondre à la question de la République, à la question de l’identité, etc. Prenons la question de la République : comment penser que celle-ci est achevée si elle ne prend pas en compte la question qui fondamentalement relie les humains entre eux, à savoir leur destin terrestre ? Pour nous, la République sera écologique ou ne sera pas. Notre vision la rend réellement universelle, non pas dans l’approche dominante qui a pu nourrir le projet colonial mais au contraire dans une vision où la question des communs et de la justice environnementale oblige à penser la multiplicité des voix du monde. La République écologique, qui revivifie l’idée républicaine par l’idée des communs naturels, est ainsi porteuse d’un projet cosmopolitique plus achevé.  

LVSL – Il y a une critique écologiste chez Marx aussi, mais il dit que le capitalisme est un progrès et une phase nécessaire vers le socialisme. Ce que ne disent pas les socialistes utopiques, c’est que pour transformer le monde, il faut s’emparer de la machine d’État et ne pas simplement faire son petit phalanstère de son côté comme Fourier. Pour vous, le capitalisme est-il un dévoiement ou une étape vers un progrès de l’humanité ?

D.C. – Pour moi, le capitalisme est un dévoiement. En fait, ce que je pense c’est qu’il n’y a pas de survie de la civilisation humaine sur terre dans un modèle capitaliste. C’est intéressant, Jean-Pierre Chevènement disait pendant notre conférence de votre université d’été : « On est passé d’un capitalisme Fordiste à un capitalisme financier, c’est encore pire… » C’est vrai que c’est encore pire, mais ils ont un point commun ces deux capitalismes-là : c’est le productivisme, la prédation sur la nature. Le capitalisme financier a été une accélération de la destruction de l’environnement. Il n’y a pas de compromis possibles avec le capitalisme si on veut maintenir la vie humaine sur terre dans des conditions à-peu-près correctes pour tout le monde.

En fait, le problème au-delà du capitalisme, c’est le productivisme : c’est l’impasse de la gauche traditionnelle qui ne sait penser la justice sociale et la redistribution que dans un modèle productiviste. Il faut changer de logique, ce que parvient parfaitement à faire l’écologie. Le problème est qu’aujourd’hui l’écologie politique apparaît trop faible pour gagner, il faut être lucide aussi là-dessus.

D’un point de vue idéologique, Je suis assez convaincu que la pensée écologiste est complète et peut suffire pour apporter une alternance, une alternative victorieuse au statu quo libéral et au risque de l’extrême droite, mais elle ne peut pas le faire seule. Nous sommes un petit parti avec de très grandes idées. Pour pouvoir être à la hauteur de ces grandes idées, nous ne pouvons pas rester le petit outil politique que nous sommes aujourd’hui.

Nous devons construire une force capable de conquérir et exercer le pouvoir. Mais dans le même temps il nous faut réinterroger la notion même de pouvoir et nous débarrasser d’une vision trop centralisée de son exercice. Il faut réhabiliter la notion d’initiative citoyenne, et en finir avec l’idée que c’est seulement en prenant le palais d’hiver que nous serons en mesure de transformer la société. 

LVSL – Pour construire cette nouvelle force politique comme une alternative à Macron et à Le Pen, quel est le clivage que vous allez mettre en avant ? avec qui comptez-vous discuter ?

D.C.C’est une question compliquée. Je ne suis pas certain que l’idée d’un clivage unique soit valide. Je ne veux pas retomber dans les ornières d’une logique qui a consisté à diviser les luttes entres luttes centrales et luttes périphériques. Les causes de nos maux sont multiples. Pour répondre cependant à votre question, je peux essayer d’expliquer comment la question environnementale redessine le paysage. L’écologie est une cosmo-politique. Elle refonde une communauté terrestre. Les ennemis de l’écologie sont celles et ceux qui divisent la communauté terrestre, mais aussi et peut être avant tout ceux qui détruisent la terre et les possibilités de la vie sur terre. Trump ou Bolsonaro, climatosceptiques et racistes refusent la perspective de notre destin terrestre. Pour raisonner comme Bruno Latour, on peut postuler que d’une certaine manière, ils ont quitté la terre comme réalité politique ou horizon de vie commune. Ils ne sont pas les seuls. Jeff Bezos, quand il dit qu’il va construire des usines dans l’espace, il a quitté la réalité terrestre. Les défenseurs de l’agriculture industrielle ont quitté la réalité terrestre, ceux qui pensent qu’on peut continuer à exploiter les énergies fossiles sans conséquence pour le maintien de la vie sur terre ont quitté la réalité terrestre. Le clivage passe donc entre ceux qui ont compris que rien ne peut s’articuler au-delà des réalités physiques du rapport à la terre et ceux qui font abstraction de cela. Là c’est l’opposition fondamentale.

Mais au-delà des ennemis, il faut surtout choisir des alliés pour construire une alternative positive, pour transformer la coalition de rejet en coalition de projet. L’écologie devrait pouvoir regrouper nombre d’alliés objectifs. Aujourd’hui par exemple, contrairement à l’impression qu’on peut avoir, quand on est paysan ou agriculteur, on a objectivement intérêt à ce que le projet qui soit mis en œuvre soit celui de l’écologie. Pourquoi ? Parce que c’est le seul qui considère qu’on a encore besoin de paysans. Le capitalisme libéral mondialisé et l’industrialisation de l’agriculture ont comme projet idéal une agriculture sans paysan. Il en va de même pour l’industrie. Aujourd’hui le projet économique du capitalisme financiarisé, ce sont les usines sans ouvrier. Il faut revenir sur terre avec un projet écolo de production, de consommation qui soit en phase avec le fait de pouvoir continuer à habiter la terre. Cette perspective peut permettre de créer un front de large rassemblement dans la société. À nous de savoir organiser ce front multipolaire, en déjouant les contradictions qui peuvent le fissurer.

Une partie de votre question concerne les alliances partidaires. Cet aspect-là est compliqué, parce qu’il y a à la fois les forces politiques issues du XXe siècle, à gauche celles d’inspiration marxiste qui existent, et je pense qu’il faut les considérer sans l’ambition d’avoir une hégémonie sur elles.

D’ailleurs, la gauche classique pose maintenant la question écologique. Ce n’était pas le cas de la sociale démocratie il y a encore dix ans. Je peux vous dire qu’en 2012, quand on rentre au gouvernement avec François Hollande, il ne disait pas que l’écologie était au cœur de ses préoccupations. On note heureusement une évolution positive. Regardez par exemple Benoit Hamon ou même la France Insoumise qui a une approche écologiste sincère. Même le PC conduit des évolutions.

Si l’on est d’accord pour que le cœur du projet soit autour de l’écologie, c’est un premier pas. On ne demande pas aux gens d’arrêter d’être sociaux-démocrates, d’arrêter d’être communistes, d’arrêter d’être insoumis… Mais je vais plus loin. L’écologie veut aussi convertir des personnes qui ne se réclament pas de la gauche et qui ont pris conscience de l’inanité d’un projet capitaliste sans limite. Il faut qu’on réfléchisse un moment à comment parler également aux gens issus de la droite. Pourquoi ces gens-là ne voteraient pas écolo si nous savons les convaincre de l’urgence écologique ?

Ce qu’on essaie de faire c’est à la fois construire un projet politique structuré et cohérent, mais aussi se positionner dans un champ de bataille politique qui ne sera plus le paysage qu’on a connu. Le périmètre des partis politiques tels qu’ils existaient jusqu’à il y a quelques années ne recouvre pas les clivages qu’il y a dans la société. Tout est à refaire, tout doit changer. Non seulement les offres politiques, mais aussi la représentation mentale que l’on a des clivages dans la société.

Dans ce grand chambardement, l’écologie politique comme pensée nouvelle a un rôle important à jouer à la fois pour réinventer ce qui s’appelait la gauche depuis un siècle et demi, mais aussi pour donner une perspective à des gens qui ne se sentent ni de gauche ni de droite mais qui se disent « je ne veux pas avoir à choisir entre Macron et Le Pen ».

LVSL – Vous dites que tout le monde a un intérêt objectif à l’écologie. Mais la politique est surtout une affaire de construction de récits. Comment pouvez-vous construire un nouveau récit qui puisse parler à la France des gilets jaunes ?

D.C – C’est tout le travail qui est devant nous et que nous avons commencé à faire pendant cette campagne des européennes. Le récit gagnant sera nécessairement celui d’une convergence. Nous devons refuser d’opposer enjeux sociaux et enjeux environnementaux. Les marches climat ont commencé avant les marches des gilets jaunes. Certains ont voulu les opposer. Ce n’est pas notre cas. Notre analyse a été de dire que ces deux mouvements sociaux, qui ont des bases sociologiques sans doute très différentes, sont les deux symptômes d’une même crise de notre modèle de développement. Ces deux mouvements expriment une crainte par rapport à notre capacité de subsistance dans les temps qui viennent. C’est une révolte contre l’ordre des priorités défini par le système actuel. 

Les lycéens en grève pour sauver le climat affirment : « à quoi ça sert que j’aille à l’école puisque quand je serai adulte je ne suis même pas sûr qu’on pourra continuer à vivre sur terre ? Vous sacrifiez notre futur pour votre présent. » Les gilets jaunes disent au fond un peu la même chose : « À quoi bon payer des taxes qui nous étouffent ? C’est bien beau de nous parler de votre futur mais c’est notre présent qui est déjà menacé. » La temporalité diffère. Mais pas le refus de voir son existence sacrifiée.

Le mouvement des gilets jaunes a des racines profondes. On leur a vendu un modèle où leur autonomie serait garantie par leur automobile. On les a poussés de plus en plus loin des centres-villes, on leur retire des services publics, on leur retire des commerces de proximité, on fragilise leur droit du travail, et tout d’un coup on leur dit « ça ne va plus être possible, le prix de l’essence augmente ». Comme par ailleurs ce sont des contribuables captifs qui n’ont aucune chance d’échapper à l’impôt grâce aux paradis fiscaux, la taxation du diesel les prend à la gorge.

Tout le monde a un intérêt objectif à l’écologie. Mais pour le gouvernement actuel, l’écologie est devenu un alibi pour fiscaliser plus ceux qui ne peuvent pas échapper à l’impôt sans changement de modèle en contrepartie. Or, l’urgence climatique l’impose, il va falloir changer de mode de vie. Pour nous, le rôle de la puissance publique est d’accomplir ce changement dans la justice. En ce sens, si l’idée de justice est portée par la gauche, une possibilité d’alliance s’ouvre ici.

LVSL – À quel point remettez-vous en cause le clivage gauche-droite ? On a tous en tête les déclarations de Yannick Jadot pendant la campagne lorsqu’il souhaitait s’en distancer. En même temps, vous parlez de concilier l’écologie avec la justice, valeur fondamentale de la gauche…

D.C : On ne remet pas en question le clivage gauche-droite comme signifiant historique, mais nous cherchons à le dépasser, parce que sur nombre de sujets il n’est pas opérant et sert au contraire à obscurcir les enjeux. Quand on regarde l’action des militants écologistes ou des élus EELV, je pense qu’il n’y a aucune ambiguïté sur les valeurs que nous portons. Mais demandons-nous s’il vaut mieux se réclamer de la gauche, comme l’on fait en France les gouvernements socialistes qui ont tant déçu et tant abandonné de leurs convictions, ou chercher à construire les coalitions victorieuses pour faire avancer nos idées dans le réel. Prenons un exemple électoral intéressant : en Bavière, le parti dominant était la CSU (partenaire de la CDU). Les Verts, entre les deux dernières élections du Land, sont passés de 10 à 20%. D’où viennent les 10 points d’augmentation ? Il y a 2 points de gens qui s’abstenaient et qui là ont voté, il y a 4 points qui viennent du SPD et il y a 4 points qui viennent de la CSU. Pourquoi avons-nous récupéré ces 4 points de la CSU ? Parce que dans la même période, la CSU, sous la pression de l’AfD (parti d’extrême droite allemand) a durci son discours par rapport aux migrants et que beaucoup d’électeurs de la CSU se sont dit « on refuse de se reconnaître dans cette dérive de la CSU. » Pourtant ils n’ont pas voté pour le SPD, ils ont voté pour les Verts. Donc des gens qui viennent de la droite peuvent voter écolo. Ce n’est pas parce que les écolos sont plus à droite, c’est aussi pour les valeurs qu’on porte et qu’on pourrait ranger plutôt du côté de la gauche. En l’occurrence, l’accueil digne des migrants.

LVSL – Yannick Jadot a fixé la barre relativement haute pour les municipales en annonçant que vous pourriez décrocher quatre grandes villes, dont Paris. Comment allez-vous préparer cette élection qui nécessite un travail de terrain de longue haleine et une implantation locale ?

D.C : Précisément, notre force c’est que nous avons cette implantation locale. Historiquement l’implication des Verts dans les élections municipales ne se traduit pas par des listes 100% vertes. Ce sont toujours des listes vertes-citoyennes. Ce n’est pas notre volonté de faire des listes 100% vertes. Chez les Verts, ce n’est pas le national qui décide des stratégies municipales. Nous allons avoir un moment de respiration démocratique qui va pouvoir se faire à l’abri des interférences des appareils nationaux. Dans beaucoup de villes, il va y avoir des listes EELV-citoyennes avec Générations, sans doute dans d’autres villes on sera avec le PS, avec le PC, j’espère avec la France Insoumise et peut-être avec d’autres d’ailleurs.

Le périmètre politique clair, c’est que le projet écologiste n’est pas compatible avec l’offre politique de l’extrême droite, l’offre politique des Républicains et l’offre politique du gouvernement actuel. Donc nous avons mis cette balise-là, mais en dehors de ça, les choses sont ouvertes.

L’échelon municipal est une occasion parfaite pour construire des projets. On va beaucoup réfléchir autour du concept de municipalisme, de territoires en résilience, de comment on construit de nouvelles solidarités. Tous ces sujets-là, la question de la pollution, la question des filières courtes, la question de l’aménagement urbain… ce sont des choses très appropriables. De quelque chose d’un peu théorique, on arrive à quelque chose de concret, on a vraiment une tradition en la matière. On n’appelait pas ça le municipalisme, mais dès les municipales de 2001 et même de 1995, on parlait beaucoup de démocratie participative. En fait, le municipalisme c’est la version augmentée de ce qu’on appelait la démocratie participative, c’est le surgissement citoyen dans la décision. 

Notre récit des municipales va être celui-ci : nous mettons au pot commun notre expérience, des éléments de projets et c’est aux gens de s’en emparer et de construire leur offre politique locale comme ils l’entendent.

LVSL – Vous nous expliquez qu’EELV est un parti qui s’inscrit assez clairement dans une ligne qu’on pourrait qualifier de décroissante. Est-ce que c’est conciliable avec le libre-marché ? On a l’impression d’un certain flou artistique autour de cette question. Êtes-vous divisés en interne ou est-ce que vous ne tranchez pas ce débat pour accueillir différents degrés de l’écologie ?

D.C. – C’est une mauvaise polémique qui nous a été faîte. Le terme prononcé ce n’est pas le « libre marché », la seule expression qui a été prononcée par Yannick Jadot c’était « économie de marché ». Jean-Luc Mélenchon lui-même, dans une interview faite à Libération pendant la campagne des Européennes se fait un peu piéger par Laurent Joffrin sur ce sujet. C’est assez révélateur. Mélenchon dit « Jadot est pour l’économie de marché » Laurent Joffrin lui répond « Vous aussi ! » Mélenchon explique alors qu’il est favorable à une « économie mixte » et Laurent Joffrin ne manque pas de souligner qu’il s’agit donc d’économie de marché, ce que Jean-Luc Mélenchon finit alors par reconnaître. Sur le fond, les Verts depuis trente ans parlent d’économie plurielle. Nous posons très clairement des limites au marché : tout ne relève pas de la sphère marchande. Les écologistes qui défendent les droits de la nature le savent bien. À Notre-Dame-des-Landes ou à Sivens, avez-vous l’impression que nous avons défendu le règne du marché sans entraves ? 

Pour nous l’économie doit être régulée par deux critères simples : on ne peut pas avoir une activité économique si elle est socialement injuste et si elle détruit la planète. C’est le cadre que l’on met à l’économie de marché. Mais il y aura toujours des gens qui entreprendront. On ne va pas mettre sous une économie administrée les PME et même des entreprises plus importantes. Au fond les questions que nous posons sont les plus radicales : nous questionnons les finalités de l’économie quand d’autres ne s’attaquent qu’à ses modalités.

 

Entretien réalisé par Pierre Gilbert.

« Avoir de la pub est une décision politique » – Entretien avec Eric Piolle

blank
Eric Piolle, maire de Grenoble. © Ville de Grenoble

Depuis 2014, Grenoble, jusqu’alors bastion du Parti socialiste, est dirigée par une majorité EELV-PG qui compte plusieurs militants des mouvements sociaux. Malgré cette victoire, la ville fait toujours face à une situation budgétaire difficile et les leviers du pouvoir municipal ont de nombreuses limites. Alors qu’arrivent bientôt les prochaines élections municipales, nous avons interrogé Eric Piolle, le maire de Grenoble, sur certains enjeux marquants de son mandat afin de mieux comprendre le potentiel d’une gestion municipale progressiste.


LVSL – Commençons par les élections municipales de 2014 : qu’une liste du courant municipaliste portée par les citoyens qui se revendique de la gauche et de l’écologie politique, parvienne à gouverner une des plus grandes villes de France, c’était exceptionnel. Comment avez-vous vécu les choses à l’époque et pourquoi n’était-ce pas le cas ailleurs?

Eric Piolle – Je pense qu’à Grenoble, comme ailleurs, l’écologie politique est ancrée dans la citoyenneté locale et avait démontré sa capacité à porter l’intérêt général, sa capacité de travail, d’ouverture et d’exigence. D’abord, cela était porté par des listes d’une écologie politique locale, « Ecologie et solidarité » de manière autonome depuis 1977, sauf en 1983, qui reste un mauvais souvenir pour la gauche et les écologistes à Grenoble avec l’élection du maire corrompu [Alain Carignon devient maire RPR de Grenoble, jusqu’alors bastion de la gauche, et sera condamné à de la prison ferme en 1996, il prépare son retour pour 2020, ndlr]. La reconquête de la remunicipalisation de l’eau à la fin des années 1990 est devenue emblématique, après sa privatisation liée à la corruption de Carignon et de ses équipes, puis l’atermoiement du PS lors de la victoire de 1995. Une eau pure et non traitée, des investissements triplés, une baisse du prix pour l’usager, un comité d’usagers… cette vraie exigence de bonne gestion du bien commun a marqué le territoire. Évidemment, il y a eu la rupture de 2008 quand les sociaux-démocrates ont préféré s’allier avec des anciens adjoints de Carignon, avec le président des amis de Nicolas Sarkozy pour l’Isère en 2007, tout ça pour ensuite se débarrasser de ces partenaires exigeants en 2008. On avait également le succès de la caserne de Bonne, premier écoquartier de France qui avait été porté par l’adjoint de l’urbanisme qui était la tête de liste de 2001. Des succès concrets qui parlent au quotidien, une exigence autour de l’intérêt général qui parlent aux gens donc. Ça existe ici, mais aussi sans doute dans bien d’autres endroits , parce que ces mouvements écologistes et citoyens ont cette caractéristique d’un travail des dossiers, d’un engagement etc.

Là où nous avons porté une vision politique nouvelle, c’est qu’au lieu de voir ces différents contre-pouvoirs comme des victoires particulières ou une corde de rappel sur un pouvoir social-démocrate déviant, notre parti pris a été le suivant : nous étions potentiellement en capacité de proposer un projet qui corresponde à une majorité culturelle et nous permettant, nous, de devenir les leaders de cette majorité pour la mettre en acte. Je crois que c’est ça le gros travail qui a été fait. Bien sûr, nous étions beaucoup à faire depuis longtemps le diagnostic d’un effondrement du bipartisme. Avec Macron, il s’est trouvé un avatar supplémentaire, mais qui est la fusion d’un bipartisme qui s’effondre parce qu’il n’y a plus de différences idéologiques et de capacité à apporter un progrès sur à peu près tout… Ce sont devenus des syndicats d’élus, de simples gestionnaires, incapables de saisir les défis de la société d’aujourd’hui. On a aussi un pôle de repli sur soi autour de l’extrême-droite qui a une stratégie de prise du pouvoir par les élections et qui l’a déjà fait dans l’histoire, et de l’autre côté un champ potentiellement important mais qui n’arrivait pas à accéder au pouvoir parce qu’il se vivait comme contre-pouvoir, comme une constellation de petits contre-pouvoirs et n’était pas capable de se mettre au service d’un projet qui dépasse les formations politiques.

C’est ça notre aventure. De fait, ce pari a été couronné de succès. Ça a changé notre structure mentale de devoir proposer un projet de majorité et non pas un projet de négociations à la marge entre les deux tours. Nous avons pensé une façon d’aborder l’exercice du mandat, de rassembler en amont et ça a rencontré un souffle parmi les citoyennes et les citoyens, d’abord pendant la campagne, puis après les élections. Pour moi ce n’est pas une surprise, j’ai travaillé à cela pendant trois ans quand même. Le plus compliqué, le plus long, c’est ce changement culturel au préalable, mais on s’inscrit dans une histoire. Et cette histoire elle existe différemment ailleurs. Ceux qui me disent « Oui, mais à Grenoble c’est très spécifique… », je leur rappelle que les écolos ont fait 15% à l’élection de 2008. Or, il y a d’autres grandes villes où les écolos font autour de 15% et où il y a eu des grandes victoires symboliques. Donc il y avait ces conditions ici mais elles existent aussi ailleurs.

blank
L’écoquartier de la Caserne de Bonne © Alain FISCHER 2013, Ville de Grenoble.

LVSL – Au moment où vous récupérez la gestion de la ville, Grenoble est confronté à des difficultés financières graves. La dette de la ville la met sous la menace de la tutelle de l’État, les impôts locaux sont d’ores-et-déjà assez élevés, et en plus les dotations de l’État diminuent. Comment maintenir une gestion budgétaire correcte dans cette situation ? Quels arbitrages avez-vous fait ?

EP – D’abord on peut se battre politiquement contre le choix qui a été fait par les présidents successifs, et encore plus par l’actuel, de se soumettre à l’emprise de la finance. Il faut rappeler qu’en l’espace de moins de 5 ans, 3 000 milliards d’euros ont été créés dans la zone euro et que personne n’a vu la couleur de cet argent, ni les États pour leurs politiques publiques, ni l’Europe pour la transition énergétique et sociale, ni les collectivités qui ont vu leurs ressources baisser. Cet argent est parti dans la spéculation et prépare une bulle qui va finir par éclater. Il y aura une nouvelle crise financière, sauf que celle de 2008 a été contenue par les pouvoirs publics via une hausse de 20 points de l’endettement dans tous les États, cette fois-ci ils auront moins d’outils pour lutter contre. Donc on est plus exposé et c’est plus dangereux.

Après, une fois que ce choix-là est fait au niveau national, nous, en tant que collectivité, on a des règles d’or à respecter. Or, il était clair qu’il y avait un ressentiment face à notre succès de 2014, comme si c’était un jeu de ping-pong entre la droite et la gauche et qu’on leur avait piqué la balle. Il y avait vraiment une union sacrée pour venir nous taper dessus et pour nous faire rendre la balle. Dans ce cadre-là, il était clair de notre point de vue qu’ils ne nous feraient aucun cadeau. Nous avons donc fait le choix délibéré de garder le contrôle politique de la situation. Dans les derniers comptes administratifs disponibles, ceux de 2012, on découvre une épargne nette négative et deux éléments qu’on connaissait : nous avons les impôts les locaux les plus hauts des villes de plus de 5000 habitants et nous sommes dans le top 5 de la dette par habitant des villes de plus de 5000 habitants, plus de 50% au-dessus de la moyenne.

« Deux semaines après notre élection, Valls annonce la baisse de dotations de l’État et nous perdons 20 millions d’euros sur un budget de fonctionnement de 240, un mois de budget ! »

Nous nous sommes fixés le prérequis suivant : « On garde le contrôle de la situation, on ne s’expose pas à une mise sous tutelle ou un pilotage de l’extérieur ». Deux semaines après notre élection, Valls annonce la baisse de dotations de l’État et nous perdons 20 millions d’euros sur un budget de fonctionnement de 240, un mois de budget ! Donc il nous faut à la fois retrouver une épargne nette positive pour respecter les deux règles des collectivités locales qui empêchent la mise sous tutelle et absorber cette baisse de 20 millions.

Les premières mesures sont des mesures de sobriété dans le train de vie de la mairie, qui conviennent finalement à tout le monde ou presque, ça allait très bien avec le fait qu’on voulait casser le mur entre les citoyens et les élus, donc on baisse nos indemnités. Il faut rappeler qu’en 2008, la réaction du PS face à la crise, c’était de se voter une hausse d’indemnité de 25% en 2008 et d’augmenter les impôts de 9% ! Nous, on baisse les indemnités, on rend les voitures de fonction, de toute façon on se déplace à vélo, à pied ou en transports en communs et on applique aussi une sobriété dans les notes de restaurants, qui ont été divisé par trois c’est quand même notable. D’ailleurs les restaurateurs ont senti passer la pilule, mais ces genres de restaurant ont retrouvé une clientèle.

Sobriété et efficacité aussi dans les modes de gestion : on peut souligner la régie du téléphérique qui perdait de l’argent et qui, sous l’impulsion de son président Pierre Mériaux, en regagne. On peut citer Alpexpo qui était un gouffre financier à plusieurs millions d’euros par an et qui est revenu à l’équilibre sous l’impulsion de son président Claus Habfast. On peut citer le palais des sports qui coûtait 1,7 millions d’euros d’argent public pour une gestion par une association privée qui organisait à peu près 10 événements publics par an. Maintenant, ils nous coûtent 700 000 €, on a économisé 1 million d’euros, et on l’a ouvert en termes de nombre et de diversité d’évènements, ce lieu emblématique des Jeux olympiques de 1968 est redevenu un endroit fréquenté par toute sorte de Grenoblois et de Grenobloises. Pour les 50 ans des JO, on a mis en place une patinoire gratuite pendant plusieurs semaines, on a fait des galas, des entreprises privés le loue, il y a des concerts de 7000-8000 spectateurs, il y a de tout.

Tout ça nous a permis de survivre, de passer le cap des premières baisses de dotations. Et puis derrière, nous avons lancé une réflexion autour du périmètre de l’action publique pour avaler les deux autres tiers de baisses des dotations. On l’a fait dans un format original, pas dans un pouvoir hiérarchique concentré au niveau du maire et ensuite descendant dans les services via le directeur général des services, mais dans un système de réseau où les élus et les directeurs travaillent ensemble pour questionner le périmètre d’action de la ville au regard de trois axes :

D’abord, un axe d’efficacité de bonne gestion autour du patrimoine, des tarifs, etc. Ensuite un axe autour des compétences, sur ce qu’on fait alors que ce ne sont pas nos compétences ou comme opérateur des autres, mais avec des écarts de financement colossaux entre ce qu’on nous donne et ce qu’on dépense. Enfin, un troisième axe autour de la culture urbaine est de repenser la ville. On est la troisième ville-centre la plus dense de France, il faut repenser les questions de coutures urbaines pour éviter cette fermeture latente qui s’est fait avec les années. Autour de chaque quartier, il doit y avoir tout, comme c’est un petit monde. Il faut une école primaire tout près de chez soi où l’on va à pied, avec les enfants, mais un collège ou une piscine ça peut être un peu plus loin. Par exemple, quand vous faites votre passeport une fois tous les cinq ans, si c’est dans trois lieux au lieu de sept, c’est possible. C’est un plan qui se déploie depuis mai 2016 et qui est train de se terminer. Ça ne nous permet pas de retrouver une situation financière très réjouissante, mais de rester à flot, de garder le contrôle politique et d’avoir quand même des moyens d’action.

LVSL – Grenoble est parfois dépeint comme le « Chicago français » en raison de l’insécurité. Récemment, des violences urbaines ont eu lieu suite à la mort tragique de deux jeunes sur un scooter volé. Cette question de la sécurité en pose beaucoup d’autres : la légalisation du cannabis que vous portez mais qui n’avance pas dans le débat politique en France, la question de la Police de sécurité du quotidien dont l’expérimentation vous a été refusée par Gérard Collomb, la vidéo-surveillance… Comment répondez-vous à cette demande de sécurité légitime qu’ont les citoyens, même si elle est parfois utilisée à mauvais escient à des fins politiques ?

EP – Dans ce débat sur la sécurité, il me semble d’abord important de ne pas se faire enfermer uniquement sur la question de la sécurité physique qui s’est tendanciellement quand même largement améliorée en France et partout en Europe : les homicides ont fortement baissé et désormais la catégorie majeure dans les chiffres de la criminalité, ce sont les vols de voitures et les vols d’objets dans les voitures, qui ont aussi fortement baissé. Même les cambriolages de commerces sont en forte chute, parce qu’il y a moins d’argent liquide qui circule. Et en parallèle, on a une montée générale de la violence dans la société, on le voit évidemment dans les mouvements sociaux: la parole disparaît et on se retrouve coincé entre une violence d’État et une violence sociale pour s’exprimer. La sécurité, c’est donc un champ assez large. Nous, notre objectif est de garantir des sécurités en matière de biens communs, de liberté de contribuer, de garantir la sécurité du logement, de l’alimentation, de l’accès à la mobilité… Si l’on oublie cela, on masque des enjeux relatifs à la sécurité. Nous avons donc une vue globale sur la sécurité.

« Au lieu d’avoir une police au milieu des habitants, qui est là pour les protéger, on a surtout une police d’intervention, qui est en plus mise en accusation par les habitants. Sous Sarkozy, on a perdu 120 policiers, c’est colossal. »

Maintenant, évidemment la sécurité physique à Grenoble est une question latente et réelle depuis des décennies. Nous sommes à la fois là pour assurer la tranquillité des publics via notre police municipale, l’une des plus importantes de France numériquement, et en coopérant avec l’État dans ses missions régaliennes. Dans le cadre de cette coopération, nous disons : notre politique de lutte contre la drogue est en échec total, en matière de santé publique, en matière de sécurité avec la violence entre trafiquants et de violence de ceux qui sont sous l’emprise de la drogue. Mais c’est aussi un échec dans la capacité de la République à avoir des pouvoirs régaliens en situation acceptable : il y a une violence pour les policiers dans leur travail à être exposés à des trafiquants au vu et au su des habitants sans pouvoir y répondre. C’est extrêmement violent pour les policiers de passer devant des dealers qui sont assis dans des canapés à 100 mètres du commissariat et ne pas avoir, objectivement, les moyens humains et techniques, les outils législatifs pour lutter contre cela. Donc ils sont interpellés par les habitants qui leur disent: « Regardez, vous voyez bien ! Et vous ne faîtes rien ? ». Au lieu d’avoir une police au milieu des habitants, qui est là pour les protéger, on a surtout une police d’intervention, qui est en plus mise en accusation par les habitants. Sous Sarkozy, on a perdu 120 policiers, c’est colossal.

Face à cet échec, la légalisation du cannabis est une solution, on le voit maintenant : plus de dix États américains l’ont légalisé, le Canada depuis l’automne, le Portugal il y a fort longtemps. Je suis convaincu qu’on le fera, parce que tous ceux qui ont mené des politiques ultra-répressives se sont cassé les dents sur leur propres échecs. Au-delà de la drogue, notre volonté est d’avoir une police municipale qui est connue et reconnue des habitants, qui connaît le territoire et qui coopère avec d’autres acteurs en matière de sécurité. C’est ce travail que l’on fait tous les mois lorsque l’on fait des conseils de quartiers, des conseils de prévention de la délinquance dans chaque secteur de la ville. On étudie des cas très concrets de jeunes qui sont en train de basculer et on voit comment on peut les récupérer. C’est un travail de vigilance de terrain qui est porté par des élus tous les mois, avec différents acteurs, un travail de fond sur l’éducation. C’est aussi un travail sur la parole : dans le cadre de la Biennale des villes en transition, il y avait pour la deuxième fois un concours d’éloquence avec des entraînements pour des jeunes issus de quartiers populaires qui n’ont pas forcément les codes de la parole publique ou en tout cas pas de celle qui est acceptée par les institutions. Pour nous, faire émerger la parole c’est lutter contre les inégalités sociales, c’est aller chercher des compétences, des talents qui ne peuvent pas s’exprimer, mais aussi une forme de lutte contre la violence. C’est dans la disparition de la parole que naît la violence.

Après, on a pris des mesures très concrètes: on a rajouté une équipe de nuit au printemps dernier, on a équipé nos équipes de nuits de pistolet à impulsion électrique, adaptés à réguler la vie nocturne et à répondre au développement de cette violence au couteau. C’était important pour les conditions de travail des policiers et l’exercice de leurs missions. Nous avons acheté des caméras piétons pour clarifier l’interface entre notre police municipale et les citoyens. Là encore, c’est amusant : l’État nous dit : « Vous ne faîtes rien », alors qu’en fait on attendait le décret d’application depuis presque un an, il vient de sortir. On a aussi donné des moyens d’entraînement solides avec un nouveau dojo.

Nous faisons donc ce travail là, mais sans oublier les dimensions de prévention, d’une police au milieu des citoyens. Maintenant, c’est frappant mais c’est symptomatique, la présence policière ne rassure pas : aujourd’hui, quand vous voyez des policiers, vous vous dites « Je suis au mauvais endroit, c’est dangereux ! Il se passe un truc grave, il faut que je me cache ». C’est sidérant. Je le vois même avec les enfants : les parents avec des poussettes, s’ils voient un camion de police, ils pourraient se dire « Je suis en sécurité, il y a la police », or c’est l’inverse. On a totalement retourné la logique d’avoir une police parmi les habitants, qui est là pour la protéger, on a seulement une police d’intervention. Evidemment, ça amène des limites au dialogue.

C’est aussi ce qu’on voit dans les quartiers à la suite du drame de la mort de Fathi et Adam, il y a une colère qui s’exprime. Ce qui ressurgit à ce moment-là, c’est la discrimination reçue, réelle et perçue. Pourtant, l’ensemble des acteurs de terrains, des salariés, des associations, des bénévoles ont été à l’écoute. Les parents ont été extrêmement forts et dignes, ils sont sortis de leur deuil pour faire un appel au calme et demander à ce qu’il n’y ait pas de drame rajouté au drame. Nous avons été, moi y compris, à l’écoute et déterminés à continuer de tisser des liens dans ce quartier et dans les autres quartiers pour éviter cette propagation fondée sur le sentiment de l’injustice. Le procureur de la République a lancé une enquête pour connaître exactement les faits, c’est important parce que l’aspiration à la justice est grande. En définitive, je crois qu’il faut donc élargir cette thématique de la violence, on le voit avec le mouvement des gilets jaunes, c’est du jamais vu, une telle violence dans les manifestations. C’est important de le dire, ce n’est pas cantonné à des jeunes de quartiers relégués, loin de là. Il y a une sur-angoisse dans la société et peu d’espace de dialogue.

LVSL – Pour rebondir là-dessus justement : À la mairie, pour développer la démocratie participative, vous avez mis en place un budget participatif comme d’autres villes en France, mais aussi essayé quelque chose qui s’apparente au Référendum d’initiative citoyenne revendiqué par les gilets jaunes, mais celui-ci a été retoqué il y a quelque temps. Que mettez-vous en place au niveau de la démocratie directe ou participative à Grenoble et plus précisément via ce Référendum d’initiative citoyenne ?

EP – Pour nous, il faut s’entraîner à la démocratie, ça s’apprend. Pour les budgets participatifs, plus de 1000 personnes ont participé au dépôt des projets, donc ça mobilise, et c’est le cas dans tous les quartiers de la ville, à tous les âges. On l’a ouvert à l’ensemble des résidents, mais également aux mineurs et on voit que ça se diversifie. C’est réjouissant comme exercice de la démocratie, mais ça transforme aussi complètement notre ville, ça évite d’avoir des villes aseptisées où tout est partout pareil. Par définition, ce sont des projets spécifiques qui sont portés par les habitants, jamais vous retrouverez la Dragonne de la place Saint Bruno dans une autre ville. Dans les budgets participatifs il y a aussi ce changement de rapport entre les citoyens et le service public: on n’est plus dans une consommation. C’est important autant pour les agents de la ville que pour les citoyens. Sur l’idée d’Antoine Back, un des élus de secteurs, on a lancé il y a un an des chantiers « ouverts au public », comme pendant des chantiers interdits au public, ça marche extrêmement bien, beaucoup de gens viennent, portent des idées d’aménagement d’espaces publics délaissés ou en friche, et les transforment avec des agents à nous qui ont plaisir à transmettre et partager leurs savoirs. C’est un entraînement qui passe évidemment par les phases d’aménagement urbain que nous avons lancées nous, avec des diagnostics partagés et de la co-construction en amont, des phases d’informations, de concertation sur des projets déjà très cadrés. Nous avons cette volonté d’expliciter quel est l’enjeu. On a lancé des conseils citoyens indépendants qui reçoivent aussi une formation certifiée par Sciences Po. Les conseils citoyens sont indépendants, ils sont en capacité de poser des questions orales, des questions d’actualités au début des conseils municipaux, ce qu’ils font assez largement. On a aussi lancé des formations pour les citoyens sur le budget municipal organisées par nos services financiers, qui ont attiré beaucoup de monde initialement. C’est la première fois qu’un service finance va au contact des citoyens, c’est très intéressant pour eux : ils mettent en valeur leur métier, se questionnent sur le sens de leur métier, sur comment on l’explique à l’extérieur, aux citoyens. Maîtriser comment fonctionne un budget municipal, c’est de l’éducation populaire.

« Dans les budgets participatifs il y a aussi ce changement de rapport entre les citoyens et le service public : on n’est plus dans une consommation. C’est important autant pour les agents de la ville que pour les citoyens. »

Sur le référendum, dans notre cas c’était une votation citoyenne, on avait deux objectifs : d’abord pouvoir, par un droit de pétition, amener un sujet de débat au conseil municipal qui n’est pas dans le radar des élus et ou qui est connu mais remis à plus tard alors que l’enjeu est en fait immédiat. La deuxième chose, c’était la votation citoyenne comme droit de veto par rapport à une équipe : durant les élections, les citoyens choisissent un maire et une équipe avec un projet, un style, une méthode mais il se peut que sur telle ou telle propositions, les citoyens ne soient pas d’accord. Nous, on avait 120 propositions et si les citoyens veulent faire différemment, on se plie à cette décision. Effectivement, ça a été attaqué en première instance, où nous avons perdu, nous sommes maintenant en appel… On a été attaqué à la fois parce que l’État gouvernant, Macron en l’occurrence, continue les attaques lancées par Valls, à qui cela posait problème de déléguer la décision aux habitants et parce que c’était interdit de faire voter les mineurs et les résidents qui n’étaient pas inscrits sur les listes électorales. C’est totalement anachronique quand on voit maintenant les thèmes du Grand débat et le besoin d’expression dans le mouvement des gilets jaunes… Il y a une surdité. C’est assez marrant parce que pleins de gens sont venus nous voir pour ces expériences, pour mener des missions parlementaires, et dans le même temps on se fait attaquer, casser par le gouvernement Macron. Mais je pense que le débat va forcément revenir sur la table grâce à la mobilisation des gilets jaunes.

LVSL – Sur votre politique de transport : vous avez limité la place de l’automobile en ville en limitant la vitesse, en instaurant la piétonisation dans certaines rues et avec une politique différente sur les parkings. Se pose alors la question du niveau de développement des transports en communs, parce qu’il faut bien proposer des alternatives. Parmi les 120 propositions sur lesquelles vous avez été élu, l’une était la gratuité des transports publics pour les jeunes de moins de 25 ans. Aujourd’hui la gratuité des services publics progresse comme idée, en France on a l’exemple de Dunkerque pour les transports en commun. Quel regard avez-vous sur cette question de la gratuité des transports public ? Rappelons qu’il y a une enquête préliminaire sur le sujet lancée par le SMTC.

blank
Avec Strasbourg, Grenoble est la ville où la part du vélo dans les déplacements est la plus forte en France: plus de 15% en 2017 © Sylvain Frappat – Ville de Grenoble 2017

EP – Il y a effectivement une étude lancée par le SMTC. Tout à l’heure, nous parlions de garantir des sécurités : nous, ce qui nous intéressait dans la gratuité pour les 18-25 ans, c’est que les dépenses de la mobilité sont une des contraintes de revenu les plus importantes pour cette catégorie d’âge, donc c’était pertinent. Deuxièmement, c’est le moment où le jeune on prend son indépendance, donc il ne faut pas que son imaginaire par rapport à la mobilité soit « J’ai besoin d’une voiture », mais plutôt « J’ai des solutions de mobilités qui s’offrent à moi : les transports en commun et l’autopartage par exemple, donc mon objectif premier n’est pas d’avoir une voiture ». On a donc divisé par deux les tarifs, puis on s’est retrouvé coincés parce que c’est un vote administratif des transports en communs, où il y a 17 membres, et il n’y a plus eu de majorité pour aller plus loin. Bien qu’une étude du SMTC ait montré que c’est bien sur cette catégorie-là que porte la dépense contrainte en matière de mobilité. Sur la mobilité en générale, cette étude est lancée : la question c’est le financement et le développement de l’offre.

Par rapport à Dunkerque, je connais bien Patrice Vergriete, j’ai eu l’occasion d’en parler avec lui, les ressources usagers c’était 4 millions d’euros, et en pratique il n’y avait presque pas de réseau de transports et il était peu utilisé. Les enjeux sont différents dans une métropole où on a 90 millions de voyages, donc plus de 200 voyages par habitants par an, et un réseau qui est problématique. Aujourd’hui il faut rajouter des transports urbains et essayer de désengorger les lignes actuelles en proposant des alternatives de cheminement. Il y a toute une section, dans le centre-ville notamment, où les trams sont blindés, ils sont à la queue leu leu. Donc la question de la gratuité est aussi celle de l’impact du report modal : quand c’est voiture versus transport en commun c’est super, si c’est piéton versus transports en communs, il faut faire attention. A Dunkerque, ça a coûté 4 millions, la gratuité des 18-25 c’était 3 millions et quelques, mais toutes les recettes passagers c’est plus de 30 millions. Dont une partie très significative est financée par les entreprises parce que les abonnements de ces passagers sont pris en charge, au moins à moitié, par les entreprises. Donc en pratique, avant de faire une croix sur cette recette de plus de 30 millions financée en partie par les entreprises, il faut identifier quel est l’autre modèle économique que l’on propose. Donc les études, et notamment celles sur la gratuité ciblée et ce qu’elle permettrait comme bascule, nous donneront des éléments d’indication.

LVSL – Pour l’instant vous préférez donc continuer à avancer vers une gratuité ciblée pour des question de faisabilité ?

EP – Oui.

LVSL – Un projet est problématique pour de nombreux Grenoblois : celui de l’élargissement de l’A480 [autoroute périphérique de Grenoble, qui va être élargie de 2 à 3 voies dans chaque sens, ndlr]. Bien que la mairie ne soit pas entièrement compétente et entièrement responsable de cet aménagement, comment voyez-vous les choses par rapport à ce genre de projet ?

EP – D’abord, ce projet fait partie du plan de relance des autoroutes de Valls, qu’il faut combattre, et qui est d’ailleurs combattu au tribunal sur sa légalité…

LVSL – Oui, c’est un cadeau aux sociétés d’autoroute qui augmentent les prix des péages…

EP – Exactement. C’est une gabegie totale en terme d’argent public et en termes de vision. Ce plan, nous continuons donc de le combattre au plan national. Nous disons que ce projet ne peut se faire qu’à condition qu’il soit un pas vers la mobilité de demain, qu’il soit connecté à notre plan de déplacement urbain et c’est pour ça que nous demandons une voie de covoiturage qui serait une première en France. Nous avons demandé et obtenu le passage à 70km/h. On demande aussi une voie réservée aux transports en commun depuis l’axe Sud, on avait été le premier territoire à le faire il y a une dizaine d’année pour l’axe Nord-Ouest. Deuxièmement, il faut que cela améliore les conditions des riverains, d’où le 70km/h pour le bruit, des murs anti-bruit, des mesures autour de la pollution sur la nature des revêtements pour agir sur le bruit etc. Et puis il y a un troisième volet autour de la préservation de la nature, donc on coupe des arbres parce que c’est nécessaire, mais on en replante deux pour un sur site etc. Enfin, je pense qu’il y a une demande tout à fait légitime qui monte pour évaluer l’impact en matière de circulation puisqu’on a gardé les verrous Nord et Sud, parce que nous avons aussi demandé à abandonner le projet de l’A51, ce qui a été fait. Le département a clairement énoncé qu’il ne soutenait plus l’A51 [autoroute non-terminée devant relier Grenoble à Marseille en passant par Gap, ndlr]. Sinon on était en train de faire une deuxième vallée du Rhône en fait, c’est une victoire. Et le fait de garder les verrous Nord et Sud évite d’aspirer plus de voiture depuis l’extérieur et de continuer cette folie humaine dans laquelle nous sommes engagés depuis des décennies.

Il faut garder cette exigence pour que le projet amène quelque chose. De même, nous avions affirmé la nécessité de faire des travaux autour du Rondeau et de passer ce contournement à 2 fois 2 voies contre 2 fois 1 voie aujourd’hui, où les deux autoroutes se connectent dans un entonnoir, un goulot d’étranglement géant, et cela également fait partie du projet. Il faut garder une exigence extrêmement forte pour que ce projet à 300 millions, s’il doit se faire, se fasse pour améliorer les choses dans ces trois domaines, surtout qu’on ne va pas y revenir avant longtemps. C’est pour ça qu’on bataille beaucoup, on a obtenu les 70km/h mais on continue de se battre pour le covoiturage et la voie réservée parce que c’est un impératif.

LVSL – Donc si le projet se fait, autant qu’il soit fait correctement ?

EP – Il faut retourner la question: il ne peut pas se faire si toutes ces conditions ne sont pas remplies, sinon c’est vraiment de la gabegie, un non-sens de la part de l’État, et pour le territoire ça n’a aucun intérêt non plus.

LVSL – Quelque chose de très différent dont on entend jamais parler dans le débat public en France c’est la question de la publicité. Aujourd’hui, à Grenoble, à l’exception des vitrines de magasins et des abris-bus, il n’y a plus de publicité. Pourquoi avoir pris cette décision ?

EP – D’abord réduire la place de la publicité, c’était dans nos engagements. Il y a eu l’opportunité pour faire très vite puisque la concession de JCDecaux arrivait à son terme en 2014 et on ne l’a pas renouvelée. On a leur quand même laissé 6 mois pour enlever leurs panneaux, ce qui n’est pas prévu dans le contrat, normalement ils devraient les enlever dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier. Ça montre à quel point ces contrats sont faits pour ne jamais être rompus. C’est intéressant à pleins de titres. D’abord parce que le premier retour qu’on a eu c’est « Ah mais c’est possible ! », parce que c’est une décision politique d’avoir de la pub. Je trouve que c’est important parce que ça redonne du pouvoir et de la légitimité au politique, qui n’est pas seulement là pour organiser la disposition des chaises sur le pont du Titanic en quelque sorte. En réalité, nous sommes une communauté, nous avons des moyens de décider comment nous voulons vivre, même s’il y a des contraintes et qu’on ne peut pas tout faire. Donc cette symbolique autour de la décision politique était très forte.

« Ça satisfait l’imaginaire des grands-parents qui n’ont pas envie de voir ça quand ils amènent leur petits-enfants à l’école, mais aussi l’anticapitaliste qui lutte contre la surconsommation, l’environnementaliste pur et dur qui veut mettre des arbres à la place des panneaux, le commerçant de proximité qui de toute façon ne pouvait se permettre de faire de la publicité sur ces affichages vu le prix… »

Ensuite c’est intéressant parce que c’est le genre de mesures qui appartiennent à pleins d’imaginaires différents : ça satisfait aussi bien l’imaginaire de grands-parents qui amènent leurs petits enfants à l’école et que ça ulcère de passer devant des panneaux de pub pour des bagnoles, de la lingerie féminine et de l’alcool. L’image de la femme véhiculée est d’ailleurs assez marquée. Ça satisfait donc cet imaginaire des grands-parents qui n’ont pas envie de voir ça quand ils amènent leur petits-enfants à l’école, mais aussi l’anticapitaliste qui lutte contre la surconsommation, l’environnementaliste pur et dur qui veut mettre des arbres à la place des panneaux, le commerçant de proximité qui de toute façon ne pouvait se permettre de faire de la publicité sur ces affichages vu le prix… Si on avait dû se mettre d’accord avant sur les raisons pour lesquelles on prend chaque décision, jamais on y arrive. On s’engueule sur les raisons, que ne partageons pas tous, alors que l’action nous réunit tous.

On a quand même enlevé plus de 320 panneaux, plus de 2 000 mètres carrés de publicité ! Nous sommes maintenant en train de revoir le règlement local des publicités, qui est intercommunal désormais. Il y a également le renouvellement de la concession pour les transports en commun qui arrive, où je pense que nous allons enlever à nouveau à peu près le même nombre de panneaux [depuis l’interview, une forte réduction de la pub a été prévue sur ces deux terrains, voir ici et ici, ndlr]. Il n’y aura pas de suppression totale mais on va continuer la trajectoire de forte baisse de la pub. C’est important, puisqu’on dit avec raison qu’on est une société de la surconsommation, que notre espace public soit un espace public de projets, où l’on fait de l’agriculture, où l’on plante des arbres… L’espace public peut amener des conflits d’usage mais c’est aussi un espace de rencontre, un espace social. Pour une ville qui n’a été construite qu’avec des rues, qui ne sont pas des rues mais des routes, des axes de circulation, avec de la surexcitation de consommation un peu partout, c’est un enjeu majeur. Ce changement de pied est donc central.

LVSL – Pour finir, je voulais savoir ce que vous pensez de 2020 et des enjeux de l’élection municipale à venir.

EP – Je pense que la dernière fois, l’enjeu finalement c’était : il y a des propriétaires du système, est-ce qu’on a une alternance à proposer à cela ? Pour 2020, est-ce que tout cet appétit de transition sociale et environnementale, par exemple le fait qu’on ait mis tous nos tarifs en tarifications solidaire, même pour l’eau etc., sera encore là ? Notre démarche a été de dire : « Non, on n’est pas obligé de faire comme d’habitude juste parce que c’est comme ça, nous sommes une majorité à avoir des aspirations qui sont autres ». Et cette majorité, si elle change de stratégie, peut gagner et conduire les affaires publiques.

Je pense que les électeurs ont confirmé leur vote en faveur de cette expérience, on l’a vu aux cantonales, aux régionales, aux législatives, aux présidentielles, même s’il n’y a pas eu de scrutin depuis maintenant deux ans. Nous exerçons le pouvoir dans l’intérêt commun autour d’un projet de démocratie, de boucliers sociaux, environnementaux, d’une ville à taille humaine. Plein de décisions que nous prenons viennent heurter des changements, sont mal comprises, ou sont parfois des erreurs, évidemment on en fait aussi. Ça peut donc créer un petit questionnement, « Oh oui, mais ça va m’embêter en bas de chez moi ça, c’est plus compliqué ainsi » ou « Telle décision je ne la comprends pas » etc. Donc est-ce qu’on tient ce cap déterminé, exigeant, cohérent, courageux, plutôt que d’être face au mur du dérèglement climatique et des enjeux sociaux et de se dire en permanence: « Bon, c’est pire que l’année dernière, ça veut dire qu’il faudra qu’on fasse plus dans l’avenir » ?

Nous, on a changé de pied, on agit partout, on va s’entraîner pour cette transition et on y prend plaisir : en termes de déplacements, en fait c’est agréable, un centre-ville plus piéton, avec plus de vélos. Aller au boulot en vélo, même sous la pluie, c’est agréable. Le plan que nous avons mis en place pour couvrir les besoins en électricité des Grenoblois en 2022 avec une énergie 100% verte, c’est-à-dire ni nucléaire ni fossile, n’est possible que parce qu’on a une entreprise publique locale, GEG, qui est en capacité d’investir pour cela. Nous allons réaliser la transition énergétique, qui est aussi une transition sociale : il y avait 1000 personnes qui bénéficiaient des tarifs sociaux quand on est arrivé, il y en a maintenant 7000, parce qu’on a poussé l’accès au droits. On a lutté contre la précarité énergétique, mais on travaille aussi sur la santé, sur l’alimentation etc.

Au final, on gagne en confiance dans notre capacité à être collectivement à la hauteur des enjeux qui nous font face plutôt que de se dire qu’on va dans le mur et qu’on y va de plus en plus vite. Même s’il y a des choses qui ne plaisent pas à tel ou tel et qu’il y a des problèmes de communication, la question est : est-ce que l’on fait le pari de continuer ce changement-là ? Pour nous, ce cap là est pertinent, on veut continuer à porter cette cogestion. Sinon il y aura En marche !, voilà. Et on voit la traduction concrète des politiques En marche ! sur le terrain, que ce soit sur les contrats aidés, sur le logement et le logement social, sur la politique de la ville, sur le prix de l’énergie, sur l’accès au soin, énormément de choses…

 

Le vote Vert peut-il aller au-delà des gagnants de la mondialisation ?

blank

Les élections européennes de 2019 se sont traduites par une très forte dynamique des partis écologistes en Europe de l’Ouest, souvent plus forte que la dynamique des forces populistes de droite, elle-même importante. Il est dès lors légitime de s’interroger sur les causes de ce vote et sur la composition de l’électorat vert. Quelles leçons politiques en tirer et quelles pistes les dynamiques politiques actuelles laissent entrevoir pour faire de l’écologie sociale une force majoritaire dans un contexte d’urgence écologique totale ? Une analyse proposée par Valentin Pautonnier et Pierre Gilbert.


 

Difficile d’y échapper : le succès des partis verts se conjugue avec un recul des partis de gauche radicale affiliés à la GUE/NGL tant au niveau national qu’au niveau européen. L’exemple de la France est frappant : annoncés en concurrence sur le même profil d’électeur, les Verts ont finalement obtenu le double de suffrages de la France Insoumise. Ils les devancent notamment chez les 18-24 ans. Ailleurs, le recul des partis de gauche radicale est lié à la progression du parti social-démocrate concurrent lorsqu’aucun parti vert n’est réellement disponible sur le marché de l’offre politique, comme en Espagne ou au Portugal.

En Allemagne, où les Verts ont obtenu un score supérieur à 20%, dans la continuité d’excellents résultats aux scrutins locaux, le SPD et Die Linke obtiennent tous deux des résultats particulièrement décevants. Les Verts sont clairement affiliés à la gauche, tant au niveau des thématiques que de l’idéologie des électeurs, comme l’explique le sociologue Simon Persico, ce qui explique cette concurrence apparente.

La cartographie du vote EELV : les métropoles urbaines dynamiques surreprésentées

Le constat est sans appel : en France, EELV obtient ses meilleurs résultats dans les métropoles urbaines dynamiques, et notamment dans les centres-villes. Ce constat rejoint l’analyse faite en 2015 par Fabien Escalona et Mathieu Vieira de l’existence d’idéopôles, villes dynamiques bien intégrées dans la mondialisation qui tiennent lieu de laboratoires pour les partis de gauche écologistes ou contestataires, où les idées progressistes, cosmopolites et post matérialistes foisonnent, mais aussi où la gauche sociale-démocrate surperforme[1]. Parmi ces villes, on peut notamment citer Grenoble, Nantes, Rennes, Toulouse, Montpellier et même Lyon et Paris. Ce constat peut être étendu de façon générale étendu à l’ensemble de l’Europe occidentale, sous réserve de spécificités trop importantes dans l’offre politique comme en Italie.

Globalement, la cartographie du vote EELV est assez semblable à celle de la gauche au sens large depuis les années 1980, et donc de fait assez compatible avec la carte de la FI en 2017. Les Verts sont puissants donc les zones dynamiques hors Sud-Est, notamment dans l’Ouest et dans les centres urbains. Ils ont atteint des scores supérieurs à 20% à Grenoble, Toulouse, Lille, Rennes, Bordeaux ou dans les arrondissements de l’Est parisien. De fait, il est rare que leur bon score cohabite avec un score élevé du Rassemblement national, qui reste dominateur dans l’est désindustrialisé et dans le Sud commerçant.

Dans le contexte de polarisation RN-LREM, il est alors inévitable que le succès écologiste soit corrélé à l’échelle communale au succès de la République en marche. Pour autant, cela ne signifie pas que leur sociologie est la même : la cohabitation géographique entre deux partis rivaux n’implique pas nécessairement qu’ils soient perméables. Elle laisse en revanche supposer de possibles affinités idéologiques plus ou moins liées à leurs trajectoires et à leur environnement, notamment dans le caractère pro-européen, anti-souverainiste et post matérialiste totalement détaché de l’analyse de la société en classes, présent dans l’aile gauche de l’électorat LREM[2]. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas dans les zones périurbaines en difficulté que les verts sont performants, et leurs scores sont parfois mitigés en banlieue. Cette dernière zone concentre la pauvreté urbaine, le précariat et l’abstention, mais c’est aussi là où la FI était prégnante en 2017 et continue d’obtenir d’excellents scores comme en Seine Saint-Denis, parfois de concert avec le RN dont le score explose au fur et à mesure de l’éloignement de l’hypercentre[3] de la métropole malgré la diversité de ses zones de force.

La sociologie du vote EELV : un élargissement hors de la sphère bobo citadin traditionnelle

Résumer le vote EELV à un vote de bobo citadin CSP+ serait tout de même réducteur. De plus, la cartographie doit être utilisée avec prudence et de concert avec des analyses électorales centrées sur l’individu pour éviter l’erreur écologique, c’est-à-dire tirer des conclusions erronées au niveau individuel de données agrégées. Néanmoins, une approche précautionneuse de la cartographie du succès des Verts permet de lancer des pistes de réflexion et de dresser une typologie des environnements favorables à leur succès.

Sur le plan individuel, l’électorat des Verts se distingue certes par sa jeunesse (26% chez les 18-34 ans), mais surtout par son taux de diplômés et par son succès chez les cadres et les professions intermédiaires (respectivement 20 et 21% d’entre eux). Ajoutons à cela que les Verts ne réalisent pas un mauvais score parmi les revenus les plus modestes. Mais ils obtiennent de très bons suffrages chez les revenus supérieurs à 3000 euros par mois[4].

Si l’électorat de la FI était aussi plus diplômé en moyenne que celui du FN tout en le concurrençant sérieusement chez les classes populaires et les bas revenus en 2017, celui des Verts aux européennes semble davantage coller avec le stéréotype de l’électeur diplômé urbain relativement aisé et donc rejoindre dans les grandes lignes l’analyse géographique. Si 20% des Bac +3 ont voté pour EELV (contre 21% pour LREM), seulement 6% des non-titulaires du Bac pour ont voté pour la liste emmenée par Yannick Jadot. Ce fait est bien sûr aggravé par l’abstention massive chez les autres jeunes (61% des 18-34 ans) et les catégories populaires (58% des revenus inférieurs à 1200 euros/mois), qui a par ailleurs plombé le score de la France insoumise, mais probablement majoré celui des Verts et du Parti socialiste.

De manière générale, la composition de l’électorat des Verts corrobore des études menées sur la transformation du vote de classe, par Daniel Oesch notamment, qui a identifié un clivage fondé sur le diplôme, le type d’emploi et l’exposition à la concurrence internationale pour expliquer le succès des partis de droite radicale et de la Nouvelle Gauche incarnée par les partis écologistes[5].

Du reste, cette observation vaut également pour l’Allemagne : les Grünen allemands sont particulièrement forts dans les centres urbains dynamiques, leur score étant largement corrélé avec la richesse moyenne dans la circonscription lors des élections nationales de 2017. Leur participation à des coalitions régionales – parfois avec la droite – les a notamment crédibilisés et renforce leur probable suprématie sur la gauche allemande, ce qui participe de la longue agonie du SPD. Précisons toutefois que cette prise de pouvoir sur la gauche a peu de chances d’aboutir à une conversion massive des Allemands à une politique moins rigoureuse sur le plan économique. Les Verts français restent bien plus marqués à gauche sur le plan économique que leurs camarades d’Outre-Rhin, mais les similarités sociologiques et cartographiques sautent néanmoins aux yeux et questionnent l’importance du contexte et de l’historicité des idéologies nationales et locales. Les enjeux climatiques seraient donc plus forts que les divergences culturelles nationales ?

Un score écologiste plafonné dans un contexte favorable ?

Enfin, cette analyse est réalisée dans un cadre politique particulier : à savoir une élection européenne dans un contexte d’urgence écologique, de référendum anti-parti de gouvernement et de questionnements identitaires pendant que les grandes problématiques économiques se voyaient reléguées au second plan. Voter pour un parti écologique sanctionnerait donc un vote peu risqué dans une logique de représentation proportionnelle et d’enjeux difficiles à percevoir à l’échelle nationale, le plus souvent au détriment des autres partis de gauche. Les Verts ont en effet bénéficié de reports de voix assez larges vis-à-vis des électorats de Hamon, Mélenchon et dans une moindre mesure de Macron, mais ont aussi et surtout profité de l’abstention massive des électeurs insoumis de 2017 pour distancier la FI.

Ce constat n’écarte pas une possible portée contestataire dans le vote écologiste ; mais il permet d’identifier un éventuel ralliement majoritaire vers les Verts depuis la gauche et ne permet ni d’infirmer ni de confirmer que l’écologie est devenue un thème central dans l’ensemble de l’électorat. Difficile également de déterminer si les partis écologistes sont devenus suffisamment attrape-tout pour rassembler au-delà du clivage gauche/droite sur des thématiques consensuelles ou si leur succès immédiat est dû à un simple transfert des voix de la gauche diplômée et urbaine en provenance de leurs rivaux. D’ailleurs, davantage d’électeurs EELV se sont déclarés en opposition aux gilets jaunes plutôt qu’en leur faveur (au contraire des électeurs RN et FI), signe que la vague verte n’a pas encore vêtu les atours de la contestation telle qu’incarnée par ce mouvement inédit.

Le vote EELV peut dans certains cas avoir été un vote pacificateur, un vote de refus du clivage social. La sociologie CSP+ qui vote traditionnellement EELV rejette profondément la conflictualité. Les gilets jaunes ont fait monter la tension entre France urbaine et France périphérique. Le vote EELV est un des seuls votes d’apaisement social, car LREM est la cause de la montée des tensions, le PS est culturellement trop proche de LREM pour jouer ce rôle d’arbitre et la FI et le RN soutiennent les gilets jaunes. Cependant, les préoccupations environnementales sont certainement largement déterminantes pour le vote EELV.

Ce qu’il faut retenir de cette leçon politique

Les Verts ont de fait largement bénéficié de la mise à l’agenda de l’écologie par les forces de gauche, LREM et le mouvement climat. EELV, par la force de l’étiquette, a de fait une hégémonie autour du thème de l’écologie. C’est une sorte de rente puisque la campagne de EELV était largement transparente.

De plus, les partis écologistes tendent logiquement à croitre au détriment de leurs adversaires à gauche et au centre-gauche, ne concurrençant pas les partis conservateurs. Cet état de fait est un motif d’espoir, puisque l’ancrage de l’écologie à gauche et chez les jeunes devrait permettre d’élargir la thématique écologique à la dimension sociale. En revanche, l’incarnation de la cause écologiste par des partis affiliés à une gauche à la fois molle et stigmatisée par la plupart des électeurs peut paradoxalement laisser craindre une déconnexion dans les esprits de l’écologie avec des volontés de profonds changements socio-économiques difficilement compatibles avec la structure actuelle de l’économie de marché et de la démocratie telles que limitées par les traités européens.

Cette structure économique n’étant pas compatible avec une politique climatique réaliste, il peut être dangereux pour le climat qu’EELV se positionne comme caution sociale et écologique du néolibéralisme, et ce serait une trahison pour une partie de ses électeurs qui soutiennent que sauvetage du climat et sauvetage de la croissance sont difficilement conciliables. Dans la famille de l’écologie politique, c’est d’ailleurs la critique que porte la liste Urgence écologie menée par Dominique Bourg à l’égard d’EELV.

Enfin la gauche radicale porte une grande part de responsabilité dans la fuite de ses électeurs vers les écologistes, car elle accumule les erreurs stratégiques et communicationnelles partout en Europe de l’Ouest.

Concurrencer la dynamique populiste réactionnaire par un populisme écologiste et social ?

La délatéralisation de EELV n’a rien à voir avec une mue populiste. Au contraire, Yannick Jadot se place souvent sur le même champ rhétorique que LREM quant au RN par exemple. « Progressistes contre populistes », or cette rhétorique a tendance à pousser la France périphérique dans les bras du populisme en assimilant le progressisme aux politiques antisociales du gouvernement.

Pour qu’une force écologique et sociale retrouve une dynamique qui la rende capable d’être majoritaire, et donc de relever le défi climatique à hauteur de l’urgence, il faudra sans doute qu’elle incorpore les moteurs de la dynamique populiste réactionnaire, à savoir la demande de sécurité, la demande de retour de l’État protecteur, la peur du changement et la demande de souveraineté. Sans occuper ce terrain-là, il ne sera vraisemblablement pas possible de devenir majoritaire en France.

Sur chacun des éléments sur lesquels l’extrême droite tend à l’hégémonie, l’écologie radicale est pourtant la seule à pouvoir proposer quelque chose de plus pertinent, à condition de réussir à bien l’amener. L’aggravation rapide des conséquences du réchauffement climatique devrait d’ailleurs largement favoriser un changement de posture. Ainsi, la demande de sécurité peut être satisfaite par une protection vis-à-vis des risques environnementaux et une prévention des dégradations sociales et migratoires dues au changement climatique. Le retour de l’État, largement demandé par les gilets jaunes, est inséparable du fait que seule la puissance publique peut conduire rapidement la transition et qu’un retour des services publics est la seule façon d’opérer une transition juste. La peur du changement c’est aussi la peur du changement climatique, et à ce titre la transition peut être appréciée comme conservatrice. La demande de souveraineté peut être traduite en termes de protectionnisme écologique, de relocalisation d’une industrie verte, de recouvrement d’une souveraineté alimentaire et énergétique, etc.

Est-ce que cela est suffisant pour résignifier les demandes hégémonisées par les populistes de droite dans un contexte où l’urgence sociale est une priorité pour plus de français que l’urgence écologique ? La réponse est évidement non, mais de telles évolutions couplées de manière cohérente à des réponses d’ordre social sont envisageables. Est-ce qu’EELV pourrait incarner une telle « écologie sociale populiste » ? Cela semble difficile compte tenu notamment de son rapport aux traités européens et donc au rôle de l’État et à la notion de frontière. La gauche radicale et traditionnelle ne le peut pas non plus, à cause des erreurs qu’elle a cumulée sur les dernières années.

Si le potentiel majoritaire d’une écologie radicale sociale et populiste est certain, le problème reste celui de l’incarnation par des leaders adaptés, une autre dimension fondamentale du succès du populisme. Peut-être que de telles figures émergeront de la société civile, par exemple de ce mouvement pour le climat dont la dynamique passe sous les radars de la gauche. Dans le moment populiste que l’Occident traverse depuis quelques années, les leaders les plus prometteurs émergent souvent depuis l’extérieur du champ politique traditionnel.

 

 

[1] Escalona, F, Vieira, M (2015.” Les idéopôles, laboratoires de la recomposition de l’électorat socialiste”. Notes de la Fondation Jean Jaurès du 6/02/2015.

[2] Voir notamment les travaux d’Inglehart sur le post matérialisme et la « Révolution silencieuse ».

[3] Référence aux « gradients d’urbanité » chers au géographe Jacques Lévy qui montrent qu’en isolant les critères sociodémographiques le Front National superforme à mesure que l’on s’éloigne du centre urbain, au contraire des Verts. Ces études sont toutefois controversées puisqu’elles essentialisent des comportements locaux à un modèle national en faisant fi de la composition sociologique des zones étudiées.

[4] Valable pour toutes les données socio-démographiques : Ipsos.fr. Européennes 2019 : Sociologie des électorats. Publié le 26/05/2019. https://www.ipsos.com/fr-fr/europeennes-2019

[5] Oesch, D. (2012). “The class basis of the cleavage between the New Left and the radical right An analysis for Austria, Denmark, Norway and Switzerland.” Publié dans:  Rydgren, J. (2012). Class Politics and the Radical Right. London: Routledge. 2012, p. 31-52

 

Image à la Une : évolution du score des partis Verts aux élections européennes de 2019 par rapport à la précédente élection de 2014. Plus le vert est foncé, plus l’évolution est forte.

Expérimentation animale : le temps est venu d’agir. Tribune de Yannick Jadot

Voici l’intégralité de la tribune que Yannick Jadot nous a adressé.

Alors que près de 2 millions d’animaux sont utilisés en France à des fins scientifiques et éducatives, ce nombre continue de croitre. On relève aussi que les procédures dites « sévères » – c’est-à-dire les plus douloureuses – sont en constante augmentation.

Certes il y a bien une Directive européenne « relative à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques » promulguée en 2010 (transposée en droit français dans le décret 2013-118 du 1er février 2013) qui pose un certain nombre d’obligations aux États membres, propres à réduire le nombre d’animaux utilisés dans les procédures et les souffrances qui leur sont infligées.

Cette directive énonce sans ambiguïté que l’objectif final est « le remplacement total des procédures appliquées à des animaux vivants à des fins scientifiques et éducatives, dès que ce sera possible sur un plan scientifique […] »

Pourtant, les résultats ne sont pas là. Le constat est désolant mais réaliste : rien n’est fait concrètement pour accompagner la transition vers une recherche sans animaux, l’absence de volonté politique est criante.

En effet, la réglementation européenne n’est toujours pas contraignante vis-à-vis des États membres et rien n’oblige ceux-ci à utiliser les méthodes non-animales, y compris celles qui ont été validées par l’ECVAM (European Center for Validation of Alternatives Methods).

Malgré tout, des entrepreneurs s’engagent, comme c’est le cas de la start-up rennaise « Cherry Biotech » spécialisée – entre autres – dans le développement des organes sur puce, biotechnologie utilisant des cultures cellulaires 3D et la micro-fluidique. Les « organs on chip » permettent d’évaluer avec une grande fiabilité les effets de substances chimiques (dont les médicaments) sur un organisme humain ou d’étudier le développement de différentes pathologies, sans utiliser d’animaux.

Pour la prochaine mandature européenne, EELV et ses députés élus s’engagent à

1.     Soutenir le développement et la mise en œuvre des méthodes de recherche non-animales.

2.     Appuyer la création d’instances impartiales, objectives et éclairées pour évaluer les projets utilisant des animaux (évaluation en amont mais aussi rétrospective),

3.     Allouer les moyens nécessaires à une évaluation objective et une prise en charge efficace des douleurs et souffrances des animaux utilisés dans les procédures.

La réforme nécessite donc la révision de la directive européenne 2010/63/UE qui devra notamment introduire des objectifs chiffrés de réduction, allouer des moyens suffisants et pérennes au Laboratoire européen de référence (ECVAM) pour lui permettre de mener à bien l’ensemble de ses missions, mettre en place des critères et des normes beaucoup plus exigeantes en matière de bien-être animal.

Il est de notre responsabilité à tous de prendre soin des animaux de laboratoire ; et d’épargner au plus grand nombre possible d’animaux d’y être soumis.

Yannick JADOT, député européen et tête de listes des écologistes à l’élection européenne.

Muriel OBRIET

Commission condition animale EELV

Référente du pôle « expérimentation animale/méthodes substitutives »

Collaboratrice de l’association Pro Anima – EthicScience

“Il faut déconstruire le récit du Front national.” Entretien avec Marine Tondelier

Photo transmise par Marine Tondelier

Membre d’Europe-Écologie-Les-Verts (EELV), Marine Tondelier est élue d’opposition depuis mars 2014 au conseil municipal d’Hénin-Beaumont, dirigé par un maire frontiste Steeve Briois, et terre de prédilection de Marine Le Pen. Elle a écrit en 2017 Nouvelles du Front, livre dans lequel elle dénonce la gestion municipale par le Front national. Présente à notre Université d’été pour un débat sur l’état des lieux de l’extrême-droite en France, elle a accepté de répondre à quelques questions plus précises sur son parcours et son expérience d’élue d’opposition dans une ville tenue par l’extrême-droite.


LVSL – Lors des élections municipales de 2014, vous figuriez donc dans la liste d’union soutenue par le PS, EELV, le PRG et le PCF-Front de gauche. Malgré cette large union des forces de gauche, vous n’avez récolté que 32 % des voix, de telle sorte que le FN a été élu dès le premier tour, avec 50,25 %. Qu’avez-vous ressenti à l’annonce de ces résultats ?

Marine Tondelier – Cette élection a été un coup de massue énorme car nous savions qu’il était probable que l’on perde, mais nous ne nous attendions pas à ce que ça soit dès le premier tour. Il faut d’ailleurs rappeler que lors de ces élections, une liste concurrente à gauche était menée par Gérard Dalongeville, le maire qui avait été condamné en première instance [pour détournement de fonds publics, corruption, faux en écriture privée et usage de faux, favoritisme et recel de favoritisme NDLR], mais qui avait fait appel de cette décision, ce qui lui avait permis d’être de nouveau éligible. Cette liste divers-gauche a fait 10%. Avec un score du FN qui atteint 50,25, le second tour se joue à 35 voix et on se demande toujours si des gens ne sont pas restés chez eux parce que la présence de Gérard Dalongeville les choquait. Et on se refait le film pendant longtemps.

Mais le plus dur, c’était le lendemain matin, quand on marchait dans la rue et qu’on se demandait ce qui allait se passer, alors qu’il ne se passait rien : les gens vont chercher leur pain, emmènent leurs enfants à l’école et la vie suit son cours. Donc ce n’était pas le matin brun, comme on aurait pu le penser. Il y a eu des matins bruns, ça s’est fait assez progressivement, et c’était d’ailleurs assez surréaliste à cet égard.

“Ça va être long six ans …”

Surtout, lorsque le reste du pays suit l’entre-deux-tours, avec des batailles pour gagner des mairies comme c’était le cas pour les copains de Grenoble. Et toi, tu es là, le match est déjà fini, et quand le samedi, tout le monde est à la veille du second tour, tu es en conseil municipal pour élire Steeve Briois maire d’Hénin-Beaumont, avec Marine Le Pen tout sourire au premier rang en train de faire des photos, avec le service d’ordre du FN qui jette les opposants du public. Et tu te dis : ça va être long six ans.

LVSL – A posteriori, quels principaux enseignements tirez-vous de ces élections sur le plan politique ? Comment expliquez-vous cette prise de pouvoir de l’extrême-droite dans votre ville ?

Marine Tondelier – Tout d’abord, je constate que cette histoire de digue ne marchait pas et que ce n’était d’ailleurs pas une raison pour ne pas la faire. Mais que si malgré cette digue, il y a eu un tel score, c’est qu’il n’y avait peut-être pas d’autre solution, que le match était sûrement déjà perdu depuis longtemps. Ce n’est pas pour ça qu’il ne fallait pas se battre, mais c’est bien de l’avoir en tête.

Et puis, ce sentiment de frustration. Il faut à la fois comprendre ces gens, qui ne veulent plus voter pour certaines étiquettes, pour le passé, et veulent autre chose, et je ne peux m’empêcher de penser que j’ai 30 ans, que je n’ai pas participé aux affaires mais que je prends le même tarif, ce qui est assez violent. Je me disais que ce n’était pas grave de ne pas être adjointe, que j’allais me battre au moins pendant six ans, et que quand ta première expérience de la politique, c’est ça, tu as commencé par le plus dur.

Pour autant, c’est un territoire où il n’y a pas de droite, ce qui est d’ailleurs la seule bonne nouvelle. En 2011, aux cantonales, l’UMP avait fait moins de 5%, alors que le président de la République était Nicolas Sarkozy. Les gens étaient profondément de gauche, d’ailleurs je pense qu’ils le sont encore. Mais, déceptions allant, ils s’en sont progressivement détournés. Je tiens d’ailleurs sur ce point à défendre ma ville, car je n’aime pas que l’on me dise : « ta ville de fachos ». Tout simplement parce que ces gens ne sont pas fachos mais « fâchés ».

Ils ont tout donné pour les mines, dans un contexte de paternalisme patronal. Puis on est passés à un paternalisme communiste, et ensuite socialiste. Mais quand votre papa socialiste vole 12 000€ et termine devant le tribunal pour dix-huit chefs d’inculpation, on peut comprendre la déception. À l’époque, les seuls élus d’opposition étaient FN et dénonçaient ces actes. Ce n’est donc pas une victoire qui s’est faite sur le racisme ou sur le rejet des migrants, mais sur la corruption.

Lorsque les premiers articles de La Voix du Nord qui alertaient sur cette affaire sont sortis, les conseillers municipaux ont acheté tous les journaux de la ville sur ordre du maire. Comment les habitants ont-ils été mis au courant ? C’est par l’intermédiaire de Marine Le Pen, qui photocopie l’article et qui le distribue dans les boîtes aux lettres et sur le marché de la ville. Marine Le Pen, c’était la transparence, la fiabilité. L’électorat a donc basculé radicalement d’un vote PC ou PS bien de gauche, à l’extrême-droite, dont ils ne sont pas conscients forcément que c’est de l’extrême-droite. Les anciennes cités minières sont aujourd’hui à 80% Front national.

LVSL – Dans Nouvelles du Front, vous décrivez de l’intérieur ce Front national « dédiabolisé », confronté à l’exercice du pouvoir et à la gestion municipale. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Marine Tondelier – C’est un livre que j’ai écrit parce que je peux personnellement raconter ce que je veux quand je veux, mais dans cette ville, il y a aussi des « sans-voix » ou des personnes qui ont un devoir de réserve parce qu’ils sont employés municipaux ou associatifs, et qu’ils ont besoin de financements municipaux. Cela participe beaucoup à la chape de plomb et à la loi du silence dans cette ville.

Du coup, je me suis dit que le plus intéressant n’était pas de raconter ma vie d’opposante à l’extrême-droite, mais plutôt ce que c’est que de vivre dans une mairie FN, aussi bien quand on est associatif qu’employé municipal, journaliste ou simple administré. Et je me suis dit que comme j’habitais là-bas et que je suivais ces affaires, il y avait quelque chose à raconter.

“C’est un parti qui a beaucoup d’emprise sur les gens. C’est une guerre de nerfs permanente.”

Mais aussi pour l’histoire : je commence le livre par la première séance du conseil municipal, avec Marine Le Pen qui prend ses photos, je raconte tout cela. Et j’ai dû faire appel à de nombreuses personnes pour reconstituer ce moment qui s’était en fait peu à peu effacé de ma mémoire. Quand tu es pris dans une telle scène, tu n’écris pas puisque tu te dis que tu n’oublieras pas, mais trois ans après c’est déjà flou et tes souvenirs sont tellement surréalistes que tu ne sais pas si c’est vrai ou si c’est toi qui l’as construit. Donc le mettre par écrit reste pour la postérité et me sert aussi pour me souvenir.

Et enfin, ce livre a une dimension un peu plus psychanalytique, car c’est un mandat assez dur. Écrire, reprendre les stratégies et les analyser avec un peu de recul m’aide beaucoup. Cela me permet, quand cela se reproduit dans les conseils municipaux, de mieux comprendre ce qui est à l’œuvre, quels mécanismes et quelles stratégies sont mobilisés. Cela limite considérablement l’emprise qu’ils peuvent avoir sur nous. C’est un parti qui a beaucoup d’emprise sur les gens. C’est une guerre de nerfs permanente. Et s’extraire de ce contexte, en écrivant ou pour en parler avec d’autres gens, donne beaucoup d’énergie et de sérénité.

LVSL – Pouvez-vous nous décrire un peu votre lutte au quotidien dans cette ville, et plus précisément les méthodes de gestion de la ville par l’équipe de Steeve Briois ?

Marine Tondelier – D’abord, il faut rappeler que beaucoup de gens sont contents, pas tant d’avoir le Front national, mais que la ville aille mieux, que les finances soient à l’équilibre, que la ville ait repris une étoile aux villes fleuries. Leur récit selon lequel un an plus tôt c’était l’austérité, et que depuis leur victoire tout va mieux, fonctionne très bien. Pourtant, il repose sur un assainissement des finances antérieur, qui leur a permis de baisser les impôts à leur arrivée, et d’avoir les moyens d’organiser de nombreux événements populaires, comme des fêtes et des concerts. En fait, ils mènent une politique populiste pour le coup, qui vise à ce que 90% de la population soit contente.

“La gestion municipale par l’équipe de Steeve Briois repose sur l’intimidation des opposants et sur des séries d’humiliations”

À côté, il reste 5-10% de la population sur laquelle ils tapent à bras raccourcis, car de toute façon ils n’ont pas besoin de ces gens qui ne voteront jamais pour eux. En plus, ce sont des gens qui suscitent la défiance d’une grande partie de la population : à savoir l’opposition, les journalistes de La Voix du Nord, les Roms et les migrants, ce qui les rend encore plus populaires auprès des leurs.

À partir de là, la gestion municipale par l’équipe de Steeve Briois repose sur l’intimidation des opposants et sur des séries d’humiliations qui se manifestent par des plaintes régulières en diffamation, à des insultes sur la page Facebook de la ville ou celle du maire, ou encore à des double-pages dans le journal municipal. Au début, c’est vertigineux, mais à la fin on s’y habitue, et on comprend que ce n’est pas tant nous que ça vise, puisqu’ils peuvent toujours faire ça cinquante fois. Cela ne changera rien à ma motivation, au contraire. C’est surtout un message envoyé aux autres gens, si l’idée leur vient un jour de se mettre dans notre chemin.

Par exemple, j’ai été beaucoup épinglée sur les questions de solidarité aux migrants. Une fois, j’ai fait des repas pour les migrants, et en rentrant chez moi, je vois que Steeve Briois a partagé une de mes photos, en commentant : “Marine Tondelier est une honte pour notre ville. Elle pratique la préférence étrangère systématique.” Un maire qui dit ça de quelqu’un, c’est d’une violence inouïe.

On a donc en face une machine de guerre composée de professionnels de la politique, qui ont sept cents employés municipaux et un budget important pour faire de nombreuses choses. Ils ont des équipes parlementaires, accès aux médias avec Marine Le Pen ou Florian Philippot (quand il était encore au Front national) quand nous ne faisons que du porte-à-porte. C’est donc une guerre déséquilibrée. En plus, les élus d’opposition doivent travailler à plein temps car nous n’avons pas de quoi vivre de notre mandat. Ce n’est pas comme si nous n’avions que ça à faire pendant six ans. Donc dans un tel contexte, lutter contre l’extrême-droite est un combat à armes inégales.

Après, ils ont sous-estimé notre détermination et notre acharnement, ainsi que la solidarité des forces d’opposition, car l’adversité rapproche, y compris avec des journalistes et des gens avec qui on ne serait pas forcément en contact. Mais puisque l’on vit la même chose, se forme une sorte de communauté d’expérience. Vous croisez les regards des gens et vous comprenez qu’ils ont connu la même chose.

Notre devoir, c’est avant tout de déconstruire le récit du Front national, et de raconter la vraie histoire. Ne pas les laisser dérouler leur récit idyllique, où tout est merveilleux. C’est pour cela qu’on parle souvent d’Hénin-Beaumont comme « la vitrine du Front national ». Quand vous visitez un appartement-témoin, tout est toujours parfait. Vous arrivez dans le vôtre et ça sent les égouts, les finitions sont mal faites. Hénin-Beaumont, c’est pareil. C’est bien pour visiter, mais pas pour y vivre au quotidien.

LVSL – Lors d’un débat organisé durant notre Université d’été, vous vous êtes notamment opposée à Ugo Bernalicis, député insoumis du Nord, sur la question du populisme. Comment envisagez-vous ce concept, qui fait justement de la mise en récit un axe majeur ? Est-il selon vous un danger, ou une nouvelle façon inspirante de faire de la politique ?

Marine Tondelier – Sur le constat, je reconnais que le populisme marche, je le vois chaque jour, mais ce n’est pas parce que ça marche que c’est bien pour autant. Je trouve cela même dangereux. Quand Ugo [Bernalicis] décrit qu’il n’y aura plus que trois pôles dans le champ politique français, à savoir un populisme de gauche incarné par la France insoumise, Macron et les libéraux centristes dont il explique qu’ils sont populistes – et je pense qu’il a raison –, et le populisme d’extrême-droite, cela veut dire qu’à terme il n’y a plus que le populisme, que les autres partis n’existeront plus, et je trouve assez déprimant de voir la réalité comme ça. Le populisme reste avant tout de la manipulation, et je préfère que les gens apprennent à penser par eux-mêmes.

“Je ne vais pas changer d’idées car elles ne font pas de voix. D’ailleurs, si j’étais là pour que ce soit facile, je ne serais pas chez les Verts et surtout à Hénin-Beaumont.”

C’est une solution de facilité, et la politique ne peut pas être ça. Il y a des sujets qui ne sont pas vendeurs mais qu’il faut traiter quand même. Il y a des causes qui valent d’être portées même si elles ne rapportent pas de voix et en tant qu’écologiste je sais de quoi je parle. On n’est pas là que pour gagner des voix. C’est d’ailleurs un débat que j’ai de temps en temps avec le FN, quand ils disent : « Quelle est la différence entre Marine Tondelier et une bière ? La bière fait plus de 5% », et ils se marrent comme des baleines au conseil municipal. Et je leur réponds que ce qu’ils ne comprennent pas, c’est que je ne vais pas changer d’idées car elles ne font pas de voix. D’ailleurs, si j’étais là pour que ce soit facile, je ne serais pas chez les Verts et surtout à Hénin-Beaumont. C’est dit.

Je pense vraiment qu’il y a le fond et la forme. Quand on est au FN, ça ne pose pas de problème selon moi de se revendiquer populiste et démagogue, et de l’assumer, mais quand on porte les valeurs que je porte, ce n’est pas possible, par souci de cohérence. Même si populisme et démagogie ne vont pas nécessairement ensemble, mais c’est un risque, car Ugo avait l’air de dire que « le populisme n’est pas de la démagogie donc c’est bon ». Mais ce n’est pas parce que c’est du populisme qu’il n’y a pas de problème du tout.

LVSL – Dans ce cas, quelle stratégie électorale défendez-vous pour combattre le Front national dans les urnes ?

Marine Tondelier – Je disais dans le débat que ce qui est le plus frustrant, c’est que lorsqu’ils sont affaiblis, ce n’est pas parce que notre stratégie marche mais parce qu’ils prennent eux-mêmes les pieds dans le tapis. Parce qu’ils s’embrouillent entre eux, parce que Le Pen fait un mauvais débat, parce qu’ils sont pris dans tout un tas d’affaires qu’ils ont suscitées tous seuls. Mais ce qui est flagrant en tout cas, c’est notre impuissance à les faire reculer. Ce ne sont pas nous qui les mettons en échec.

Toutefois, je n’ai pas de solution miracle, sinon je ne serais plus élue d’opposition, et je mets un point d’honneur sur mes valeurs à ne pas aller courir après un sujet parce qu’il est populaire. Si vous estimez que c’est l’inverse qui est juste, il faut le faire. À court terme c’est peut-être plus compliqué, mais à long terme, ça se voit.

Et c’est ce qui fait que EELV ne fait pas forcément beaucoup de voix, mais que ça a longtemps été le parti préféré des Français, mais les gens ne se trompent pas et voient le long terme. Ils reconnaissent la stabilité de partis qui sont peut-être des refuges, qui ont moins de paillettes, qui sont moins sur les plateaux télé, mais dont la constance peut rassurer.

“Il faut vraiment communiquer plus simple en langage écolo. Il suffit de comparer un tract écolo et un tract du FN.”

Pendant longtemps, il y avait les mêmes partis qui se succédaient, qui prônaient les mêmes solutions dont on savait d’ailleurs qu’elles ne marchaient pas, et il y avait deux partis anti-système, le Front national et les Verts. Le FN avec des pratiques populistes a rassemblé plus d’électeurs. Les Verts avaient des pratiques qui parlaient plus aux bac+2 et au-delà, ce qui était d’ailleurs un problème, et ce qui montre que les Verts ne sont peut-être pas assez populistes. Il y a un travail à faire sur le langage. Cécile Alduy a étudié les mots du FN et les mots écolos et s’est rendue compte que pour dire les mêmes choses, ils n’utilisent pas le même langage.

Il faut vraiment communiquer plus simple en langage écolo. Il suffit de comparer un tract écolo et un tract du FN. De même pendant les européennes de 2014 : le slogan du FN était « Oui à la France, non à l’Europe », tandis que le nôtre était « Donnons vie à l’Europe ». Quand t’es écolo, c’est super, c’est positif, mais on ne comprend pas si on est pour l’Europe, ce que l’on veut en faire. C’est moins binaire, donc moins clair. Nos idées sont peut-être plus compliquées à expliquer mais tu ne peux pas faire passer un même message à la télé en 12 minutes et dans un tweet de la même façon. Il faut trouver des manières accessibles de présenter nos idées et de façon non-anxiogène.

“Il faut qu’on parte des besoins de la planète, c’est une chose, mais il faut aussi que l’on parte des besoins des gens.”

Longtemps, la transition énergétique a été présentée de façon anxiogène. On disait aux gens : « Ton usine automobile va fermer, mais ne t’inquiète pas car dans dix ans, grâce à un grand programme d’emplois verts, tu pourras fabriquer des éoliennes. Même si tu sais pas faire, tu vas faire une formation, qui n’existe pas encore, mais si tu votes pour moi aux régionales, nous aurons un vice-président à la formation, et ensuite, etc. » Mais la personne veut du travail tout de suite, ce qui est normal d’ailleurs.

C’est pourquoi il ne faut pas se contenter de dire aux gens où on veut aller, mais aussi comment on y va. Il faut qu’on parte des besoins de la planète, c’est une chose, mais il faut aussi que l’on parte des besoins des gens. Comment les y faire s’identifier.

LVSL – Pour en revenir au Rassemblement national, faites-vous comme certains le constat de l’affaiblissement de la formation de Marine Le Pen depuis la dernière séquence électorale, ou pensez-vous au contraire qu’elle peut encore gagner des électeurs, voire briser le fameux « plafond de verre » si cher aux commentateurs ?

Marine Tondelier – Sur cette question de l’affaiblissement, tout est relatif, car même affaibli, le FN reste en meilleure forme que beaucoup de partis, qui sont véritablement en crise. Certes, il y a une crise au FN, mais il y a une crise d’à peu près toutes les formations politiques, car la politique est devenue quelque chose d’un peu plus compliquée qu’elle l’était ces dernières années, et peut-être d’ailleurs à cause de ceux qui l’ont faite durant ce laps de temps, de manière un peu spéciale.

En 2013, quelques mois avant que le FN ne gagne cette ville, on entendait : « ils ne gagneront jamais ». Et puis quand on s’est rendus compte qu’ils allaient gagner, on entendait des personnes comme Daniel Percheron, président de l’ancienne région Nord Pas-de-Calais qui disait : « Il faut sacrifier cette ville, cela va être comme un vaccin ». Résultat en 2015, aux départementales, ils ont gagné les cinq cantons, aux législatives six circonscriptions, et aux régionales, ils ne sont pas passés loin de remporter la région Hauts-de-France. C’est pourquoi je ne crois plus à cette histoire de vaccin.

“Il s’agit d’un parti vautour, qui se sert de tout ce qui va mal, mais aussi d’un parti caméléon, capable de raconter des discours complètement différents selon son électorat.”

Par ailleurs, ce qu’il y a de frustrant lorsque l’on a 31 ans et que l’on est bénévole comme moi, c’est que l’on subit le discours du « tous pourris ». Que l’on se batte pour l’intérêt général ou les lobbys, depuis 40 ou 3 ans, c’est le même tarif. Il y a une seule formation qui échappe à cela, c’est le Front national. Ils peuvent faire des emplois fictifs, être mis en examen pour toutes leurs campagnes depuis 2012, faire des micro-partis ou des emprunts chez Poutine, il n’y a pas de problème, ce ne sont que des complots. Il faut savoir qu’à chaque fois que l’on gagne un procès contre le Front national, c’est grâce aux « juges gauchistes ». Ce qui est dingue, c’est que ça marche ! Et l’on se rend d’autant plus compte des mécanismes à l’œuvre quand on les étudie à l’échelle locale.

J’ai donc du mal à dire : « ils ne gagneront jamais la France ». Franchement, on n’en sait rien, et même trois mois avant, il est difficile de prévoir une élection. Il ne faut jamais oublier les deux caractéristiques du FN liées au fait que c’est un parti populiste : il s’agit d’un parti vautour, qui se sert de tout ce qui va mal, mais aussi d’un parti caméléon, capable de raconter des discours complètement différents selon son électorat, en s’adaptant à la couleur locale. Ils osent par exemple se revendiquer de Jaurès, et un ouvrier peut même penser que sa situation s’améliorera si Marine Le Pen est élue. Sauf que la mamie quasi-fasciste de Nice, qui pense qu’elle paye trop d’impôts pour les étrangers, pense aussi que ça ira mieux avec Marine Le Pen. Le FN est une boule à facette qui renvoie à chacun son rayon de lumière. Ce qui est très fort. Et tant qu’ils réussiront à le faire, ils auront de beaux jours devant eux.

Pourquoi inscrire la protection de l’environnement dans l’article 1er de la Constitution ?

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fichier:Nicolas_Hulot_dans_les_espaces_G%C3%A9n%C3%A9rations_climat.jpg
Nicolas Hulot ©COP PARIS

« La République agit pour la préservation de l’environnement et de la diversité biologique et contre le réchauffement climatique ». Telle pourrait être la formulation inscrite dans l’article 1er de la Constitution française, si sont adoptés les projets de lois pour une démocratie plus représentative, responsable et efficace, présentés en mai 2018 par le gouvernement Edouard PhilippeD’abord attendue à l’article 34, qui définit les domaines où le Parlement peut légiférer, cette mesure symbolique, lancée par Nicolas Hulot, a été accueillie avec agréable surprise par les militants et les associations environnementales. Alors concrètement, qu’est-ce que cela change, et plus encore, cela change-t-il vraiment quelque chose ?


L’article 1er de la Constitution définit les principes fondamentaux de la République, comme l’égalité ou la laïcité. En y inscrivant la préservation de l’environnement, de la biodiversité et la lutte contre le réchauffement climatique, le gouvernement instaure ces notions comme un socle, comme un principe fondamental qui supplanterait les autres, y compris l’économie. Il s’agit donc d’un symbole fort.

Mais au-delà du symbole, il offre également une base juridique pour la rédaction et le vote de nouvelles lois, et tend à prévenir les retours en arrière, car les législateurs, sous peine de censure, ne peuvent proposer de lois explicitement contraires à l’article 1er. À l’examen des lois, il permet aussi de justifier une opposition devant le Conseil constitutionnel. Il sera donc désormais plus facile de défendre le principe de protection de l’environnement en s’appuyant clairement sur la Constitution. Dans un communiqué de presse, WWF explique ainsi que « cette décision permettra à l’environnement, au climat et à la biodiversité de peser davantage dans la balance qu’opère le juge constitutionnel entre les différents principes inscrits dans la Constitution, tels que la liberté d’entreprendre ou le droit de propriété». Il s’agit donc d’établir un équilibre.

Cependant, cette annonce ne fait pas l’unanimité au sein des militants écologistes et des députés. Certains décrient tout d’abord la formulation, et auraient préféré au verbe « agir » une formulation comme « assurer » ou « garantir »,  plus contraignante pour l’État. D’autres restent prudents quant aux conséquences réelles de cette décision tandis que des députés LR déplorent une perte de temps avec cette idée « d’enfoncer des portes déjà ouvertes ». Les associations se réjouissent, mais Véronique Champeil-Desplats, professeure de droit public à l’Université Paris-Ouest Nanterre, déplore quant à elle un progrès en demi-teinte avec l’abandon de l’article 34.

Si l’inscription dans l’article 1er relève d’un caractère symbolique important, y ajouter parallèlement une modification de l’article 34, en instaurant le principe de respect du bien commun, aurait permis de donner un cadre plus strict aux interventions et aux missions parlementaires. Qu’en sera-t-il également des projets déjà signés ou en cours ? Il est ainsi possible d’évoquer cette récente controverse concernant l’importation d’huile de palme sur le site Total de Mède, autorisée car résultant d’un accord signé avec le gouvernement précèdent, impossible à rompre malgré la contestation organisée par le secteur agricole en juin dernier. Sera-t-il désormais possible de s’y opposer frontalement, au nom de l’article 1er de la Constitution ? Cela semble encore difficile à dire, car les conséquences ne seront visibles qu’à partir de 2019, lorsque l’adjonction aura pris effet.

Un greenwashing gouvernemental ?

Mais alors comment expliquer un tel regain d’intérêt des députés pour l’environnement après les récentes déconvenues de Nicolas Hulot ? En refusant fin mai l’interdiction de l’utilisation du glyphosate, herbicide classé cancérigène probable par l’Organisation Mondiale de la Santé, d’ici à 2021, les députés se sont vus contestés tant par les militants écologistes que par l’opinion publique qui a, contre toute attente, pris la question très au sérieux. L’image du ministre de la Transition écologique et solidaire s’est vue écornée et le Make our planet great again du président Emmanuel Macron en a définitivement pris un coup. Apaiser le feu des tensions et engager une réhabilitation, donc ?

https://pixabay.com/fr/nature-montagne-%C3%A9quateur-chimborazo-765655/
Depuis 2008, la Constitution de l’Équateur fait de la Nature une personne juridique à part entière, porteuse de droits propres exigibles devant les tribunaux.

Il ne s’agit pas d’une rupture. La France a déjà intégré en 2004 la Charte de l’environnement dans la Constitution, et ce n’est pas le premier pays à se lancer dans cette voie verte, au contraire. Le mouvement pour la constitutionnalisation du droit de l’environnement est lancé depuis les années 70. Les constitutions grecque, espagnole et suédoise mentionnent par exemple la protection de l’environnement. En Allemagne, l’article 20a souligne la responsabilité de l’État pour les générations futures. Au Brésil et au Portugal, la Constitution décrit précisément les devoirs des pouvoirs publics afin de garantir le droit à un environnement écologiquement équilibré. D’autres pays sont allés encore plus loin : depuis 2008, la Constitution de l’Équateur fait de la Nature une personne juridique à part entière, porteuse de droits propres exigibles devant les tribunaux.

Cette victoire arrive donc à point nommé pour Nicolas Hulot. Celle-ci a certes plus de poids que l’inscription à l’article 34 ou que la Charte de l’environnement,  et possède un caractère plus astreignant. Cependant, elle n’offre aucune garantie. Les « Sages » posséderont toujours une marge de manœuvre, et cet ajout constitue avant tout un appui et une assise pour les défenseurs de l’environnement déjà ralliés à la cause, ce qui peut être prometteur si de nouveaux députés, davantage tournés vers ces problématiques, remplacent les membres actuels.

Mais inscrire une notion dans la Constitution, puisse-t-elle être au 1er article, ne la préserve pas des interprétations sur sa portée et sa signification, en sont ainsi les témoins les éternels débats autour de la laïcité et de l’égalité. La définition même de développement durable est sujette à discussion au sein des communautés scientifiques. Il s’agit donc d’une avancée porteuse d’espoir, sans aucun doute, mais dont les résultats sont encore incertains.

Photo de couverture : © COP PARIS